Navigation – Plan du site
La «mouvance» des genres littéraires au Moyen Âge

Un petit traictié bon à tout faire

Réflexions sur la mouvance générique à la fin du Moyen Âge
Florence Bouchet
p. 201-215

Résumés

Cet article étudie la polyvalence générique inhérente au mot «traictié» aux XIVe et XVe siècles français. Une première approche de corpus met en lumière la variété des textes auxquels le terme «traictié» s’applique et en analyse les ressorts fondamentaux. Une seconde partie propose une mise au point sur le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier (1422).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Même les tentatives laborieuses de définition des formes lyriques opérées par les arts de seconde (...)
  • 2  S. Lefèvre, « Du tractatus au traité : transfert en langue vulgaire d’un genre scientifique ? », L (...)
  • 3  Voir Annexe en fin d’article. Je laisse de côté le champ de la langue d’oc, qu’il faudrait pourtan (...)

1« Roman », « dit », « dictié »… l’indétermination du métalangage littéraire médiéval est bien connue. Elle est perceptible dans la période des commencements de la littérature en ancien français, mais perdure bien après. Les arts poétiques médiévaux des XIIe-XIIIe siècles compilent les classifications antiques et proposent essentiellement des éléments de rhétorique appliqués à la versification, ce qui ne suffit évidemment pas à fonder une poétique des genres littéraires. À la fin du Moyen Âge, la complexification des formes littéraires et le passage de l’ancien au moyen français ne sont pas pour clarifier la terminologie1. Le cas du mot « traictié » et des textes qu’il désigne est à cet égard significatif. Alors que les dictionnaires étymologiques attribuent généralement la première occurrence du terme à Nicole Oresme, vers 1370, Sylvie Lefèvre a relevé quelques exemples dès le milieu du XIIe siècle2. Néanmoins le terme prolifère véritablement à partir du XIVe siècle, dans des textes fort divers, ce qui soulève des questions sur la pertinence de la notion de genre et peut nous éclairer sur la pratique de la littérature à la fin du Moyen Âge. Je concentrerai ma réflexion sur un échantillonnage non exhaustif mais suffisamment étendu pour être significatif3.

Éléments généraux de définition

  • 4  P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.
  • 5  Poétiques de la Renaissance, dir. P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, Genève, Droz, 2001.
  • 6  Définition du Petit Robert.

2Notons pour commencer que le terme « traité » brille par son absence aussi bien dans l’Essai de poétique médiévale de Zumthor4 que dans la somme collective consacrée aux Poétiques de la Renaissance5, qui englobe le XVe siècle. A priori, il n’y a pas d’existence générique du « traictié ». Sémantiquement, ce n’est certes pas vers la définition moderne du mot (« Ouvrage didactique, où est exposé d’une manière systématique un sujet ou un ensemble de sujets concernant une matière6 ») qu’il faut d’emblée se diriger. Les XIIe-XIIIe siècles ont donné le jour à plusieurs ouvrages que la critique moderne nomme spontanément « traités » (par exemple La Somme de Roi de frère Laurent) alors qu’ils n’étaient à leur époque pas ainsi désignés. Au contraire, les œuvres plus tardives nommées « traités » ne répondent pour la plupart pas à notre conception du traité.

  • 7  Cf. C. A. Robson, « Sermons et sermonnaires », Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, (...)
  • 8  « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains dans le royaume d (...)

3L’âge scolastique a connu les tractatus latins, à orientation didactique et religieuse. N’oublions pas le lien du tractatus avec la littérature homilétique : l’homilia grecque fut traduite par tractatus popularis avant d’être nommée sermo7. Claude Gauvard présente les tractatus du Moyen Âge tardif comme des écrits politiques engagés qui se démarquent des « lourds traités théoriques hérités de la tradition du speculum ou de la summa8». En particulier sous les règnes de Charles VI et de Charles VII (soit entre 1380 et 1461),

  • 9  Ibid., p. 108.

Le réel est abordé de plein fouet dans des œuvres littéraires d’un type nouveau que sont les tractatus. Ils se différencient des traités théoriques […] par leur moindre longueur ; mais il s’agit aussi d’une différence de nature. […] ce sont de petits écrits de doctrine inspirés par l’événement, tout en ayant valeur de principe permanent9.

  • 10  Cf. P. Contamine, « Les Traités de Guerre, de Chasse, de Blason et de Chevalerie », La Littérature (...)

4Et Gauvard de citer les noms d’Étienne de Conty, de Jean de Montreuil, de Nicolas de Clamanges et de Jean Dubois. Les tractatus de Jean de Montreuil sont particulièrement intéressants dans la mesure où, certains d’entre eux étant rédigés en partie en latin et en partie en français, ils peuvent constituer un pont avec la veine vernaculaire des « traictiés ». On voit alors fleurir en français, aux XIVe-XVe siècles, toutes sortes de traités doctrinaux ou techniques (guerre, médecine, chasse, fauconnerie, astrologie, héraldique, tournois, etc.)10, qu’on écartera néanmoins de la suite pour concentrer l’analyse sur des œuvres relevant davantage de la fiction, ou tout au moins d’une forme d’élaboration littéraire.

  • 11  Deuxième partie de l’Annexe (à partir du n° 20).
  • 12  Via le Filostrato de Boccace dont il est une « translation ».

5Lorsque le mot « traictié » se répand dans les textes en langue d’oïl, c’est, en particulier à la fin du Moyen Âge, clairement sous le signe de la disparate, aussi bien formelle que thématique, comme en témoigne mon corpus d’étude. Antoine de La Sale, annonçant à son destinataire Jean d’Anjou « quatre beaux traitiez » (n° 5), lui offre d’un même élan linguistique des œuvres bien différentes par le sujet, le ton et la manière : Jehan de Saintré, Floridan et Elvide, un extrait des Chroniques de Flandres, Paris et Vienne ; en l’occurrence, M. Quereuil traduit « traitié » par « récits ». On trouvera aussi bien désignés sous ce terme de « traictié » : des romans (Comte d’Artois, Floriant et Florete, Mélusine), dont certains voisinent avec le genre historique de la chronique (Gilles de Chin, Seigneurs de Gavre) ; des débats allégoriques (Quadrilogue invectif, Procès d’Honneur féminin, Pas de la Mort) ; des récits didactiques (Jouvencel) ou édifiants (Mortifiement de vaine plaisance) ; des exposés didactiques (Neuf Preues) ; des dits à insertions lyriques (Remède de Fortune) ou mêlant poèmes et lettres en prose (Voir Dit) ; des manuels de « seconde rhétorique »(Art de Rhétorique, Traité de rhétorique). Encore n’est-ce là qu’un classement approximativement formulé et non exhaustif. Le champ du « traictié » s’élargit encore si l’on considère les emplois du verbe « traictier »11 : glose encyclopédique (Échecs amoureux moralisés), traité politique (Corps de policie), récit de vie allégorique (Abuzé en court), roman inspiré de la légende antique12 (Roman de Troyle), dérimage compilatoire de chansons de geste (Guillaume d’Orange en prose), biographie chevaleresque (Faits de Boucicaut).

6On le voit, le sujet d’une œuvre ne détermine pas sa nature de « traictié », puisque plusieurs de mes exemples sont des réécritures avouées dont l’hypotexte n’était pas désigné comme « traictié ». Formellement, la prose domine sur les vers sans exclure ces derniers (j’y reviendrai). Semble pouvoir être nommé « traictié » tout écrit qui, comme l’exprime le verbe, traite d’un sujet quelconque sous une forme ou une autre. Tel ou tel glossaire d’édition glosera ainsi le terme par « composition littéraire », sans autre précision. Par sa généralité même, le « traictié » est à la croisée des genres littéraires. Certains auteurs éprouvent le besoin de préciser leur choix d’écriture en complétant le mot par un adjectif qualificatif (« traictié narratif », n° 6) ou par un complément de nom (« traictié de l’ystoire », n° 9) : dans l’un et l’autre cas, c’est la catégorie du récit qui ressort. Le style, quand il est précisé, peut être « ruide et commun » (n° 10) ou « tres piteux et plaisant » (n° 23) ; l’impact sur le lecteur est recherché, qu’il s’agisse de l’édifier ou de le séduire.

  • 13  Jehan de Saintré, éd. Blanchard, p. 34.
  • 14  Quadrilogue invectif, éd. E. Droz, p. 66.
  • 15  Mortifiement de vaine plaisance, éd. Lyna, p. 60.
  • 16  L’Advisement de Memoire et Entendement de Gauvain Candie se désigne d’abord comme un « petit traic (...)
  • 17  Vocabulaire de la littérature du Moyen Âge, s.l., Minerve, 1997, p. 199-200. Inversement, plusieur (...)

7Ajoutons à ces premières observations le fait que l’emploi du mot « traictié » n’est nullement stable. On peut le trouver tantôt dans l’incipit, tantôt dans l’explicit de l’œuvre, plus rarement dans les deux. Dans le discours de l’auteur, « traictié » entre régulièrement en équivalence avec d’autres termes, eux aussi très généraux, qui peuvent se substituer à lui : « hystoire »13, « escript », « œuvre »14, « dittié »15, « livre »16. Pour ce dernier, Marie-Claude de Crécy fait observer que la dénomination « livre de », concurrente de « traité », procède vraisemblablement de « la traduction des traités latins où le titre était donné par la préposition suivie de l’objet du traité17 » (exemple : le Livre de viellesse, traduction par Laurent de Premierfait du De Senectute de Cicéron).

  • 18  Froissart semble jouer de cette multiplicité de sens dans le prologue du livre IV des Chroniques, (...)
  • 19  Éd. S. Solente, Paris, Champion, 1936, t. I, p. 191. Sur la compilation chez Christine de Pizan, c (...)
  • 20  Cité dans Textes d’étude (ancien et moyen français), éd. de R.-L. Wagner renouvelée par O. Collet, (...)

8Venons-en à la définition (la seule formulée, semble-t-il, dans un texte du XVe siècle) fournie par les Règles de la seconde rhétorique (n° 17). Définition embarrassée, s’il en est : le propos part de « correlacion », passe par « compilacion », pour aboutir enfin à « traitié »… et revenir à « correlacion » ! En cette période de transition linguistique qu’est celle du moyen français, la définition univoque du terme est d’autant moins possible que celui-ci embrasse diverses acceptions qui, « d’autre part », n’ont rien à voir avec l’objet littéraire qu’on tente de cerner : « traitié de mariage ou de marchié », sans oublier l’accord négocié qu’est le traité militaire18. Toutefois cette définition quelque peu laborieuse se noue autour d’une idée essentielle : « chose extraite d’escripture et mise par forme de traitié ». C’est là que réside l’explication du caractère composite du « traitié », qui le rend rebelle à l’identification générique. Le « traitié » se présente ici comme un écrit second procédant d’un ou de plusieurs écrits antérieurs et dont le genre n’est nullement spécifié. C’est le principe de la compilation, si généreusement pratiquée au Moyen Âge : Christine de Pizan, dans le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, évoque « toutes les materes, de quoy le traittié de [sa] compilacion est composé »19 ; Jean Molinet, dans le prologue de ses Chroniques (ap. 1474), classe dans « la menue lettre » (la littérature) « les beaux volumes et traictiez coulourez de rhetorique, que les vrais historiographes et collecteurs de leurs gestes [i. e. des conquérants] ont compilez a grant diligence »20.

  • 21  C’est l’avis de S. Lefèvre, art. cit., p. 41.
  • 22  Jehan de Saintré, éd. Blanchard, p. 34.
  • 23  N’oublions pas non plus que Villon désigne son Lais, composé de quarante huitains carrés, comme «  (...)

9L’étymologie, soulignée par la graphie « traictié », confirme ce lien à un ou plusieurs écrits antérieurs. Le substantif adapterait en français le latin tractatus (participe passé du verbe tractare, dérivé de tractum, supin de trahere : « tirer »), à moins qu’il ne procède directement du verbe « traiter/traitier » issu de tractare21. Ainsi, d’une part, le « traictié » soumet, par le biais de l’analyse ou de la fiction, un objet (histoire, matière) à la pensée (il « traite de ») ; d’autre part, le principe de son écriture est l’extraction, il « trait », il tire sa matière d’un écrit préalable. C’est en ce sens que l’auteur du Gilles de Chin a « voulu transmuer de rime en prose » son « traittiet » (n° 4), à partir d’un roman en vers du XIIIe siècle ; qu’Antoine de La Sale propose à son lecteur princier, entre autres « traitiez », « une adicion [qu’il a] traitte des Cronicques de Flandres »22 ou que Jean d’Arras a fait « le traictié de l’ystoire » de Mélusine à partir, dit-il, de « croniques » (n° 9). Evrart de Conty rédige en prose son commentaire des Échecs amoureux écrits, eux, en vers. C’est probablement une raison pour laquelle la prose prédomine : le « traictié » participe du processus des mises en prose, tendance lourde de l’écriture au XVe siècle (particulièrement en milieu bourguignon). Ceci n’oblitère pas la possibilité, pour l’auteur des Règles de la seconde rhétorique (n° 16), de définir de façon plus restrictive une autre forme de « traitié » versifié, caractérisé par son thème (« traitiez d’amours ») et par sa forme (quatrains d’alexandrins), à l’instar du Testament de Jean de Meung. Mais mon corpus fait apparaître d’autres formes versifiées de « traictié » : dit octosyllabique à insertions lyriques (Remède de Fortune), huitains carrés (Pas de la Mort)23.

  • 24  Cf. B. Ribémont, « Christine de Pizan écrivain didactique », Christine de Pizan. Une femme de scie (...)

10Le geste esquissé par le verbe « traictier » n’est pas non plus sans rappeler celui qui présidait à la collecte d’extraits (excerpta, du verbe excerpere, « arracher ») dans les florilèges scolastiques, toujours avidement lus à la fin du Moyen Âge. D’où le caractère éventuellement mêlé du « traictié ». Evrart de Conty loue l’auteur des Échecs amoureux pour ce qu’« avec l’amoureuse matiere [il] entremella et adjousta pluseurs choses estranges qui profitent grandement a traictier des meurs » (n° 20). D’où peut-être aussi l’idée que tous ces « petit[s] traictié[s] » (c’est le qualificatif privilégié : n° 1, 2, 6, 7, 15, 18) sont des concentrés, des condensés de matière, un peu à la manière revendiquée par les encyclopédistes qui aspirent à combiner le bref et le long, à réaliser une summa brevis24, pour la plus grande commodité de leurs lecteurs. Sébastien Mamerot y insiste particulièrement : il veut « redduyre en ung petit traictié » son sujet pour le donner à « congnoistre en brief » à son protecteur (n° 15).

  • 25  M.-C. de Crécy, op. cit., p. 199.

11Cet effort de concision se conjugue à un effort de structuration du propos, menant au sens moderne de « traité » en tant qu’étude méthodique d’un sujet donné. Marie-Claude de Crécy a raison de relever que la récurrence du mot aux XIVe et XVe siècles correspond au moment « où la vulgarisation et la diffusion des connaissances s’associent avec le souci de les organiser25 ». Plusieurs de nos « traictiés » revendiquent ainsi une nette structure démonstrative : Jouvencel (tripartition d’inspiration aristotélicienne), Livre du corps de policie (n° 21) triparti suivant « trois differences d’estas » (princes, chevaliers et nobles, peuple), Abuzé en court dont « le commencement, le moien et la fin » (n° 22) concourent à un seul et même but. Pour plusieurs de nos candidats à l’appellation « traictié », le recours au cadre allégorique est un autre moyen efficace de se doter d’une cohérence démonstrative (Quadrilogue invectif, Mortifiement de vaine plaisance, Procès d’Honneur féminin, Pas de la Mort, Abuzé en court) ; l’imagerie allégorique aide à la mémorisation du propos.

12C’est que, en définitive, l’impact sur le lecteur (fugacement évoqué plus haut) est primordial, et c’est par lui qu’on s’oriente vers l’acception moderne du mot « traictié ». En effet, la quasi-totalité de nos exemples explicite l’ambition d’instruire le lecteur, de lui être d’une quelconque manière profitable, et il n’est pas rare que l’auteur s’adresse directement à lui aux seuils de l’œuvre. À cet égard, les Evangiles des Quenouilles se bornent à renverser ironiquement ce topos (n° 7). Si la définition univoque du genre « traictié » reste problématique à nos yeux de modernes, c’est parce que la visée didactique (éthique, plus largement) prévaut souvent, au Moyen Âge, sur les critères d’appréciation strictement thématiques ou formels. L’adjectif « present » qui régulièrement désigne le « traictié » (n° 4, 6, 10) ou le « livre » qui « traicte de » (n° 20, 24, 25) n’agit pas en simple renforcement du déictique ; il s’offre en miroir au lecteur pour sa vie présente, hic et nunc, car il s’agit, fondamentalement, de « traictier de vertu au proufit d’ordre de vivre », selon la belle formule de Christine de Pizan (n° 21).

Le Quadrilogue invectif

  • 26  A. Chartier, Le Quadrilogue invectif, traduit et annoté par F. Bouchet, Paris, Champion, 2002, p.  (...)

13Développons à présent l’examen d’un texte du corpus dont je prépare l’édition : le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier. J’ai déjà eu l’occasion, dans l’introduction à ma traduction de cette œuvre qui m’est chère, de statuer sur sa nature « polymorphe »26. Je vais revenir sur certains aspects et tâcher de les approfondir, à la lumière, entre autres, des manuscrits que je suis en train de lire en vue de l’édition. On vérifiera ainsi à quel point ce « traictié » apparemment simple peut fonctionner comme un carrefour de genres littéraires de l’époque.

  • 27  Id., Faictz et dictz de feu de bonne memoire maistre Alain Chartier, imprimé à Paris par Antoine C (...)

14On a vu que Chartier ne désigne son texte comme « traictié » que dans les pages liminaires, alors qu’il emploie d’autres mots en conclusion. Les divers manuscrits examinés conservent en tout cas le terme, la variation jouant seulement sur l’adjectif qualificatif : « petit traict(i)é » (BnF fr. 126, fr. 1125) ; « present traictié » (BnF fr. 1124, fr. 1133, fr. 19127, fr. 24440) ; « premier traictié » (BnF fr. 24441 ; ce manuscrit présente, à la suite du Quadrilogue, le Livre de l’esperance, inachevé et qui, dans plusieurs manuscrits, était intitulé Traité de l’esperance). Plus largement, Chartier apparut vite à sa postérité comme un auteur « éthique » et donc comme un auteur de traités. C’est ce que proclame en 1526 le libraire parisien Galliot du Pré à la fin du préambule de son édition des Faictz et dictz de feu de bonne memoire maistre Alain Chartier27 :

Ne mettez donc en nonchaloir ou oublyance cestuy livre contenant plusieurs traictiez de matiere diverse puisque vous en pouez mieulx valloir au moyen que vous aurez ung conducteur et charretier propice qui tresbien vous conduyra en vertu et iustice de bonne vie.

  • 28 Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 1.

15Bien que notre auteur se dise « lointaing immitateur des orateurs28 » et emprunte nombre d’exemples à la tradition classique et à la Bible, il faut préciser que le Quadrilogue invectif n’est pas la réécriture d’un texte antérieur ; son canevas est original.

  • 29  Cf. E. Cayley, Debate and Dialogue. Alain Chartier in his cultural context, Oxford University Pres (...)
  • 30  Je laisse de côté les cas où « moralité » entre en concurrence avec d’autres dénominations (« jeu  (...)
  • 31  C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 316.

16En mettant aux prises France et ses trois enfants, le Peuple, le Chevalier et le Clergé, notre texte s’inscrit dans la tradition littéraire du débat29, extrêmement nourrie depuis le XIIIe siècle scolastique. On pense aussi au théâtre, le propos et le choix de quatre personnages typologiques nous orientant plus précisément vers le genre de la moralité30. Il n’est pas indifférent de savoir que France devient un personnage de théâtre récurrent ; C. Beaune31 cite plusieurs pièces de la seconde moitié du XVe siècle. Le Quadrilogue invectif, écrit en 1422, pourrait constituer un avant-courrier de ce phénomène. Il ne faut certes pas trop vite confondre mise en scène écrite d’un échange oral et texte réellement destiné à la performance théâtrale. De fait, l’appréciation des critiques peut varier du tout au tout. Paul Zumthor estime que

  • 32  P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, op. cit., p. 430.

d’Alain Chartier à Jean Molinet, le débat semble n’être plus qu’un type-cadre : sa fonction est purement textuelle et n’a rien à voir avec quelque forme que ce soit de spectacle32.

Armand Strubel avance quant à lui que

  • 33  A. Strubel, Renart, la Rose et le Graal. La littérature allégorique en France au XIIIe siècle, Par (...)

la dramatisation de la métaphore traduit une tentation permanente de l’allégorie : conduire l’analogie jusqu’à la représentation, faire voir ce qui n’est que langage33.

La théâtralité serait ainsi l’aboutissement naturel du scénario allégorique. De fait, la psychomachie se transpose aisément sur scène, en combats ou en affrontements verbaux de toutes sortes : procès, altercation, etc.

  • 34  Telle est la dénomination du Clergé dans ce ms.
  • 35  Seul fait exception le Peuple, dont le texte dit expressément qu’il « gisoit reversé sur la terre  (...)

17En ce qui concerne le Quadrilogue invectif, les huit miniatures du manuscrit BnF fr. 19127 pourraient fournir quelques indices d’une théâtralité possible. Au f° 9v, France se trouve seule au centre d’une sorte de salle capitulaire de cloître. Puis la salle se remplit avec l’arrivée des trois enfants (f° 19), image à partir de laquelle chaque nouvelle prise de parole est illustrée, ce qui donne : Peuple (f° 19), Chevalier (f° 24v), Peuple (f° 35v), Chevalier (f° 39), Ecclésiastique34 (f° 43), Chevalier (f° 60v), France (f° 63). France est toujours debout, ainsi que celui qui s’adresse à elle, au centre de l’image35 (de l’aire de jeu ?), tandis que ceux qui se taisent sont assis, en position de spectateurs. Peut-on voir dans ce programme iconographique un dispositif scénique ? La question est difficile à trancher.

  • 36  J’écarte le BnF fr. 19127, pour le coup, qui ne donne que le début de la rubrique : Incipit Quadri (...)
  • 37  L’adjectif « comique » a conservé cette acception jusque dans la langue classique (cf. L’illusion (...)
  • 38  Là se pose un nouveau problème de distinction des genres. L’on sait bien que par suite d’une mésin (...)

18La rubrique écrite en latin dans deux manuscrits36 indique plus nettement une possible réception du Quadrilogue comme texte théâtral : Incipit Quadrilogium invectivum et comicum ad morem Gallicorum correctionem (BnF fr. 126, fr. 1124). L’adjectif comicum désigne en effet ce qui est relatif au théâtre37 (plus spécialement à la comédie38). Certes cette rubrique, loin d’être systématique, n’est pas le fait de l’auteur lui-même ; il reste intéressant qu’un lecteur du texte (en l’occurrence le copiste litteratus du Quadrilogue dans les manuscrits considérés) ait jugé bon de prolonger le titre de l’œuvre pour faire apparaître cette dimension théâtrale éventuelle.

  • 39  La présente analyse m’amène à nuancer ce que j’écrivais dans un ancien article : « le terme traict (...)
  • 40  Père ou fils ? On ne sait pas !

19L’identification générique du texte est donc peut-être moins affaire d’écriture que de réception. Il reste tout à fait possible de voir dans le Quadrilogue invectif un texte hybride, qui pouvait être soit lu soit reçu dans le cadre d’une représentation39. Un exemple un peu plus tardif cautionne cette possibilité, celui de La Condamnation de Banquet de Nicolas de La Chesnaye40. Le prologue de cette moralité composée entre 1503 et 1507 est on ne peut plus explicite :

  • 41 Nicolas de La Chesnaye, La Condamnation de Banquet, éd. J. Koopmans et P. Verhuyck, Genève, Droz, 1 (...)

Et pour ce que telles œuvres que nous appelons jeux ou moralitez ne sont tousjours facilles a jouer ou publiquement representer au simple peuple, et aussi que plusieurs ayment autant en avoir ou ouyr la lecture comme veoir la representacion, j’ay voulu ordonner cest opuscule en telle façon qu’il soit propre a demonstrer a tous visiblement par personnages, gestes et parolles sur eschaffault ou autrement, et pareillement qu’il se puisse lyre particulierement ou solitairement par maniere d’estude, de passetemps ou bonne doctrine41.

20Si l’on se souvient que le prologue du Quadrilogue s’ouvre sur une adresse aux différents estats de la société française (« princes » et « nobles », « clers » et « peuple françois »), on peut alors concevoir que la réception du texte variait selon l’appartenance sociale du lecteur (ou spectateur ?). En d’autres termes, l’identification générique du texte est tributaire de l’horizon d’attente du public. Le dauphin Charles, patron de Chartier, et son entourage princier pouvaient lire l’œuvre comme un petit miroir du prince ; les clercs pouvaient y lire un produit dérivé du genre satirique des « états du monde » ; les classes populaires, peut-être touchées par une représentation du texte, pouvaient l’entendre comme une moralité ou comme un sermon. De fait, les manuscrits du Quadrilogue invectif, de facture soignée ou plus rudimentaire, illustrés ou pas, donnant le seul Quadrilogue ou d’autres œuvres, semblent bien avoir été destinés à des usagers de statuts disparates. Ainsi, le BnF fr. 126 contient six œuvres dont l’ensemble constitue une sorte de miroir du prince : une première partie comprend trois textes politiques ou philosophiques (Le Régime des princes, les traductions par Laurent de Premierfait du De Senectute de Cicéron et du De Amicitia) ; la seconde partie (ajoutée postérieurement) offre trois œuvres de « maistre Alain » (Quadrilogue invectif, Dialogus familiaris amici et sodalis, Traité de l’esperance).

21Toutes ces réceptions possibles, qui témoignent de la diversification du lectorat à la fin du Moyen Âge, privilégient néanmoins une dimension particulière de l’œuvre. C’est peut-être pourquoi Chartier insiste, à la fin du prologue, sur la nécessité de lire intégralement le Quadrilogue :

  • 42  Quadrilogue, éd. cit., p. 5.

Si ne vueille aucun lire l’une partie sans l’autre, afin que l’en ne cuide pas que tout le blasme soit mis sur ung estat42.

22Précisément parce que la lecture sélective avait cours à côté de la lecture cursive, certains devaient être tentés d’isoler (grâce aux rubriques qui les désignent dans les manuscrits) les propos du personnage correspondant à leur propre « estat ». Toutefois le message voulu par l’auteur n’est perceptible que dans la complétude contradictoire du débat, au demeurant autoritairement arrêté (sans être tranché) par France, comme s’il fallait au moins respecter formellement la brièveté inhérente au « traictié ».

23Enfin, la tonalité satirique du Quadrilogue invectif ramène encore celui-ci à un genre par définition mêlé, composite. L’adjectif « invectif » fait référence au genre de l’invective, genre antique répertorié dans les arts poétiques médiévaux : l’invectio est l’une des sept espèces de poèmes inventoriés par Vincent de Beauvais ; Jean de Garlande en fait aussi état dans sa Poetria, parallèlement à la satire. À son tour, Jacques Legrand, vers 1400, situe ainsi les choses dans l’Archiloge Sophie :

  • 43  Ibid., p. 151.

invection c’est aucun dit qui reprent aucune chose de mauvaise entencion ; et satire c’est quant la reprehension se fait de bonne entencion43.

24Ceci nous amène à dépasser les indications explicites de Chartier dans le prologue du Quadrilogue invectif et à distinguer deux niveaux d’analyse : dans la fiction du Quadrilogue, l’échange discursif serait spécifiquement « invectif » dans la mesure où tel ou tel débateur inculpe l’autre en cherchant à le dominer, fût-ce au prix de la mauvaise foi – il faut toutefois réserver un statut particulier au Clergé, évident porte-parole de Chartier. Au niveau extradiégétique, la visée de Chartier (l’intentio auctoris, pour reprendre l’une des catégories des accessus ad auctores) est clairement satirique car animée d’une louable intention, comme le rappelle la dernière phrase :

  • 44  Ibid., p. 66.

Car je afferme loiaument que l’esmouvement de cest œuvre est plus par compassion de la necessité publique que par presumption d’entendement et pour profiter par bonne exhortacion que pour autrui reprendre44.

  • 45  Vers 1427, Chartier use de l’invective en latin à des fins polémiques : Ad ingratum amicum, Ad inv (...)

Ces deux niveaux ne s’opposent pas : il reste clair que la mise en scène de l’invective à quatre voix est un outil pour l’admonestation de Chartier45. Comme le spécifie J.-C. Mühlethaler,

  • 46  Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris, Champion, 1994, p. 406.

Dans la satire médiévale le blâme est presque toujours explicite […]. Le recours à l’invectio reste d’habitude ponctuel : elle est mise au service de la reprehensio, de la dénonciation des vices causa correctionis et more magistri, à la manière du maître46.

L’originalité du Quadrilogue invectif est d’avoir donné à l’invectio une dimension structurelle.

Conclusion

  • 47  Cf. F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique (...)

25Cette petite mise au point sur le statut du « traictié » ne saurait, en définitive, être systématique. On pourrait certainement invoquer des contre-exemples aux tendances que j’ai pu dégager d’un corpus d’analyse nécessairement restreint, mais c’est la preuve de la polyvalence même du « traictié ». Si le terme n’est pas absolument nouveau, il correspond visiblement à une mode littéraire à partir des années 1350 et plus encore au XVe siècle – en ce sens aussi l’on peut parler de « present traictié ». C’est un terme polysémique, qui obéit à une vocation éthique (castigat docendo mores) plutôt qu’à une norme formelle ou à une identité thématique : en ce sens, s’il définit un genre, ce ne peut être qu’un genre ouvert. Un terme, enfin, qui désigne un texte ostensiblement tourné vers ses destinataires, à une époque où le lectorat s’étoffe et se diversifie47. Le modelage des esprits, ambition à peine voilée des « traictiés », est un enjeu culturel et politique fort en ces temps de crise et de perte (donc de redéfinition) des repères, enjeu dont la destination plurielle du Quadrilogue invectif est un éloquent témoin.

Annexe

Corpus d’étude

[1] Et je, meu de compassion, pour ramener a memoire l’estat de nostre infélicité et a chascun ramentevoir ce qui lui en touche, ay composé ce petit traictié que je appelle Quadrilogue, pour ce que en quatre personnages est ceste œuvre comprise, et est dit invectif en tant qu’il procede par maniere d’envaïssement de paroles et par forme de reprendre. (Alain Chartier, Quadrilogue invectif, éd. Droz, Paris, Champion, 1950, p. 5).

[2] Et atant prent fin cestuy petit traittié que l’istorien recommande en la doulce correction dez lisans et escoutans […] (Roman du comte d’Artois, éd. Seigneuret, Genève, Droz/Paris, Minard, 1966, p. 153).

[3] Or pry je aux lisans qu’en ce qu’ilz trouveront a amender en cestuy traictié que benignement ilz amendent ou corrigent et prennent en gré l’istoire ainsi parfaicte qu’elle pourra estre et comme ilz pourront veoir au lire. (Roman de Floriant et Florete en prose, éd. Lévy, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1983, p. 83).

[4] Pour ce que la mémoire des hommes deffault et passe par terminacion de vye et que touttes choses se délaissent et oublient qui ne les rédige et met par escript, doncques adfin que les haulx et courageux fais de nos anchiens prédécesseurs ne soient estains mais aumentés et ramenteus pour donner example aux nobles et vertueux hommes du temps présent, ay voulu transmuer de rime en prose chest présent traittiet ou quel fait mencion des haultes proeces que jadis fist un noble chevalier, lequel en son temps fu nommés messire Gilles de Chin, natif de Tournesis. (Chronique du bon chevalier messire Gilles de Chin, éd. Chalon, Mons, Typographie de Hoyois-Derely, 1837, p. 1).

[5] Après mes treshumbles et tresobeissantes recommandacions, pour obéir a vos prières, qui me sont entiers commandemens, me suis delitté a vous faire quatre beaux traitiez en deux livres, pour les porter plus aisiement […] (Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. Blanchard, Paris, LGF, 1995, p. 34).

[6] Si ay proposé à l’aide de Dieu escripre et compiler ung petit traictié narratif, pour donner cueur et voulenté à tous hommes, especiallement à ceulx qui sieuvent les adventures merveilleuses de la guerre, de tousjours bien faire et acroistre leur honneur et hardement de mieulx en mieulx. […] Si ay proposé en oultre de deviser mon livre en trois principales parties selon les trois manieres de vivre par le phyllosophe moral, qui sont monostique, yconomique et pollitique […]. Et après, au plaisir de Dieu, en chascune de ces trois principales parties sera la chose distinguée par certains chappitres, comme il apparra plainement aux lisans et bien entendans ce present traittié. (Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. Favre et Lecestre, Paris, Renouard, t. I, 1887, p. 15-16).

[7] Vous, messeigneurs et dames, qui cest petit traittié lirez ou avez leut, prenez le en passe temps d’oiseuse, je vous prie, et n’ayez regart a aucune chose qui dedens y soit escripte quant a aucun fruit ou substance de vérité, ne d’aucune bonne introduction. (Les Evangiles des Quenouilles, éd. Jeay, Paris, Vrin/Montréal, Presses universitaires, 1985, p. 117).

[8] […] me suis mys cy a faire ung traittié entre l’ame dévote et le cuer plain de toute vanité pour plus esmouvoir les lisans a bien faire et parfaitement sur toutes choses amer nostre vray rédempteur […] (René d’Anjou, Le Mortifiement de vaine plaisance, éd. Lyna, Bruxelles, Œuvre Nationale pour la Reproduction des Manuscrits à Miniatures de Belgique, 1926, p. 2).

[9] Et m’en a comandé a faire le traictié de l’ystoire qui cy après s’ensuit, et je commanceray de cuer diligent. […] car certainement je l’ay fait au plus justement que j’ay peu selon les croniques que je cuide estre vrayes. (Jean d’Arras, Mélusine, éd. Vincensini, Paris, LGF, 2003, p. 112).

[10] Les haulx et corrageux fais de nos anchiens predecesseurs, escrips pour exemple et mémoire a la loenge d’iceulx, ramainent a la cognoissance de mon debileté et obscurcy entendement une matere laquelle sera discutée en ruide et commun stile ou procès de ce present traittyé. (Histoire des seigneurs de Gavre, éd. Stuip, Paris, Champion, 1993, p. 1).

[11] Mais en la fin de ce traitié/Que j’ay compilé et traitié/Vueil mon nom et mon seurnom mettre […] (Guillaume de Machaut, Le Remede de Fortune, dans Œuvres, éd. Hœpffner, Paris, Firmin-Didot, t. II, 1911, p. 156).

[12] Le Voir Dit veuil je qu’on appelle/Ce traitié que je fais pour elle,/Pour ce que ja n’i mentirai. (Guillaume de Machaut, Le Livre du Voir Dit, v. 518-520, éd. Imbs et Cerquiglini-Toulet, Paris, LGF, 1999, p. 74).

[13] Prenez en gré ma petite labeur :/[…]/Mais s’il y a aucun mot mal dicté,/Je vous supply, pour Dieu, qu’on me pardonne,/[…]./Vous, Dames, dont, en qui honneur foisonne,/Le tel traittié vostre Advocat direz : Tout plaisamment, s’il vous plaist, le lirez. (Pierre Michault, Le Procès d’Honneur Féminin, dans Œuvres poétiques, éd. Folkart, Paris, UGE, 1980, p. 67-68).

[14] Dois tu oublier ou que soye/Ce traictié qui tant point et mort/Que fist Amé de Montjesoye,/Plus riche que d’or ne de soye,/Du merveilleux Pas de la Mort ? (Olivier de La Marche, Le Chevalier deliberé, éd. Carroll, Tempe, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 1999, p. 56-58).

[15] Par ce que le tres noble et tres loable desir et vouloir de vous mon tres doubté seigneur, monseigneur Loys de Laval, […] a esté et est de sçavoir [et] congnoistre en brief les principaux fais des .ix. dames et princesses dictes Preues, et aussi de la Pucelle, décorees par les anciens selon leur sexe a l’exemple des Neuf Preux tres renommés et de Bertrand du Ghesquin, les fais desquelz ont esté par moy, Sebastien Mamerot, […] redigiez de nouvel en ung volume ou traictié par moy compendieusement composé l’an precedent, je me suis, en cestuy mois de janvier mil cccc soixante et ung, […] mis en peine de redduyre en ung petit traictié par la maniere que vostre noble seigneurie me commanda proceder ou principal livre des Neuf Preux […]. […] je me suys efforcé couchier a mon pouvoir la vérité et en brief selon aulcuns tres anciens volumes qui me ont este très difficiles a trouver et conjoindre avec les communs […] (Sébastien Mamerot, Petit traictié des Neuf Preues, transcrit par M. Lecourt, Romania, 37, 1908, p. 532-33).

[16] Après sont aultres faiz de ceste rime alexandrine, et en fait on tout communément diz de Vies de sains, ou aucuns traitiez d’amours, et se mettent 4 et 4, a l’exemple du Testament maistre Jehan de Meun […] (Les Règles de la seconde rhétorique, dans Recueils d’arts de seconde rhétorique, éd. Langlois, Genève, Slatkine Reprints, 1974, p. 28).

[17] Correlacion est chose coppiée, ou chose en codicille par cahyers, ou chose arguée entre clers ; […]. Compilacion est chose extraite d’escripture et mise par forme de traitié. Traitié est une maniere de correlacion ; et d’autre part est traitié de mariage ou de marchié. (ibid, p. 50).

[18] […] je vous envoie ce petit traittié de rethorique, tout chaudement forgié et fait a vostre contemplation, ouquel vous trouverez patrons, exemples, couleurs et figures de dittiers et tailles modernes qui sont maintenant en usage […] (Jean Molinet, L’Art de Rhétorique, dans Recueils d’arts de seconde rhétorique, op. cit., p. 215).

[19] Pluseurs balades baladans,/Virlais, fatras d’aultre fachon/Ont en leur ait les bien rimans,/Dont point je ne fais mension./Se j’en dis mon intention, Pardonés moi se j’ay failly,/Je n’ay fait ce traictiét se non/Pour apprendre ung mien amy. (Traité de rhétorique anonyme, dans Recueils d’arts de seconde rhétorique, op. cit., p. 264).

[20] Et affin que ce livre rimé fut plus agréablement et plus generalment receu de tous, jones et anciens, l’aucteur avec l’amoureuse matière entremella et adjousta pluseurs choses estranges qui profitent grandement a traictier des meurs et au gouvernement de nostre vie humaine, affin que ceulx qui y regardent, avec la recreacion et le delit qu’ilz y pourront prendre, aucun profit en puissent rapporter. (Evrart de Conty, Livre des Eschez amoureux moralisés, éd. Guichard-Tesson et Roy, Montréal, CERES, 1993, p. 2).

[21] Ainsi doncques nous avons a traictier de vertu au proufit d’ordre de vivre en trois differences d’estas par laquelle dicte vertu vie humaine doit estre ruillee en toutes œuvres et sans qui ne peut homme a honneur ataindre […] (Christine de Pizan, Livre du corps de policie, éd. Kennedy, Paris, Champion, 1998, p. 2).

[22] Si me suis pensé, ouvrant ceste inventive, que assez estoit convenable et consonante a la matiere dont a ce present livre vueil traictier, combien que le commencement, le moien et la fin d’icelluy soient touchant au gouvernement et ordre a la personne vivant en court, tant pour la purification de l’ame comme a pouoir avoir en ce monde provision honneste et seure […] (L’Abuzé en court, éd. Dubuis, Genève, Droz, 1973, p. 2-3).

[23] Et traicte celui livre en stille tres piteux et plaisant la façon et maniere comment Troyle, filx au roi Priant, s’enamoura de la belle Criseida pendant le temps que les grecs tenoient Troye assegee, et comment elle changea son amour vers la fin, en le mettant en oubli pour Dyomedos de Grece. (Louis de Beauvau, Roman de Troyle, éd. Bianciotto, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1994, vol. II, p. 560).

[24] […] de plus gente matiere n’a ce present livre tractié en chappitre qui qu’il soit que il fera de Vivien […] (Guillaume d’Orange en prose, éd. Wahlund, p. 64, citée par F. Suard, Guillaume d’Orange. Étude du roman en prose, Paris, Champion, 1979, p. 154).

[25] […] mais de l’une parlerons plus avant au propos que nous voulons traictier, c’est assavoir de Chevalerie, en la louant en la personne d’un vaillant et noble chevalier […] : c’est mon seigneur messire Jehan le maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneur de Jannes, en laquelle reverence et honneur, pour les dessertes de ses bienfais, sera, au plaisir de Dieu, traictié et parfaict ce present livre […] (Le Livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, éd. Lalande, Genève, Droz, 1985, p. 7-8).

Haut de page

Notes

1  Même les tentatives laborieuses de définition des formes lyriques opérées par les arts de seconde rhétorique sont loin d’être satisfaisantes : l’effort taxinomique n’est pas toujours abouti ni respecté dans la pratique par les poètes. Les flottements terminologiques perdurent (par exemple, Villon annonce au v. 973 du Testament sous le terme de « lai » le rondeau qui suit aux v. 978-989, Poésies, éd. J. Dufournet, Paris, GF Flammarion, 1992). Cf. E. Langlois (éd.), Recueil d’arts de seconde rhétorique, Genève, Slatkine Reprints, 1974 (1e éd. : Paris 1902). G. Lote dénonce les imperfections de ces arts de seconde rhétorique, « Quelques remarques sur l’Art de dictier d’Eustache Deschamps », Mélanges de philologie romane et de littérature médiévale offerts à Ernest Hœpffner, Paris, Les Belles Lettres, 1949, p. 361-367.

2  S. Lefèvre, « Du tractatus au traité : transfert en langue vulgaire d’un genre scientifique ? », Le Moyen Âge et la science. Approche de quelques disciplines et personnalités scientifiques médiévales, dir. B. Ribémont, Paris, Klincksieck, 1991, p. 31-46.

3  Voir Annexe en fin d’article. Je laisse de côté le champ de la langue d’oc, qu’il faudrait pourtant explorer car il a le mérite de l’antériorité dans l’emploi du mot, témoin, dès la fin du XIIIe siècle, le Perilhos tractat d’amor de donas de Matfre Ermengau (= v. 27791-31933 du Breviari d’Amor). Cf. V. Galent-Fasseur, « Une expérience avec la lyrique : le Perilhos Tractat d’amor de donas de Matfre Ermengau », Perspectives médiévales, suppl. au n° 28 (L’expérience lyrique au Moyen Âge), 2002, p. 169-192. Cependant la notion de traité semble être portée plutôt par le mot ensenhamen ; cf. Don A. Monson, Les ensenhamens occitans. Essai de définition et de délimitation du genre, Paris, Klincksieck, 1981.

4  P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.

5  Poétiques de la Renaissance, dir. P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, Genève, Droz, 2001.

6  Définition du Petit Robert.

7  Cf. C. A. Robson, « Sermons et sermonnaires », Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, dir. G. Hasenohr et M. Zink, Paris, LGF, 1992, « La Pochothèque », p. 1377.

8  « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles », Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, dir. L. Dulac et B. Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, p. 106.

9  Ibid., p. 108.

10  Cf. P. Contamine, « Les Traités de Guerre, de Chasse, de Blason et de Chevalerie », La Littérature française aux XIVe et XVe siècles (Grundriß der romanischen Literaturen des Mittelalters, VIII/1), dir. D. Poirion, Heidelberg, Carl Winter, 1988, p. 346-367.

11  Deuxième partie de l’Annexe (à partir du n° 20).

12  Via le Filostrato de Boccace dont il est une « translation ».

13  Jehan de Saintré, éd. Blanchard, p. 34.

14  Quadrilogue invectif, éd. E. Droz, p. 66.

15  Mortifiement de vaine plaisance, éd. Lyna, p. 60.

16  L’Advisement de Memoire et Entendement de Gauvain Candie se désigne d’abord comme un « petit traictié » (ms B.R.B. 10984-1985, f° 1) puis comme simple « livre » (v. 1714, f° 63v). Cf. C. Thiry, « Débats et moralités dans la littérature française du XVe siècle : intersection et interaction du narratif et du dramatique », Le Moyen Français, 19, 1986, p. 229. Comme le montre C. Thiry, ce texte est d’autant plus problématique qu’on hésite à le définir comme récit ou comme moralité.

17  Vocabulaire de la littérature du Moyen Âge, s.l., Minerve, 1997, p. 199-200. Inversement, plusieurs traités scientifiques rédigés en latin par Nicole Oresme conservent dans leur titre le moule ancien : De proportionibus proportionum, De moneta ; Oresme a aussi composé des traités en français : Livre de divinacions, Traité de la sphère.

18  Froissart semble jouer de cette multiplicité de sens dans le prologue du livre IV des Chroniques, où il évoque la « noble matiere » de son livre, « laquelle traitte et propose les fais et les advenues des guerres de France et d’Angleterre […], si comme il appert clerement par les traittiés qui sont clos jusques au jour de la presente date » (éd. Ainsworth et Varvaro, Paris, LGF, 2004, p. 344).

19  Éd. S. Solente, Paris, Champion, 1936, t. I, p. 191. Sur la compilation chez Christine de Pizan, cf. J. Blanchard, « Compilation et légitimation au XVe siècle », Poétique, 74, 1988, p. 139-157 ; B. Ribémont, « Christine de Pizan, Isidore de Séville et l’astrologie : compilation et ‘mutacion’ d’un discours sur les arts libéraux », Désireuse de plus avant enquerre… Actes du colloque international Christine 2006, dir. L. Dulac, A. Paupert, C. Reno et B. Ribémont, Paris, Champion, 2008, p. 303-314.

20  Cité dans Textes d’étude (ancien et moyen français), éd. de R.-L. Wagner renouvelée par O. Collet, Genève, Droz, 1995, p. 357.

21  C’est l’avis de S. Lefèvre, art. cit., p. 41.

22  Jehan de Saintré, éd. Blanchard, p. 34.

23  N’oublions pas non plus que Villon désigne son Lais, composé de quarante huitains carrés, comme « ce présent traitié » (v. 195).

24  Cf. B. Ribémont, « Christine de Pizan écrivain didactique », Christine de Pizan. Une femme de science, une femme de lettres, dir. J. Dor et M.-É. Henneau, Paris, Champion, 2008, p. 75-77.

25  M.-C. de Crécy, op. cit., p. 199.

26  A. Chartier, Le Quadrilogue invectif, traduit et annoté par F. Bouchet, Paris, Champion, 2002, p. 26-29.

27  Id., Faictz et dictz de feu de bonne memoire maistre Alain Chartier, imprimé à Paris par Antoine Couteau, 1526.

28 Quadrilogue invectif, éd. cit., p. 1.

29  Cf. E. Cayley, Debate and Dialogue. Alain Chartier in his cultural context, Oxford University Press, 2006.

30  Je laisse de côté les cas où « moralité » entre en concurrence avec d’autres dénominations (« jeu », « sottie », etc.). L’interférence du débat, de l’allégorie et du théâtre n’a pas échappé à F. Rouy (L’esthétique du traité moral d’après les œuvres d’Alain Chartier, Genève, Droz, 1980, chap. II) ni à C. Thiry (art. cit.).

31  C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 316.

32  P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, op. cit., p. 430.

33  A. Strubel, Renart, la Rose et le Graal. La littérature allégorique en France au XIIIe siècle, Paris, Champion, 1989, p. 49.

34  Telle est la dénomination du Clergé dans ce ms.

35  Seul fait exception le Peuple, dont le texte dit expressément qu’il « gisoit reversé sur la terre » et donc couché au f° 19, puis décentré sur la droite au f° 35v. Faut-il y voir une volonté de singulariser le Peuple, voire de le juger ? Difficile à dire !

36  J’écarte le BnF fr. 19127, pour le coup, qui ne donne que le début de la rubrique : Incipit Quadrilogium invectivum. Je précise que je n’ai pu consulter que 7 mss sur la cinquantaine de mss existants du Quadrilogue invectif.

37  L’adjectif « comique » a conservé cette acception jusque dans la langue classique (cf. L’illusion comique de Corneille, Le Roman comique de Scarron).

38  Là se pose un nouveau problème de distinction des genres. L’on sait bien que par suite d’une mésinterprétation du latin comedia, la « comedie » ne concernait pas le théâtre au Moyen Âge. Au XIIIe siècle, Jean de Garlande désigne par ce terme une œuvre littéraire plaisante qui commence dans la tristesse et finit dans la joie ; c’est encore ce qu’indique Jacques Legrand au début du XVe : « comedie c’est une poetrie la quelle au commencement parle moult tristement, et a la fin joieusement » (Archiloge Sophie, éd. Beltran, Paris, Champion, 1986, p. 151). On ne saurait ramener le Quadrilogue invectif à cette conception médiévale de la « comedie » car le débat, autoritairement interrompu par France, ne s’achève pas véritablement dans la joie. Jean-Claude Mühlethaler (« “Incipit Quadrilogium invectivum et comicum ad morum Gallicorum correctionem”. Dalla definizione della satira all’uso degli animali nella letteratura impegnata ai tempi di Carlo VI : Alain Chartier e Eustache Deschamps », L’immagine riflessa, N.S., VII/2, 1998, p. 311-313) interprète le passage de l’invectivum au comicum comme celui de l’invective à la satire, mais on pourrait opposer que J. Legrand tient la comédie et la satire pour deux « manieres de poetrie » distinctes (Archiloge Sophie, ibid.). C’est pourquoi l’adjectif comicum me semble plutôt avoir son sens théâtral général dans la rubrique du Quadrilogue invectif. Il y a bien, au demeurant, passage de l’invective à la satire, comme nous le verrons plus loin.

39  La présente analyse m’amène à nuancer ce que j’écrivais dans un ancien article : « le terme traictié signale bien un texte destiné à la lecture individuelle ; la représentation du débat entre France et ses enfants sera d’ordre mental et se jouera dans l’esprit du lecteur. » (« L’écrivain et son lecteur dans le prologue et l’épilogue du Quadrilogue invectif d’Alain Chartier », Bien dire et bien aprandre, 19, 2001, p. 27). L’on a pu objecter la longueur des harangues de chaque participant au Quadrilogue comme obstacle à la performance théâtrale ; mais c’est peut-être une perception moderne : le public médiéval des jongleurs et des prédicateurs était habitué plus que nous à une communication orale longue.

40  Père ou fils ? On ne sait pas !

41 Nicolas de La Chesnaye, La Condamnation de Banquet, éd. J. Koopmans et P. Verhuyck, Genève, Droz, 1991, p. 63.

42  Quadrilogue, éd. cit., p. 5.

43  Ibid., p. 151.

44  Ibid., p. 66.

45  Vers 1427, Chartier use de l’invective en latin à des fins polémiques : Ad ingratum amicum, Ad invidum et detractorem ; cf. R. Meyenberg, Alain Chartier prosateur et l’art de la parole au XVe siècle, Berne, Francke, 1992, p. 21-22, 35.

46  Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris, Champion, 1994, p. 406.

47  Cf. F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bouchet, « Un petit traictié bon à tout faire », Cahiers de recherches médiévales, 18 | 2009, 201-215.

Référence électronique

Florence Bouchet, « Un petit traictié bon à tout faire », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/11701 ; DOI : 10.4000/crm.11701

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Université de Toulouse (UTM)
PLH: Patrimoine, Littérature, Histoire (EA n° 4153)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org