Navigation – Plan du site

Christine Mazzoli-Guintard, Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles)

Juliette Sibon
Référence(s) :

Christine Mazzoli-Guintard, Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 270p.

ISBN 978-2-7535-0823-1.

Texte intégral

1Christine Mazzoli-Guintard, spécialiste des villes andalusi, inscrit son étude dans le champ le plus récent de l’histoire urbaine d’al-Andalus, à savoir celui des « petites villes ». Si beaucoup d’encre a coulé sur Madrid « ville-frontière », l’ouvrage envisage Madrid « petite ville », madina sagira, telle que la qualifie al-Idrisi au XIIe siècle. En s’appuyant sur les multiples travaux consacrés à l’histoire de la ville et sur un large corpus de sources matérielles et de sources écrites, tant arabo-musulmanes que chrétiennes, l’auteur livre une enquête historique rigoureuse qui s’entrecroise avec une analyse philologique fine, fondée sur une connaissance solide de la langue et des textes arabes. La méthode consiste souvent à pallier l’absence de sources ou leurs incohérences et insuffisances par un retour sur la terminologie arabe. L’auteur rassemble toutes les mentions d’un terme et tâche de comprendre l’utilisation qu’en font les auteurs afin d’en saisir l’acception la plus juste possible.

2L’objectif est de montrer combien Madrid, ancrée dans le califat omeyyade dès 719, puis dans la taifa de Tolède (après 1009), avant d’entrer dans la mouvance de la Castille chrétienne (vers 1085), a été un acteur de l’histoire andalusi. La démarche est clairement exposée dans l’introduction : il s’agit de ne pas se cantonner à considérer Madrid seulement comme une « ville-frontière », ni de considérer la petite ville comme un modèle réduit de la grande ville. Il faut donc définir une autre cohérence, propre à la madina sagira.

3Trois voies de réflexion sont explorées : dans une première partie, celle de la fondation de Madrid (23 p.) ; dans une seconde partie, celle de l’expansion urbaine (103 p.) ; puis dans une troisième partie, celle de la projection de Madrid dans l’espace et dans le temps, au-delà du territoire de la ville proprement dit et au-delà de l’époque musulmane (59 p.).

4Érigée au rang de capitale par Philippe II en 1561, Madrid a suscité de nombreux travaux dont l’ampleur est sans doute disproportionnée eu égard au rôle que la petite ville a tenu en al-Andalus. Son site, tout d’abord, n’est pas un site de grande ville, dans la mesure où Madrid s’est développé sans rendez-vous avec un cours d’eau important (Chapitre 1). La petite ville fait coexister dans ses premiers temps des groupes autochtones et des Berbères venus du Maghreb, récemment convertis. L’étymologie de Magrit – lieu des magra/s, canaux souterrains destinés à extraire l’eau des profondeurs de la terre – et de ses variantes arabes et latines soulève deux problèmes qui sont loin d’être résolus (Chapitre 2) : celui de l’existence préislamique, impliquant que la ville n’a pas été fondée ex-nihilo par l’émir Muhammad Ier ; celui du rapport entretenu par les hommes au lieu. L’histoire de la fondation de Madrid est obscure, en effet. Elle est en tous cas plus complexe que ce que retient traditionnellement l’historiographie. En revenant au texte originel d’al-Razi (888-955/275-344), qui fournit la notice la plus complète sur le thème, l’auteur défend l’hypothèse que Madrid, qui existe déjà en 870-871, a été fondée par un émir bâtisseur dans le contexte de la réorganisation du territoire amorcée par les Omeyyades au IXe siècle, au moment où disparaît le contrôle de l’armée sur la collecte des impôts (Chapitre 3). Muhammad Ier a fait fortifier une implantation préexistante – attestée par l’archéologie –, selon un plan quadrilatère, sur le modèle de l’hisn. Il n’a pas seulement cherché à protéger la frontière face au roi d’Oviedo ; il a aussi voulu implanter solidement l’autorité omeyyade face aux rebelles tolédans. Pour l’auteur, la fondation de Madrid s’inscrit donc dans le cadre d’une politique centralisatrice. La ville serait née « pour les habitants de la frontières » (p. 51), pour abriter une administration capable d’assurer des rentrées fiscales indispensables au gouverneur mis en place par l’émir et chargé de faire exécuter les travaux nécessaires, puis d’envoyer les excédents de ressources à Cordoue. Madrid est aussi un foyer d’arabisation et d’islamisation des nouveaux convertis, un pôle régional d’homogénéisation de la population andalusi.

5Faute de sources, l’histoire de la croissance urbaine de Madrid jusqu’au XIe siècle est tout aussi obscure que celle de sa fondation au IXe siècle. L’auteur y consacre toutefois la partie centrale de son ouvrage et s’attelle, là encore, à apporter, sinon des réponses, du moins des hypothèses et des pistes de recherche.

6Le premier indice d’urbanité, qui marque le passage de la forteresse à la madina – c’est-à-dire à « l’espace parfait », catégorie supérieure de la civilisation –, est l’installation d’un gouverneur, qui atteste le rayonnement administratif de Madrid comme pôle structurant sur le plan fiscal, judiciaire, économique, religieux et culturel. Le croisement des sources textuelles et archéologiques permet de saisir une croissance sous forme de noyaux dispersés, proches de l’enceinte (Chapitre 4). La première enceinte quadrilatère, exhumée pour la première fois en 1953, englobait 4 ha. Quatre noyaux d’habitat extra-muros ont été mis au jour par les archéologues, dont le plus dense se situe au Sud de la muraille, sur la colline de Las Vestillas, qui est peut-être le noyau ayant préexisté à la fondation de l’hisn. Les archéologues ont localisé 145 silos et puits, qui servirent d’abord à stocker les excédents agricoles. Puis la conversion des silos à grains en dépotoirs confirme l’hypothèse de la mainmise de l’État omeyyade avec l’objectif de capter des ressources fiscales.

7C. M-G fait face aux divergences et contradictions de l’historiographie et défend les hypothèses qui lui semblent les plus convaincantes. Par exemple, si l’on considère communément, sans pouvoir le prouver cependant, que la citadelle urbaine ou quartier réservé au représentant de l’émir omeyyade, aurait été à l’emplacement du Palais royal, l’auteur considère que le site de l’actuelle cathédrale Santa María de la Almuneda, sise au Nord-Ouest de la ville fortifiée, est plus probable (Chapitre 5). En outre, le qanat, ou conduite d’eau souterraine, mis au jour Plaza de los Carros en 1983 serait d’époque islamique et prouverait la diffusion de la technique orientale en Occident dès l’époque omeyyade, c’est-à-dire avant les Almoravides, soit bien plus précocement qu’on le pensait jusqu’alors.

8Si Madrid est bien une « ville-frontière », la composition de sa société révèle qu’elle est aussi une ville pour la paix (Chapitre 6). Le gouverneur, dont les fonctions n’avaient guère retenu l’attention jusqu’à présent, est désormais mieux cerné grâce au grand chroniqueur cordouan Ibn Hayyan. Agent du fisc, en charge des constructions ordonnées par l’émir, le gouverneur lève les troupes et peut éventuellement remplir des fonctions militaires. Les Banu Salim, entrés en Al-Andalus au VIIIe siècle et restés fidèles à Cordoue, incarnent la fonction jusque dans les années 920-930. Ils sont ensuite destitués par l’émir omeyyade, pour une raison non éclaircie. L’hypothèse la plus plausible pour l’auteur est que face aux plaintes des administrés dans les provinces, l’émir a dû faire le choix entre des alliances et des destitutions de pouvoirs locaux. Il a alors été sans doute plus aisé de destituer des chefs locaux offrant peu de résistance, à l’instar des Banu Salim (p. 120).

9L’auteur tente également de saisir les différentes catégories sociales qui composent la société de la petite ville, et qui sont souvent très perméables, dans la mesure où un même individu peut appartenir à plusieurs groupes. C’est le cas notamment du marchand-lettré, à la fois savant, propriétaire terrien et marchand-voyageur. Le milieu des ulémas, proche des autorités urbaines, surreprésentés dans les sources, cache sans doute d’autres types de notables. Il atteste toutefois le rayonnement culturel de Madrid, qui est aussi un lieu d’enseignement. L’unique preuve archéologique est le fragment d’omoplate d’un bovin, poli pour être gravé de l’alphabet arabe (p. 130-131). À partir de la liste établie par l’auteur des notices biographiques des 21 savants connus à Madrid à l’époque islamique (p. 125-129), on perçoit combien les ulémas constituent un milieu composite, fait de savants, de marchands et de combattants. L’exemple d’Ibrahim b. Muhammad b. Baz al Qazzaz, réputé pour avoir introduit la lecture de Nafi’ b.’Abd al-Rahman en péninsule Ibérique, qui quitte Cordoue pour aller accomplir le ribat sur la frontière peu de temps après l’acte de naissance de Madrid, montre que des musulmans savants et pieux sont prêts à quitter la capitale omeyyade, foyer culturel par excellence, pour la petite ville périphérique de Madrid.

10Le ribat, en effet, ne sous-entend pas seulement une activité militaire. Il implique aussi une activité sans armes, à savoir des actes de piété, ainsi que la lecture et la diffusion du Coran. D’ailleurs, le dynamisme des artisans du souq, et des potiers en particulier, révèle que Madrid est aussi faite pour la paix. L’auteur soulève ici le paradoxe entre le fait que la petite ville soit toujours uniquement perçue comme une ville en armes, tandis que l’ensemble de la société andalusi est considérée comme si peu faite pour la guerre, si peu imprégnée du gihad du fait des liens permanents entretenus avec les Chrétiens.

11Petite ville faite aussi pour la paix, Madrid s’est sans doute ouverte à l’Autre. L’archéozoologie révèle la présence de porcs, qui laisse penser qu’une petite communauté chrétienne coexistait avec la majorité musulmane. Quant aux autres gens du livre, les juifs, qui n’apparaissent que très tardivement dans les sources médiévales, seules quelques pièces de céramique en rapport avec le culte hébraïque laisseraient penser qu’ils étaient déjà présents dès l’époque omeyyade.

12Prolonger l’étude de Madrid islamique dans l’espace et dans le temps enrichit et complète les deux problématiques envisagées par l’auteur : celle qui vise à préciser ce qu’est une petite ville andalusi et en quoi Madrid était aussi une madina sagira ; celle qui tend à montrer que Madrid a été un acteur de l’histoire andalusi au point que son héritage se soit perpétué jusqu’à aujourd’hui.

13Pour la dimension spatiale, l’auteur souligne une fois de plus que la caractéristique de « ville-frontière » ne saurait être exclusive pour saisir la Madrid islamique (Chapitre 7). En effet, l’examen du territoire militaire de la petite ville révèle des fortifications qui sont aussi tournées vers l’intérieur. L’implantation de tours de surveillance est aussi liée à la volonté initiale de « colonisation » d’une enclave économique, d’appropriation d’une périphérie mal dominée. Madrid est un élément du tagr, de la marche, que les Omeyyades prennent soin de fortifier tant pour le protéger que pour le dominer. Quant à savoir si Madrid était, à l’échelle du dar al-islam, un important nœud de communications ou un carrefour restreint, le dossier doit être à nouveau ouvert. Pour l’heure, l’auteur note quelques liens avec les horizons lointains, qui seraient la marque de la vitalité de cette petite ville.

14Une fois de plus, l’auteur examine et fait la synthèse de toutes les sources relatives au destin de Madrid dans la tourmente de la fitna d’abord, puis face à l’expansion chrétienne (Chapitre 8). Face aux incertitudes cordouanes, Madrid suit le destin de Tolède après 1009. Après 1025, la petite ville est rattachée à Tolède, dont elle devient l’une des villes dotées d’une mosquée à minbar. Quant au rattachement de Madrid au royaume de Castille par Alphonse VI, il est fort probable qu’il a eu lieu avant 1085, date de la reddition de Tolède, peut-être dès 1083. L’épisode reste cependant bien discret dans les sources médiévales et il ne prend toute son envergure qu’au XIXe siècle, au moment où se construit l’invention historiographique de la Reconquête. Quoi qu’il en soit, la ville reçoit le fuero de Tolède en 1118, puis est dotée d’une réglementation qui lui est propre ainsi que de nouvelles institutions urbaines en 1202.

15Se pose évidemment la question de la permanence de l’héritage islamique à Madrid, dès lors que la ville devient chrétienne. Cet héritage est porté par les mudéjars, organisés en aljama, dont la première mention date de 1329. Ils sont très présents dans les métiers de la construction et laissent leur marque dans le paysage architectural madrilène : le clocher de l’église San Pedro (fig. 25, p. 211) et la tour San Nicolás (fig. 26, p. 212) conservent encore des caractéristiques et des motifs décoratifs mudéjars. Après 1502, les morisques maintiennent le souvenir de Magrit jusqu’au début du XVIIe siècle.

16L’ouvrage riche et passionnant de C. M-G s’achève par une réflexion sur le souvenir de Magrit aujourd’hui, et par un état de la recherche en ce début de XXIe siècle (Chapitre 9). Des forces antagonistes agissent, celles qui tentent de faire disparaître le legs musulman, et celles qui, au contraire, tentent de l’exhumer. L’auteur se range indubitablement du côté des secondes. Elle clôt son propos par une réflexion qui place l’histoire urbaine au cœur du débat sur les racines de l’Europe. L’enjeu, selon elle, s’inscrit bien au-delà de l’histoire même de la ville, voire de l’histoire de l’Espagne, dans la mesure où Madrid est la seule capitale européenne « au rendez-vous des civilisations » (p. 220).

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Sibon, « Christine Mazzoli-Guintard, Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11739

Haut de page

Auteur

Juliette Sibon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org