Navigation – Plan du site

Francesco Petrarca, De Viris Illustribus. Adam – Hercules, éd. Caterina Malta

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Francesco Petrarca, De Viris Illustribus. Adam – Hercules, éd. Caterina Malta, Messina, Università degli Studi di Messina, 2008, cclx + 346p.

ISBN 88-87541-37-X.

Texte intégral

1C’est au milieu du XIVe siècle que Pétrarque entreprend la rédaction d’un ouvrage historiographique, comprenant les biographies des personnages de l’histoire de Rome, du roi Romulus jusqu’à l’empereur Titus. La première rédaction de l’ouvrage, que l’auteur dédie à Francesco da Carrara, seigneur de Padoue, en 1358, s’arrête pourtant au personnage de Néron. Pétrarque reprend le projet en ajoutant les biographies d’autres personnages de la Bible et du mythe antique, à savoir Adam, Noé, Nembroth, Ninus, Sémiramis, Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, Jason, Hercule. Caterina Malta propose ici l’édition et la traduction italienne de ces douze biographies d’hommes illustres. Dans une introduction très étoffée, qui dépasse les deux cent cinquante pages, CM ancre cet ouvrage dans le parcours intellectuel et spirituel de Pétrarque et le situe à l’intérieur de sa production littéraire latine, qu’elle maîtrise d’une façon remarquable.

2« I – Il progetto de viris illustribus ». La composition du De viris illustribus est liée principalement à celle du poème latin Africa,resté inachevé, dont les neuf livres ont pour héros Scipion l’Africain. C’est pendant la composition de ce poème épique que Pétrarque conçoit l’idée d’un recueil de biographies des hommes illustres qui ont marqué l’histoire de Rome. Par la suite, il reprend le projet en ajoutant douze biographies de personnages du mythe et de la Bible. Par rapport au projet initial, Pétrarque dilate donc la chronologie et étend la perspective géographique, entre Orient et Occident, dans une structure encyclopédique orientée davantage vers une perspective morale du salut. La nouvelle kermesse part d’Adam, l’aïeul de l’humanité et la racine de la chute ; passe ensuite en revue les patriarches illustres qui ont le plus contribué à rehausser le sort de l’humanité (Noé, Abraham, Isaac, Jacob, Joseph et Moïse), ensuite les responsables de l’organisation du pouvoir sur la terre (Nembroth) et des premiers règnes (Ninus, Sémiramis), et finalement les héros qui ont employé leur vertu pour la civilisation de l’humanité (Jason, Hercule).

3« II – Il laboratorio della prefatio ». La nouvelle orientation du projet implique la rédaction d’un nouveau prologue, que les critiques ont appelé « Prefazione B » afin de le distinguer de l’ancien prologue, « Prefazione A », comprenant la dédicace à Francesco da Carrara. Ce texte mérite une analyse spécifique, car sa tradition manuscrite est partiellement décalée par rapport au reste de l’ouvrage, si bien que ses liens avec le recueil de biographies ne peuvent pas être considérées comme un acquis. CM avance des arguments solides qui permettent de considérer ce texte comme le prologue à la deuxième version du De viris illustribus. Il comprend en effet une réflexion sur le thème de l’œuvre, sur les critères qui ont déterminé le choix du genre historiographique, sur les objectifs et la méthode adoptée (p. lvii) et se termine sur une sentence annonçant la biographie d’Adam, quem nos humani generis parentes appellamus (p. lviii).

4Une fois encore, CM mène son analyse en résonance avec le reste de la production latine de Francesco Petrarca. L’idée du canon des hommes illustres se retrouve notamment dans les Triomphes, au deuxième livre du Triumphus Fame, où Pétrarque célèbre la mémoire des anciens historiens. Mais c’est surtout dans le Secretum qu’on retrouve tous les indices concernant l’évolution spirituelle et morale du poète qui le poussera à élargir le canon aux personnages de la Bible et du mythe. Dans cet ouvrage, on le rappelle, Pétrarque entretient un dialogue avec saint Augustin qui remplit la fonction de guide moral et spirituel. Ce dialogue comprend une réflexion sur les rapports entre la virtus, la gloria et l’ambitio – réflexion qui rejaillit sur les portraits des hommes illustres –, mais aussi sur la curiositas et sur le travail de l’historien.

5Dans la deuxième partie de ce long chapitre, intitulée « Ystoriam renarrare. Impianto cronografico e sintassi delle fonti », CM insiste sur la conception de l’historiographie chez Pétrarque, qui dans les Rerum memorandorum libri se représente dans une position marginale par rapport à la réalité contemporaine. Le choix d’aborder l’écriture historique comporte en effet une attitude polémique vis-à-vis de la réalité politique et sociale de son époque, et implique un choix éthique et idéologique orienté vers une conception de l’histoire proche de la tradition patristique remontant à saint Jérôme, saint Augustin et Orose (p. cv).

6Dans la troisième partie, intitulée « Viri illustres », CM approfondit le discours sur l’évolution du projet intellectuel et sur la nouvelle orientation éthique propre à la deuxième rédaction de l’ouvrage. Cette fois-ci CM met à contribution, entre autres, la septième des lettres Familares, centrée sur une définition du concept de gloire en lien avec les vertus chrétiennes de la magnanimitas et de l’humilitas.

7« III – Da Petrarca a Boccaccio ». Le troisième chapitre aborde la question de la réception du De viris illustribus, en particulier chez Boccace. CM concentre son analyse sur le De mulieribus claris, le recueil biographique qui constitue une sorte de pendant, exclusivement au féminin, de l’œuvre de Pétrarque. Si d’un côté Boccace reconnaît sa dette envers son modèle, qu’il appelle preceptor noster (De mulieribus, 22, p. cxcii), son travail est le fruit d’un projet autonome, qui refuse de ramener les biographies à l’intérieur d’un dessin idéologique et structurel éthiquement orienté. CM propose une analyse comparée subtile et convaincante, en soulignant les analogies et les différences entre les deux ouvrages. Elle se concentre en particulier sur la seule biographie présente dans les deux ouvrages, celle de Sémiramis, en proposant une édition synoptique comprenant aussi les sources (Justin, Orose, Valère Maxime, Eusèbe, Jérôme).

8« Nota al testo ». L’introduction se clôt sur des considérations philologiques concernant la tradition manuscrite et la présentation des critères d’édition. Deux manuscrits conservent le texte du De viris illustribus dans son intégralité, comprenant à la fois la section romaine – à savoir les biographies de Romulus à Caton – et les douze biographies supplémentaires, d’Adam à Hercule. Il s’agit des manuscrits Pi (Paris, BNF, lat. 6069 I), qui contient également la « Prefazione B » et Vc (Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat lat. 1986). La place de Pi dans la tradition textuelle pose un certain nombre de problèmes, en particulier par rapport à la place de son « manuscrit jumeau » Lm (Paris, BNF, lat. 6069 F), un codex autographe réalisé par Lombardo della Seta, le célèbre secrétaire personnel de Francesco Petrarca en 1379. Ce dernier ne contient pas les douze biographies supplémentaires et a toujours été considéré comme le témoin le plus ancien. Puisque l’enluminure des deux manuscrits est très proche, les critiques ont toujours pensé que Lm a inspiré la réalisation de Pi. CM reprend la discussion en soulignant que les deux manuscrits ont un « statut » différent : là où Pi est une simple transcription, un recueil des textes de Pétrarque, Lm doit être considéré comme une véritable édition que Lombardo della Seta a réalisée selon les pratiques philologiques de son époque, notamment sur le modèle de Coluccio Salutati (p. ccxli). Selon CM, la réalisation du manuscrit Pi précède celle de Lm : Lombardo della Seta aurait choisi de retenir la première version du De viris illustribus en faisant reproduire l’iconographie du manuscrit Pi, notamment la superbe miniature représentant le Triomphe de la Gloire. Les miniatures des deux manuscrits sont reproduites en couleur sur une double page à la fin de l’introduction. Les autres manuscrits contenant les douze biographies éditées par CM sont les suivants : M (Milano, Biblioteca dell’Università Cattolica del S. Cuore, Fondo Manoscritti, Visconti di Modrone, 2) et P (Paris, BNF, nouv. acq. lat. 1152).

9Le texte est établi avec soin et la traduction est à la fois précise et élégante. L’apparat critique en bas de page comprend sur un même étage l’indication des (rares) leçons corrigées et la varia lectio. Un étage inférieur comprend les indications des sources, et notamment les nombreuses citations bibliques, patristiques, classiques et médiévales qui émaillent la prose de Pétrarque. Les notes critiques attirent l’attention tout particulièrement sur les liens intertextuels qui situent le texte à l’intérieur de l’œuvre latine de Pétrarque (en particulier l’Africa, la section romane du De viris illustribus, le De vita solitaria, les épîtres, les invectives, les orationes, les Rerum familiarium libri CCI, les Rerum vulgarium fragmenta, le Secretum et les Triumphi). Une série de quatre index constitue un système de repérage très efficace et très utile : les citations des œuvres latines susdites, les manuscrits cités, les illustrations, les noms propres. Il s’agit en somme d’une édition érudite, solide, très bien documentée et aussi très soignée du point de vue typographique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Francesco Petrarca, De Viris Illustribus. Adam – Hercules, éd. Caterina Malta  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11748

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org