Navigation – Plan du site

Teresa Shawcross, The Chronicle of Morea, Historiography in Crusader Greece

Marie Guérin
Référence(s) :

Teresa Shawcross, The Chronicle of Morea, Historiography in Crusader Greece, Oxford University Press, 2009, 424p.

ISBN 978-0-19-955700-4.

Texte intégral

1Fruit d’une thèse de doctorat de l’Université d’Oxford, l’ouvrage de Teresa Shawcross étudie la Chronique de Morée, source majeure pour l’histoire de la principauté d’Achaïe et de la domination franque dans les territoires de l’ancien Empire byzantin au lendemain de la quatrième croisade. L’auteur dresse une analyse minutieuse des différentes versions de la chronique (française, grecque, aragonaise et italienne) et de ses manuscrits, apportant un nouvel éclairage à la fois historique, littéraire, stylistique et idéologique sur la question de l’original perdu, de sa transmission et de ses modifications ultérieures. Ce travail s’inscrit dans l’actuel renouvellement de la recherche sur l’histoire de la Grèce latine et participe ainsi à la compréhension et la mise en valeur des interactions culturelles, sociales et politiques qui se nouèrent entre les États croisés, la société gréco-byzantine et le monde extérieur, allant jusqu’à évoquer l’idée d’un proto-nationalisme moréote.

2I. Composition, transmission et réception

31. Après une introduction historique, T. Shawcross présente les différentes versions de la Chronique de Morée (française, grecque, aragonaise et italienne), les huit manuscrits parvenus jusqu’à aujourd’hui, leur hiérarchie et la question de l’original commun que l’auteur nomme « l’ancêtre commun ». La question de la langue de l’original est posée, mais l’auteur ne s’attarde pas sur ce débat, concluant que si une version grecque de l’original perdu semble être fort probable, la possibilité d’un original en français ne pourra jamais être totalement exclue. Dès le début de son analyse, un patronage est mis en évidence, celui des d’Aunoy puis des Le Maure. Cette dernière famille pourrait être le commanditaire de la chronique. L’accent mis sur l’appartenance française des premiers chevaliers dans la chronique aurait alors servi à mettre en relief le pouvoir des Le Maure, derniers survivants occidentaux à l’époque de la rédaction de la chronique ainsi que leurs liens privilégiés avec la dynastie villehardouine et les grandes familles à l’origine de la conquête du Péloponnèse.

42. T. Shawcross dresse ensuite une analyse minutieuse des sources utilisées par le compilateur. Les sources écrites, non narratives et narratives, sont d’abord présentées, puis minutieusement comparées avec d’autres sources, notamment sur des événements historiques tels que la première et la quatrième croisade, la bataille de Pélagonia, la conquête de l’Italie par Charles d’Anjou, etc. Mais le chroniqueur anonyme fut également inspiré par l’héritage oral et par sa propre expérience. Témoin des événements de son temps (fin XIIIe-début XIVe siècle), il participe à la précision des informations qui l’entourent : anecdotes, légendes, témoignages, héritage qu’il est cependant difficile de répertorier. Enfin, T. Shawcross dépeint le portrait du chroniqueur, habile connaisseur des procédures de la cour et du contenu des lois, dont la renommée et le niveau social auraient été similaires à ceux des célèbres juristes et aristocrates du Levant.

5L’ensemble des documents utilisés pour la création de la chronique permet également de mettre en évidence la circulation des informations en Méditerranée et peut-être au-delà. L’ancêtre commun de la chronique aurait ainsi reflété les interactions avec l’ensemble du monde au-delà de la péninsule du Péloponnèse. Quoi qu’il en soit, une image plus nette des réseaux culturels dans lesquels la principauté de Morée était intégrée émerge seulement lorsque les contextes littéraires de la transmission et du développement des différentes versions de la chronique sont considérées.

63. T. Shawcross redessine alors le monde littéraire dans lequel évolua la Chronique de Morée, se posant pour chaque version les questions du « quand », « où », « comment » et « pourquoi ». L’auteur retrace ainsi les dates, les lieux et les transmissions des manuscrits tout en mettant l’accent sur les caractéristiques culturelles du milieu qui les reçoit. Dans ce développement, l’attention se porte particulièrement sur les versions grecque et française.

7Une véritable enquête est alors menée sur les raisons et les circonstances de la transmission vers l’Europe du Nord-Ouest du manuscrit français de la chronique, et plusieurs hypothèses sont dégagées : récit ramené de voyages en Orient ou volonté de propagation et de promotion du mouvement des croisades dans les régions d’où étaient originaires les croisés ? Le Vénitien Marino Sanudo Torsello aurait-il profité de l’intérêt occidental pour les histoires des croisades et autres aventures du Levant en transmettant la chronique française à la cour des Hainaut ou des Bourguignons ? La Chronique de Morée s’inscrit-elle dans une volonté de diffusion du mouvement des croisades ou dans un désir de transmission d’une histoire familiale dans le comté de Hainaut ?

8Quoiqu’il en soit, cette transmission du récit nécessite l’élaboration d’une version française afin d’être divulguée le plus largement possible. Le contexte politique y est alors favorable puisque la langue française occupe une place de choix à la cour angevine – T. Shawcross rappelle que ce sont les Angevins de Naples qui obtiennent la suzeraineté sur la principauté après la mort de Guillaume de Villehardouin en 1267. Les contacts entre les cours napolitaine et moréote sont particulièrement denses, favorisant donc les échanges littéraires et plus encore la migration de textes tels que la Chronique de Morée. Enfin, outre la transmission en Occident, les causes de la rédaction en français peuvent résider dans le renom de la langue au XIVe siècle et son utilisation pour mettre en évidence la dépendance angevine de la principauté.

9Les raisons qui motivèrent la rédaction d’une version française de la Chronique de Morée sont donc variées, et l’analyse attentive du contexte de rédaction de la chronique par T. Shawcross met en avant de nouvelles hypothèses de transmission du manuscrit et met en évidence l’importance particulière du manuscrit français.

10Le contexte de rédaction de la version grecque reste plus opaque et cette dernière semble avoir fait figure d’exception à une période où la production littéraire était principalement émise par et pour l’élite de la cour impériale. Tandis qu’elle développera plus loin dans son étude l’originalité de cette production en grec vernaculaire, T. Shawcross relève la possible influence des mariages mixtes. En effet, les deux filles de Érard III Le Maure avaient épousé des Byzantins, ce qui put avoir pour conséquence une rédaction en grec des aventures des chevaliers français. La production en grec vernaculaire dans le Péloponnèse résulte par ailleurs de l’atténuation de l’influence de Constantinople sur le genre historiographique dans les régions dominées par les Occidentaux.

11Ces études de contexte, principalement des versions grecque et française, permettent ainsi à T. Shawcross de mettre en évidence les connections entre la principauté d’Achaïe et le monde extérieur, plus encore de souligner sa place centrale dans un réseau orienté vers l’Occident – les échanges littéraires avec l’empire byzantin restant assez limités.

12II. Technique narrative : Oral et écrit

13La seconde partie de l’ouvrage met en évidence une investigation détaillée des techniques narratives, notamment dans les versions grecque et française. En effet, T. Shawcross tente d’observer l’impact de la culture orale (particulièrement présente à cette époque, tant à la cour des chevaliers occidentaux qu’en milieu byzantin)dans le genre historiographique de la Chronique de Morée. Pour y parvenir, elle mène une analyse stylistique précise des interactions entre oral et écrit.

144. L’étude de la structure met en évidence des répétitions, des anachronismes (analepses et prolepses), procédés qui permettaient à l’auditorat de suivre le récit, d’aller et venir entre les différents épisodes (éléments indépendants qui pouvaient être dits séparément) sans perdre le fil du récit. Nombre des procédés utilisés dans la Chronique de Morée sont, comme le démontre l’auteur, des résidus d’une importante tradition orale. Les rédacteurs des différentes versions auraient ainsi conservé les mêmes procédés afin de transmettre, d’une façon naturelle, la narration et de mieux capter leur lectorat.

155. Cet héritage oral est également présent dans ce que T. Shawcross nomme les « actions parlées ». Par une analyse rigoureuse des méthodes qui les représentent (discours narratif, discours indirect, discours direct, discours indirect libre et discours direct libre, vouvoiement ou tutoiement, position du verbe, etc.), l’auteur révèle que l’ancêtre commun de la chronique devait être essentiellement constitué d’actions parlées, de monologues et de dialogues qui se seraient progressivement transformés au travers des manuscrits en éléments narratifs. T. Shawcross démontre cependant que la version grecque de la Chronique de Morée s’attache davantage à l’imitation des discours tandis que la version française préfère la diégèse, c’est-à-dire la narration des actions parlées. Cet argument permet d’appuyer la thèse selon laquelle l’ancêtre commun, plus proche de la culture orale, aurait été écrit en grec.

166. Puis l’étude de la voix narrative permet d’observer les différentes interventions narratives. Par l’usage des pronoms personnels et leurs emplacements dans le texte, les interventions permettent à la fois de structurer la narration mais également de relancer l’interaction entre le public et le récit. L’auditorat ou le lectorat, selon le cas, est exhorté à rester attentif. La version grecque se révèle cependant être davantage dans un rapport de communication direct avec son public tandis que la version française privilégie la narration impersonnelle et le recours aux autorités. T. Shawcross montre alors que ces dissemblances sont le reflet d’une évolution de l’historiographie médiévale occidentale et orientale : la première évoluant vers des textes en prose à valeur historique et véridique, la seconde restant fidèle à la versification et à l’héritage oral.

177. Cette évolution historiographique se retrouve dans l’étude des formes verbales et plus particulièrement des changements de temps. L’auteur mène une étude exhaustive des 3703 occurrences de formes verbales. Tandis que la narration de la version française de la Chronique de Morée est principalement faite au passé simple et à l’imparfait, on note un effet délibéré de changements de temps dans la version grecque. Le mélange de verbes au présent avec d’autres temps dans un même passage, voire souvent une même phrase, est appelé « tense-switching ». Afin d’expliquer ce phénomène, T. Shawcross mène une enquête minutieuse et conclut que cette technique, héritée des traditions orales, est seulement un usage stylistique occasionnel qui permettait de rendre plus vivants et intenses les événements racontés, de faire vivre simultanément à l’auditorat les événements, comme s’il prenait place dans le présent.

18Suite à cette étude narrative, des divergences entre les versions de la Chronique de Morée sont mises en évidence. La version française se démarque de l’ancêtre commun et cherche à en raccourcir le récit, parfois considéré comme trop ennuyeux, probablement par ambition de vérité historique. La version grecque, plus conservatrice, maintient un certain nombre de techniques narratives issues des traditions orales afin de transmettre une histoire vivante. T. Shawcross souligne ainsi deux tendances historiographiques en vigueur dans la péninsule moréote. Ce qui lui permet d’écrire que la principauté d’Achaïe émerge comme un centre d’innovation et d’expérimentation, de réception et de dissémination de la culture ainsi que de fusion des traditions.

19III. Idéologie : conquérants et conquis

20La position idéologique défendue par la Chronique de Morée varie selon la perte délibérée ou accidentelle de folios et selon la réécriture des manuscrits par les traducteurs, les rédacteurs et les scribes. De nombreuses variations existent donc et chaque manuscrit délivre un message qui lui est propre – résultat du contexte dans lequel il fut rédigé –  modifiant ainsi le texte et le but de la chronique originale afin de servir ses propres fins. Afin de décoder l’idéologie de chacun des manuscrits, l’auteur va donc mener une étude sur les cinq exemplaires grecs et sur les trois autres versions, examinant le problème ethno-religieux, celui de la création d’une histoire nationale, la question de l’historiographie vernaculaire grecque, la question de la propagande et enfin la question le l’environnement social et politique particulièrement changeant.

218. T. Shawcross pose tout d’abord la question de l’identité ethno-religieuse. Dans un premier temps, la proximité des chevaliers et de leurs descendants avec la noblesse occidentale est rappelée, notamment par la fréquence des mariages de même niveau social mais aussi d’origine française. Cela ne doit cependant pas occulter les relations existant entres les conquérants et les conquis. Francs et Grecs dans les deux plus anciennes versions de la Chronique de Morée se positionnent en terme d’opposition – ce que l’auteur nomme « nous » (li Françoys / Φράγκοι) et « eux » (li Grex / Ρωμαίοι) –dans les apparences physiques, les caractères, la religion, la langue et la culture. L’auteur revient alors sur les stéréotypes caractéristiques des relations gréco-latines au Moyen Âge et fréquents dans la tradition historiographique occidentale. La rectitude morale des Latins est alors souvent opposée à la dégénérescence des Grecs, à laquelle s’ajoute la perfidie, leur aptitude au mensonge et à la ruse, leur manque de bravoure et de noblesse chevaleresque, leur aspect efféminé, enfin leur caractère schismatique et leur hérésie religieuse. Sur l’ensemble des manuscrits, le manuscrit H (version grecque) est le plus hostile aux Orthodoxes, tandis que certains de ces stéréotypes ne figurent pas dans le manuscrit B (version française). Malgré quelques différences, que l’auteur explique par l’aspect résumé du texte B, T. Shawcross note que cette nette hostilité à l’encontre des Grecs fut également présente dans le manuscrit original et désigne par le terme de grecquitude – « greekness » – ce concept polémique. Par cette expression sont désignés tous les caractères relatifs aux Grecs présents dans la Chronique de Morée,qui ne peuvent bien sûr pas être considérés comme des marqueurs ethniques objectifs.

22T. Shawcross rappelle donc que La Chronique de Morée présente avant tout les relations gréco-latines en terme de conflits, mais démontre par ailleurs que les relations entre Francs et Grecs du Péloponnèse ne sont pas assimilées à ce schéma d’opposition ethnique et religieuse.

239. T. Shawcross pose alors la question de l’histoire nationale de la Principauté de Morée. Pour cela, elle nuance l’opposition gréco-latine, précisant que la soumission du Péloponnèse par les Francs n’est pas seulement due à la soumission de la population indigène. Le manuscrit H (version grecque) révèle en effet que les Grecs, particulièrement les archontes – les seigneurs locaux –, firent preuve de coopération face au changement de régime qui eut lieu au début du XIIIe siècle. Très vite des alliances se nouèrent entre les chevaliers francs et la population locale, de larges concessions furent faites par les Latins pour obtenir la soumission des Grecs et seules quelques places fortes menèrent une résistance face aux envahisseurs.

24Plus encore, T. Shawcross défend l’idée selon laquelle les divisions ethno-religieuses, si elle n’ont pas disparu, sont néanmoins remplacées par la construction d’une identité moréote commune aux Grecs et aux Latins, catholiques et orthodoxes. L’auteur parle d’un sentiment patriotique des occupants et des occupés à l’égard de leur localité, animés par un but commun de défense du territoire. Titrant le paragraphe suivant « l’émergence d’une nation », le lecteur s’interroge néanmoins sur le problème de la terminologie et de l’emploi du mot nation pour désigner cette identité collective moréote. Poursuivant son développement, T. Shawcross indique cependant que ce sentiment national est surtout présent parmi l’élite locale, c’est-à-dire auprès des chevaliers francs et des archontes grecs, dont les intérêts réciproques sont de coopérer afin de protéger et d’agrandir les terres sous leur contrôle. Elle indique enfin que, s’il est moins présent, ce sentiment d’identité moréote est néanmoins également partagé par le reste de la population du Péloponnèse, et aurait été grandement inspiré par les princes Villehardouin qui en assurèrent la perpétuation. À ces mots, on s’interroge sur l’aspect propagandiste de cette cohésion gréco-latine presque idyllique...

25L’auteur décrit alors la dynastie villehardouine comme unie et sacrée. Cette présentation rappelle alors les études de J. Longnon au début du XXe siècle, qui présentait la chevalerie française de Morée comme la plus brillante de France. Les Villehardouin sont même présentés comme l’incarnation de la principauté elle-même et, selon la chronique, la principauté est leur place et ses habitants leurs enfants, soulignant ainsi une connexion profonde entre occupants et occupés. La légitimité des Villehardouin est largement soulignée.

26Il serait alors nécessaire d’apporter une certaine nuance à ces propos en rappelant simplement les conditions économiques et sociales du Péloponnèse avant 1205 et les efforts fournis par les Francs à leur arrivée dans la péninsule afin d’assurer leur maintien dans des terres éloignées de leur pays d’origine. En effet, à la veille de sa conquête par les chevaliers français, le Péloponnèse était moins prospère, éloigné de Constantinople et placé sous l’autorité despotique d’archontes grecs avides de territoires et de revenus. Dans un tel contexte, l’objectif majeur des Francs fut de s’allier aux archontes grecs afin de faciliter leur implantation et de soumettre les populations. Au cours des décennies suivantes, les habitants du Péloponnèse se préoccupèrent surtout de défendre leurs acquis territoriaux et leur prospérité face aux ambitions territoriales diverses. Cette dynastie fut-elle donc ‘unifiée’ par intérêt ou par réel sentiment de cohésion ? Les Angevins qui déshéritèrent la dynastie sont, quant à eux, décrits comme mauvais dans leur façon de gouverner la principauté. Peut-être est-il alors nécessaire d’approfondir la question de l’origine des Occidentaux qui s’implantèrent dans le Péloponnèse ; en effet, selon le pays d’origine, le rôle de la métropole ne fut pas le même. Les Villehardouin ne disposaient pas du même soutien territorial et financier que les Angevins ; les attitudes observées et les objectifs en matière d’occupation du territoire ne pouvaient donc être semblables.

27T. Shawcross défend l’idée d’un sentiment national et indique que cette communauté historique et culturelle sous la direction des Villehardouin possède non seulement une identité commune se démarquant des autres, mais aussi une autonomie politique et un territoire qui lui est propre, concluant ainsi sur l’idée de proto-nationalisme. Sur cette question, il s’agira de se reporter aux articles de P. Gounaridis, C. Maltezou ou S. Vryonis qui abordèrent notamment la question de l’identité grecque au Moyen Âge.

28Selon T. Shawcross, la version originale de la chronique aurait été proche de l’idéologie présente dans le manuscrit grec – c’est-à-dire de cette société-nation moréote – tandis que le manuscrit français B en serait une variante réécrite pour servir la domination française. Afin de montrer que la version grecque n’est pas une anomalie ou une exception, T. Shawcross mène une étude de l’historiographie vernaculaire grecque en Méditerranée orientale de la fin du Moyen Âge.

2910. Ainsi l’auteur nous démontre que le manuscrit H (version grecque) n’est pas le premier texte à présenter la rencontre entre dominants et dominés comme prenant la forme d’une négociation d’une nouvelle identité. Elle révèle ainsi des similitudes avec l’histoire des premiers rois croisés de Jérusalem, la Gesta Francorum Iherusalem Peregrinantium ou Historia Hierosolymitana de Fulcher de Chartres, où un processus d’assimilation a lieu et où la langue parlée est un moyen d’expression littéraire.

30Par ailleurs, des œuvres du XVe siècle, telles la Chronique de Tocco ou le Récital sur les terres de Chypre, en langue vernaculaire grecque, ressemblent au manuscrit H de la Chronique de Morée. Le recours à la langue de la population sujette doit alors être vu comme une conséquence des désirs et des aspirations politiques de ceux qui furent responsables de la production historiographique et du patronage de cette période. Dans ces deux œuvres, le grec vernaculaire sert alors d’outil de propagande auprès d’un auditorat grec soumis aux Latins, ce qui permet d’améliorer la compréhension et la communication avec les seigneurs séculiers grecs.

31T. Shawcross laisse à penser que l’élaboration de la Chronique de Morée au XIVe siècle peut avoir préfiguré la composition du Récital de Chypre et de la Chronique de Tocco. La seule différence résidant dans l’absence d’hostilités à l’égard des Grecs contrairement au manuscrit H (grec). Cette dissemblance peut être expliquée par le fait que, ni à Chypre ni en Épire, les territoires n’étaient au XVe siècle menacés par l’armée byzantine. Il ressort de cette présentation que les trois œuvres s’accordent en présentant la conquête comme moyen d’instauration d’un régime compatissant et avantageux à l’égard de la population grecque. La Chronique de Morée aurait donc non seulement raconté l’établissement du contrôle occidental sur les anciens territoires de l’empire byzantin, mais aurait également, à travers un langage proche des Grecs et une idéologie particulière, présenté l’occupation franque comme un événement meilleur et plus acceptable que les dominations étrangères.

3211. Ce besoin de cohésion entre Grecs et Latins s’explique notamment par la période de crise que connaît la principauté de Morée à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle : reconquête du Péloponnèse par les Byzantins, suzeraineté angevine... Le point culminant de la crise se trouvant dans les années 1320, la Chronique de Morée aurait été rédigée à une période de grande menace de l’autonomie moréote. Dans ce dernier chapitre, T. Shawcross s’intéresse à la place et à la fonction du genre historiographique qui vit le jour en cette période de changement politique.

33L’auteur revient ainsi sur les différentes crises qui intervinrent dans la péninsule moréote avec d’abord l’intrusion byzantine et l’instauration du despotat de Morée. Dans ce contexte, l’auteur évoque une relation ambiguë des Grecs natifs du Péloponnèse dans leurs relations avec le prince et l’empereur. Beaucoup développèrent des liens des deux côtés de la frontière, ce qui encouragea la fluctuation des allégeances. Ceci mène à conclure que la frontière établie dans le Péloponnèse fut seulement politique et probablement sans rapport avec la frontière sociale, culturelle ou économique.

34Puis les événements menèrent la principauté de Morée à passer sous domination angevine (notons que l’auteur ne mentionne qu’un seul des deux traités de Viterbe). Selon les versions de la Chronique de Morée, le changement de pouvoir est décrit différemment. Ainsi le manuscrit H (version grecque) désapprouve le gouvernement angevin, bureaucrate et impersonnel, dénonce l’absence du Prince sur place, l’envoi d’agents sans intérêt réel pour la principauté et de mercenaires cherchant avant tout à satisfaire leurs propres intérêts et détruisant le pays. La venue des Angevins eut un impact considérable sur les Moréotes, elle mena notamment, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, au déclin du pouvoir de la noblesse. La noblesse moréote, de plus en plus restreinte par l’apport d’hommes italiens, français et provençaux , subit des invasions successives et montra un sentiment de désaffection pour les Angevins qu’elle jugeait incapable de défendre leurs intérêts. T. Shawcross démontre ainsi qu’en 1320, la noblesse moréote recherchait du soutien, notamment auprès des Vénitiens, et que c’est durant cette période que prirent corps les principaux éléments de la Chronique de Morée. Cela expliquerait ainsi le scepticisme de H envers les Angevins, l’hostilité à l’égard des Byzantins et des Catalans, mais une attitude conciliante avec la population locale qui dut aussi subir ces menaces internes et externes.

35Dans ces circonstances, T. Shawcross met en évidence l’exaltation du manuscrit H à l’égard de l’autonomie de la Principauté, la concorde entre chevaliers francs et archontes grecs ainsi qu’une identité moréote partagée entre occupants et occupés. Le règne des Villehardouin est alors mis en avant. T. Shawcross mentionne même que l’on pourrait interpréter cette idéalisation comme un soutien pour la princesse Mahaut de Hainaut dans les années 1320 et une réaction contre sa dépossession. Mais plutôt qu’une commande des Villehardouin, la rédaction de la chronique aurait été une initiative de l’aristocratie, même si celle-ci s’était déjà quasiment éteinte. C’est dans ce contexte que T. Shawcross avance la thèse selon laquelle les Le Maure furent les commanditaires de cette œuvre littéraire.

36Cependant les versions de la Chronique de Morée varient en fonction des réinterprétations. Chaque version représente les aspirations d’un patron différent ou d’un public différent de celui de l’original commun. Chaque manuscrit défend sa propre cause. Ainsi, tandis que l’identité moréote est prônée par le manuscrit H, elle est reléguée en arrière plan par les autres versions. La chronique française, associée à la cour royale de Naples et plus spécialement aux activités de Catherine de Valois (régente de la principauté de Morée), réinterprète les événements plus largement en faveur des Angevins. T. Shawcross note alors une suppression de la diatribe contre la dynastie angevine et un ajout de quelques références positives à Charles d’Anjou et Philippe de Tarente. La chroniquearagonaise, commandée par le grand maître des chevaliers hospitaliers, Juan Hernandez de Hérédia se préoccupe davantage des événements contemporains de son élaboration, c’est-à-dire de la perte de la principauté vers l’Ordre de Saint Jean des Hospitaliers en 1377 ou des actions des natifs de la péninsule ibérique ou des mariages franco-espagnols. Enfin, la chronique italienne fut produite par un individu ayant de fortes relations avec Venise. De fait, on y trouve un intérêt et un nombre de références importants pour les institutions et les structures gouvernementales de cette ville, de même qu’une défense de la République vénitienne.

37Par ailleurs, le manuscrit P (version grecque) censure pour sa part des passages négatifs (17 exactement) à l’égard de la cour impériale et affiche ainsi un certain soutien de l’idéologie byzantine. En contrepartie, deux passages sont insérés sur les prouesses militaires des troupes byzantines. De plus, dans ce manuscrit-ci, T. Shawcross relève un intérêt réduit pour le féodalisme.

38La Chronique de Morée est donc un véhicule pour l’expression des préoccupations de l’aristocratie moréote, mais également un moyen attractif pour les divers rédacteurs d’adhérer à d’autres idéologies. Chacun des pouvoirs principaux de Méditerranée orientale présenta sa propre vision de l’histoire à travers l’élaboration de sa propre version de la Chronique de Morée.

39Conclusion générale

40La Chronique de Morée, que T. Shawcross nous dévoile notamment au travers de plusieurs planches couleur inédites etde passages traduits en anglais et mettant en regard les différentes versions, raconte les événements de la quatrième croisade, de la conquête et de l’occupation de l’Empire byzantin. Au centre de ce travail se trouve l’histoire de la formation de la principauté de Morée dans le sud de la Grèce et le Péloponnèse. Cependant la réalité dépeinte n’est jamais innocente. T. Shawcross mène ainsi une véritable enquête analytique et déconstruit les stratégies textuelles afin de s’insérer dans le mode de pensée de la fin du Moyen Âge. Son étude comparée des diverses versions de la chronique permet de révéler la nature de l’original perdu et de retracer les différentes modifications et révisions qui virent le jour au fil des décennies.

41D’un point de vue historiographique, tandis que la Morée franque était encore présentée au début du XXe siècle par les historiens comme une nouvelle France dirigée par la dynastie villehardouine et le fleuron de la chevalerie française, elle fut étudiée à partir des années 70 comme un lieu de cohabitation et d’interactions de deux sociétés, soulignant ainsi une coexistence pacifique. Elle est désormais décrite par T. Shawcross, au début du XXIe siècle, comme une société unie historiquement et culturellement, enfin comme un territoire où Francs et Grecs partagèrent un sentiment proto-nationaliste moréote.

42Au fur et à mesure des décennies, l’historien aborde donc la question de la Morée franque non plus en terme d’implantation étrangère sur un sol lointain mais comme une insertion voire une fusion des deux sociétés pour n’en former plus qu’une. Sans pour autant remettre en cause la pertinence de l’étude ici présente ni l’idée selon laquelle Grecs et Francs partageaient des sentiments communs d’appartenance au Péloponnèse, doit-on pour autant parler de sentiment national moréote ? S’agit-il d’une simple domination étrangère, d’une colonisation, d’une implantation, d’une fusion ou d’une acculturation ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Guérin, « Teresa Shawcross, The Chronicle of Morea, Historiography in Crusader Greece », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11672

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org