Navigation – Plan du site

Alexandre Bande, Le cœur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples, XIIIe-XVe siècles

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Alexandre Bande, Le cœur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples, XIIIe-XVe siècles, Paris, Tallandier, 2009, 250p.

ISBN 978-2-84734-467-7.

Texte intégral

1Le beau titre du livre d’A.B., Le cœur du roi, est pourvu d’un sous-titre explicatif : Les Capétiens et les sépultures multiples, XIIIe-XVe siècles. En 188 pages (sans compter les notes en fin de volume), l’élève de Colette Beaune met l’accent surune pratique, la sépulture du cœur du roi hors de la nécropole royale de Saint-Denis, pratique devenue au XIVe siècle une spécificité capétienne.

2L’ouvrage est clairement divisé en 7 chapitres : la sépulture de cœur de Charles V en 1380 à Rouen, exemplaire (ch. 1-2) ; les origines de cette pratique (ch. 3-5) ; la géographie des sépultures de cœur et d’entrailles (ch. 6) et son évolution chronologique au XVe siècle (ch. 7). Le cœur du roi commence par Charles V et le choix explicite du roi de faire enterrer son cœur dans un tombeau en forme de cœur (commande au sculpteur Jean de Liège) au chœur de la cathédrale de Rouen ; la décision est assortie d’instructions concernant des dons et des messes. Les entrailles du roi sont déposées dans l’abbaye cistercienne de Maubuisson, fondée par Blanche de Castille. Le corps du roi a traditionnellement rejoint la nécropole de Saint-Denis. L’objet du livre est d’expliquer cette partition du corps, la mise à part du cœur surtout (plus que celle des entrailles), et les formes que prennent ces tombeaux. La comparaison des cinq dessins de tombeaux de cœur reproduits dans l’ouvrage (27, 58, 86, 96, 103) est un des points forts du livre.  

3Si le chrétien dispose du libre choix de sa sépulture, selon le Décret de Gratien, la delaceratio corporis reste exceptionnelle en France jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Autant que le choix du dépècement post mortem, ce sont les lieux de sépulture et l’ordonnancement de la cérémonie qui intéressent l’historien. Les sépultures du cœur ne se limitent pas au roi, certaines reines les ont demandées (Jeanne de Bourbon, femme de Charles V), des princes des fleurs de lys aussi (Louis d’Anjou, frère de Charles V), et même des serviteurs de la royauté (Du Guesclin).

4La delaceratio était intervenue dans le passé pour régler les problèmes posés par le transfert du défunt mort loin du lieu d’inhumation choisi. L’embaumement du corps du défunt suppose une mise à part de son cœur et de ses entrailles. On observe le phénomène dans l’Empire et en Angleterre. Henri Ier, fils de Guillaume le Conquérant, meurt en 1135 : son corps est enterré en Angleterre, son cœur en Normandie. Les croisés morts en terre infidèle posent la question du traitement du corps. Mais les causes de la partition du corps ne sont pas uniquement pratiques, elle permet de multiplier les attaches spirituelles, familiales et politiques du défunt. Le choix de Charles V, duc de Normandie en 1355 avant d’être roi de France, de faire porter son cœur en Normandie en est un exemple.

5Les sépultures de cœur deviennent un privilège capétien au tournant des XIIIe et XIVe siècle. Les théologiens de l’Université de Paris débattent de la partition à la fin du XIIIe siècle. Boniface VIII condamne cette détestable pratique en 1299 dans la décrétale Detestande feritatis. Ce qui n’empêche pas Philippe IV de décider dans le testament de 1297 l’enterrement de son cœur chez les dominicains de Saint-Jacques à Paris. Il obtient une exemption de Benoît XII en 1304. Le roi de France a donc la liberté d’élire sa sépulture de cœur. Et cette liberté est spécifiquement capétienne. Elle est confirmée en 1351 par Clément VI.

6A.B. reprend la formulation de Jacques Le Goff dans son Saint Louis – « le cœur, ce grand promu de la fin du Moyen Âge » – et en explore les registres : dans la Bible ; la médecine et dans les traités redécouverts d’Aristote. La grande difficulté étant que le terme est polysémique : siège des vertus et des vices, de l’amour et de la haine, fondement de la conscience, faculté intellectuelle, synonyme de l’âme… Les différents sens sont énumérés : « impossible d’évaluer concrètement l’impact qu’eurent les nombreuses références bibliques au cœur du roi sur les Capétiens » (p. 111). La distinction des registres, des périodes et des contextes d’utilisation est une vaste recherche entamée dans les colloques directement centrés sur le sujet : en particulier Le cuer au Moyen Âge (1991) et Il cuore. The Heart (2003). A.B. fait le point sur l’insistance nouvelle sur le cœur, premier organe formé chez l’être humain conçu selon Aristote, et sur les développements du très intéressant Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe IV.

7Les soubassements religieux, philosophiques et médicaux de la promotion du cœur s’expriment ensuite dans la littérature courtoise et dans les miroirs au prince. A.B. en donne quelques exemples que l’on souhaiterait moins nombreux et plus précis.

8Le chapitre 6 consacré à la géographie des corps royaux synthétisent les lieux de sépulture : Saint-Denis ; les abbayes cisterciennes (fondées par Blanche et son fils Louis IX) ; les couvents mendiants de Paris (liens entre les rois et les confesseurs mendiants). Sur les neuf rois qui se succèdent de Louis IX à Charles V, six ont des tombes de cœur. Le phénomène s’altère au XVe siècle « pour des causes obscures » (hostilité au faste, à la division du corps, contexte de guerre civile et appel à l’unité), puis les tombeaux reviennent à la fin du siècle. Avec les mêmes motivations : liens familiaux, affectifs, politiques et causes religieuses, tel le cœur d’Anne de Bretagne qu’elle souhaita faire reposer à Nantes.

9Dans le royaume capétien, le cœur est comme le roi au milieu du corps. La formulation reprise dans de nombreux textes ouvre bien des perspectives. Le mérite du Cœur du roi est de montrer la fortune de cet organe aux significations complexes et superposées.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Alexandre Bande, Le cœur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples, XIIIe-XVe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11751

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org