Navigation – Plan du site

Le Plurilinguisme au Moyen Âge, Orient-Occident, de Babel à la langue une, éd. Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Le Plurilinguisme au Moyen Âge, Orient-Occident, de Babel à la langue une, éd. Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean, Paris, L’Harmattan, 2008, 372p.

ISBN 978-2-296-08196-3.

Texte intégral

1L’ouvrage comporte cinq chapitres dont le dernier, « Un plurilinguisme persistant, le Caire au XXe siècle », est isolé parce qu’il ne comporte qu’un article et constitue plutôt une ouverture qui souligne combien le plurilinguisme médiéval peut permettre de réfléchir à des situations plus contemporaines, puisqu’il s’agit du travail sur « quelques aspects du plurilinguisme au Caire au XXe siècle » de François Antonovich. Il montre combien le dialogue des religions (coptes, musulmans, juifs, chrétiens orientaux…) a motivé le croisement des langues sur une très longue durée (de saint Louis à Mohamed Ali et ses successeurs en passant par Bonaparte). Cette actualité de la question du plurilinguisme se perçoit à merveille également dans les propos de Nahal Tajadod dans ce volume : « Douze siècles séparaient le temps où un évêque iranien, expatrié en Chine, avait rédigé ce texte en chinois, et le moment où moi, Iranienne vivant en France, j’essayais de traduire ce texte chinois en français. La boucle était bouclée. Le manuscrit manichéen avait fait les voyage d’Est en Ouest, selon le souhait même de Mani qui voulait que sa doctrine soit avant tout une ‘marchandise de paix et de tranquillité’ » (p. 173).

2Le premier chapitre, « Des sociétés plurilingues, langues et cultures en contact », compte cinq articles. Leo Carruthers, dans « Les Iles Britanniques, kaléidoscope linguistique dans l’optique de Bède le Vénérable », utilise le point de vue de l’historien comme départ pour explorer l’origine des peuples qui occupent l’espace insulaire et la manière dont leurs langues, celtiques, latines, germaniques, s’influencent. Catherine Guimbard, dans « Le ‘vulgaire’ pour quoi faire ? », étudie dans quelle mesure le XIIIe siècle, siècle de l’affirmation de l’homme, est également celui de l’éclosion du vulgaire, qui va permettre à l’être humain d’endosser la responsabilité de son destin. L’auteur prend ses exemples chez Dante et Brunetto Latini. Ian Short, dans « L’anglo-normand au siècle de Chaucer : un regain de statistiques », fait une étude du compte-rendu du procès de canonisation de l’évêque de Hereford, Thomas Cantilupe, en 1307, ce qui lui permet d’établir, par l’extrapolation d’un traitement statistique, que le nombre de francophones bilingues ne dépassait guère 15% de la population dans l’Angleterre de la première moitié du XIVe siècle. Viviane Cunha, dans « Le plurilinguisme comme procédé stylistique dans la poésie médiévale galicienne portugaise », s’intéresse aux chansons troubadouresques des XIIe et XIIIe siècles. Le plurilinguisme, c’est-à-dire l’emploi de deux ou de plusieurs langues différentes successivement ou en alternance dans un même texte dans une visée littéraire, apparaît comme un élément rhétorique du lyrisme galicien-portugais. L’auteur s’intéresse à Arnaut Daniel, Bonifaci Calvo, Cerveri de Girone, Martin de Riquer, Fernan Garcia Esgaravunha, ou Airas Perez Vuitoron. Nigel Wilkins, dans « Le plurilinguisme au Moyen Âge dans le contexte musical », montre comment des musiques religieuses peuvent avoir un texte en langue vulgaire, alors que des musiques profanes préfèrent le latin, comment on alterne ou mélange les langues, voire on utilise plusieurs langues à la suite de voyages ou d’influences. Ainsi, le motet est un genre bilingue, mais l’auteur étudie aussi le descort plurilingue de Raimbaut de Vaqueiras ou un virelai de la fin du XIVe siècle, ou encore à la technique du contrafactum (changement de texte sur une même musique), notamment pratiquée par Oswald von Wolkenstein, et les oeuvres de Guillaume Dufay ou de John Bedyngham.

3Le deuxième chapitre, « Passeurs des deux rives, voyageurs et traducteurs », comporte six articles. Cyril Aslanov, dans « Joseph Caspi et le plurilinguisme des Juifs provençaux », met en lumière les enjeux du multilinguisme en Méditerranée occidentale, autour de la personnalité de Joseph Caspi (environ 1280-1347), philosophe et commentateur juif languedocien qui vécut entre Arles, Tarascon et l’Espagne. Il est représentatif d’une population participant tout à la fois au monde hébraïque, arabe et roman, mais qui à la fin du Moyen Âge, voit son horizon linguistique se rétrécir en même temps qu’elle connaît une provincialisation / provençalisation. L’auteur avance de manière fort juste : « De fait, le passage du Moyen Âge à la Renaissance ne se traduisit pas forcément par un enrichissement culturel. En promouvant les vulgaires au statut de langues littéraires de plein droit, les humanistes européens ont favorisé des attitudes de nationalisme linguistique, qui hâtèrent le passage du babélisme médiéval à l’idéal monolingue des Temps modernes » (p. 119). Cyril Hershon, dans « Les ibn Tibbon dynastie de traducteurs », expose les choix d’une famille de traducteurs. Juda ibn Tibbon, se positionne contre certaines mauvaises habitudes de traduction de son temps ; son fils, Samuel, va plus loin encore ; son petit-fils, Moïse, traduit une trentaine d’œuvres sur la médecine, les mathématiques, la philosophie et, avant tout, les écrits arabes de Maïmonide, avec la complicité de son oncle Jacob Anatoli. Patrizia Spallino, dans « Le langage philosophique de l’empereur Frédéric II dans les Questions siciliennes de Ibn Sab‘in et L’Aiguillon des disciples de Ja’Aqov Anatoli », s’appuie sur les travaux de l’équipe de l’Officina di Studi Medievali. Elle rappelle combien la cour de Frédéric II peut être considérée comme un laboratoire culturel du XIIIe siècle. Ibn Sab‘in se singularise notamment parce que, tout en se définissant comme mystique, il a recourt à la terminologie de la philosophie. Alessandro Musco, dans « Stupor Mundi : Cultures and Differences in Sicily and the Mediterranean World », s’intéresse au plurilinguisme (latin, grec, arabe et hébreu) de la zone méditerranéenne et plus particulièrement à la situation de la Sicile pendant la période qui s’étend de Roger II le Normand à Frédéric II Hohenstaufen. Charles-Henri de Fouchécour, dans « Les Iraniens musulmans premiers traducteurs du Coran (Xe-XIIe siècles) : du calque au commentaire en persan », montre comment la première traduction du Coran est un véritable commentaire littéraire qui est devenu le terrain d’une culture en milieu iranien bilingue et à double culture. Nahal Tajadod, dans « La transmission des textes manichéens en Chine », montre la singularité de l’implantation du manichéisme en Chine. Il y fut introduit par un dignitaire persan en 694, mais il se diffusa jusqu’au XIIe siècle. Or ceux qui propageaient cette pensée étaient issus du monde iranien et désiraient propager une religion syncrétique, formée par la fusion du zoroastrisme, du bouddhisme et du christianisme. Ils durent utiliser le chinois et n’hésitèrent pas à employer le lexique des religions précédentes et calquer leur religion sur des modèles plus anciens, c’est pourquoi le manichéisme chinois est teinté de bouddhisme et de taoïsme.

4Le troisième chapitre, « Des auteurs exemplaires, hommes de savoir, poètes et philosophes », compte cinq articles. Lola Badia, dans « Le plurilinguisme paradoxal de Raymond Lulle », étudie le paradoxe qui fait que Raymond Lulle, qui fonde pour méthode générale son Art, rédigé en un latin qu’il rêve comme langue unique, apprend quand même l’arabe ou écrit en catalan ou en occitan. Chez Lulle, la langue devient un sixième sens, au service de la communication. Les annexes de cet article sont particulièrement intéressantes. Max Pfister, dans « Le bilinguisme de Brunetto Latini : le Livre du Trésor », étudie l’utilisation du français ou de l’italien par Brunetto Latini qui fournit un exemple rare d’écriture d’une même œuvre par un même auteur en deux langues différentes. L’auteur propose des analyses détaillées, notamment autour du lexique (il relève les latinismes et les différences d’une langue à l’autre) et de la morpho-syntaxe. Il conclut notamment : « la prose française à l’époque de Brunetto Latini (1260ca.) étant déjà constituée (Chroniqueurs), tandis que la prose italienne est in statu nascendi, on comprend pourquoi le Tresors français est plus indépendant de son original latin [De Inventione de Ciceron] que le texte italien de la Rettorica » (p. 214). Carlo Chiurco, dans « God’s Rules, and Man’s, two approaches to the problem of translatio in twelfth century western philosophy: Gilbert of Poitiers and Alan of Lille », démontre que la traduction ne se conçoit pas comme le simple passage d’une langue à l’autre pour les intellectuels du XIIe siècle, elle devient une activité de passage de la dimension terrestre à celle de l’au-delà, particulièrement quand il s’agit de transmettre la Parole de Dieu. La maîtrise du langage (théologique) devient le signe de la justesse de la pensée, au point de mener à une guerre contre ceux qui n’expriment pas la seule vraie foi. Philippe Ménard, dans « Le mélange des langues dans les diverses versions du Devisement du monde de Marco Polo », montre les difficultés que posent les sept rédactions anciennes du texte, toscane, vénitienne, française, franco-italienne : mélange des langues dans la version franco-italienne, vestiges de l’italien ou apparitions de mots orientaux (persans, arabes, turcs, mongols ou chinois) dans la relation française, par exemple. L’appendice est passionnant puisqu’il fournit des exemples concrets de la matière traitée. Joan Ferrante, dans « Le plurilinguisme chez quelques femmes écrivains du XIIe siècle with special attention to Hildegard of Bingen’s Physica » (on note le titre bilingue !), observe le texte macaronique de la Physica (latin et allemand), en relation avec la conception de la musique d’Hildegarde et de la lingua ignota qu’elle invente.

5Le quatrième chapitre, « Langue des oiseaux, des anges, du paradis, du silence », comporte trois articles. Suzanne Thiolier-Méjean, dans « Le langage du perroquet dans quelques textes d’oc et d’oil », rappelle que le perroquet, maître du discours, dialecticien voire casuiste de l’amour, parle provençal. Le perroquet, originaire du Proche Orient, est un héros de contes et de nouvelles (Chevalier errant de Thomas de Saluces, Las novas del Papagay, Le Chevalier au Papegau, Cantiga de amigo) de plus en plus fréquent au XIVe siècle, sous l’influence italienne plus encore qu’espagnole. Pour les textes d’oïl, ils présentent des exemples intéressants de recours à l’oiseau, notamment La Messe des oiseaux, satire à couverture mystique. Cela rappelle l’ambivalence de l’oiseau qu’on conçoit parfois comme diabolique.

6Nahid Shahbazi, dans « Seuls, ceux qui savent entendre l’Appel de leur Supérieur et Lui répondre, peuvent L’entourer », veut montrer que l’Amour, origine et but, a pour seule langue Dieu lui-même, en s’inspirant avant tout du Divân de Rûmî. Claire Kappler, dans « Des langues multiples à la langue une, une langue au-delà de la langue », observe le paradoxe que dans la Bible et dans le Coran, la langue est un élément de dualité. En effet, après la première parole créatrice, le verbe sert à nommer. La parole naît d’un besoin d’être et d’existence, or pour se sentir exister, on a besoin de relation. C’est pourquoi la langue vise la réunion, en deçà et au-delà des mots, dans le silence, l’extase ou la fusion amoureuse qu’expriment les mystiques et poètes persans.

7L’ouvrage comporte des résumés des articles en français et en anglais (sauf pour la contribution de Max Pfister). Un certain nombre de contributions donnent une bibliographie. On apprécie les citations judicieusement choisies et placées en tête de chapitre, comme autant de points de résonance. Elles soulignent combien la question du plurilinguisme est crucial au Moyen Âge et au moins jusqu’au XVIe siècle, si l’on en croit les propos de Montaigne. Introduction et Finale sont écrits à deux plumes, celles des éditrices, en un bel accord. On y rappelle les différents approches qui dialoguent ici : linguistique, historique, théologique… Une langue unique pour un Dieu unique ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Le Plurilinguisme au Moyen Âge, Orient-Occident, de Babel à la langue une, éd. Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 19 septembre 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11641

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org