Navigation – Plan du site
La «mouvance» des genres littéraires au Moyen Âge

De la chronique au roman courtois

L’épisode de Sérifontaine dans le Victorial de Díaz de Games (Castille, 1436)
Ghislaine Fournès
p. 239-251

Résumés

Il s’agit, à travers l’analyse du chapitre 78 du Victorial de Gutierre Díaz de Games (1436), première biographie chevaleresque écrite en castillan, de s’interroger sur ce qui délimite et différencie ces pages du reste du traité, afin d’évaluer la pertinence de la notion de genre en cette fin de Moyen âge. Le chapitre 78, quelque cinq pages qui se situent au cœur du récit chronistique, appelé « traité » par l’auteur et divisé en trois livres, chacun correspondant à un âge ou époque de la vie de PeroNiño, est, dans son entier, la description d’un lieu idyllique, protégé et clos, lieu des plaisirs entre chevaliers et gentes dames. Ce chapitre, grâce au découpage de la journée selon le rituel courtois et au recours à l’ecphrasis, peut être considéré comme une succession de Tableaux des cinq sens. Le chapitre serait révélateur d’une double tendance de la culture de ces nobles lettrés tant français que castillans, culture profane, d’une part, nourrie de références littéraires et artistiques, la plupart provenant de l’Antiquité, et culture cléricale à portée didactique d’autre part. Les pages étudiées seraient ainsi au service de l’esthétique courtoise, mais il s’agirait d’une esthétique courtoise contrôlée, dans une certaine mesure, par la morale chrétienne, confortée elle-même par la finalité de l’ouvrage, à son tour pré-établie par le genre auquel appartient le Victorial, faire l’éloge d’un chevalier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  G. Díaz de Games, El Victorial, éd. de R. Beltrán Llavador, Madrid, Taurus (« Clásicos Taurus » n° (...)
  • 2  Ramón Llul, Libre de l’orde de cavalleria, éd. de J. R. de Luanco, Barcelone, 1901.

1Le Victorial1 est le récit de l’éducation, des exploits et de l’ascension sociale de Pero Niño, chevalier castillan de la première moitié du XVe siècle, par Gutierre Díaz de Games qui fut, des années durant, son porte-bannière. Mais, loin d’être une simple chronique particulière, le Victorial surprend par sa structure et la complexité de son écriture. Il s’ouvre en effet sur un long proème, sorte de traité sur la chevalerie, qui s’apparente par les thèmes et sa portée morale au Libre de l’orde de cavalleria2 de Raymond Llull et qui a comme fonction de définir le cadre éthique et religieux du récit à venir. De plus, puisant à des sources diverses et nombreuses, l’auteur intercale entre les épisodes de la vie du héros des chapitres qui sont soit des rappels historiographiques – le récit de la lutte fratricide entre Pierre le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare, ou encore les origines de la guerre de Cent Ans… –, soit des narrations brèves, que l’on doit lire comme des exempla, le plus souvent tirées de la mythologie antique. Le Victorial se caractérise donc par une hétérogénéité constitutive parfaitement perçue par ses premiers traducteurs, les comtes de Circourt et de Puymaigre ; on lit en effet dans l’introduction de l’édition française de 1867 :

  • 3  Comtes Albert de Circourt et Théodore de Puymaigre, Le Victorial, chronique de don Pero Niño, comt (...)

Le Victorial est à la fois un recueil de légendes, traité de chevalerie, sérieux document de l’histoire de l’Espagne et un peu de la nôtre, chronique d’un chevalier que ses aventures ont conduit des côtes de Barbarie, à celles d’Angleterre, de la cour de Castille à celle de France, tableau des idées et des mœurs d’autrefois3.

  • 4  G. Díaz de Games, El Victorial, p. 207-208.
  • 5  E. Gaucher, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Honoré Ch (...)
  • 6  L’histoire de Guillaume le Maréchal, éd. P. Meyer, 3 vols., Paris, Renouard, 1891-1901.
  • 7  La vie du Prince Noir by Chandos Herald, Tübingen, Niemeyer, 1975.
  • 8  Chronique de Bertrand Du Guesclin, éd. E. Charrière, 2 vols., Paris, Didot, 1839.
  • 9  Le livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverne (...)

2Malgré cette hétérogénéité et ces interférences textuelles, le Victorial a toujours été catalogué comme « biographie chevaleresque », sans doute en raison du but déclaré dès l’incipit : chanter les hauts faits d’un preux chevalier4. La biographie chevaleresque a été étudiée et définie comme un genre littéraire, notamment par Elisabeth Gaucher5. La plupart des textes antérieurs au Victorial sont des textes français : L’histoire de Guillaume le Maréchal6 du XIIIe siècle – texte fondateur –, La vie du Prince Noir7, La Vie de Bertrand du Guesclin8 et Le Livre de Boucicaut9 ; ces deux derniers ouvrages font partie, selon Rafael Beltrán Llavador, des sources, ou des modèles devrions-nous dire, de Díaz de Games. Un caractère commun à ces œuvres semble justifier le regroupement en un genre : la narration de faits donnés comme véridiques. La biographie serait donc avant tout de « l’Histoire ». Cependant, des modifications, des évolutions aussi bien formelles que thématiques peuvent être relevées dans ces récits historiographiques ; c’est d’ailleurs ce que reconnaît Elisabeth Gaucher lorsqu’elle écrit que :

  • 10  E. Gaucher, La biographie…, op. cit., p. 86.

La biographie s’intègre donc parfaitement dans l’ambition qui anime tout historien médiéval : dire l’événementiel, une « geste », écrire une historia de rebus gestis […]. Toutefois, on verra que ce genre tendra, notamment à la fin du Moyen Âge, à élargir le champ de l’histoire au-delà du factuel, en brossant du héros de plus riches portraits10.

  • 11  Pour cette notion consulter H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard («  (...)

3Le présent travail a donc pour but de situer le Victorial dans cette évolution d’un genre dont la mouvance est en grande partie due à la diversité des sources. Comme les ouvrages qui l’ont précédé, le Victorial se nourrit de la poésie épique, s’enrichit d’influences venues du roman courtois, mais également des livres de voyage ou d’aventures sans dédaigner parfois le recours à l’hagiographie. Il suit certes des modèles français tout en répondant aux attentes d’un public aristocratique castillan imprégné de valeurs chevaleresques ou, plus largement, nobiliaires. S’instaure alors entre l’auteur, membre lui aussi de cette élite militaire et lettrée, et le public visé un pacte de lecture11 s’incarnant dans le protagoniste du récit, le chevalier Pero Niño, archétype du noble castillan. Il y a donc, d’une part, adéquation au genre – tel qu’il est défini par Elisabeth Gaucher –, et, d’autre part, un écart lui-même mouvant et fluctuant selon les chapitres par rapport au modèle générique.

  • 12  À chaque livre et donc à chaque âge de la vie de Pero Niño correspond un épisode amoureux. L’épiso (...)

4J’ai retenu pour l’analyse le chapitre 78 qui me paraît présenter un grand intérêt tant du point de vue thématique que formel. Ces quelque cinq pages se situent au cœur du récit chronistique, appelé traité par l’auteur et divisé en trois livres, chacun correspondant à un âge ou époque de la vie de Pero Niño12. À l’enfance et formation du jeune noble succède l’âge adulte ; Pero Niño est alors capitaine du roi Henri III et s’illustre contre les corsaires berbères en méditerranée puis il entreprend une campagne contre les Anglais qui le mènera jusqu’en Normandie, ou plus exactement jusqu’à la seigneurie de Sérifontaine, sorte de havre de paix ou repos du guerrier, cette dernière expression étant à prendre au pied de la lettre. Je m’interrogerai donc sur ce qui délimite et différencie ces pages du reste du traité, afin d’évaluer la pertinence de la notion de genre au Moyen Âge ou plus exactement en cette fin de Moyen Âge. Faut-il en effet penser l’appartenance à un genre comme quelque chose d’inéluctable, de contraignant, et à quel degré d’ailleurs ? On peut avant d’entreprendre l’analyse rappeler les conclusions d’Hans Robert Jauss qui écrit à propos de la littérature médiévale :

  • 13  H. R. Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique, 1, 1970, p. 79-101, voir p (...)

[…] on ne saurait imaginer une œuvre qui se placerait dans une sorte de vide d’information et ne dépendrait pas d’une situation spécifique de la compréhension. Dans cette mesure, toute œuvre littéraire appartient à un genre, ce qui revient à affirmer purement et simplement que toute œuvre suppose l’horizon d’une attente, c’est-à-dire d’un ensemble de règles préexistant pour orienter la compréhension du lecteur (du public) et lui permettre une lecture appréciative13.

  • 14  Sur cette question consulter G. Genette et T. Todorov, Théorie des genres, Paris, Seuil, 2000, p.  (...)
  • 15  D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, Paris, PUF (...)

5Une première lecture du chapitre 78 permet de repérer deux différences majeures, la première affectant la forme, et la seconde le contenu ou ce que l’on pourrait appeler l’objet de la narration. Tout d’abord, on passe de la narration de faits ou d’actions – narration qui est le propre d’une chronique – à la description d’un monde. Toutes références, spatiales, temporelles ou à des événements historiques, disparaissent et le temps semble alors arrêté, ce qui induit forcément un autre rythme de lecture. Ensuite, on assiste à un glissement car, si Pero Niño ne disparaît pas, il passe au second plan, occulté en quelque sorte par le personnage de la dame. On le sait, la biographie chevaleresque suit depuis les origines, c’est-à-dire depuis L’histoire de Guillaume le Maréchal, des principes de composition et de style hérités de l’Antiquité. Ces principes fondent un système, élaboré à partir du commentaire de Virgile par Ælius Donatus, et qui, dès le XIIIe siècle, reçoit le nom de « roue de Virgile »14. Dans ce système qui préfigure notre classification en genres, la chronique correspondrait à l’éloquence épidictique, supposerait l’emploi d’un style élevé afin de narrer et aurait pour objet le miles dominans, seul digne d’intérêt pour le chroniqueur. Or, le chapitre 78 s’écarte de cette dernière règle en accordant à la dame un statut supérieur au chevalier qui se transforme non seulement en vassal de la dame – il s’agit là d’un topos de la littérature courtoise15 – mais également en spectateur de cette cour raffinée et oisive. Pero Niño rejoint alors à la fois l’auteur, Díaz de Games, vraisemblablement présent lors de ce séjour en France, et le lecteur perdu également dans la description de ce monde de délices. Car tout est écrit, ordonné pour susciter la delectatio depuis la description de la dame jusqu’à l’énumération des passe-temps de cette noblesse frivole. L’hyperbole est ainsi mise au service de la présentation de Madame de Sérifontaine dont il est dit :

  • 16 Vict., p. 231. « Este cavallero avía a su muger, la más fermosa dueña que entonce avía en Françia : (...)

La femme de ce chevalier était la plus belle dame qu’il y eût alors en France. Fille du seigneur de Bellengues, elle appartenait à la plus grande maison et au plus haut lignage de la Normandie. On la louait fort pour des qualités qui étaient celles d’une grande dame. On la tenait pour très avisée et sachant mieux gouverner sa maison que n’importe quelle autre dame de cette province, et pour la mieux parée16.

6L’écart est donc grand entre les principes qui régissent la chronique particulière et le chapitre étudié. Cependant, il serait faux de croire que cet écart se réduirait à la distance existant entre la biographie chevaleresque et le roman courtois. Le chapitre 78, s’il emprunte certains traits à la littérature courtoise, n’est pas une simple reprise de topiques et de procédés alors fort en vogue. Il innove et se joue des règles et par là même des genres. Ceci pose donc la question d’abord du contenu et, ensuite, de l’écriture du chapitre.

7Les thèmes ou motifs développés, bien que divers, présentent une certaine cohérence. La laudatio du chevalier, en une sorte de glose du titre « Le Victorial », ouvre le chapitre ; on lit en effet :

  • 17 Vict., p. 229-230. « A Pero Niño todas las buenas maneras e enseñanças e gentilezas le venían por n (...)

Chez Pero Niño, toutes les bonnes manières, les bons enseignements et la politesse lui venaient par nature et il en usa toujours tant qu’il vécût. Son renom vit encore aujourd’hui et continuera de vivre parmi les chevaliers et les nobles17.

  • 18 Vict., p. 230. « Hera çerca de Roán un noble cavallero que llamavan mosén Arnao de Tria, Almirante (...)
  • 19 Vict., p. 230. « Pasava por delante de la casa un río, en que avía muchas arboledas, e graçiosos ja (...)

8Puis, sans transition, le narrateur reprend le récit historique pour situer le lieu et présenter en quelques phrases concises les personnages ; on lit : « Il y avait près de Rouen un noble chevalier appelé messire Renaud de Trie, amiral de France. […] Il fit prier le capitaine Pero Niño de l’aller voir »18. Les mentions de dates, de lieux et la présentation sociale des personnages sont un passage obligé tant de la chronique que de la biographie chevaleresque. Ici ces références jouent le rôle de « toile de fond » car le narrateur, pratiquant l’amplificatio, développe ensuite le topos du locus amoenus ; la nature, les éléments végétaux, l’eau sont décrits : « Devant la maison coulait une rivière au bord de laquelle il y avait des futaies et de gracieux jardins »19. L’équivalence entre le domaine de l’Amiral, appelé par la suite domaine de Sérifontaine, et le lieu idyllique, protégé et clos, lieu des plaisirs entre amis, est par ailleurs fondée sur les loisirs que pratiquent seigneurs et gentes dames. La chasse bien évidemment donne lieu à de longs développements et explications :

  • 20 Vict., p. 230-231. « E tenía quarenta o çinquenta canes, con que corría monte, e honbres que los pe (...)

L’amiral avait quarante ou cinquante chiens pour chasser, et des hommes qui les soignaient. Il y avait là jusqu’à vingt montures pour sa personne : destriers, coursiers, bahagnons, hacquenées. Que vous dirai-je encore à propos de tous les approvisionnements, de toutes les commodités ? Il y avait tout près, des bois dans lesquels on trouvait tous les gibiers, grands et petits : des cerfs, des daims, des sangliers (qui sont appelés chez nous jabalies). L’amiral avait pour chasser sur la rivière des faucons neblis, que les français appellent gentils, et qui sont excellents héronniers20.

Mais, du fait de la prééminence de la figure de la dame, la chasse se mue rapidement en une promenade courtoise :

  • 21 Vict., p. 231. « Cavalgavan luego madama e sus damiselas en sus facaneas, las mejor guarnidas e mej (...)

Ensuite, Madame et ses damoiselles chevauchaient sur leurs haquenées, les mieux harnachées et les meilleures qui puissent être, et avec elles chevauchaient les chevaliers et les gentilshommes qui se trouvaient là. Ils allaient se promener un moment dans la campagne, faisant des chapelets de verdure21.

  • 22 Vict., p. 231. « Contarvos he la orden e la regla que la señora tenía », G. Díaz de Games, El Victo (...)
  • 23 Vict., p. 233. « Esta hordenança que vos he dicho se tenía todos los días, en cada tienpo segund co (...)

9La journée des habitants de Sérifontaine est, dans ce lieu paradisiaque, une suite de plaisirs raffinés, la musique, le chant puis la danse occupant une place importante dans leur emploi du temps. Car c’est bien d’un emploi du temps dont il s’agit. Le narrateur qui s’exprime à la première personne, se donnant comme témoin et garantissant de ce fait la véracité de sa description, précise dès le début : « Je vais vous raconter ce qu’il en était de l’ordre et de la règle que la dame observait22». L’insistance, signifiée par la redondance entre les deux termes « l’ordre » et « la règle », est d’autant plus forte que le texte se clôt par la phrase suivante : « Cet ordre que je vous ai dit s’observait tous les jours, suivant la saison, chaque fois que le capitaine et d’autres venaient, selon l’état des personnes23». Les valeurs courtoises, la largesse, l’oisiveté, la civilité et le raffinement des plaisirs, sont ainsi déclinés dans une vision figée, répétitive et immuable de la vie qui a cours à Sérifontaine. Le temps semble suspendu – on pourrait parler d’un arrêt sur image – notamment dans la dernière scène décrite, celle du ballet, où dames et chevaliers, se donnant en spectacle, virevoltent à l’envi.

10Mais les motifs courtois ne sont pas les seuls à être affectés par ce cadrage ; en effet, sans doute en fonction du public castillan visé, l’accent est également mis sur les pratiques dévotionnelles de la dame dont il est dit que :

  • 24 Vict., p. 231. « Levantávase la señora de mañana, con sus damiselas, e yvase a un bosque que hera ç (...)

Le matin, après son lever, elle allait avec ses damoiselles à un bois qui était près de là, chacune avec un livre d’heures et un rosaire. Elles s’asseyaient à l’écart l’une de l’autre, disaient leurs heures et ne parlaient pas pendant qu’elles priaient. Ensuite cueillant fleurettes et violettes, elles revenaient au palais, allaient à la chapelle et entendaient une messe basse24.

  • 25  Consulter à ce propos D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique…, op. cit., p. 214.
  • 26 Vict., p. 230. « El Almirante hera cavallero viejo e doliente ; hera quebrantado de las armas », G. (...)
  • 27 Vict., p. 230. « El buen cavallero viejo non podía ya cavalgar, e reçibiólos con tanta graçia que h (...)

11L’étiquette, les cérémonies et les rites profanes ou religieux apparaissent alors comme autant de moyens mis en œuvre afin d’assurer la pérennité de ce monde courtois25. Cependant, cette vision esthétisante est à considérer comme une réponse à des réalités moins amènes et comme un refus des contingences qui menacent l’harmonie décrite, la seule concession à cette idéalisation étant la mention réitérée de la vieillesse de l’amiral. On lit en effet dans la présentation du seigneur de Sérifontaine « Il était âgé », phrase suivie quelques lignes plus loin de : « L’amiral était un chevalier vieux et malade. Le temps passé sous les armes l’avait brisé26 ». Cet indice est à lui seul révélateur des potentialités du texte, car au contenu courtois teinté de religiosité, s’ajoute, ou plus exactement se superpose un autre contenu, implicite, empreint d’érotisme. Car, entre les lignes certes, le narrateur laisse supposer à un lecteur averti une entente amoureuse entre Pero Niño et l’épouse de l’Amiral. Comment comprendre en effet la phrase « Le bon vieux chevalier ne pouvait plus chevaucher, mais il les recevait avec tant de bonne grâce que c’était merveille »27 lorsqu’on connaît les possibilités sémantiques du verbe « chevaucher » ? Les délices évoqués tout au long du chapitre ne seraient alors que des préliminaires à la conquête charnelle de Madame de Sérifontaine. La fin du chapitre laisse d’ailleurs le lecteur dans le doute car, après le rappel du grand âge de l’Amiral et de la finitude de toute vie humaine, il est écrit que :

  • 28 Vict., p. 233. « E Pero Niño fue tan amado a buena parte de madama, por las bondades que el él veya (...)

Pero Niño fut tant aimé, en bonne part, de Madame pour la prud’homie qu’elle voyait en lui, qu’elle lui parlait déjà un peu de ses affaires et le pria d’aller voir son père, un noble chevalier appelé messire de Bellengues, qui vivait en Normandie. Pero Niño partit de là et s’en fut en Normandie. Dans tous les lieux où il passait, les chevaliers venaient le recevoir et lui faisaient beaucoup d’honneur, au bruit de sa renommée28.

  • 29 Vict., p. 232. « Yo vos digo que quien aquello vio querría que sienpre durase, non querría otra glo (...)

12Le chapitre oscille donc entre deux pôles et il revient au lecteur de donner sens à cette pluralité de motifs. Le texte est à la fois une peinture courtoise, conforme, quant au contenu, aux romans alors en vogue tant français qu’espagnols, et une biographie d’un chevalier qui se joue des codes courtois pour le plus grand bonheur du lecteur. Cette complexité se trouve tout entière signifiée dans le commentaire du narrateur qui est en même temps témoin : « Je vous dis que celui qui a vu cela voudrait que cela durât toujours. Il ne souhaiterait pas un autre paradis29». À l’image du locus amoenus hérité de l’Antiquité se superpose celle de l’Eden chrétien. Toutefois, au XVe siècle, le mot « paradis » est à considérer dans toute sa polysémie car de quoi s’agit-il au juste : du paradis céleste et donc du lieu de la béatitude ou du paradis terrestre synonyme de gloire et des plaisirs sensuels ? Le chapitre peut se clore, il n’en demeure pas moins ouvert en ce qui concerne son contenu.

13Il reste à considérer l’écriture même du chapitre et à se poser la question de l’adéquation entre le contenu et la forme. Le chapitre 78 est, dans son entier, une description. Les moyens stylistiques en sont évidents, l’amplificatio et l’acumulatio qui permettent la réitération des motifs et le découpage de la journée à Sérifontaine, un lexique riche, des ellipses et des comparaisons, la topique de l’indicible et enfin, le recours systématique à l’imparfait, temps qui suppose la réalité décrite comme pérenne. Cette description interrompt la narration biographique – nous avons parlé précédemment d’un temps suspendu – ; elle est longue et a comme fonction de séduire. Toute description tend à créer un effet de réel, surtout lorsque le narrateur, se donnant comme témoin de cette réalité, non seulement emploie le « je » mais, également, s’adresse par l’hypotypose directement au lecteur afin d’emporter son adhésion :

  • 30 Vict., p. 232. « Allí veríades fermosa caça, e grand plazer, allí veríades nadar canes, e tañer ata (...)

Vous auriez vu belle chasse et grand contentement ; vous auriez vu nager les chiens, battre les tambours et tourner les leurres, damoiselles et gentilshommes le long de cette rivière prenant tant de plaisir qu’on ne saurait le décrire30.

14L’intention de Díaz de Games est donc de montrer, de faire voir afin de convaincre. Mais que l’on ne s’y trompe pas, la description crée certes une réalité par sa fonction iconique, cependant, dans le cas du chapitre 78, il s’agit d’une réalité fictionnelle, d’un réel et non du réel.

  • 31  L’idéalisation de Sérifontaine et de cet épisode amoureux est sans doute destinée à renforcer, out (...)

15La description de la cour de Sérifontaine a un sens et, partant, une fonction diégétique : elle fait en effet progresser la narration des faits centrés sur la personne de Pero Niño. Celui-ci reçoit en quelque sorte par la grâce de Jeanne de Bellengues, épouse d’un Amiral de France, la reconnaissance sociale que sous-tend le code de la fin’amor. Le héros est alors hissé au niveau des plus grands nobles et peut, sans crainte, se rendre à Paris où il se distinguera, comme il se doit, lors des joutes et tournois. Le chapitre 78, qui n’est que description, n’est donc pas un ornement détachable du corps du texte ; il est à considérer comme un mode narratif original qui ordonne et infléchit l’œuvre dans son ensemble31.

  • 32  Littéralement « exposition faite tout au long ». L’ecphrasis est une figure facile à identifier gr (...)
  • 33  Consulter sur cette notion A.-E. Spiga, Savoir peindre en littérature. La description dans le roma (...)

16Mais parler de description amène tout naturellement à réfléchir sur la notion d’ecphrasis32. À l’origine, dans la rhétorique antique, l’ecphrasis désigne toute description de personne, de faits, de lieux, de temps, capable de mettre avec évidence son objet devant les yeux de l’auditeur ou du lecteur. L’effet visuel de l’ecphrasis doit bouleverser le destinataire et déclencher l’empathie33.

  • 34  Voir notamment la traduction de 1597 des Eikones de Philostrate de Lemnos par Blaise de Vinegère, (...)
  • 35 Vict., p. 232. « Allí veríades fermosa caça », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

17Très rapidement, dès le IIe siècle, l’œuvre d’art se constitue en objet privilégié de l’ecphrasis, en poésie comme en prose. Partant, la figure glisse de la pratique rhétorique vers la pratique littéraire. À la Renaissance, l’ecphrasis nourrit la prose sur l’art et l’on connaît la fortune du genre des Images ou Tableaux de peintures34. Il y aurait donc connivence entre la peinture et la fiction ou, plus exactement entre la représentation picturale et la description romanesque. L’on peut alors considérer le chapitre 78 comme une peinture, surtout si l’on prend en compte les moyens stylistiques et linguistiques mis en œuvre par Díaz de Games pour créer des effets de visibilité. Ces pages sont d’abord à considérer comme une métaphore lexicalisée, car c’est bien de la peinture d’un personnage et d’un monde dont il s’agit, dans un style tendant vers le naturel, « l’ordre » et privilégiant l’ellipse et le topos de l’indicible. Cette stratégie d’écriture est d’autant plus forte que le narrateur se donne comme témoin – il a vu – et incite le lecteur à imaginer le spectacle décrit ; il n’est que de se rappeler la citation précédente pour s’en persuader : « Vous auriez vu belle chasse… »35 Le lecteur voit alors ce que veut lui faire voir le narrateur, son statut intra-diégétique restreignant le point de vue et agençant le texte en une succession d’images ou de tableaux, chacun correspondant à un moment de la journée passée à Sérifontaine.

  • 36  Consulter à ce propos E. Delahaye, La Dame à la licorne, Paris, Musée de Cluny-Musée national du M (...)
  • 37  Consulter K. E. Gourlay, « La Tenture de la Dame à la licorne : a Reinterpretation », Gazette des (...)

18Manquerait alors dans ce « livre d’heures courtois » la référence à des œuvres d’art, antiques de préférence, pour que l’ecphrasis soit parachevée. Mais en est-il vraiment ainsi ? Ces scènes courtoises empreintes de sensualité renvoient, selon moi, à une doctrine sur les sens, héritée de l’Antiquité, qui connaît, à la Renaissance, un succès certain, sans doute en raison de l’influence romanesque, et dont la manifestation dans les arts la plus connue reste la Tapisserie de La Dame à la licorne, aujourd’hui au Musée de Cluny36. Ces six pièces forment par la conception d’ensemble un tout, c’est-à-dire, ce que l’on nomme communément une tenture, chaque tapisserie mettant en scène un des sens. Cette interprétation, même si elle fait toujours débat, ne peut être remise en cause, notamment en raison du caractère explicite des scènes, du rapprochement avec certains textes médiévaux et du parallèle avec les représentations des cinq sens au tournant du XVe au XVIe siècle37.

  • 38  Sur les cinq sens consulter M. Serres, Les cinq sens, Paris, B. Grasset, 1985.
  • 39  Cette idée est énoncée notamment par Platon : « La vue est pour nous, à mon sens, la cause du plus (...)
  • 40  Horace, Ars poetica, vers 180-182.
    http://www.mediterranees.net/litterature/horace/pisons.html
  • 41  Saint Ambroise écrit en effet : « La fonction de l’ouïe est la plus éminente et son agrément surpa (...)

19Les tapisseries de la Dame à la licorne s’ordonnent selon une hiérarchie prenant en compte l’honorabilité de chaque sens, c’est-à-dire leur proximité plus ou moins grande avec l’âme ; on aurait ainsi une progression à partir du Toucher, puis l’Odorat, qui se poursuit avec le Goût, l’Ouïe et enfin la Vue38. Durant l’Antiquité, la prééminence revient à la Vue39. Ainsi Horace dans son Art poétique écrit-il : « Ce que l’esprit reçoit par les oreilles le stimule moins vivement que ce qui apparaît aux yeux, et ce que le spectateur peut voir et croire par lui-même40 », tandis que le christianisme, religion du Verbe, considère l’Ouïe comme supérieure puisque agent de la Révélation41. Au XVe siècle, l’Ouïe et la Vue se trouvent de fait en concurrence.

  • 42 Vict., p. 230. « Avía allí menestrieres, e tronpeta que tocava de bantaja », G. Díaz de Games, El V (...)
  • 43 Vict., p. 231-232. « Allí oya honbre cantar lays, e delays, e virolays, e chazas, e reondelas, e co (...)

20Le chapitre 78, grâce au découpage de la journée selon le rituel courtois et au recours à l’ecphrasis, peut être considéré comme une succession de Tableaux des cinq sens. Les premiers paragraphes plantent le décor enchanteur et si la Vue est la plus sollicitée, l’Ouïe n’est pas oubliée. Ne lit-on pas « Il y avait là des ménestrels et un trompette qui jouait merveilleusement de son instrument42», et, plus loin, dans les lignes consacrées aux promenades dans la campagne « Là, on entendait chanter par des voix diverses et très bien accordées, des lais, virelais, chants, rondeaux, complaintes, balades, chansons du répertoire des Français43» ?

21À ces délices s’ajoutent les descriptions des collations et des festins qui sont autant d’illustrations du Goût ; ainsi les dames se restaurent après avoir dit leurs prières :

  • 44 Vict., p. 231. « E saliendo de la capilla, trayan un tajador de plata, en qué venían gallinas, e al (...)

En sortant de la chapelle, elles prenaient un plat d’argent sur lequel il y avait des poules, des alouettes et d’autres oiseaux rôtis et elles en mangeaient ce qu’elles voulaient pour leur déjeuner et on leur donnait du vin44.

À midi, tous, gentilshommes et gentes dames se retrouvent :

  • 45 Vict., p. 232. « Sentávase a la tabla el Almirante, e madama, e Pero Niño. E el maestre de la sala (...)

S’asseyaient à la table l’Amiral, Madame et Pero Niño. Le maître d’hôtel présidait l’autre table et faisait asseoir l’un à côté de l’autre un chevalier ou un écuyer et une damoiselle. Les mets, très variés, en grand nombre, et fort bien apprêtés, se composaient de viandes, poissons et fruits suivant le jour que c’était45.

22Le soir, la même scène se répète, prouvant que la largesse et l’abondance règnent à Sérifontaine dans un décor enchanteur où les fragrances florales ravissent l’Odorat et où le Toucher est convoqué non seulement à travers la mention des étoffes des costumes et des frôlements que suppose la danse, mais surtout à travers le baiser de paix que Madame de Sérifontaine accorde au chevalier castillan.

  • 46  Saint Augustin, dans le dixième livre des Confessions, cherche à établir une relation stable entre (...)
  • 47  E. Delahaye, La Dame, op. cit., p. 48.

23Il reste, enfin, à considérer le chapitre 78 dans son ensemble, car au-delà de l’entrelacement des motifs, des influences stylistiques diverses et des références picturales, ces pages conservent, malgré tout, une cohérence certaine. Quelle lecture prévaut donc ? Les cinq sens sont, on le sait, subordonnés au Moyen Âge à un sixième sens, le cœur, qui peut être tout à la fois le siège de la vie morale, la source du libre arbitre et le siège de la passion, du désir charnel46. En accord avec cette double conception, la Tenture de la Dame à la licorne comprend une sixième tapisserie intitulée « À mon seul désir » et les critiques débattent encore au sujet de l’interprétation qu’il convient de donner au mot « désir47 ». L’ambiguïté serait donc de mise et à chacun, spectateur avisé, reviendrait la tâche d’accorder un sens, religieux ou profane à cette tapisserie.

  • 48  Voir à ce sujet Écriture et modes de pensée au Moyen Âge. VIIIe-XVe siècle, textes réunis par D. B (...)

24Cette remarque vaut, me semble-t-il, pour le chapitre 78 que nous avons qualifié précédemment de « texte ouvert ». Il est en effet peu vraisemblable que le message contenu dans cette description de la cour de Sérifontaine soit univoque. Le chapitre serait ainsi révélateur d’une double tendance de la culture de ces nobles lettrés tant français que castillans, culture profane, d’une part, nourrie de références littéraires et artistiques, la plupart provenant de l’Antiquité, et culture cléricale à portée didactique d’autre part48. Les pages étudiées, sorte de variation sur le thème des cinq sens, seraient ainsi au service de l’esthétique courtoise mais il s’agirait d’une esthétique courtoise contrôlée, dans une certaine mesure, par la morale chrétienne, confortée elle-même par la finalité de l’ouvrage, à son tour pré-établie par le genre auquel appartient le Victorial, faire l’éloge d’un chevalier.

  • 49  Sur la notion d’écart en littérature, consulter H. R. Jauss, « Littérature médiévale… », art. cit. (...)

25La chronique de Pero Niño, écrite par Díaz de Games vers les années 1440, doit donc être considérée comme un creuset, un lieu de confluences littéraires, d’où émerge par moments ce qui sera la prose romanesque et qui, à une époque ultérieure, prendra la forme du roman sentimental, puis du roman pastoral pour déboucher ensuite, sous la plume de Cervantès, sur le roman moderne. L’appartenance du Victorial au genre de la biographie chevaleresque reste cependant relativement contraignante. La meilleure preuve de cela ne réside-t-elle pas dans la brièveté et l’originalité même du chapitre 78 qui n’est qu’une parenthèse enchantée dans un récit résolument historiographique ? La notion d’horizon d’attente telle que la définit Hans Robert Jauss ne peut certes être remise en question. Toutefois les attentes d’un lecteur ne peuvent se réduire à la connaissance du genre car, s’il lui faut connaître les règles thématiques et formelles lui permettant une lecture appréciative, il désire avant tout être surpris, interpellé et/ou séduit, sinon à quoi bon lire ? L’on peut donc conclure que si, au Moyen Âge comme à toutes les époques, le genre est nécessaire, l’écart ou les écarts49 le sont aussi et qu’il n’y a pas de création littéraire ou artistique sans écart(s) par rapport au genre. Le genre ne serait alors qu’un préalable ou, plutôt, une connivence entre l’auteur et le lecteur.

Notes

1  G. Díaz de Games, El Victorial, éd. de R. Beltrán Llavador, Madrid, Taurus (« Clásicos Taurus » n° 25), 1994. Pour les citations dans le texte, j’utilise la traduction française : Le Victorial. Chronique de don Pero Niño, comte de Buelna (1378-1453) par Gutierre Díaz de Games, son porte-bannière, traduction et présentation de J. G. Dalché, Turnhout, Brépols, 2001. Désormais Vict.

2  Ramón Llul, Libre de l’orde de cavalleria, éd. de J. R. de Luanco, Barcelone, 1901.

3  Comtes Albert de Circourt et Théodore de Puymaigre, Le Victorial, chronique de don Pero Niño, comte de Buelna, par Gutierre Díaz de Games, son alferez (1379-1449), traduit de l’espagnol d’après le manuscrit, avec une introduction et des notes historiques, Paris, 1867, p. VII.

4  G. Díaz de Games, El Victorial, p. 207-208.

5  E. Gaucher, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Honoré Champion, 1994. Cet auteur, même s’il n’établit pas un véritable code, analyse l’ensemble de la production chronistique française, voir notamment le chapitre I « La biographie : un genre littéraire ? », p. 37-62. Consulter également R. Beltrán Llavador, « Imágenes de servicio, cortesía y clerecía en la biografía caballeresca medieval : del mundo francés al castellano », L’univers de la chevalerie en Castille, J.-P. Sanchez (coord.), Paris, Éditions du Temps, 2000, p. 128-143.

6  L’histoire de Guillaume le Maréchal, éd. P. Meyer, 3 vols., Paris, Renouard, 1891-1901.

7  La vie du Prince Noir by Chandos Herald, Tübingen, Niemeyer, 1975.

8  Chronique de Bertrand Du Guesclin, éd. E. Charrière, 2 vols., Paris, Didot, 1839.

9  Le livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneur de France, éd. D. Lalande, Genève, Droz (Textes littéraires français, CCCXXXI), 1985.

10  E. Gaucher, La biographie…, op. cit., p. 86.

11  Pour cette notion consulter H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des idées »), 1978.

12  À chaque livre et donc à chaque âge de la vie de Pero Niño correspond un épisode amoureux. L’épisode courtois de Sérifontaine constitue une sorte de parenthèse enchantée entre deux mariages « de raison », le premier très formel, et le second qui a donné lieu à une élaboration romanesque différente. Voir à ce propos F. Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana. III. Los orígenes del humanismo. El marco cultural de Enrique III y Juan II, Madrid, Cátedra, 2002, p. 3190-3193.

13  H. R. Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique, 1, 1970, p. 79-101, voir p. 81-82.

14  Sur cette question consulter G. Genette et T. Todorov, Théorie des genres, Paris, Seuil, 2000, p. 109 ainsi que E. R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1956, p. 324.

15  D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, Paris, PUF (« Littératures modernes »), 1979, p. 217.

16 Vict., p. 231. « Este cavallero avía a su muger, la más fermosa dueña que entonce avía en Françia : hera de la mayor casa e linage que avía en Normandía, fija del señor de Belangas. Hera muy loada en todas las cosas que a grand señora pertenesçían, e tenida por muy sesuda e por de mejor regimiento que otra ninguna grand señora de las de aquella partida, e mejor guarnida », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393.

17 Vict., p. 229-230. « A Pero Niño todas las buenas maneras e enseñanças e gentilezas le venían por natura, e sienpre usó dellas en quanto él bivió, e aún bive oy su fama, e bivirá entre los cavalleros e entre los nobles ». G. Díaz de Games, El Victorial, p. 391.

18 Vict., p. 230. « Hera çerca de Roán un noble cavallero que llamavan mosén Arnao de Tria, Almirante de Françia. […] Enbió rogar al capitán Pero Niño que le fuese ver », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 391.

19 Vict., p. 230. « Pasava por delante de la casa un río, en que avía muchas arboledas, e graçiosos jardines », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 392.

20 Vict., p. 230-231. « E tenía quarenta o çinquenta canes, con que corría monte, e honbres que los pensavan. Él tenía allí fasta veynte cavalgaduras de su cuerpo, en qué avía destrieres, e cursieres, e bahañones, e facaneas. ¿ Qué más vos diré de todos los abastamientos e cunplimientos ? Avía muy cerca de allí bosques en que avía de todos los venados grandes e pequeños. Avía en aquellos montes çiervos, e daynes, e sanglieres, que son xabalíes. Él tenía de falcones neblís, que ellos llamman gentiles, para bolar la ribera, muy buenos garzeros », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 392.

21 Vict., p. 231. « Cavalgavan luego madama e sus damiselas en sus facaneas, las mejor guarnidas e mejores que ser podrían, e con ellas los cavalleros e gentiles-honbres que ende heran, e yvan a mirar un rato el canpo, faziendo chapeletes de verdura », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393.

22 Vict., p. 231. « Contarvos he la orden e la regla que la señora tenía », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393.

23 Vict., p. 233. « Esta hordenança que vos he dicho se tenía todos los días, en cada tienpo segund conviene, todas las vezes que el capitán allí venía, e otros, segund sus estados », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 395.

24 Vict., p. 231. « Levantávase la señora de mañana, con sus damiselas, e yvase a un bosque que hera çerca dende, e cada una un libro de ora, e sus cuentas. E sentávanse apartadas, e rezavan sus oras, que non fablavan mote mientra que rezavan. E después, cogiendo floretas e violetas, ansí se venían al palaçio ; e yvan a su capilla, e oyan misa rezada », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393.

25  Consulter à ce propos D. Boutet et A. Strubel, Littérature, politique…, op. cit., p. 214.

26 Vict., p. 230. « El Almirante hera cavallero viejo e doliente ; hera quebrantado de las armas », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 392.

27 Vict., p. 230. « El buen cavallero viejo non podía ya cavalgar, e reçibiólos con tanta graçia que hera maravilla », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

28 Vict., p. 233. « E Pero Niño fue tan amado a buena parte de madama, por las bondades que el él veya, que fablava ella ya con él algo de su fazienda ; e rogóle que fuese a ver a su padre, un noble cavallero que llamavan mosén de Belangas, que bivía en Normandía. Partió de allí Pero Niño, e fue a París. Por donde yva, le salían a resçebir los cavalleros, e le fazían muchas honras, oyendo la su fama », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 395.

29 Vict., p. 232. « Yo vos digo que quien aquello vio querría que sienpre durase, non querría otra gloria », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

30 Vict., p. 232. « Allí veríades fermosa caça, e grand plazer, allí veríades nadar canes, e tañer atanbores, e rodear señuelos, e damiselas e gentiles-honbres por aquella ribera, aviendo tanto plazer que se non podría dezir », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

31  L’idéalisation de Sérifontaine et de cet épisode amoureux est sans doute destinée à renforcer, outre le prestige du héros, la valeur du renoncement que réalise Pero Niño par la suite : rappelé par son roi, il rendra sa parole à Mme de Sérifontaine. Voir à ce propos M. Pardo, « Biographie et élaboration romanesque : un épisode du Victorial », L’historien et ses personnages. Études sur l’historiographie espagnole médiévale, , Lyon, ENS Éditions (« Annexe des Cahiers d’études hispaniques médiévales », 17), 2006, p. 115-133 ; du même auteur, « Noblesse et monarchie dans les chroniques biographiques », L’historien et ses personnages…, op. cit., p. 175-233, et Antonio Giménez, « El arquetipo del caballero en la crónica de don Pero Niño », Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, juillet 1977, 109, p. 338-352.

32  Littéralement « exposition faite tout au long ». L’ecphrasis est une figure facile à identifier grâce à son étendue, sa relative autonomie et l’unité que lui confère l’objet auquel elle est en principe dévouée. Voir à ce propos L’inscription du regard. Moyen Âge-Renaissance, Textes réunis par M. Gally et M. Jourde, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Éditions, 1995.

33  Consulter sur cette notion A.-E. Spiga, Savoir peindre en littérature. La description dans le roman au XVIIe siècle. Georges et Madeleine de Scudéry, Paris, H. Champion (« Lumière classique »), 2002.

34  Voir notamment la traduction de 1597 des Eikones de Philostrate de Lemnos par Blaise de Vinegère, Images ou Tableaux de platte peinture. Consulter également Le défi de l’art. Philostrate, Callistrate et l’image sophistique, textes réunis par M. Constantini, F. Graziani et S. Rolet, Rennes, Presses universitaires, 2006.

35 Vict., p. 232. « Allí veríades fermosa caça », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

36  Consulter à ce propos E. Delahaye, La Dame à la licorne, Paris, Musée de Cluny-Musée national du Moyen Âge, 2007.

37  Consulter K. E. Gourlay, « La Tenture de la Dame à la licorne : a Reinterpretation », Gazette des Beaux-Arts, sept. 1997, p. 47-71 et E. Bruel, « Les tapisseries de la Dame à la licorne, une représentation des vertus allégoriques du Roman de la Rose », Gazette des Beaux-Arts, déc. 2000, p. 215-232. Parmi les représentations des cinq sens, citons les gravures illustrant l’édition princeps des Stultiferae naves ou « nefs des folles », supplément à La Nef des fous de Sébastien Brandt (1494) œuvre rédigée par Josse Bade, ainsi qu’une autre tenture de six pièces dénommée Los Sentidos, achetée en 1539 par Mencía de Mendoza, cités par E. Delahaye, La Dame, op. cit., p. 43-44.

38  Sur les cinq sens consulter M. Serres, Les cinq sens, Paris, B. Grasset, 1985.

39  Cette idée est énoncée notamment par Platon : « La vue est pour nous, à mon sens, la cause du plus grand bien… », Platon, Timée, 47a, trad. de É. Chambry, Paris, Garnier Flammarion, 1969, p. 425.

40  Horace, Ars poetica, vers 180-182.
http://www.mediterranees.net/litterature/horace/pisons.html

41  Saint Ambroise écrit en effet : « La fonction de l’ouïe est la plus éminente et son agrément surpasse celui de la vue », saint Ambroise, Hexaemeron, VI-IX, 55, Patrologie Latine, t. XIV, col. 268, p. 146. Consulter à ce propos Par la vue et par l’ouïe. Littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, textes réunis par M. Gally et M. Jourde, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Éditions, 1999, voir l’introduction p. 9-21.

42 Vict., p. 230. « Avía allí menestrieres, e tronpeta que tocava de bantaja », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

43 Vict., p. 231-232. « Allí oya honbre cantar lays, e delays, e virolays, e chazas, e reondelas, e conplayntas, e baladas, chanzones de toda el arte que trovan los franceses », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393-394.

44 Vict., p. 231. « E saliendo de la capilla, trayan un tajador de plata, en qué venían gallinas, e aluetas, e otras aves asadas, e comían e dejunavan los que querían, e dávanles vino », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 393.

45 Vict., p. 232. « Sentávase a la tabla el Almirante, e madama, e Pero Niño. E el maestre de la sala hordenava la otra tabla, e fazía sentar un cavallero, e una damisela, o un escudero ; ansí estavan cada uno. Los manjares, muy diversos e muchos, e de muchos muy buenos adobos, de todas las viandas de carnes, e pescados, e frutas, segund el día que hera », G. Díaz de Games, El Victorial, p. 394.

46  Saint Augustin, dans le dixième livre des Confessions, cherche à établir une relation stable entre les plaisirs que procurent les sens et la vérité qui réside en Dieu seul, saint Augustin, Confessions, X, 33, trad. de J. Trabucco, Paris, Garnier-Flammarion, p. 237.

47  E. Delahaye, La Dame, op. cit., p. 48.

48  Voir à ce sujet Écriture et modes de pensée au Moyen Âge. VIIIe-XVe siècle, textes réunis par D. Boutet et L. Harf-Lancner, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1993 ; ainsi que D. Boutet, Formes littéraires et conscience historique. Aux origines de la littérature française 1100-1250, Paris, PUF (« Moyen Âge »), 1999.

49  Sur la notion d’écart en littérature, consulter H. R. Jauss, « Littérature médiévale… », art. cit., p. 81 ; et, du même auteur, Pour une esthétique…, op. cit., p. 52-54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Fournès, « De la chronique au roman courtois », Cahiers de recherches médiévales, 18 | 2009, 239-251.

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « De la chronique au roman courtois », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/11704 ; DOI : 10.4000/crm.11704

Haut de page

Auteur

Ghislaine Fournès

Université Michel-de-Montaigne Bordeaux-3

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org