Navigation – Plan du site
Regard sur une œuvre : Adenet le Roi

Berte as grans piés et l’abolition des frontières génériques chez Adenet le Roi

Anne Berthelot
p. 329-347

Résumés

À la différence des autres œuvres du trouvère que l’on appelle Adenet le Roi, Berte as grans piés se présente comme un texte ambigu, hybride, qui ne cesse de décevoir les attentes du lecteur et se construit, semble-t-il de prime abord, « en dépit du bon sens ». Dès le prologue, le narrateur prend un certain nombre de libertés par rapport aux topoi génériques en vigueur, et la manière dont il traite le matériau – relativement hétéroclite, d’ailleurs – dont il dispose conduit à s’interroger sur la senefiance de l’aventure improbable de Berte, épouse du roi Pépin et future mère de Charlemagne, ainsi que sur le genre dont relève en définitive ce texte qui n’est ni roman, ni chanson de geste, nie vie de sainte, mais un peu des trois à la fois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une introduction générale à l’œuvre d’Adenet et l’édition du texte qui nous occupe ici, voir (...)

1Adenet le Roi constitue une énigme pour le médiéviste : à première vue, l’existence de ce trouvère de la seconde moitié du XIIIe siècle, doté d’une bibliographie de quatre titres non discutés, est une aubaine pour une critique en mal de personnalités stables dans le monde des lettres de cette époque. Malheureusement, un examen plus approfondi de l’œuvre attribuée à Adenet révèle l’existence de questions, voire de difficultés, quasiment insolubles au niveau de la répartition générique1. Si personne ne discute la qualité de « roman » de Cleomadés, dont il existe d’ailleurs un double presque parfait dû à la plume de Girart d’Amiens, le Meliacin lui aussi identifié sans hésitation comme roman, les choses se gâtent dès qu’on aborde les trois autres, à savoir Berte as grans piés, les Enfances Ogier, et Buevon de Commarchis. S’il faut absolument leur attribuer une étiquette, c’est à celle de chanson de geste qu’on a recours – et les deux derniers ouvrages, tout du moins, satisfont à la majorité des critères définitoires de ce genre. Certes, Buevon ne peut être rattaché à aucun cycle épique connu, et les Enfances Ogier abordent sous un angle inattendu la carrière d’un héros relativement atypique. Ces écarts sont cependant mineurs lorsqu’on les compare à ceux que dénote Berte as grans piés.

  • 2  Voir la récente édition de J.-L. Leclanche : Robert d’Orbigny, Le Conte de Floire et Blanchefleur, (...)

2Si l’on part de l’idée simple, voire simpliste, que la chanson de geste est une œuvre épique dépeignant les affrontements guerriers entre Chrétiens et Sarrasins, ou parfois, comme dans le Cycle des Barons révoltés, entre vassaux et suzerain, ou entre deux lignages, Berte ne peut qu’être trouvée insuffisante : pas une seule bataille, pas trace de conflit entre états ou entre personnes. L’intrigue relève entièrement de la sphère du privé. Néanmoins, les personnages centraux, la reine Berte et le roi Pépin, se rattachent indubitablement à la « matière de France », puisque ce sont, officiellement, les parents de Charlemagne, et on retrouve, en mineur, certaines autres figures épiques, comme le très jeune Naime, qui sera, bien plus tard, le fidèle conseiller de l’empereur. La nomenclature ne saurait toutefois suffire à déterminer le genre auquel appartient un texte, d’autant que dans ce cas les informations qu’elle fournit ne sont pas dépourvues d’ambiguïté : en effet, le roi et la reine de Hongrie, les parents de la jeune Berte, sont appelés Floire et Blanchefleur, comme les héros d’un « roman idyllique » du XIIe siècle2. Faire de Berte as grans piés un roman paraît plus satisfaisant… à condition de ne pas s’arrêter à la forme du texte, composé de laisses d’alexandrins assonancées. Mais, si nous sommes en présence d’un roman, de quel type de roman s’agit-il ? Les souverains de Hongrie n’ont de commun que le nom avec le jeune fils du sultan de Galice et la fille de son esclave chrétienne, dont les aventures se déroulent dans un Orient à moitié imaginaire, et non au cœur de l’Europe. Le motif de la fiancée substituée remplace l’argument des amours enfantines dans le texte d’Adenet ; tout au plus pourrait-on repérer un certain parallélisme dans le thème de la « fausse mort » qui figure dans les deux œuvres – mais de manière en définitive variée. On aurait plutôt, a priori, plus de chance du côté de l’hagiographie, puisque certains choix de l’héroïne correspondent à ceux d’une sainte cherchant à échapper à des soupirants indésirables. Néanmoins, Berte n’est pas une sainte, les raisons pour lesquelles elle décide de préserver sa virginité tout en dissimulant son identité ne sont pas très claires, et certains aspects du dénouement sont en contradiction flagrante avec une perspective hagiographique. En définitive, on ne peut que conclure dans le cas de Berte as grans piés à une volonté délibérée d’hybridation de la part d’un auteur qui ne suscite les attentes de son lecteur que pour mieux les décevoir.
   

3Regardons les choses d’un peu plus près. D’emblée le prologue témoigne d’une curieuse hétérogénéité de la matière :

[…] le livre as estoires me moustra et g’i vi
L’estoire de Bertain et de Pepin aussi
Comment n’en quel maniere le lion assailli;
[…] la vraie estoire emportai avoec mi,
Si com Berte fu en la forest par li,
Ou mainte grosse paine endura et soufri. (v. 10-12 et 17-19)

  • 3  Qu’il s’agisse ou non de Girart de Roussillon et de Fouque, son cousin et allié, est ici d’une imp (...)

4L’« histoire de Berte et de Pépin » – de Pépin « aussi », ce qui ne manque pas d’insister sur la qualité de protagoniste de la seule Berte – est associée à l’aventure du lion, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle occupe une place réduite dans le récit. En fait, la présentation d’Adenet est doublement trompeuse, puisque le lecteur est naturellement porté à supposer à la fois que l’épisode du lion sera largement développé, et que le fauve va rencontrer Berte dans la forêt où elle subit de si grandes souffrances. En outre, après cette laisse programmatique et apologétique (nous y reviendrons dans un instant), la narration démarre en amont du sujet annoncé, au temps de Charles Martel, de son épouse (qui reste anonyme, comme on pouvait s’y attendre), et de leurs deux fils, Carloman, bel exemple de chevalier qui se retire du monde pour devenir moine dans un monastère, et Pépin, le héros désigné de l’œuvre à venir. Les qualificatifs décernés à Charles Martel sont à la limite du péjoratif (« fels et fiers et de grant estoutie »), les allusions à ses combats victorieux contre un parti opposé mené par « Gerart et Foucon »3 tournent court puisque cette guerre s’achève en quatre vers, et la référence insolite aux Vandales (« Wandres ») est en quelque court-circuitée par un motif de « reverdie » qui nous amène à une scène de cour pendant laquelle le fameux lion va s’échapper, et le roi Charles Martel s’enfuir de manière fort peu glorieuse.

  • 4  On mentionne son lignage, et les guerres liées à cette alliance, mais de façon très elliptique : « (...)

5La troisième laisse présente des caractéristiques analogues : elle boucle l’histoire du lion, sans en tirer de conclusions particulières, expédie ad patres Charles Martel et sa femme, et traite du premier mariage de Pépin sans pour autant mentionner le nom de son épouse4. Il est difficile à première lecture de déterminer si les peines endurées par le roi du fait de cette union sont causées par les guerres qu’elle a suscitées ou par l’absence persistante d’héritier au fil des années. Un brusque changement de registre intervient à la mort de cette première compagne, puisque le trouvère choisit de développer ici le motif des barons poussant au mariage de leur seigneur et proposant des fiancées possibles : motif romanesque par excellence, alors que l’intertexte affleurant jusque-là était fortement épique, mais aussi motif quelque peu « bâclé » puisque Pépin n’émet aucune objection quand on lui propose la fille du roi de Hongrie, et que les parents de la jeune fille donnent immédiatement leur consentement. Au vers 184 du texte, on a déjà parcouru plusieurs ébauches de scénario qui auraient pu suffire à composer une chanson de geste ou un roman de dimensions modestes. Et rien, cependant, ne permet de déterminer vers quel « genre » l’œuvre va se tourner, ni quel matériau elle va exploiter, après avoir si rapidement « écrémé » de nombreuses séquences préexistantes.

6Ce début non dépourvu de virtuosité a peut-être pour fonction de souligner la valeur de l’écrivain en mentionnant avec une feinte désinvolture une large gamme de sujets qui témoignent de sa culture. Mais il témoigne aussi d’une sorte d’hésitation au niveau générique. Les motifs qui s’enchaînent dans les laisses initiales tendent à se rapprocher davantage de la topique romanesque que de celle des chansons de geste traditionnelles. La laisse prologue elle-même reprend et module la plupart des topoi de la mise en écrit présents dans les romans du XIIe siècle :

A l’issue d’avrill, un tans douç et joli,
Que herbeletes pongnent et pre sont raverdi
Et arbrissel desirent qu’il fussent parflori,
Tout droit en cel termine que je ici vous di,
A Paris la cité estoie un venredi;
Pour ce qu’il ert devenres, en mon cuer m’assenti
K’a Saint Denis iroie por priier Dieu merci.
A un moine courtois, c’on nonmoit Savari,
M’acointai telement, Damedieu en graci,
Que le livre as estoires me moustra et g’i vi
L’estoire de Bertain et de Pepin aussi.
[…]

Aprentiç jougleour et escrivain mari,
Qui l’ont de lieus en lieus ça et la conqueilli,
Ont l’estoire faussee, onques mais ne vi si.
Ilueques demorai de lors jusqu’au mardi
Tant que la vraie estoire enportai avec mi.
[…]

L’estoire iert si rimee, par foi le vous plevi,
Que li mesentendant en seront abaubi
Et li bien entendant en seront esjoy. (v. 1-11, 12-17 et 20-22)

7Quelques détails, toutefois, marquent d’emblée l’écart par rapport au « profil » classique de l’œuvre et de l’écrivain. Ainsi, le motif de la « reverdie » aboutit curieusement, non à une scène courtoise, mais à une visite à l’abbaye de Saint-Denis, pour y prier étant donné qu’on est vendredi. La rencontre « courtoise » a lieu toutefois, mais le personnage qui se voit attribuer cette épithète est, paradoxalement, un moine, un moine dont le narrateur anonyme, bien qu’extrêmement présent par le biais d’une série de pronoms et de formes verbales de première personne, fournit obligeamment le nom tout en plaçant leurs relations sur un plan un peu déconcertant. En effet, « s’accointer  de », en règle générale, n’est pas un terme que l’on emploie au XIIIe siècle pour définir un lien en quelque sorte professionnel – entre deux « clercs » dont l’un montre un manuscrit à l’autre comme s’il s’agissait de lui concéder une faveur amoureuse. Pourtant, la mention de « Savari » apparaît en définitive ressortir à une stratégie déceptive, puisque loin d’élaborer sur cet étrange lien entre la personne d’énonciation et le « gardien » du texte, l’attention se détourne immédiatement vers « l’estoire » – ou plus exactement « le livre as estoires ». La nuance est importante, puisqu’elle suggère l’existence d’autres histoires, momentanément laissées de côté, en réserve, en quelque sorte. Mais, dans ces conditions, pourquoi se focaliser sur celle de Berte, augmentée du codicille « Pepin aussi », et de la référence au lion, dont le rôle est si mineur dans la suite du récit ? De la sorte, les vers programmatiques se révèlent comme au moins porteurs d’une information tronquée, sinon délibérément trompeurs.

  • 5  Thomas signale, au début de l’épisode de Tristan le Nain, qu’il existe plusieurs versions divergen (...)

8La référence aux rivaux incompétents, quant à elle, est parfaitement dans la norme, et se rencontre dans à peu près tous les genres narratifs, du Tristan de Thomas à la Vie de saint Thomas Becket de Guernes de Pont-Sainte-Maxence5 – et à des « chansons de geste » relativement tardives comme Huon de Bordeaux. Tout au plus pourrait-on voir un signe des temps dans la mention, au côté des mauvais « jougleour », de mauvais « escrivains », comme si la profession de rapporteur d’histoires se divisait désormais en deux catégories parallèles, correspondant aux formes orales et aux formes écrites d’une littérature en devenir. Mais si la revendication de supériorité du narrateur-auteur de l’œuvre en cours de présentation est parfaitement conforme au code en vigueur et à l’attente du public au sens le plus large, les détails qui suivent font fortement pencher la balance du côté du « roman », en évacuant les références à une possible oralité.

  • 6  Voir, pour ces deux cas de figure, Chrétien de Troyes : dans le prologue d’Erec et Enide,il affirm (...)
  • 7  Voir Perceforest. Première partie, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 2007, p. 69-73 (§§ 80-85).

9Ce qui est d’abord très perturbant, en effet, c’est le fait que le « je » en position de force dans le système d’énonciation se vante d’avoir emporté la « vraie » histoire avec lui – c’est-à-dire, d’en avoir pris copie dans l’intervalle de temps qu’il précise, du vendredi au mardi. En précisant qu’il va en donner une version rimée, ce « scribe » toujours anonyme, dont on peut même dire qu’il se dissimule derrière le seul nom de personne non fictive fourni dans ce prologue, à savoir celui de Savari (pourquoi donner le nom d’un second rôle qui disparaît aussitôt après avoir été mentionné et pas celui du « copiste » ou compilateur ?), accède au statut d’auteur à part entière, ajoutant sa « griffe » au matériau brut, et par inférence en prose, qu’il a rapporté de l’abbaye. L’attention portée à la transmission de la chose littéraire a acquis un certain degré de sophistication au temps d’Adenet : il ne suffit plus de renvoyer le lecteur à une bibliothèque où il pourra voir l’original du texte qu’il est en train de lire, ou de mentionner casuellement le livre fourni par un commanditaire6. La séquence de micro-narration, décrivant les circonstances de la rencontre avec la version authentique de l’« estoire » et celles de sa transformation en texte littéraire, correspond davantage à une esthétique de la vraisemblance qui trouvera, en un sens, son développement complet dans le prologue historico-linguistique du Perceforest7. L’attention à la forme, « ryme » vs prose, se substitue simplement dans ce cas à l’attention aux langues (du grec au latin, du latin au breton, du breton au français…). Néanmoins, alors que ces indices nous orientent vers une lecture générique de type « roman », les deux derniers vers du prologue réintroduisent l’oralité, en même temps qu’ils suggèrent une exigence de l’auteur vis-à-vis de son public : les deux catégories présentées sont toutes deux des catégories d’auditeurs, mais il y en a de bons, et de mauvais. L’interaction entre l’auteur-prestataire de l’œuvre et ses consommateurs reconduit donc la dichotomie entre bons et mauvais « jongleurs » ou écrivains ; elle fonde en droit une revendication de qualité, mais elle fonctionne aussi comme une marque de maîtrise de la part de la première personne d’énonciation : si ceux qui n’apprécient pas l’œuvre sont « mesentendant », cela signifie que le rapport d’autorité va de l’« auteur » à l’auditeur, et non l’inverse, comme on pourrait s’y attendre dans le cadre d’une littérature « sur commande », ou d’une performance où l’« acteur » dépend de la bonne volonté de son audience.

10Cependant, malgré tout, ce qui se dégage de ce « pré-récit » chaotique, c’est une impression décidément romanesque, qui confirme l’originalité du vers 11 : l’histoire sera avant tout celle de Berte, et ses tribulations, comme l’annonce le vers 178, seront causées par une autre femme, « la serve », et non par un conflit guerrier entre lignages ou nations. Il appert dans la suite que le modèle, toutefois, n’est pas exactement celui qu’on attendrait : si Adenet joue sur sa maîtrise de l’intertexte, il traite avec une certaine désinvolture les lois du genre qu’il prétend illustrer, en multipliant les références à une « estoire » très éloignée du répertoire des chansons de geste, celle de Tristan – ou plutôt, comme le dirait Chrétien de Troyes, celle « du roi Marc et d’Yseut la Blonde ». En effet, quels sont les partenaires d’un mariage royal apparemment voué au désastre ? Un roi veuf, que l’on peut donc supposer plus âgé que sa nouvelle fiancée, et une princesse lointaine, qu’il décide d’épouser sur la seule réputation de sa beauté, chantée par ses barons qui veulent absolument un héritier.

11Là-dessus, si l’épisode de l’ambassade auprès des souverains de Hongrie (Floire et Blanchefleur, donc, ces « indices » d’un autre système de référence brutalement implantés dans l’espace carolingien) est traité efficacement, sans fioritures excessives, le lecteur n’en est pas moins surpris par le chagrin spectaculaire dont témoigne la jeune Berte. Ses parents acceptent sans hésitation de la laisser épouser Pépin, l’existence d’un frère et d’une sœur garantissant le prolongement de leur propre lignage ; à la cour de Hongrie, où la langue « de culture » est le français – élégant détail qui court-circuite les traditionnelles difficultés linguistiques des voyageurs de l’époque et la nécessité des « truchements » –, personne ne semble avoir besoin d’une princesse supplémentaire. En revanche, Berte elle-même ne paraît pas du tout sensible à l’honneur qui lui est fait ; elle n’intervient dans le texte que pour manifester une profonde douleur, à chaque fois qu’elle se trouve en position de sujet grammatical :

Berte la debonaire, qui n’ot pensee avere,
Molt durement plorant prent congié a son pere. (v. 135-136)

Ou encore :

Le jour que ele dut sa voie avoir emprise
S’est devant le roi Floire son pere a genols mise,
En plorant prent congié sans mal et sans faintise. (v. 170-172)

Et pour finir, juste avant la mention des larmes des « gens de cele terre », au moment du troisième et dernier « congé » :

Quant Berte ot pris congié a son pere au cuer vrai,
Forment li duelt li cuers, molt fu en grant esmai. (v. 179-180)

D’autres manifestations de deuil interviennent au moment de la séparation entre la mère et la fille, ou entre Berte et sa sœur, la reine et la princesse s’évanouissant toutes deux de douleur.

  • 8  L’attachement réciproque de Berte et du roi Floire a une tonalité quasiment incestueuse, que vient (...)
  • 9  Pour cette séquence du Lancelot, voir La Fausse Guenièvre (Lancelot du Lac III), éd. et trad. F. M (...)
  • 10  « […] plus bele rien ne sai » (v. 186), dit la reine à propos d’Aliste, comme si la beauté de Bert (...)

12Quelques détails supplémentaires contribuent à étayer les soupçons que le lecteur peut concevoir à l’égard de cette famille secrètement dysfonctionnelle : le père auquel Berte témoigne un attachement si intense lui recommande de continuer à ressembler à sa mère8, la jeune fille le prie de saluer de sa part son frère, étrangement absent de la scène des adieux, et la reine confie à son enfant la « serve » Aliste, avec sa mère Margiste et son cousin Tybert, en insistant sur le fait qu’elle aime d’autant plus Aliste que celle-ci ressemble vraiment beaucoup à Berte ! Bien sûr, ce motif de la ressemblance entre une « vraie » et une « fausse » reine rappelle immédiatement l’épisode célèbre du Lancelot, où la « Fausse Guenièvre » vient à la cour d’Arthur accuser sa demi-sœur d’usurpation et de tentative de meurtre9. Néanmoins, puisque personne à la cour de France ne connaît aucune des deux jeunes femmes, et que d’autre part la résolution de la crise repose précisément sur le fait qu’il existe un moyen imparable de les différencier, on ne voit pas très bien l’intérêt de cet excursus, si ce n’est qu’il suggère une sorte de déficit dans l’amour maternel de la reine pour sa véritable fille10.

13Quoiqu’il en soit du réseau de relations familiales et para-familiales à la cour de Hongrie, le récit revient en toute hâte en France, et marie Berte à Pépin sans même suggérer une rencontre préalable entre les deux personnages : le mariage est célébré à la laisse X, « tout le monde » admire Berte, et celle-ci est désormais désignée par son titre : « la reine ». Le « trouvère » Adenet trouve moyen de s’attarder sur les festivités qui suivent la cérémonie, en mentionnant par leur nom les deux principaux jongleurs qui viennent exercer leurs talents devant la jeune souveraine. Mais le roi Pépin brille par son absence, même lorsque l’on conduit Berte à sa chambre où on la laisse seule afin de ne pas trop la « travillier ». Là-dessus, la « trahison » de Margiste, « l’orde vielle pullante », est annoncée en peu de mots, et sans la moindre explication : elle veut, sans doute, assurer l’avenir de sa fille, cette « seconde Berte » presque plus belle que la première, mais elle apparaît comme une caricature de traîtresse, sans justification dramatique ni psychologique.

  • 11  « J’aim mieus que ele muire que vous, mentir n’en quier » (v. 333), affirme-t-elle.
  • 12  Contrairement à ce qui se passe, par exemple, dans l’épisode du géant du Mont-Saint-Michel dans le (...)

14Afin de mener à bien son projet de « substitution d’épousée », elle fait d’obscures et menaçantes allusions à la mort qui attend l’objet des attentions du roi Pépin pendant la nuit de noces : elle a grand peur, dit-elle, que Berte n’y survive pas, et elle préfère mettre sa fille à sa place dans le lit conjugal, au risque de la perdre11. Dans la mesure où le péril n’est pas moindre pour la « serve » que pour la princesse12, et où il n’est pas précisé en quoi ce péril est personnellement lié au roi Pépin, il semble clair que ce qui est en cause ici, c’est un rejet et une démonisation absolue de la sexualité : la consommation du mariage est perçue comme mortelle, dans tous les cas de figure. La réaction de Berte est éclairante ; pour la première fois depuis son entrée en scène, elle passe des larmes au rire :

Grant joie ot la roÿne quant ele ot la maniere
Conment du roi Pepin se porra traire arriere. (v. 337-338)

15Comme la suite le confirmera, Berte éprouve une véritable aversion pour la sexualité : sa préoccupation essentielle, quand elle vit avec la famille de Symon, est de préserver sa virginité, au point qu’elle faillit à son vœu et révèle sa véritable identité à Pépin au moment où celui-ci veut coucher avec elle. Si, par certains côtés, ce comportement nous rapproche d’un schéma hagiographique avec Berte dans le rôle de la sainte, il reste que dans le cadre d’un texte lignager dont le propos est précisément de raconter la venue au monde de celui sans lequel l’univers entier de la chanson de geste ne pourrait exister, ce refus du « devoir conjugal » apparaît comme un peu singulier.

16La suite de la séquence renforce ce malaise. Tout d’abord, il est bien précisé que Pépin, cette nuit-là, a rempli son rôle de chef de lignage :

Cele nuit fist li rois toute sa volenté
De la tres fausse serve, plaine de mauvaisté:
Un hoir i engendra […] (v. 404-406)

  • 13  D’un point de vue « historique », toutefois, on pourrait lire cette succession de mariages plus ou (...)
  • 14  Précisons d’ailleurs que cette conception a lieu dans la forêt, c’est-à-dire dans l’espace sauvage (...)

17Certes, il s’agit d’un « mauvais hoir », Rainfroi, son frère Heudri ne vaudra pas mieux, et tous deux seront éliminés par la suite de la généalogie. Mais on est en droit de s’interroger sur les mésaventures matrimoniales d’un roi dont le premier mariage est stérile, et qui engendre ensuite ses deux fils premiers nés en une femme d’origine servile, entièrement inappropriée pour cette fonction13. Ajoutons à cela que, lorsqu’il rencontre Berte dans la forêt, Pépin est immédiatement si « échauffé de luxure » qu’il s’en faut de peu qu’il ne la viole sur place, et qu’il lui offre en tout cas de devenir sa concubine officielle – en raison du petit problème légal qui lui interdit un troisième mariage. Les antécédents de Charlemagne sont rien moins que glorieux ; notons d’ailleurs que lorsque, enfin, Pépin peut posséder Berte en toute légitimité14, ce n’est pas un fils qu’il engendre, mais seulement une fille – et qui plus est, une fille dont le nom rappelle la ruse et la tromperie, et dont la fonction essentielle est d’être la mère de Roland… ce qui n’est pas si positif que cela, à une époque où la paternité incestueuse de celui-ci est largement reconnue :

Cele nuit jut Pepins avoeques sa moillier.
[…]

Une fille engendra, de ce n’estuet cuidier,
Gille ot non et fu mere Rollant le bon guerrier. (v. 3169 et 3171-3172)

  • 15  Voir Tristan et Yseut. Les premières versions européennes, p. 548-554 ; nous n’avons pas, malheure (...)
  • 16  Inversement, suivant les conseils de Margiste, Berte « la debonaire » n’a vu aucune objection à pa (...)

18D’autre part, la mise en scène qui au petit matin aboutit, non pas comme dans la scène parallèle de l’« estoire de Tristan », à l’exclusion définitive de la véritable épouse et à sa condamnation pour tentative de meurtre souligne les aspects dangereux et réellement « sanglants » de toute activité sexuelle. Margiste a recommandé à sa fille de cacher un couteau dans le lit conjugal et de s’en blesser elle-même à la cuisse afin de faire croire que c’est Berte qui l’a lâchement attaquée : on ne saurait trouver métaphore plus parlante de l’horreur de la défloration ! Chez Gottfried de Strasbourg, et sans doute chez Thomas d’Angleterre15, la substitution de Brangien à Yseut pour la nuit de noces est rendue nécessaire, non pas par un « défaut » du roi Marc, mais par le fait que la reine n’est plus vierge ; et si Yseut décide de faire tuer sa suivante ensuite, c’est parce qu’elle craint que celle-ci n’ait tellement apprécié son expérience sexuelle avec Marc qu’elle ne désire prendre définitivement la place de sa maîtresse dans le lit du roi : on est donc en présence d’une conception de la sexualité diamétralement opposée à celle qui apparaît dans Berte as grans piés. Dans le texte d’Adenet, le seul moment que Berte passe dans le lit de ses noces est celui où, éberluée et menacée de mort par Margiste, elle est jetée en travers de la couche et liée par les serviteurs qui obéissent au roi : scène primitive d’horreur et d’incompréhension, qui rappelle d’une certaine manière ces fabliaux où la jeune épousée se soumet à toutes sortes de mauvais traitements parce qu’elle ne sait pas à quoi s’attendre de la part de son mari en guise de « consommation » du mariage16.

  • 17  De même, pourquoi aller si loin pour mettre à mort la jeune femme, alors que le roi était tout prê (...)

19L’épisode de Berte conduite dans la forêt pour y être mise à mort – son cœur devant être rapporté à Margiste – suit le schéma tristanien, dans lequel Yseut veut faire tuer Brangien (alors même que celle-ci lui a rendu un signalé service), mais aussi, de façon générique, le schéma des contes du type « Blanche-Neige » où une mauvaise reine/sorcière cherche à éliminer une jeune rivale. Adenet prend ses distances vis-à-vis du matériau folklorique qu’il réutilise, cependant, en laissant subsister dans les péripéties de la séquence un certain nombre d’incohérences ou de contradictions qui témoignent du peu d’importance qu’il accorde au scénario narratif per se. Ainsi, Tibert prend grand soin de nourrir et d’abreuver sa captive pendant leur voyage, même si pour ce faire il ne lui délie les mains que sous la menace de son épée…17 L’altercation entre Moran et Tibert, la « victoire » de Moran et de ses compagnons qui empêchent Tibert d’en finir avec Berte, mais acceptent de prétendre avec lui qu’ils ont accompli leur mission et que la jeune femme est morte, la « cote mal taillée » qui aboutit à l’abandon de Berte au milieu des terreurs d’une forêt « soutaine », tout cela suggère que l’auteur ne s’intéresse pas à ces aventures secondaires : ce ne sont que des hors-d’œuvre qui conduisent le lecteur aux véritables morceaux de bravoure du récit.

20Ces morceaux de bravoure sont d’une part l’errance de Berte dans la forêt et son adoption par la famille du « forestier » Symon, d’autre part le voyage de la reine Blancheflour à Paris et sa découverte du subterfuge. Comme on l’a signalé, les trois premières laisses du texte consument une énorme quantité de matériaux narratifs, de quoi faire, sinon une chanson de geste pleine et entière, du moins un « premier vers » romanesque de taille conséquente. Le rythme se ralentit un peu par la suite, mais le voyage des ambassadeurs en Hongrie, les noces de Berte et Pépin, et les événements de la nuit de noce, jusqu’à, pour ainsi dire, l’arrivée de Berte à pied d’œuvre, dans la forêt sont expédiés en 22 laisses, et environ six cents vers, alors que l’errance de la jeune femme au milieu des bois s’étend sur 20 laisses, et plus de quatre cents vers, sans parler de sa rencontre avec l’ermite, qui la repousse, puis avec l’ourse qui la terrifie au point de la faire s’évanouir. Il ne se passe pourtant rien, dans ce long espace textuel : Adenet exploite au mieux la technique des laisses parallèles, reprenant indéfiniment, avec des variations mineures, la même situation et les mêmes commentaires, au point qu’il est difficile de se souvenir qu’en définitive Berte ne passe jamais qu’une nuit dans la forêt… L’héroïne est seule dans les bois, elle est privée du confort dû à son rang, elle a peur de la « sauvagine », elle prie Dieu et la Vierge de lui venir en aide : rien de plus, si ce n’est que l’auteur se complaît à la description de cette féminité éplorée – si touchante que l’ermite refuse de lui venir en aide, de crainte que la tentation ne soit trop forte pour sa vertu.

  • 18  Une variation sur ce motif est celle du quasi fabliau d’Alibech et Rustico, où la jeune fille dési (...)
  • 19  Voir Jean Renart, L’Escoufle, éd. F. Sweetser, Genève, Droz « TLF », 1974. L’héroïne, Aelis, est a (...)

21C’est là un motif hagiographique classique : soit que la demoiselle soit effectivement une tentatrice qui vient mettre à l’épreuve un saint homme, soit qu’elle désire se retirer du monde et n’en soit empêchée par des ermites peu vertueux18. De même, l’accueil généreux que réserve à la pauvre errante Symon « le voier », sa femme Constance et ses deux filles Ysabiaus et Aiglantine relève d’un topos du roman « réaliste » : on en rencontre une version très proche dans L’Escoufle de Jean Renart, par exemple19. Ce qui est beaucoup plus surprenant dans Berte as grans piés, c’est la manière obsessionnelle dont Berte s’obstine à dissimuler son identité, le vœu qu’elle fait de ne jamais révéler qu’elle est la fille du roi de Hongrie et l’épouse du roi de France, et pour finir sa satisfaction profonde à l’idée qu’elle n’est plus désormais mariée à un homme, mais à Dieu. Que tous ces éléments se rattachent à la peur panique de la sexualité manifestée d’emblée par Berte, qui jouera encore un rôle crucial dans le dénouement puisque Berte, parfaitement heureuse dans son célibat volontaire, ne se décidera à avouer qu’elle est l’épouse de Pépin qu’afin d’éviter les étreintes d’un homme… ce même Pépin qu’elle n’a pas reconnu, cela est parfaitement clair. La formulation du vœu de Berte est très significative : alors que personne en fait n’est à sa recherche, s’engager à dissimuler son identité est une monnaie d’échange acceptable vis-à-vis de Dieu, en échange justement du salut de la jeune femme qui se croit aux portes de la mort. Mais la précision introduite par Berte dans le texte de son serment suggère une hiérarchie des valeurs un peu différente, et que ce n’est pas un si grand sacrifice que de renoncer à son statut d’épouse :

[…] ja mais ne dirai, tant com porrai durer,
Que soie fille a roi ne k’a Pepin le ber
Soie femme espousee […].
Je le diroie avant, pour moi faire douter,
Que dou cors me laissasse honnir ne vergonder;
Ma virginité vueil, se Dieu plaist, bien garder,
Car qui pert pucelage, ce est sans recouvrer. (v. 1050-1052 et 1056-1059)

22Le sentiment est louable, et fort chrétien, mais un peu surprenant dans la bouche d’une femme de roi dont le rôle est clairement défini comme celui de la future mère d’un héritier royal. On a l’impression que deux modèles narratifs incompatibles, celui – pour dire vite – du roman lignager, et celui de la « vie de sainte » se télescopent dans la figure de Berte, dont le chagrin à la perspective de ses noces royales prend rétrospectivement une coloration différente, surtout lorsqu’on lit la prière qui clôt cette partie du récit :

Vous m’avez marïee a un riche mari,
Car je suis marïee a Dieu qui ne menti:
[…]

Qu’il soit garde de vous si que de cuer l’en pri,
Et dou bon roi mon pere, le chevalier hardi. (v. 1440-1444)

23Ce que veut dire Berte, bien sûr, c’est que la reine Blancheflour serait bien surprise, et bouleversée, de savoir que sa fille, trahie par la « serve », a dû renoncer à son royal époux et s’en remettre à Dieu. Cependant, le concept de « mariage divin » s’applique ordinairement aux nonnes, et plus précisément aux saintes, et il faut faire abstraction du sens obvie des vers pour s’en tenir à leur signification sarcastique. En outre, l’époux humain, le roi Pépin, brille par son absence dans les intentions de prière de Berte : elle recommande bien à Dieu un roi, bon chevalier hardi, mais il s’agit de son père, conjoint à sa mère dans l’esprit de la jeune femme. Elle renonce à Pépin et à son rang dans la société avec une légèreté qui n’est pas entièrement louable d’un point de vue médiéval ; enfin, d’un point de vue narratif et générique, cette renonciation de la part de l’héroïne détourne le texte en train de s’écrire de l’épopée, ou du récit lignager, vers le roman d’aventures ou la vie de sainte.

  • 20  Le texte, comme il convient, ne manque pas d’insister sur le principe de rétribution divine, qui n (...)
  • 21  Dans le même mouvement, d’ailleurs, Blancheflour insiste sur le très grand amour que Floire porte (...)

24Berte étant en quelque sorte « mise sur la touche », l’attention du narrateur est reportée sur ce qui devrait être, après tout, la scène centrale de l’aventure : la cour de France, où règne l’usurpatrice. Il semble toutefois qu’il n’y ait pas grand-chose à en dire : la « serve » se montre d’une rapacité indigne de ses origines nobles supposées, elle amasse un grand trésor au lieu de faire preuve de « largesse » et se fait conséquemment haïr par son peuple. Ses fils, brillante illustration de l’adage « mauvais sang ne saurait mentir », marchent sur ses traces… et personne ne semble trouver vraiment à redire à la situation. De manière analogue, des changements considérables interviennent à la cour de Hongrie, la sœur et le frère de Berte meurent tous deux « dans les quatorze mois » qui suivent le mariage – mais en dépit d’une timide tentative du roi Floire pour « adopter » l’un de ses petits-fils présumés pour le trône de Hongrie, le statu quo n’est pas remis en question. « [P]rès d’uit ans et demi » (v. 1885) s’écoulent avant que la reine Blancheflour, à la suite d’un rêve qu’on ne peut guère qualifier de « prémonitoire », ne demande au roi son époux de l’autoriser à rendre visite à leur seule enfant survivante, qu’ils aiment tous deux plus que tout au monde, mais dont ils ne semblent guère s’être souciés pendant les huit années en question20. Le voyage de la reine de Hongrie, et surtout son accueil à Paris par le roi Pépin, sont essentiellement surprenants par la précision des détails et l’insistance sur la sollicitude du souverain à l’égard de sa belle-mère ; quand Blancheflour contemple la cité de Paris et se réjouit de savoir sa fille si bien mariée, Pépin « l’adestre, forment l’a honnoree » (v. 1976), alors même qu’on ne l’a jamais vu dans une telle attitude vis-à-vis de Berte21. Quant au coup de théâtre que devrait constituer la scène de « reconnaissance » entre la mère et celle qui n’est pas sa fille, elle est pratiquement escamotée, et ne peut faire sens que si le lecteur connaît la légende de « Berte as grans piés », dont jusqu’à présent le texte d’Adenet n’a pas dit un mot.

25Tout au long de cet épisode, les traîtres ne font pas preuve d’une vilenie très endurcie : quand elle apprend la venue de la reine de Hongrie, la « serve » n’a qu’une idée, c’est de s’enfuir avec ses fils et son trésor. C’est la vieille Margiste qui lui ordonne de jouer la malade, ce qui, à moins de supposer des projets assassins (sur la personne de sa propre fille, ou sur celle de Blancheflour ?), ne pourrait jamais que retarder l’échéance. En définitive, après s’être d’abord laissé interdire la chambre royale, Blancheflour soupçonne la supercherie au prétexte que jamais sa fille ne refuserait de la voir et de lui faire fête, même à l’article de la mort, et se précipitant dans la pièce arrache les couvertures :

Si la sacha que toute la serve descouvri:
Blancheflour voit les piez, tous li cuers li failli. (v. 2149-2150)

  • 22  C’est au point que le qualificatif de « blonde » appartient à l’hémistiche formulaire employé pour (...)

26Encore faudrait-il que le lecteur comprenne de quoi il est question… Or, dans les portraits, ou plus exactement, les rapides mentions de la beauté de Berte qui émaillent le texte, il est question de sa peau « blanche et vermeille » et de ses tresses « qui estoient molt blondes »22, mais rien n’est dit à propos de ses pieds. De surcroît, ce motif n’est pas repris par la suite : Blancheflour, folle de douleur, réclame sa fille à Pépin, et celui-ci comprend tout de suite, a posteriori, ce qui s’est passé le matin après ses noces – mais ni l’une ni l’autre n’éprouvent le besoin de mentionner le signe de reconnaissance infaillible que constitue pourtant, d’après les récits traditionnels, le « grant pié », ou pied de canard, de Berte.

  • 23  Dont la sainteté, à l’époque probable où Adenet compose Berte (c. 1272-1273), ne fait plus le moin (...)

27Tout se passe au contraire comme si l’ensemble de la séquence s’efforçait d’occulter complètement un « détail » crucial, qui a l’inconvénient de tirer la future mère de Charlemagne du côté du surnaturel, ou à tout le moins de lui infliger un « défaut », une déformation physique qui ne peut que nuire à l’aura de perfection qui doit environner l’empereur23. La légende du pied de cane rattache en effet Berte à ces figures féminines ambiguës qui participent d’une double nature humaine et animale, fées-oiseaux ou fées-« serpentes », dont il ne fait plus bon se réclamer au XIIIe siècle : au XIIe siècle, un Richard Cœur-de-Lion peut bien se vanter d’avoir pour ancêtre une « démone » s’envolant de l’église sous sa forme de dragon, et au XIVe siècle la famille de Lusignan peut se glorifier de faire remonter ses origines à Mélusine. Mais au temps d’Adenet, et tout particulièrement dans la perspective d’une écriture « réaliste » ou dans le cadre d’un texte à vocation semi-religieuse, ce genre de détails ne « passe » plus. Une Berte « féerique » forcerait la crédulité et ferait basculer le texte du côté du merveilleux, ou jetterait le discrédit sur l’orthodoxie du genre épique en général, et de ce volume d’« enfances » (« pré-enfances », peut-être ?) de Charlemagne. Ainsi peut donc s’expliquer la suppression du détail révélateur – mais du même coup, l’histoire, sans vouloir faire de jeu de mots, devient boiteuse, puisque la seule information de nature « littéraire » concernant la mère de Charlemagne est cette histoire de « pied » particulier qui lui permet d’être identifiée, et qui partant justifie tout le scénario de la fiancée substituée.

28Si on se réfère aux contes traditionnels de ce type, on comprend mieux pourquoi Adenet se trouve en quelque sorte contraint de faire du remplissage et de substituer, à son tour, des éléments allogènes à son schéma narratif de base afin de produire, non un « récit des origines » fondé sur un topos merveilleux, mais une pseudo-chanson de geste édifiante. D’une manière analogue, le sort réservé aux trois « traîtres » oscille entre le modèle « merveilleux », qui voudrait l’exécution immédiate, et sans fioritures, d’Aliste, Margiste et Tibert, et un modèle « épico-réaliste », qui d’une part substitue au bûcher l’écartèlement à quatre chevaux pour Tibert, dans la tradition de la mise à mort de Ganelon, et d’autre part doit tenir compte du fait que la « serve », ayant eu des enfants du roi, ne peut simplement être exécutée. Alise et ses enfants sont enfermés dans un couvent, ce qui constitue d’autant moins une punition appropriée que l’usurpatrice est autorisée à emporter son trésor, qui est apparemment la seule chose qui l’intéresse. Margiste, l’âme du complot, est mise à mort ; et Tibert reçoit le châtiment « normal » des traîtres de chansons de geste, mais seulement après avoir, spontanément, révélé au roi qu’il n’a pas tué Berte – non par bonté, mais parce que Moran l’en a empêché. D’ailleurs, ajoute-t-il, Berte est sans doute morte quand même, elle a dû périr tout de suite après son abandon dans la forêt.

29Huit ans et demi ont passé, ne l’oublions pas. En dépit du pronostic pessimiste (mais très réaliste) de Tibert, le roi Pépin envoie partout des messagers à la recherche de l’épouse pour laquelle il se découvre soudain un amour ardent. Inversement, la reine Blanchefleur, qui est venue de si loin pour revoir sa fille, s’en retourne en Hongrie sans même attendre les résultats de cette quête improvisée, et tout son royaume partage sa douleur d’avoir « perdu » Berte. Pendant ce temps, Symon et Constance ont des soupçons lorsqu’ils entendent parler de la jeune reine perdue en forêt, et ils interrogent Berte. Mais celle-ci, terrifiée à l’idée de trahir son vœu, affirme qu’elle n’est pas la reine :

Symon, fait ele, sire, pour quoi vous celeroie,
Se j’estoie roÿne? Grant folie feroie.
[…] bien dervee seroie,
Se j’estoie roÿne et puis le vous celoie.
Ce ne seroit pas sens, se je m’en escusoie,
Ains seroie molt fole, se de ce vous mentoie. (v. 2512-2513 et 2516-2519)

30« Molt fole », en effet ; et pourtant, c’est précisément ce qu’elle fait, sans que le texte fournisse le moindre embryon de justification à ce comportement absurde. À chaque étape de cette séquence, les attentes du lecteur sont déçues : aucune des pistes narratives qui semblent s’ouvrir ne mène nulle part, et lorsque Pépin déclare de manière catégorique qu’il refuse de se remarier, alors même que Berte refuse tout aussi catégoriquement de faire valoir son identité, le récit paraît acculé à une impasse.

31Il faut, pour ainsi dire, repartir à nouveaux frais, en faisant appel à un autre topos des romans d’aventure : celui de la chasse fabuleuse, qui conduit ordinairement le héros à la fée-amante. Ici, mutatis mutandis, le « veuf inconsolable » qu’est Pépin décide le jeudi d’aller chasser un « grant cerf », alors que le dimanche précédent il était en proie au désespoir d’avoir perdu sa femme :

Quant li rois l’a veü, forment li abeli;
Sor un bon chaceour si le cerf poursivi
Que trestoutes ses gens uns et autres perdi. (v. 2620-2622)

32Puis, dès qu’il a rencontré selon les usages la créature féerique qui lui est destinée – dans le cadre d’une pseudo-chanson de geste à tendances hagiographiques, il s’agit d’une jeune fille qui prie à la chapelle pour le roi de France –, ce même roi qui a juré de ne pas se remarier se comporte comme n’importe quel chevalier de pastourelle ou de lai breton, et « prie d’amour » la demoiselle :

Quant Pepins voit son ris vermeil et rouvelent,
Qu’ele ert blanche et vermeille et de joene jouvent,
D’amour et de desir tous li cuers li esprent. (v. 2668-2670)

Version « modernisée » : il lui offre (sans révéler son véritable nom, bien sûr) de faire d’elle sa concubine, et la presse de si près que la malheureuse Berte n’a d’autre solution que de révéler son identité :

Sire, fait ele au roy, je vous vueil commander
[…]

K’a la fenme Pepin ne puissiez adeser:
Fille sui le roy Floire, de ce n’estuet douter,
Et fille Blancheflour, que Dieus puist honnorer. (v. 2729 et 2732-2734)

  • 24  Dans le cas de Cuchûlainn, le « chien de Chulain », qui ne doit jamais manger de viande de chien, (...)

33On peut, soit dit en passant, se demander ce qu’aurait donné la variante selon laquelle le roi se serait servi de son titre pour impressionner la jeune fille : Berte se serait alors trouvée dans le type de dilemme qui conduit à la mort des héros comme Cuchûlainn, forcés de contrevenir à l’une ou l’autre des geasa qui pèsent sur eux24 ! Quoi qu’il en soit, à peine a-t-elle concédé sa défaite qu’elle se reprend et affirme avoir menti pour préserver sa virginité ; le roi pourtant n’est pas convaincu, comme il le dit à Symon, car la jeune femme lui rappelle de manière frappante sa « fausse » épouse, la « serve » Aliste, sauf qu’elle est encore plus belle – ce qui, bien sûr, fait écho au commentaire un peu bizarre de Blancheflour à propos de la ressemblance entre les deux jeunes filles. Alors que Symon « devine » que les mensonges de Berte proviennent d’un « vœu » qu’elle a voué au cours de son expérience traumatisante, Pépin décide d’envoyer chercher les souverains de Hongrie, seuls habilités à reconnaître leur fille.

34Là encore, les attentes du lecteur sont systématiquement déçues : le récit relate avec une grande précision les étapes qui vont permettre la scène de reconnaissance finale, depuis la lettre que Pépin fait écrire à son chapelain jusqu’aux détails du voyage de Floire et Blancheflour vers Paris, puis vers Le Mans, en passant par leurs angoisses et leurs espoirs, et le dialogue qu’ils ont avec Pépin, puis avec Symon. Mais la scène de reconnaissance elle-même est non seulement très brève, mais complètement « anodinisée » : alors qu’une nouvelle fois il s’agit pour Blancheflour d’entrer dans une chambre où se trouve peut-être sa fille, toute allusion au signe qui permet d’identifier Berte à coup sûr est éliminé. Le seul « pié » présent dans la laisse CXXVI est celui de Blancheflour :

Berte la debonaire […]
[…] tout tantost s’est leve,
Tantost connut sa mere, au pié li est alee
Et Blancheflour de joie a terre chiet pasmee. (v. 3092-3095)

En revanche, la tendresse entre le père et la fille est une nouvelle fois soulignée, en des termes qui seraient plus appropriés pour décrire les retrouvailles d’un couple amoureux :

  • 25  Ajoutons à cela le vers un peu étrange qui suit immédiatement : « Blancheflour se relieve, des mai (...)

Rois Floires prent Bertain que tant ot desiree,
Doucement l’a baisie, estrainte et acolee. (v. 3099-3100)25

35Ce vocabulaire est, comme de bien entendu, totalement absent de la rencontre entre Pépin et Berte ; tout au plus celle-ci, qui « s’esmervelle molt » que l’homme qui l’a contrainte à briser son vœu soit en fait son mari, juge-t-elle à propos de remercier le ciel – « s’il en est bien ainsi », dit-elle avec un manque d’enthousiasme marqué. Évitons de demander, dans un texte où la question de la ressemblance et de l’apparence sont cruciales, comment il se fait que la jeune épousée ne reconnaisse pas le mari dont on l’a arrachée huit ans et demi plus tôt, qui lui-même se souvient d’elle seulement en fonction de sa ressemblance avec l’usurpatrice…

  • 26  Voir C. Cazanave, D’Esclarmonde à Croissant. Huon de Bordeaux, l’épique médiéval et l’esprit de su (...)

36Il n’y a, semble-t-il, plus grand-chose à ajouter. Pourtant, l’œuvre ne s’achève pas avant près de 350 vers – pour un texte qui en compte au total 3 486, ce n’est pas négligeable – divisés en 17 laisses. Cette cauda se préoccupe essentiellement de distribuer les récompenses qu’ils méritent aux personnages positifs que sont Moran et Symon et sa famille. Elle prend soin aussi de raccompagner Floire et Blancheflour en Hongrie, et de résoudre la question de la passation du royaume : contrairement à ce que l’on pourrait penser, après l’insistance du texte sur le motif de l’adoption, par les souverains hongrois, d’un de leurs petits-fils, il n’est pas question, par exemple, de faire de Gille, sœur aînée de Charlemagne, l’héritière de la Hongrie – pas question non plus de « rajouter » au lignage carolingien officiel un frère supplémentaire qui pourrait prendre en charge ce royaume. Ce sont Floire et Blancheflour eux-mêmes qui, de retour chez eux, conçoivent une nouvelle fille, qu’ils baptisent Constance en l’honneur de la femme de Symon, qui a si bien pris soin de Berte. Cette naissance tardive – quel âge peut avoir Blancheflour ? – n’est pas sans rappeler celle du petit Godin dans les Continuations d’Huon de Bordeaux, où Esclarmonde, très « jeune arrière-grand-mère », selon l’expression de Caroline Cazanave, démontre son appartenance à la Féerie en concevant un enfant en dehors des lois naturelles26. Elle clôt en tout cas l’« incidente » hongroise, et permet au narrateur de se focaliser sur son couple royal enfin réuni, sinon en proie au bonheur le plus parfait ; Floire, Blancheflour, Pépin, les seconds rôles et le peuple de France peuvent bien être dans l’allégresse, la dernière mention de Berte, quasiment, la présente une nouvelle fois dans les larmes et le deuil :

Si dirai de Pepin […]
Et de Berte cui Dieus doinst bone destinee,
Qui pour pere et pour mere remest molt esploree. (v. 3456-3458)

37Enfin, la laisse CXLIV introduit le personnage essentiel dont toute l’œuvre est censée préparer l’avènement : Charlemagne ; mais pour la dernière fois, la formulation ressortit à une stratégie déceptive : « [li] premiers des enfans » de Pépin et de Berte n’est pas Charlemagne, ce n’est même pas un hoir mâle – et le malentendu s’accroît si l’on considère que la laisse précédente parlait également d’enfants, les deux fils de la « serve », dont elle annonçait la néfaste carrière. Celle de Charlemagne, au demeurant, laisse-t-elle réellement à envier à celle de ses demi-frères ? Certes, une belle période anaphorique riche en expressions formulaires typiques des chansons de geste vient clôturer le poème :

Par lui fu la loys Dieu levee et essaucie,
Par lui fu mainte terre de paiens essillie,
Maint hiaume descoupé, mainte targe percie,
Maint hauberc desrompu, mainte teste trenchi;
Molt guerroia de cuer sor la gent paiennie… (v. 3481-3485)

Mais le dernier vers constitue un brutal anti-climax :

Si k’encore s’en duelent cil de cele lignie. (v. 3486)

38Il s’agit de « la gent paiennie », qui ont en effet à se plaindre de la prouesse guerrière de Charlemagne – et tout ce qui afflige les païens doit réjouir les chrétiens. Néanmoins, l’impression finale est celle de l’affliction, du deuil qui frappe une « lignée » dont il faut un effort d’imagination grammaticale pour se rappeler qu’elle se rapporte aux nations païennes, alors qu’on vient de passer près de 3 500 vers à préparer la naissance du héros qui constitue le point culminant d’une autre lignée, essentielle pour les chansons de geste : celle des Carolingiens.


*

  • 27  Voir A. Henry, Les Œuvres d’Adenet le Roi. Tome V. Cleomadés, Bruxelles, Presses universitaires de (...)

39Il serait facile de mettre ces indices de dysfonctionnement et ces cahots de la narration au compte de l’inexpérience de l’auteur : « Bertain », dans la liste de ses œuvres que fournit obligeamment Adenet dans le prologue de son Cleomadés, figure parmi les premiers titres27. On aurait donc affaire à un galop d’essai, un texte où l’écrivain ne maîtrise pas encore complètement ses effets. Cependant, cette interprétation fait bon marché de l’habileté avec laquelle les hoquets de la fiction sont orchestrés dans Berte as grans piés. On n’est pas en présence d’un texte imparfait, mineur, « de jeunesse » ; on est confronté à un ouvrage dont l’ambiguïté est une part essentielle, et dont les constants non sequitur au niveau de l’intrigue comme de l’interaction des personnages signalent un malaise plus fondamental. Génériquement, Berte ne rentre dans aucune catégorie préétablie : ni roman ni chanson de geste, ni fabliau ni vie de sainte, elle constitue plutôt un patchwork d’éléments formels ou structurels empruntés à chacun de ces genres. Il en va de même sur le plan de la « senefiance » : l’« aventure » de Berte et de Pépin, ou de Berte seulement, se situe de toute façon en marge. Ni tout à fait dans le droit fil de la « matière de France », ni même assimilable aux « enfances » de héros qui complètent les cycles par des « chansons » de tonalité moins guerrière que les premières chansons de geste, elle ne peut non plus être traitée comme pur matériau romanesque – il s’agit, après tout, de l’« estoire », véridique, de la mère de Charlemagne. Coincé entre un substrat légendaire en quelque sorte inapproprié, et fragmentaire en sus, et une doxa chrétienne peu favorable à l’élaboration romanesque, Adenet construit un texte qui reflète à tous les niveaux la nature hybride et ambiguë de son sujet. Berte as grans piés n’est pas une chanson de geste manquée, ni un roman épico-hagiographique : c’est une œuvre inclassable dont les failles et les manques signalent la différence – une « conjointure » dont précisément le propos est de mettre en scène, ou en écrit, la dis-jointure que représente « Berte au bois ».

Notes

1  Pour une introduction générale à l’œuvre d’Adenet et l’édition du texte qui nous occupe ici, voir A. Henry, Les Œuvres d’Adenet le roi. T. 1. Biographie d’Adenet. La Tradition manuscrite, Bruges, De Tempel, 1951 ; et Les Œuvres d’Adenet le Roi. T. 1V. Berte aus grans piés, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, 1963.

2  Voir la récente édition de J.-L. Leclanche : Robert d’Orbigny, Le Conte de Floire et Blanchefleur, Paris, Champion « Classiques », 2003.

3  Qu’il s’agisse ou non de Girart de Roussillon et de Fouque, son cousin et allié, est ici d’une importance secondaire. L’essentiel est l’espèce de « consumérisme » acharné dont fait preuve Adenet, brûlant sans les exploiter des ressources considérables dans la première laisse narrative de son œuvre.

4  On mentionne son lignage, et les guerres liées à cette alliance, mais de façon très elliptique : « Sa femme fu estraite, sans mençonge parler,/De Gerbert, de Gerin, de Malvoisin le ber./A Fromont orent guerre, ch’avez oÿ conter,/Dont il couvint de cors mainte ame dessevrer,/Maint chastel, mainte tour a terre craventer,/S’en couvint a Pepin mainte paine endurer » (v. 90-95).

5  Thomas signale, au début de l’épisode de Tristan le Nain, qu’il existe plusieurs versions divergentes de l’histoire ; il critique violemment celles de ses rivaux, qui pèchent, dit-il, par invraisemblance (voir Thomas d’Angleterre, Tristan et Yseut, v. 2266-2310, dans Tristan et Yseut. Les premières versions européennes, éd. Ch. Marchello-Nizia, Paris, Gallimard « Pléiade », 1995). Guernes se plaint d’abord spécifiquement que des rivaux inconnus lui ont volé son « premier jet » et l’ont diffusé avant qu’il n’ait le temps de le polir et raffiner. Mais de manière plus générale, il affirme péremptoirement : « Tut cil autre romanz ke unt fait del martyr/Clerc u lai, muine u dame, mult les oï mentir,/Le veir ne le plain nes i oï furnir./Mes ci purrez le veir e tut le plain oïr ;/N’istrai de verité pur perdre u pur murir » (v. 161-165 ; voir Guernes de Pont-Sainte-Maxence, La Vie de Saint Thomas Becket, éd. E. Walberg, Paris, Champion, 1936 et sur http://www.anglo-norman.net/texts/becket-contents.html).

6  Voir, pour ces deux cas de figure, Chrétien de Troyes : dans le prologue d’Erec et Enide,il affirme que l’histoire dont il va faire un livre se trouve « En un des livres de l’aumaire/Mon seignor saint Pere a Biauvez » (v. 18-26 pour le passage intégral), et dans celui du Conte du Graal il se réfère au livre que lui a donné son « patron » Philippe de Flandres (« Ce est li contes del graal,/Dont li cuens li bailla le livre », v. 94-95). Voir Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, éd. D. Poirion, Paris, Gallimard « Pléiade », 1994.

7  Voir Perceforest. Première partie, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 2007, p. 69-73 (§§ 80-85).

8  L’attachement réciproque de Berte et du roi Floire a une tonalité quasiment incestueuse, que vient cependant contredire la présence de la reine Blancheflour, mère de l’une et épouse de l’autre, alors que dans la plupart des scénarios de ce type, la mère de l’héroïne est morte, et son père décide de l’épouser à son tour en remplacement de sa première femme, à laquelle elle ressemble étonnamment. Ce schéma narratif, qui est celui de La Manekine,affleure peut-être ici tout simplement parce que le roi Floire est le souverain de Hongrie, comme le père de l’infortunée Joïe dans l’œuvre de Philippe de Rémi (Philippe de Rémi, Le Roman de la Manekine, éd. A. Stones et R. Middleton, Amsterdam, Rodopi, 1999).

9  Pour cette séquence du Lancelot, voir La Fausse Guenièvre (Lancelot du Lac III), éd. et trad. F. Mosès, Paris, Livre de Poche « Lettres Gothiques », 1998. On trouve dans Les Premiers faits du roi Arthur le « récit des origines » révélant l’identité et les circonstances de la naissance de l’« autre » Guenièvre, et relatant une première tentative de substitution juste avant la nuit de noces qui est assez proche de l’histoire racontée par Adenet (voir Le Livre du Graal, volume 1, éd. Ph. Walter et alii, Paris, Gallimard « Pléiade », 2001).

10  « […] plus bele rien ne sai » (v. 186), dit la reine à propos d’Aliste, comme si la beauté de Berte était inférieure à celle de la « serve », et comme si vraiment la meilleure chose à faire quand on envoie une princesse à marier à un souverain qui ne la connaît pas était de lui adjoindre une suivante dont la beauté est susceptible d’éclipser la sienne propre.

11  « J’aim mieus que ele muire que vous, mentir n’en quier » (v. 333), affirme-t-elle.

12  Contrairement à ce qui se passe, par exemple, dans l’épisode du géant du Mont-Saint-Michel dans le Brut, où la malheureuse Elaine ne peut survivre au viol par le géant alors que sa vieille nourrice peut satisfaire la sexualité du monstre sans difficulté.

13  D’un point de vue « historique », toutefois, on pourrait lire cette succession de mariages plus ou moins réussis de Pépin comme une tentative de la part d’Adenet de faire entrer dans un cadre romanesque conforme aux attentes du XIIIe siècle les données brutes quelque peu dérangeantes dont on disposait à propos des princes carolingiens : concubinages notoires, répudiation d’épouses stériles ou devenues politiquement indésirables, reconnaissance officielle (et accession à l’héritage) de bâtards, etc.

14  Précisons d’ailleurs que cette conception a lieu dans la forêt, c’est-à-dire dans l’espace sauvage où Pépin ne règne pas vraiment, comme pour renforcer l’aspect douteux de cette union : le roi n’a pas la tempérance nécessaire pour attendre d’être revenu « en France » et à la cour pour coucher avec sa femme.

15  Voir Tristan et Yseut. Les premières versions européennes, p. 548-554 ; nous n’avons pas, malheureusement, le texte de Thomas pour cet épisode.

16  Inversement, suivant les conseils de Margiste, Berte « la debonaire » n’a vu aucune objection à passer sa « nuit de noces » en prières et en oraisons (« En son lit en seant prist ses heures a dire,/Car bien estoit letree et bien savoit escrire », v. 402-403). Notons que le moment peut paraître curieusement choisi pour signaler la « culture » de Berte, qui la rapproche, une fois de plus, d’un modèle de sainte lettrée, ou au moins de nonne instruite dans une abbaye.

17  De même, pourquoi aller si loin pour mettre à mort la jeune femme, alors que le roi était tout prêt à ordonner une exécution publique ? Dans les contes traditionnels, l’élimination de la jeune fille doit se faire discrètement, en cachette du roi, justement.

18  Une variation sur ce motif est celle du quasi fabliau d’Alibech et Rustico, où la jeune fille désireuse d’accéder à la sainteté reçoit au contraire un enseignement bien différent de la part de l’ermite qui l’accueille dans sa cellule… avant, éventuellement, de la renvoyer dans le monde où elle est toute surprise de découvrir que les joies du mariage n’ont rien à envier à celles du couvent : voir Boccace, Décaméron, 3e journée, nouvelle 10.

19  Voir Jean Renart, L’Escoufle, éd. F. Sweetser, Genève, Droz « TLF », 1974. L’héroïne, Aelis, est amenée à demander incognito l’hospitalité à une jeune fille et sa vieille mère, puis vit pendant deux années du travail de broderie qu’elle et son amie Isabel accomplissent pour diverses grandes dames.

20  Le texte, comme il convient, ne manque pas d’insister sur le principe de rétribution divine, qui ne saurait manquer de punir les méchants et de récompenser les bons : « Bien avez oÿ dire mainte fois et retraire/Que traÿson et murdre couvient k’en la fin paire » (v. 1684-1685). Néanmoins, les variations un peu maladroites sur ce thème suggèrent un certain malaise vis-à-vis de l’argument, censé appuyer un récit de « justice immanente » qui se fait un peu attendre.

21  Dans le même mouvement, d’ailleurs, Blancheflour insiste sur le très grand amour que Floire porte à sa fille Berte : « Car il aime sa fille plus que riens qui soit nee » (v. 1981), ce qui réactive curieusement (dans la bouche de la mère et épouse des protagonistes) les connotations incestueuses esquissées lors des adieux du roi de Hongrie et de Berte.

22  C’est au point que le qualificatif de « blonde » appartient à l’hémistiche formulaire employé pour qualifier Berte, y compris dans la forêt : « la blonde, l’eschevie » (v. 2165, par exemple).

23  Dont la sainteté, à l’époque probable où Adenet compose Berte (c. 1272-1273), ne fait plus le moindre doute, la canonisation ayant eu lieu en 1166 – mais peut-être est-elle récemment redevenue un sujet d’actualité, si l’on admet que la Legenda aurea de Jacopo da Varazze commence à circuler dans les années 1260-1270.

24  Dans le cas de Cuchûlainn, le « chien de Chulain », qui ne doit jamais manger de viande de chien, mais jamais non plus de refuser de prendre part à un repas quand on l’y invite, le dilemme se pose lorsque des sorcières l’invitent à partager leur dîner… de viande de chien. Cuchûlainn sait alors que sa mort est proche, et inévitable, quel que soit son choix.

25  Ajoutons à cela le vers un peu étrange qui suit immédiatement : « Blancheflour se relieve, des mains li a ostee… » (v. 3101).

26  Voir C. Cazanave, D’Esclarmonde à Croissant. Huon de Bordeaux, l’épique médiéval et l’esprit de suite, Université de Franche-Comté, 2008, en particulier les pages 34-52.

27  Voir A. Henry, Les Œuvres d’Adenet le Roi. Tome V. Cleomadés, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, 1971 : « Je qui fis d’Ogier le Danois/Et de Bertain qui fu ou bois/Et de Buevon de Commarchis/Ai un autre livre rempris,/Mout merveilleus et mout divers » (v. 5-9). Notons que même dans le cas de Cleomadés, que tout le monde considère comme un roman sans se poser de questions génériques à son sujet, Adenet emploie le vocable général « livre », et insiste sur la « diversité » de cette œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Berthelot, « Berte as grans piés et l’abolition des frontières génériques chez Adenet le Roi », Cahiers de recherches médiévales, 18 | 2009, 329-347.

Référence électronique

Anne Berthelot, « Berte as grans piés et l’abolition des frontières génériques chez Adenet le Roi », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11718 ; DOI : 10.4000/crm.11718

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

University of Connecticut, Storrs, USA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org