Navigation – Plan du site

« Chançon legiere a chanter ». Essays on Old French Literature in honor of Samuel N. Rosenberg, éd. Karen Fresco et W. Pfeffer

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

« Chançon legiere a chanter ». Essays on Old French Literature in honor of Samuel N. Rosenberg, éd. Karen Fresco et W. Pfeffer, Birmingham, Summa Publications, 2007, 479p.

ISBN 978-1-883479-54-1.

Texte intégral

1Ces mélanges réunis en l’honneur de Samuel N. Rosenberg se composent de vingt-sept contributions (pour l’essentiel en langue anglaise), dont une bonne part concerne la lyrique d’oïl ; ce qui ne saurait être une surprise étant donné les centres d’intérêt du récipiendaire, notamment connu comme co-éditeur de l’anthologie des chansons de trouvères Chanter m’estuet en 1981 (publiée en version française dans la collection « Lettres gothiques » en 1995), des œuvres de Gace Brulé en 1985 chez Garland, et plus récemment des chansons de Colin Muset (Champion, 2005) et de The Old French Ballette (Droz, 2006).

2Parmi les contributions touchant la lyrique d’oïl, nous en signalons quelques unes qui nous ont semblé particulièrement dignes d’attention, sans que nous cherchions à dénier le caractère inévitablement partiel de ce choix. En ouverture du recueil, E. Doss-Quinby propose ainsi une intéressante étude consacrée à l’iconographie du chansonnier I (ms. Douce 308), dont les quelques miniatures reflètent les particularités de classement ; en effet, de même que le chansonnier propose, exceptionnellement, un regroupement des pièces qu’il contient par genres (estampies, jeux-partis, pastourelles etc.), les miniatures à l’ouverture de ces différentes sections constituent une tentative originale de représentation figurée du genre lyrique lui-même, avec les acteurs et / ou les modalités d’exécution qui lui sont propres. De son côté M.-G. Grossel s’intéresse à la présence de la voix féminine dans la lyrique d’oïl, explorant un corpus de soixante-six pièces « à je féminin » – soit un ensemble à peu près équivalent à celui qui a été publié dans Songs of the Women Trouvères (éd. E. Doss-Quinby, J. Tasker Grimbert, W. Pfeffer et E. Aubrey, Yale University Press, 2001), ouvrage dont MGG n’a malheureusement pas eu connaissance, comme elle le signale elle-même, avant la rédaction de son article. Les genres représentés, dialogués ou non, ayant beau être nombreux – jeux-partis, ballettes, chansons pieuses, chansons de croisade, aubes etc. – et les thématiques relativement variées – ainsi, à côté du thème bien connu de la malmariée, MGG distingue notamment celui du « regret dépité » (« où une coquette se repent amèrement d’avoir trop bien rebuté un soupirant », p. 108) –, la voix qui s’exprime dans ces poèmes ne se distingue finalement pas par une féminité spécifique, et il en ressort une image plutôt stéréotypée – voire misogyne – de la femme, image avant tout « fixée par le registre qui la met en scène » (p. 127), sinon peut-être dans le très petit nombre de pièces que les chansonniers attribuent à des troveresses. S’attachant à un point particulier du tableau brossé par M.-G. Grossel, S. M. Johnson quant elle envisage les problèmes que pose une définition précise de la chanson de malmariée, illustrant par différents exemples les variations importantes que peut connaître la mise en œuvre de ce thème, selon que la chanson se contente de le suggérer ou lui donne son plein développement, est ou non dialoguée, comporte ou non des éléments narratifs etc. Citons enfin l’étude de J. E. Merceron, qui s’efforce – avec toute la prudence requise, car les textes sont bien peu explicites – de définir à quelles activités de mime ou de danse mimée peuvent bien correspondre les tournures lexicalisées du type faire ou contrefaire le robardel, l’ivre ou le sot, qui se trouvent d’abord, semble-t-il, dans des « pastourelles-assemblées » mettant en scène des fêtes rustiques, puis dans divers textes (dont un passage souvent cité du Vilain au buffet) qui les associent aux jongleurs et aux ménestrels, avant de faire, à partir du XIVe siècle, leur apparition dans un cadre carnavalesque.

3Dans les autres contributions de ce recueil, que nous n’entreprendrons pas d’évoquer en détail, il est encore question de poésie lyrique, et notamment de pastourelle (C. Kleinhenz et K. Busby, C. Callahan) et de prosodie (D. Billy, « Le décasyllabe de Guillaume le Vinier et son influence sur le cercle de Jean Bretel ») ; de romans comme Le Bel inconnu de Renaut de Bâgé (K. Fresco), le Lancelot en prose (C. J. Chase, P. Terry), le Tristan en prose (E. J. Mickel) ou le Jehan de Saintré d’Antoine de La Sale (E. Suomela-Harma, à propos d’un point très précis qu’est l’emploi par la Dame des Belles Cousines de la locution « Or ça, maistre ! ») ; sans oublier quelques textes moins connus ou méconnus comme Li Regret Guillaume de Jehan de Le Mote (P. Dembowski), Le Chevalier deliberé d’Olivier de La Marche (C. W. Caroll) ou Le Sejour de deul, prosimètre composé à la mémoire de Philippe de Commynes (J. Dufournet). C’est dire tout l’intérêt – dont notre rapide aperçu ne saurait suffire à rendre compte – que l’on pourra trouver à parcourir ces mélanges, édités avec tout le soin requis.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « « Chançon legiere a chanter ». Essays on Old French Literature in honor of Samuel N. Rosenberg, éd. Karen Fresco et W. Pfeffer  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 30 septembre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11653

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org