Navigation – Plan du site

Un Espace colonial et ses avatars. Naissance d’identités nationales : Angleterre, France, Irlande (Ve-XVe siècles), éd. Florence Bourgne, Leo Carruthers et Arlette Sancery

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Un Espace colonial et ses avatars. Naissance d’identités nationales : Angleterre, France, Irlande (Ve-XVe siècles), éd. Florence Bourgne, Leo Carruthers et Arlette Sancery, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (Cultures et Civilisations médiévales 42), 2008, 311p.

ISBN 978-2-84050-559-4.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif et pluridisciplinaire, tout à la fois historique, littéraire ou linguistique, traite d’un espace colonial puis national, soit de la naissance d’États souverains, qu’il s’agisse de l’Angleterre, de la France ou de l’Irlande entre le Ve et le XVe siècle, autrement dit pendant le long Moyen Âge qui s’étend de la fin de l’Empire Romain à la veille de la Renaissance. Il comporte deux parties.

  • 1  Sur ce sujet, on peut lire l’article complémentaire de Leo Carruthers, « Les Iles Britanniques, ka (...)

2La première partie s’intitule « Guerre ou diplomatie ? » et comprend trois chapitres qui suivent les cheminements historiques : « Jeu à deux, Angleterre et Irlande », « La France entre dans le jeu » et « Après 1204 ». Le premier chapitre débute par un article d’Olivier Szerwiniack qui traite des « Relations entre l’Irlande et l’Angleterre dans l’Histoire Ecclésiastique de Bède le Vénérable »1. L’auteur rappelle qu’Irlande et Angleterre n’ont pas toujours été hostiles et que c’est l’Irlande qui attaquait d’abord la Grande-Bretagne et qu’à l’époque d’Edwin, les princes northumbriens se sont réfugiés en Irlande. Il met en lumière les liens culturels qui existent entre l’Irlande et la Northumbrie, particulièrement aux VIIe et VIIIe siècles. Il souligne le rôle des Irlandais dans la conversion des Anglais (on pense à l’importance de l’évêque Aïdan ou des ecclésiastiques formés par les Irlandais Cedd, Chad et Cuthbert) et celui des Anglais en faveur des Irlandais. « Les Irlandais incarnent chez Bède l’innocence primitive » (p. 36), l’Irlande apparaît pure et incorruptible, de telle sorte qu’elle devient un modèle pour une Angleterre corrompue. Isabelle Faure évoque « missionnaires irlandais et femmes anglo-saxonnes ». L’approche des missionnaires irlandais aurait favorisé l’émergence des grandes. L’Église Irlandaise donne une grande place au monachisme et renforce le rôle des abbés, et vraisemblablement des abbesses qui étaient à la tête des monastères doubles anglo-saxons. L’auteur donne quelques exemples de femmes anglo-saxonnes influencées par les missionnaires Irlandais : Aebbe de Coldingham, sœur d’Oswald et Oswy, ou Hilda, nièce du roi Edwin de Northumbrie. Diarmuid Scully intitule son article « Christians, pagans and barbarians : the Irish in Giraldus Cambrensis and the Graeco-roman sources ». L’auteur étudie l’émergence d’une image péjorative des Irlandais qui a perduré au moins jusqu’au XVIIe siècle, due, en grande partie à Giraud de Cambrie. En effet, ce dernier était engagé dans la conquête de l’Irlande. Mais son parti-pris anti-Irlandais ne serait pas le produit de sa seule subjectivité, il rejoindrait des sources gréco-romaines anciennes hostiles aux Irlandais (Prudence, Solin…), mettant en avant leur caractère primitif, leur hypothétique cannibalisme, leur vie insulaire… Il est un autre point sur lequel Giraud rejoint certains penseurs comme Prudence : les Irlandais, pour sauvages qu’ils soient, ont une aptitude particulière à devenir meilleurs (c’est l’idée que défendra également la légende du purgatoire de saint Patrick). Giraud utilise en outre des sources consacrés à d’autres peuples dont il attribue les travers aux Irlandais. Dans ce premier chapitre, le lecteur comprend l’évolution de l’image de l’Irlandais sur la longue durée.

3Dans le deuxième chapitre, « La France entre en jeu », se trouve l’article de Éric Duboüays, « Henri, Dermot, Richard et les autres, les Plantagenêt en Irlande à la fin du XIIe siècle » qui revient sur les premiers temps de la conquête de l’Irlande par Henri II. Il comporte une exposition des motivations de l’expédition menée par Henri en Irlande et montre les convergences et conflits d’intérêts avec Dermot et Richard FitzGilbert. L’entreprise d’Henri apparaît plus comme une suite d’événements fortuits que comme une véritable décision. Henri comprend qu’un roi extérieur aux problèmes propres à l’Irlande pourrait être efficace et choisit son fils Jean, mais c’est une erreur. Olivier Viron aborde « un échec d’implantation anglaise en Irlande. Le cas du Thomond (XIIe-XIVe siècles) » : un des revers les plus marquants de la colonisation anglaise, quand la famille de Clare échoue dans sa tentative d’installer son fief en Thomond, royaume dominé par les O’Brien. Il recherche les raisons de cet échec en respectant la chronologie des événements.

4Le troisième chapitre traite de la période qui suit 1204, date de la perte de la Normandie par l’Angleterre. Andrew Baume s’intéresse à « the context and consequences for England of the loss of Normandy in 1204 ». Il y considère les conséquences de la Magna Carta pour la monarchie anglaise et les différences qu’elle entraîne avec la monarchie française, notamment dans les liens entre le roi et la haute noblesse, comme le reflètent les différentes littératures. Pour l’auteur, à partir de 1204, la France et l’Angleterre divergent définitivement au plan politique, malgré leur culture commune. Les rois n’ont pas la même attitude vis à vis des grands barons : en France, la monarchie s’emploie à faire fléchir les barons, en Angleterre, les barons cherchent à amoindrir le pouvoir royal. L’auteur en tire des conséquences sur les attitudes et les conceptions des historiens actuels dans les deux cultures, en glissant davantage vers une réflexion sur l’histoire des mentalités et leurs fondements historiques. Frédérique Lachaud traite des « relations diplomatiques entre la France et l’Angleterre au XIIIe siècle », notamment autour du Traité de Paris, de l’affaire de Thomas de Turberville, de la nature et des conséquences concrètes de l’hommage prêté par les rois d’Angleterre aux rois de France... L’auteur s’intéresse aux règnes d’Henri III, Édouard Ier, ou Philippe le Bel.

  • 2  Sur le sujet, voir Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean (éd.), op. cit.

5La deuxième partie, « à langue neuve, littérature neuve », comporte quatre chapitres : « le trilinguisme a-t-il existé en Angleterre », « le triomphe de l’anglo-normand », « les avatars du français », « l’Irlande fait son retour dans les cycles arthuriens ». Le premier chapitre se limite à l’article de Marthe Mensah sur « la langue anglaise et le trilinguisme au XIIIe siècle »2 qui rappelle que la connaissance du français en Angleterre était avant tout un marqueur social. L’auteur explique le nouveau souffle donné au français par la cour d’Aliénor, alors que l’anglais est très vite la seule langue de la classe populaire. Au XIIe siècle également, un système judiciaire national se développe en français. Après la perte de la Normandie en 1204, le français devient beaucoup plus marginal et artificiel.

6Dans le deuxième chapitre, l’article « Anglo-norman and the loss of Normandy » de Tony Hunt propose la démonstration du paradoxe que l’anglo-normand découle de la perte de la Normandie. L’auteur appuie son argumentation par de nombreux exemples littéraires. Il évoque également la difficulté à distinguer avec certitude certaines œuvres anglo-normandes des œuvres normandes. Stephen Morrison traite ensuite de « English as literary language in the thirteenth century », en tenant compte de la perception des contemporains. Il rappelle qu’au XIIe siècle, la littérature vernaculaire a connu un déclin important mais étudie la langue anglaise littéraire au XIIIe siècle, à partir du Brut de Layamon et du Katherine Group. Il s’intéresse particulièrement aux questions prosodiques posées par ces textes.

7Dans le troisième chapitre, Anne Mathieu s’intéresse à « la langue anglaise au XIIIe siècle » en se demandant s’il s’agit de la « permanence ou [du] recul de l’influence française ». Elle fait d’abord le point sur les travaux publiés sur le sujet, notamment sur le travail de Xavier Dekeyser dont elle critique finement les graphiques. Elle préfère aux statistique l’étude de l’histoire des emprunts et donnent quelques exemples. Fabienne Toupin évoque « des phénomènes de pidginisation et de créolisation en Moyen Anglais » où elle prend en compte à la fois la grammaire et le lexique, afin de proposer une traduction linguistique de la perte du duché de Normandie. Elle a pour corpus des homélies du XIIIe siècle (Old Kentish Sermons et The Wooing of Our Lord) et fournit les critères morpho-syntaxiques retenus pour son analyse dont on ne peut que saluer la précision et la rigueur. Dans « Une Bible Anglo-normande à la source d’une Bible française au XIVe siècle ? », Anne Wanono appuie l’hypothèse selon laquelle la traduction biblique compilée par Jean de Sy, traducteur de Jean le Bon, vers 1556, aurait eu pour modèle une Bible anglo-saxonne, en s’appuyant notamment sur des arguments stylistiques. Le manuscrit S apporterait la preuve de la rencontre des deux textes.

8On trouve dans le quatrième chapitre, « l’Irlande fait son retour dans les cycles arthuriens », l’article « Réinventer la tradition : les Plantagenêt et la création du roi Arthur » de Claire Jardillier. L’auteur compare l’Historia Brittonum de Nennius et l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth et constate que le mythe arthurien se développe particulièrement sous l’influence des Plantagenêt, grâce à une altération du personnage d’Arthur, où à un traitement différent des personnages négatifs. Ces choix littéraires participent certainement des troubles politiques dus à la guerre de succession entre la reine Mathilde et Étienne de Blois, avant l’arrivée d’Henri qui aime à s’appuyer sur un mythe national capable de rivaliser avec celui de Charlemagne. L’utilisation politique du mythe arthurien est complexe car Henri orchestre également la découverte de la tombe d’Arthur et Guenièvre à Glastonbury, en sorte que le seul sauveur qui demeure soit sa personne. Mais l’affaire profite surtout au fils d’Henri, Richard Cœur de Lion, qu’on assimilera parfois à Arthur. D’ailleurs, en littérature, légende et histoire se ressemblent passablement.

9Dans « l’Irlande et le cycle arthurien », Alain Bonet montre que « le cycle a emprunté à l’Irlande et l’a utilisée, l’Irlande a enrichi le cycle » (p. 235). On note notamment l’influence du cycle d’Ulster ainsi que nombre de contributions directes plus tardives. De nombreux personnages ont un lien avec l’Irlande et particulièrement la famille d’Iseult, ainsi que des lieux, peuples ou objets qui peuvent être le produit d’une inspiration irlandaise. L’auteur propose l’étude d’un grand nombre d’exemples. Ces influences révèlent quatre images de l’Irlande : d’abord, l’Irlande païenne, liée à l’autre monde, puis l’Irlande comme terre réelle, l’Irlande championne d’un christianisme renaissant et enfin l’Irlande, royaume comme les autres.

10La conclusion « France, Angleterre, Irlande : une fusion littéraire ? », laisse la parole à Aurélie Brémont avec son « Tolkien, Marie de France et saint Brendan : l’influence de la littérature médiévale bretonne et irlandais sur la poésie de Tolkien », dans lequel elle présente deux poèmes de Tolkien, « le lai d’Aotrou et Itroun » (décembre 1945) et « Imram » (décembre 1955).

11L’ensemble du volume comporte une riche iconographie (images et cartes). Il fournit une bibliographie générale, ce qui est relativement rare dans les ouvrages collectifs, ainsi que des index.

Notes

1  Sur ce sujet, on peut lire l’article complémentaire de Leo Carruthers, « Les Iles Britanniques, kaléidoscope linguistique dans l’optique de Bède le Vénérable », dans Le Plurilinguisme au Moyen Âge, éd. Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 27-49.

2  Sur le sujet, voir Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean (éd.), op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Un Espace colonial et ses avatars. Naissance d’identités nationales : Angleterre, France, Irlande (Ve-XVe siècles), éd. Florence Bourgne, Leo Carruthers et Arlette Sancery  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 19 septembre 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11642

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org