Navigation – Plan du site

Richard de Fournival, Le Bestiaire d’Amour et la Response du Bestiaire, éd. et trad. Gabriel Bianciotto

Craig Baker
Référence(s) :

Richard de Fournival, Le Bestiaire d’Amour et la Response du Bestiaire, éd. et trad. Gabriel Bianciotto, Paris, Champion (CCMA 27), 2009, 414p.

ISBN 978-2-7453-1832-9.

Texte intégral

1Gabriel Bianciotto (G. B.) nous offre ici la première nouvelle édition du Bestiaire d’amour et de la Response du Bestiaire depuis celle que C. Segre fit paraître au milieu du siècle dernier (Milan-Naples, 1957). Sans nier l’importance du travail de son prédécesseur, dont il reprend d’ailleurs certaines conclusions, l’éditeur exprime des divergences d’opinion et propose un texte de nature différente : la tentative de reconstruire l’œuvre de Richard de Fournival en s’appuyant sur l’ensemble de la tradition manuscrite est abandonnée en faveur de l’établissement d’un texte basé sur un témoin, le ms. BnF, fr. 25566 (sigle A), que l’éditeur situe dans une constellation réduite de copies apparentées. Comme le même témoin sert également de base au texte de la Response, l’ouvrage présente l’intérêt notable de donner à lire les deux œuvres dans un état particulier de leur diffusion manuscrite commune. L’accès aux textes est facilité par une très riche introduction, une traduction annotée en français moderne, un glossaire et des index.

2Dans une introduction à la fois ample (p. 7-151) et fort bien documentée, G. B. fait le tour des questions liées à Richard de Fournival et son bestiaire. On dispose ici d’un véritable état présent des études dans le domaine, écrit par un grand connaisseur. Après avoir rappelé les éléments biographiques connus de la vie de l’auteur et les autres œuvres qui lui sont attribuées (p. 15-27), G. B. offre une courte, mais dense étude qui explore le mélange d’écritures et les jeux du langage qui sont au cœur du Bestiaire d’amour ; rendant justice à la complexité de l’œuvre, le critique met en relief les tensions qui l’animent et souligne fort justement le fait que le détournement malicieux de traditions discursives n’exclut ni la réflexion sérieuse, ni un certain lyrisme (p. 29-36). Sont également abordés dans l’introduction littéraire la fortune de l’œuvre (p. 37-41), ses rapports avec la version longue du Bestiaire attribuée à Pierre de Beauvais (p. 43-68) et la paternité du fragment du Bestiaire d’amour en vers (p. 69-81) ; en se tournant vers la Response, l’éditeur étudie la tonalité et la nature de l’œuvre et passe en revue les diverses interprétations qu’elle a suscitées chez les critiques modernes (p. 83-94). Dans toute l’introduction, ainsi que dans les notes aux textes, G. B. se montre parfaitement informé des travaux antérieurs, anciens et récents, publiés ou encore inédits. Les exposés sont synthétiques, clairs et bien documentés, permettant ainsi au lecteur de suivre le développement historique de la réflexion sur l’œuvre et les problèmes qu’elle pose et de situer avec précision les prises de position de l’éditeur.

3Le reste de l’introduction est consacré à des questions de critique textuelle. Depuis les travaux de Segre, on sait que la tradition directe du Bestiaire d’amour (remontant à l’archétype y)se divise en deux branches, et . La mise au jour, depuis 1957, de cinq nouveaux témoins n’a rien changé à la vision d’ensemble de la tradition manuscrite à laquelle était parvenu l’érudit italien au terme d’une enquête extrêmement minutieuse. Si G. B. accepte le stemma codicum de son prédécesseur, il en conteste pourtant l’évaluation de la valeur des deux principales familles et certains critères d’édition (voir p. 102-107 et la n. 48). Ayant rejeté à la fois la dépendance du Bestiaire d’amour à l’égard du Bestiaire du pseudo-Pierre de Beauvais et l’attribution à Richard de Fournival du fragment en vers, G. B. met en doute la supériorité que Segre reconnaissait à la famille . Pour cette nouvelle édition, sa préférence se porte donc sur la famille , dont les qualités lui paraissent au moins équivalentes, et, à l’intérieur de ce groupe, sur le ms. A, qui fournit un bon texte du Bestiaire d’amour et qui représente, comme l’avait déjà reconnu Segre (p. ccxi), le meilleur témoin de la Response. G. B. édite donc les deux œuvres à partir de ce manuscrit, confectionné sans doute à Arras à la fin du XIIIe siècle.

4Les textes sont établis avec soin. Pour le Bestiaire d’amour, l’éditeur utilise les mss CHE comme contrôles : ces témoins fournissent la vaste majorité des corrections et seules leurs variantes figurent dans l’apparat en fin de volume. Comme ils forment une même famille avec A, l’édition offre une image réduite, mais cohérente de la transmission médiévale de l’œuvre (on en connaît actuellement 23 témoins). Dans une telle perspective, on pourrait regretter que les deux mss inconnus de Segre qui appartiennent à cette même famille (Y et R) n’aient pas été retenus pour compléter le tableau, même si leur témoignage n’aurait sans doute guère modifié le texte critique imprimé. Pour établir le texte de la Response, dont la tradition est à la fois moins fournie et moins homogène, l’éditeur recourt à deux des trois autres témoins connus (H et B ; V, qui contamine les deux branches, est écarté).

5La démarche éditoriale de G. B. se veut moins interventionniste que celle de son prédécesseur (p. 149). Sensible dans le texte de la Response, c’est surtout dans le Bestiaire d’amour que l’on constate les conséquences de ce choix. Au lieu de s’enfermer dans un conservatisme extrême, cependant, l’éditeur cherche un certain équilibre entre le témoin qui lui sert de base et l’original, en passant par l’intermédiaire de l’ancêtre commun de la famille . Exercice délicat, sans doute, mais qui donne en l’espèce des résultats intéressants et appréciables. Le texte critique conserve un certain nombre de traits du ms. de base : outre la graphie de A et certaines leçons qui lui sont propres – voir, p. ex., 12, 55, leçon défendue non sans habileté dans la note 26 – l’éditeur conserve la division en paragraphes de son témoin et indique l’emplacement précis des cinquante-cinq rubriques qui accompagnent les miniatures illustrant le texte. Le lecteur peut dès lors non seulement lire le texte proposé par le copiste de A – dont on retrouve toujours très facilement la leçon, même en cas d’intervention éditoriale, grâce au double marquage dans le texte et dans les notes – mais encore examiner l’organisation du discours et certains aspects de la mise en texte dans ce témoin.

6Le choix d’adopter un ms. de base n’implique cependant pas l’abandon total de l’auteur en faveur du copiste et l’éditeur ne suit pas aveuglément le ms. A. Les idiosyncrasies de cette copie sont tempérées par un recours aux mss apparentés et par une prise en compte de l’ensemble de la tradition manuscrite. G. B. offre ainsi un texte qui, sans trop s’éloigner de la rédaction de l’auteur (ou, plus précisément, de l’ancêtre ), permet de percevoir les particularités de A, de l’ancêtre commun de AH et de la famille d que ces deux mss constituent avec C. On le voit particulièrement bien dans le cas des omissions ponctuelles et des lacunes plus étendues. A travers la comparaison de E avec la famille , on constate, en effet, une tendance de l’ancêtre de ACH à alléger le texte en éliminant des termes et des séquences jugés superflus. Manquent ainsi dans ces trois mss, par exemple, la précision d’amours pour qualifier desesperanches (12, 47), la reprise un peu redondante pour chou di jou ke keue de paon senefie pourveance (16, 62-63), l’affirmation incidente et si set on bien comment dans l’exposé sur le lion (19, 5-6) ou la troisième citation de Bernard de Ventadour, qui ne fait qu’appuyer l’affirmation précédente de Richard (33, 31-33). Le texte en fournit bien d’autres exemples. Le cas des passages en 26, 20-30 et 26, 41-49, où ACH omettent plusieurs lignes de texte, est particulièrement intéressant, car les formules employées par Richard lui-même (si revenrai a me matere, 26, 30-31 ; De ceste maniere de gent di je..., 26, 50) signalent la présence d’un développement qui coupe le fil de l’argumentation. En les éliminant, l’ancêtre de ACH cherchait sans doute à resserrer le discours. Une intervention similaire, mais qui altère encore plus profondément la nature du texte, a été pratiquée par l’ancêtre des deux mss A et H, qui supprime le long développement consacré aux cinq sens, aux abeilles et à la musique (15, 4-78), estimant sans doute avec Richard de Fournival – mais de façon plus radicale – que n’est ore mie lius de parler de telles choses (15, 77). Toutes les omissions s’expliquent-elles par ce désir d’abréger le texte et de resserrer le discours ? On ne saurait répondre de façon catégorique. La frontière entre les modifications volontaires et les fautes involontaires est parfois malaisée à établir, comme le reconnaît d’ailleurs l’éditeur lui-même (p. 149). En restituant ces mots et séquences manquants d’après E, CE ou CHE, selon les cas, la nouvelle édition propose un compromis intéressant entre le ms. de base et l’ensemble de la famille . L’impression en caractères italiques des mots et passages restitués permet du reste de faire facilement le partage entre les deux et offre ainsi une image dynamique du texte dans son devenir médiéval.

7A côté du texte critique et de l’apparat, et conformément à l’esprit de la collection dans laquelle elle a paru, l’édition fournit un ensemble d’éléments visant à faciliter l’accès aux œuvres par un public plus large. La traduction en français moderne est à la fois élégante et exacte. Et le glossaire qui l’accompagne en éclaire certains choix, sans faire double emploi. Les notes, particulièrement abondantes pour le Bestiaire d’amour, visent avant tout à situer l’œuvre dans la tradition des bestiaires médiévaux ; à l’occasion, elles signalent également des rapprochements avec d’autres œuvres de Richard de Fournival et fournissent des précisions sur le sens du texte ou des choix éditoriaux.

8Le travail de G. B., qui nous livre la première édition bilingue française de cette œuvre attachante, est fait avec grand sérieux. Nul doute que le spécialiste, comme le novice, le consultera avec plaisir et profit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Craig Baker, « Richard de Fournival, Le Bestiaire d’Amour et la Response du Bestiaire, éd. et trad. Gabriel Bianciotto  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 septembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11646

Haut de page

Auteur

Craig Baker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org