Navigation – Plan du site

Le Roman de Moriaen, trad. Baukje Finet van der Schaaf

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Le Roman de Moriaen, trad. Baukje Finet van der Schaaf, Grenoble, Ellug (Moyen Âge Européen), 2009, 477p.

ISBN 978-2-84310-148-9.

Texte intégral

1Le volume propose le texte en moyen néerlandais versifié du Roman van Moriaen et sa traduction française par Baukje Finet van der Schaaf. La collection qui accueille l’ouvrage s’intéresse à « un domaine problématique à explorer bien plus qu’un univers circonscrit à décrire » et refuse « une vision franco-française du Moyen Âge ». On ne peut que s’en réjouir. La démarche est très utile puisque la traduction permet à des chercheurs qui ne lisent pas parfaitement le moyen néerlandais de mettre Le Roman de Moriaen en perspective avec d’autres romans européens ou d’autres œuvres arthuriennes. L’introduction du volume présente l’intrigue puis la langue du texte. Il est également question des sources du roman : le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, le Vlaamse Moriaen, le Roman de Walewein, ou le Livre d’Artus. C’est ensuite la datation (entre 1230 et 1320, vraisemblablement vers 1260) et la tradition manuscrite qui sont rapidement évoquées. Puis le texte est livré au lecteur sans commentaires et quasiment sans notes. Le but est avant tout de faire connaître le texte et son contenu, sans parti-pris, ce qui est finalement assez agréable et relativement rare. La neutralité de la présentation assure une véritable lecture découverte personnelle. Le volume se clôt sur un index des noms très complet, suivi d’un index des thèmes, des motifs et des situations. Des éléments ordonnés de bibliographie sont fournis en fin d’ouvrage.

2Le héros de la narration, Moriaen, est le fils du frère de Perceval, Agloval, et d’une Maure. Il part à la recherche de son père qui a abandonné sa mère avant sa naissance. Il parviendra à son but grâce à la rencontre de Gauvain et Lancelot et il restaurera les droits de sa mère par le mariage de ses parents. Gauvain est pleinement ici « le père des aventures », « der aventuren vader », selon l’expression récurrente du texte. Le roman est très important puisqu’il s’agit d’« un des quatre romans arthuriens en moyen néerlandais, dits épisodiques ou non historiques, considérés comme ‘originaux’, leur modèle français n’étant pas attesté à ce jour » (p. 5). En plus d’un roman chevaleresque traditionnel, on peut lire une réflexion sur l’altérité du héros dont la peau noire de Maure lui attire certaines inimitiés ou, du moins, provoquent des réactions inattendues. La narration est structurée en chapitres comportant des titres et fonctionne selon la technique de l’entrelacement. On peut signaler d’un point de vue stylistique l’emploi important et calculé du discours direct. En effet, la narration semble habile et produit des moments de dramatisation. Le rythme est vif et la trame narrative très rigoureuse parfois presque jusqu’à la sécheresse, ce qui donne l’impression d’une pleine maîtrise voire d’un jeu littéraire plutôt que d’un roman.

3Quelques fautes, discrètes, se sont parfois glissées dans le texte (je me contenterais de commenter la traduction !) : « lui en fit en avaler » (p. 33), « de ne n’agir » (p. 185), par exemple. On s’interroge parfois – faute de maîtriser le moyen néerlandais, certainement – sur l’emploi des temps verbaux. Ainsi dans les passages « Gaheriet et Moriaen accompagnaient Gauvain pendant un bon moment, sur une distance d’une lieue, sur le chemin qu’il avait pris » (p. 193) ou « dès que les seigneurs eurent sommeil, ils se couchèrent et dormirent jusqu’à l’aube, voire jusqu’au lever éclatant du soleil. Les quatre chevaliers partageaient un lit deux par deux. Ils dormaient plus longtemps que l’ermite qui avait lu et récité ses heures et ses prières dès l’aube jusqu’au lever des seigneurs » (p. 211) (pour une nuit ponctuelle), l’imparfait est utilisé quand on aurait attendu le passé simple, par exemple. On s’étonne également des deux tournures « vous devez nous traverser tout de suite » (p. 199) et « « je les ai traversés » (p.201), là où on aurait aisément lu la tournure factitive « faire traverser » (d’une rive à l’autre). Mais dans l’ensemble, cette publication reste utile et agréable, et permet un accès aisé à une œuvre peu connue.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Le Roman de Moriaen, trad. Baukje Finet van der Schaaf  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11757

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org