Navigation – Plan du site

Dietmar Rieger, Guenièvre, reine de Logres, dame courtoise, femme adultère

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Dietmar Rieger, Guenièvre, reine de Logres, dame courtoise, femme adultère, Paris, Klincksieck, (Les grandes figures du moyen âge 2), 2009, 284p.

ISBN 978-2-252-03727-0.

Texte intégral

1Le volume propose une synthèse sur le personnage de Guenièvre, à la fois omniprésent et peu étudié, ainsi que sur la recherche à son sujet. Guenièvre apparaît « hétérogène, polymorphe et protéiforme » (p. 15), non seulement d’une œuvre à l’autre, mais encore, bien souvent, au sein d’une même œuvre. « L’identité de Guenièvre consiste dans le fait qu’elle n’en a pas » (p. 31). Elle apparaît essentiellement fuyante et changeante, et cela, sur le fond d’une certaine misogynie médiévale ou, au contraire, d’élaboration idéale de la dame courtoise. L’auteur évoque « un degré de disponibilité » (p. 20) de la figure ou une « variabilité par principe » (p. 29). Il définit son projet en disant que sans rechercher l’exhaustivité, « le but principal de cette étude est néanmoins de faire parler les textes eux-mêmes et d’en commenter les passages les plus révélateurs sous divers aspects » (p. 21), en établissant parfois une « connexion intertextuelle » (p. 22) et en tentant de « définir les différentes fonctions qui sous-tendent chacune des représentations de Guenièvre » (p. 22).

2L’auteur procède par œuvre, par groupe d’œuvres et par tradition. Après un mot introductif et un point sur la critique, il part des textes dans la mouvance de Geoffroy de Monmouth et de Wace. Il observe l’évolution du triangle amoureux de Arthur-Guenièvre-Mordred à Arthur-Guenièvre-Lancelot ou l’inscription historico-politique des textes, notamment écossais ou anglais, qui influe sur le personnage de l’épouse du roi. L’auteur analyse ensuite la figure de Guenièvre dans quelques lais, comme Lanval de Marie de France et ses réécritures anglaises, ou le Lai du cor, par exemple. D. Rieger observe ensuite Guenièvre telle qu’elle apparaît chez Chrétien de Troyes ou dans le roman d’Yder. Puis il livre le chapitre qui nous a paru le plus intéressant sur la représentation de Guenièvre dans la littérature d’outre-Rhin, pour laquelle il existe une « réserve vis-à-vis de Guenièvre adultère » (p. 141), et aborde le Perlesvaus, le Didot-Perceval ou Durmart le Galois. L’auteur examine par la suite le roman en prose, Lancelot ou Tristan (Iseut et Guenièvre se pensent en miroir et la reine de Logres devient la conseillère de l’amante de Tristan, sans que l’on puisse étendre l’analogie à Marc et Arthur). D. Rieger ouvre enfin largement son ouvrage à « la vitalité actuelle de ce personnage » (p. 33) qui intéresse beaucoup les créateurs contemporains, au cinéma ou en littérature, tout particulièrement avec Michel Rio. Les œuvres récentes subissent majoritairement l’influence de la Morte Darthur de Thomas Malory. Guenièvre semble souvent de peu d’intérêt esthétique dans la création actuelle, si ce n’est pour incarner « non pas le surhumain ou l’inhumain mais l’humain » (p. 254). Les Guenièvre du cinéma sont variées et soulignent le « large potentiel interprétatoire » (p. 260) de la figure.

3Certaines tendances apparaissent de manière récurrente, comme la volonté de réhabiliter Guenièvre, assez fréquemment dans le sens de l’acceptation de son humanité, voire de son humanité de femme, voire encore dans le sens d’une rédemption. C’est aussi la tendance à marginaliser le personnage, voire à le débarrasser du poids de l’adultère, ou au contraire à voir en Guenièvre « la cause première de la chute du royaume et de la ruine de la chevalerie » (p. 27).

4La lecture est parfois un peu gênée par des retours et des répétitions, qui s’expliquent en partie par la méthode de présentation des œuvres suivie de moments de synthèse ou de comparaison. On s’interroge parfois sur l’intérêt de commentaires axiologiques sur le contenu des œuvres, le talent ou la clarté des auteurs, dont on ne comprendrait pas assez aisément les motivations (p. 96, par exemple). L’ouvrage est agrémenté d’une iconographie relativement abondante et propose une bibliographie sélective sur le sujet.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Dietmar Rieger, Guenièvre, reine de Logres, dame courtoise, femme adultère  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11759

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org