Navigation – Plan du site
La «mouvance» des genres littéraires au Moyen Âge

Introduction

Florence Bouchet
p. 179

Texte intégral

1Au Moyen Âge, les critères d’analyse des œuvres littéraires proposés par les accessus ad auctores hérités des grammairiens de l’Antiquité tardive ne prennent pas en considération le genre de l’œuvre considérée. Les arts poétiques des XIIe et XIIIe siècles n’ont pas davantage élaboré une poétique des genres médiévaux puisqu’ils compilaient les classifications antiques et proposaient essentiellement des éléments de rhétorique appliqués à la versification. Considérant vers 1200 les grands domaines de la création littéraire au début de la Chanson des Saisnes, Jean Bodel ne les envisage pas en termes de genres mais de « materes » (de France, de Bretagne et de Rome). Le vocabulaire des genres littéraires, tant en ancien qu’en moyen français, n’est d’ailleurs pas exempt d’imprécision ou d’instabilité. Du latin à l’ancien français puis au moyen français, les « translations » et mises en prose d’œuvres narratives occasionnent divers transferts génériques. Quant aux recueils manuscrits de textes médiévaux, ils ne tirent généralement pas leur cohérence d’une stricte homogénéité générique. Autant d’indices (parmi d’autres) qui doivent inciter les médiévistes à relativiser une approche moderne parfois trop étroitement générique : en clin d’œil à Paul Zumthor, le déplacement de la notion de « mouvance » du texte au genre invite à interroger la plasticité des genres médiévaux à travers tous les phénomènes observables de transfert, d’interférences, d’hybridité. Poser la question de la pertinence des genres pour l’écriture des œuvres médiévales, c’est aussi s’intéresser à leur réception, par rapport à un horizon d’attente en perpétuelle redéfinition.

  • 1  Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues, axe 4 : « Littératures du do (...)
  • 2  Cette manifestation s’inscrivait dans un projet tri-annuel impliquant les autres Universités du Su (...)

2L’enquête proposée se veut ouverte : du Moyen Âge central au Moyen Âge tardif, des domaines d’oc et d’oïl à d’autres littératures européennes. Les cinq articles du présent dossier, issus d’une journée d’étude qui s’est tenue à l’Université de Toulouse-Le Mirail le 7 novembre 2008 sous l’égide de l’IRPALL1, entendent contribuer à un champ de réflexion en pleine expansion au sein des études médiévales2.

Notes

1  Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues, axe 4 : « Littératures du domaine européen » (dir. D. Lacroix).

2  Cette manifestation s’inscrivait dans un projet tri-annuel impliquant les autres Universités du Sud-Ouest : colloques « Les genres en question au Moyen Âge » (Bordeaux, 8-9 novembre 2007), « Les genres au Moyen Âge : la question de l’hétérogénéité » (Pau, 12-13 novembre 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bouchet, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales, 18 | 2009, 179.

Référence électronique

Florence Bouchet, « Introduction », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11697 ; DOI : 10.4000/crm.11697

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org