Navigation – Plan du site

Pierre Choinet, Le Livre des trois âges. Fac-similé du manuscrit Smith-Lesouëf 70 (Paris, Bibliothèque nationale de France), éd. Lydwine Scordia

Julien Véronèse
Référence(s) :

Pierre Choinet, Le Livre des trois âges. Fac-similé du manuscrit Smith-Lesouëf 70 (Paris, Bibliothèque nationale de France), éd. Lydwine Scordia, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009, 266p.

ISBN 978-2-87775-459-0.

Texte intégral

1D’emblée, l’on peut dire que les Publications des universités de Rouen et du Havre, par l’entremise de Lydwine Scordia, spécialiste de la fiscalité et de la littérature politique dès derniers siècles du Moyen Âge, nous livrent à tout point de vue un magnifique volume avec cette première édition du Livre des trois âges de Pierre Choinet, un texte richement illustré conservé dans un unique manuscrit reproduit en fac-similé pour l’occasion : le ms. Paris, BnF, Smith-Lesouëf 70, dont l’itinéraire est retracé avec précision de la fin du XVe siècle à son entrée en 1913 dans le fonds de la Bibliothèque nationale (ch. 1).

2Ce manuscrit de 19 folios vaut par son iconographie, nous y reviendrons ; mais pas seulement. Le Livre des trois âges, longtemps comparé à sa défaveur à l’œuvre en prose mieux connue de Pierre Choinet, le Rosier des guerres (p. 13-14), méritait une attention nouvelle. Composé de quelque 621 vers décamétriques français, constitué de quatre chapitres suivant les âges de la vie (dont le plus long est de loin celui consacré à la vieillesse), le Livre forme une compilation au tour très personnel qui aborde une multitude de sujets concernant la haute aristocratie et plus particulièrement le roi ― tels que la chasse, la guerre, mais plus largement le gouvernement du royaume ―, a une visée morale, mais n’est pas à strictement parler un miroir au prince. Dans le champ des études historiques et littéraires, le poème a du reste longtemps pâti de la difficulté qu’il y a à l’inscrire dans un genre bien déterminé, ou encore du regard réducteur que l’on a porté sur lui. Lydwine Scordia aborde donc de front la question du « genre » au cœur de la très riche et très savante présentation qu’elle propose en préambule à l’édition critique du texte (accompagnée en prime d’une adaptation en français moderne). L’auteur, Pierre Choinet, n’aide guère son lecteur : son poème constitue un « traitté », un « codicille », voire une « somme » qu’il veut « joyeux » et capable de « consoler toutes sortes de gens » (p. 83). Après examen, il relève à la fois du poème moral centré sur la piété religieuse et la question du salut (mais il est peu question de théologie), du traité d’éducation nobiliaire (dans le chapitre consacré à la jeunesse), et du miroir au prince (avec la particularité que la réflexion sur le gouvernement de soi et du royaume suit les trois âges assignés à la vie de l’homme). Plus fondamentalement, il invite son destinataire de haut rang à l’introspection et à la confession avant que la « grande faucheuse » ne l’emporte ou plutôt ne préside à sa nouvelle naissance ; il se veut le miroir d’une âme dont le nom n’est jamais mentionné (p. 69), mais dont l’éditrice prouve par de multiples arguments (qui ont trait notamment au traitement de la fiscalité et de la spiritualité royale) qu’il s’agit bien de celle de Louis XI (ch. 5), un roi alors au soir de sa vie, mais qui « ruse avec la maladie » (p. 34) et ne semble guère accepter son état ; il montre aussi l’inquiétude de son auteur quant au sort du royaume, tandis que le dauphin, le jeune Charles (auquel était adressé le Rosier des guerres vers 1477-1482), n’est pas encore adoubé chevalier. Rédigé probablement entre le printemps 1482 et le printemps 1483 durant « les mois du désarroi royal » (p. 35), le texte a sans doute été transmis au souverain par une connaissance de l’auteur, peut-être Jean Bourré, seigneur du Plessis, chargé entre autres par Louis XI de s’occuper de sa statue funéraire.   

3Pierre Choinet, identifié comme l’auteur du texte grâce à un certain nombre de références internes (notamment le logogriphe « en reproche n’y siet » présent également dans le Rosier) et externes (de nombreux thèmes sont communs avec le Rosier des guerres, voir p. 30), a fait carrière dans l’entourage du roi (ch. 2). Né en 1411 en Normandie, il apparaît dans les comptes de l’Hôtel du roi de 1466 à 1480, tout d’abord en tant que médecin de Louis, puis également, à partir de 1470, en tant qu’astrologue ; son intérêt pour l’astrologie n’est pas nouveau, puisqu’il est l’auteur d’un Libellus de ordine totius orbis dans la seconde partie du règne de Charles VII (après 1444-1448). Si son parcours scolaire n’est pas bien connu, il est incontestable qu’il a reçu une formation universitaire dans les arts libéraux, qui l’a mené ensuite aux études de médecine. Sa formation initiale sur les bancs de l’école lui a aussi permis d’acquérir l’ABC de la foi chrétienne, dont, de manière assez semblable à celle de Gerson, il fait profiter le destinataire de son œuvre. Pierre a aussi exercé des fonctions financières en Normandie (entre 1467 et 1475), en étant notamment le commis de Jean Bourré, contrôleur de la recette générale des finances de Normandie entre 1466 (année où devient aussi médecin du roi) et 1474.      

4Pour écrire ce texte hybride, Pierre Choinet a fait parler avec discrétion et humilité toute une culture livresque à laquelle il emprunte, mais qu’il ne cite guère (ch. 4) ; il en est ainsi pour ce qui concerne quelques-uns des thèmes phares du poème : les âges de la vie (« jennesse », « virilité » et vieillesse »), chers à la culture théologique et politique ; la chasse, art si plaisant au roi et véritable école de guerre pour la noblesse ; la guerre elle-même, qui fait écho au Rosier, dont l’auteur rappelle qu’elle doit être juste et, suivant les préceptes de Végèce, en tout point bien préparée ; le discours politique où, comme de nombreux autres textes, abonde la métaphore (corps de policie, justice, critique des curiaux, thème du roi berger, qui doit protéger ses brebis du loup, mais aussi éviter de les tondre (p. 59-60)) ; la foi et la piété de l’homme libre et raisonnable face au mal et aux péchés.

5Ces thèmes trouvent également leur traduction réaliste et/ou métaphorique dans l’image, par le jeu de douze magnifiques miniatures (cf. cahier iconographique p. 186-213, avec un commentaire des enluminures et d’un certain nombre de détails) attribuées par François Avril au « Maître de l’échevinage de Rouen » (ch. 7). Pierre Choinet, qui a su trouver en l’artiste « un merveilleux co-auteur » (p. 115), invite d’ailleurs dans son texte le lecteur à les observer. Les plus connues sont sans doute celles traitant de la chasse (images 2 à 5) : deux pour la volerie (fol. 5r et 6r), deux pour la chasse au cerf (fol. 7r) et au sanglier (fol. 8r), marquées entre autres par la variété de chiens et d’oiseaux figurés. Mais on dénombre aussi une « Trinité de Paradis » accompagnée de la Vierge (image 1, fol. 2r), qui fait écho à la double invocation qui figure dans le Livre et à la dévotion de Louis XI ; quatre miniatures pastorales (images 6 à 9), qui « racontent une histoire politique et morale en phase directe avec le texte » (p. 200) : le « roi-berger » (fol. 9v), qui enjoint au roi d’être modéré dans sa fiscalité ; les « moutons paissants » (fol. 10r) en bon ordre, la toison fournie, non loin d’une ville en bordure de fleuve située en arrière-plan (peut-être Rouen), métaphore d’une société ordonnée et prospère ; la mise à mort du loup par le berger après qu’un mouton a été tué en raison de la défection du chien de garde (fol. 11r) ; le « troupeau affolé » (fol. 12r), de nouveau abandonné par son chef ; une scène de jeu d’échec (fol. 15r), sans lien direct avec le texte, mais qui fait allusion au corps politique du royaume et se veut aussi une métaphore de la vie humaine : « pendant la partie, chacun tient sa position, mais à la fin, toutes les pièces sont mises ‘‘au sac sans ordre ne quelconque difference’’ » (p. 208) ; une « bataille contre les infidèles » (fol. 18r) accompagnant les conseils militaires, incitation à la croisade pour le futur Charles VIII ; enfin, une représentation des « trois âges », située en 12e position et marquant le terme de la vie terrestre, mais qui n’est pas en totale correspondance avec le texte, puisqu’il est question ici d’enfants et d’un vieillard soutenus par deux adultes, partagés dans le tableau par deux insectes symbolisant la métamorphose, l’abeille et le papillon : du jeune enfant à l’âme « rajeunie » par la séparation d’avec le corps défaillant, ainsi, peut-on le supposer, va le cycle de la vie chrétienne, y compris pour un homme aussi puissant que le roi de France.

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Pierre Choinet, Le Livre des trois âges. Fac-similé du manuscrit Smith-Lesouëf 70 (Paris, Bibliothèque nationale de France), éd. Lydwine Scordia  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11753

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org