Navigation – Plan du site

Cahiers de Fanjeaux, 43 (2008), Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi (XIIe-XVe siècle)

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Cahiers de Fanjeaux, 43 (2008), Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi (XIIe-XVe siècle), Toulouse, Éditions Privat, 448 p. Index des noms de personnes et des lieux, résumés en anglais et en français des contributions, tables des cartes et illustrations, 32 €

ISBN 978-2-7089-3446-7.

Texte intégral

1Les articles réunis dans ce volume reprennent quinze des seize communications qui ont été sinon présentées du moins annoncées dans le cadre du 43e colloque réuni à Fanjeaux du 2 au 5 juillet 2007 (il y manque celle de Laurent Macé). Ils se distribuent en deux parties, qui pour être à peu près égal en volume ne le sont pas par le nombre des contributions : 149 pages et 9 contributions pour la première, contre 133 et 6. L’ensemble est encadré par une Introduction de Julien Théry et une Conclusion d’Huguette Taviani-Carozzi.

2La première partie, Conceptions, représentations et modèles des liens familiaux, regroupe des contributions qui s’appuient pour l’essentiel sur des textes littéraires, au sens très général de l’adjectif : 1 - les Étymologies d’Isidore de Séville (Claude Carozzi) ; 2 - la chronique de Geoffroy de Vigeois (Jean-Loup Lemaitre) ; 3 - la Vita sancti Honorati (BHL 3976 ; Eliana Magnani) ; 4 - le cycle des Narbonnais (Denis Collomp) ; 5 - l’Historia trium regum de Jean de Hildesheim (Germain Butaud) ; 6 - les traités Adversus hereticos de Pierre le Vénérable et d’Alain de Lille (Huguette Taviani-Carozzi) ; 7 - et 8 - la Vita Christi et le Llibre de les dones de Francesc Eiximenis (successivement Paul Payan et Xavier Renedo) et 9 - les traités de prédicateurs Étienne de Bourbon, Humbert de Romans, Jean Gobi junior, un Anonyme provençal de l’ordre du sac (Anne-Laure Lallouette).

3Dans la seconde partie, Les structures familiales et leurs implications religieuses, les contributions se réfèrent préférentiellement aux actes de la pratique : 10 - les contrats de mariage et les comptes de l’archevêché, les uns et les autres se rapportant à la ville d’Arles (Louis Stouff) ; 11 - les testaments avignonnais au siècle des papes (Anne-Marie Hayez) ; 12 - les statuts des universités méridionales (Jacques Verger) ; 13 - les archives de hôpitaux de grandes villes méridionales (Daniel Le Blévec) ; 14 - des documents d’Inquisition (Jacques Paul) et 15 - les traces laissées dans les archives par une juive convertie, Catherine Sicolesse, et par le médecin Bonet de Lattes (Danièle Iancu-Agou).

4On conviendra que, dans les deux cas, les liens qui s’établissent entre les thèmes annoncés et les moyens mis en œuvre pour les traiter sont assez lâches, si lâches que, lorsqu’elle tire le bilan du colloque, Huguette Taviani-Carozzi évoque les contributions qui en constituent les actes en suivant la succession 1, 12, 13, 6, 3, 10, 11, 15, 8, 7, 9, 14, 2, 5 et 4 (les chiffres en gras se rapportent à la seconde partie). Force est de constater au passage que l’Introduction est passée sous silence, alors qu’elle donne « un aperçu de l’histoire des Guilhem de Montpellier » pour illustrer « un aspect entre mille autres des liens étroits entre religion et vie familiale au Moyen Âge » (p. 10) - autrement dit : elle éclaire les thèmes du colloque à la faveur d’un cas particulier examiné sur quatre des cinq pages qu’elle totalise, comme si son statut d’Introduction était mal assuré. Quoiqu’il en soit, le lecteur qui parvient au terme de la Conclusion a le sentiment d’avoir enfin procéder à la lecture ordonnée des contributions, dont il avait au préalable pris directement connaissance sans trop comprendre leur enchainement. Cette Conclusion à l’agencement ordonné commence avec 1 en traitant du sens de quelques mots essentiels au regard des thèmes abordés (familia, famuli Dei, parterfamilias, dominus, domus, familiaritas, amicitia). Elle se continue avec 12 par une interrogation sur l’individualisme médiéval circonscrit au monde universitaire et sur la notion de societas, puis, avec 13, par l’examen du sort réservé aux nouveaux nés abandonnés et aux jeunes orphelins. Elle envisage ensuite, avec 6, le contenu que les canonistes et les théologiens donnent à d’autres mots : connubium, cohabitatio, copulatio, nuptiae, matrimonium, et, avec 3, le secours que le fidèle trouve auprès d’un saint protecteur, lorsqu’il est, sinon averti du sens de ces mots, du moins respectueux des conduites que le magistère ecclésiastique cherche à imposer en maniant strictement un lexique privilégié. Elle aborde ensuite avec 10 et 11 les liens matrimoniaux et, avec 15, leur dissolution. Elle passe avec 8 au sort réservé aux femmes, avec 7, à la pastorale de la famille qu’autorise la place reconnue à Joseph et à Marie et avec 9 aux exempla auxquels les prédicateurs recourent pour faire comprendre le contenu de la famille chrétienne. Ces solidarités familiales s’incarnent également, de manière spécifique, chez les dissidents, avec 14. Elles s’élargissent aux généalogies avec 2, 5 et 4 (j’adjoindrais volontiers à ce groupe, et sans manier le paradoxe, l’Introduction). C’est du moins en suivant un tel ordre que la lecture de cette livraison des Cahiers de Fanjeaux me semble la plus progressive et la plus fructueuse - en somme, la plus logique. Elle apporte une riche moisson de faits et une documentation solide dans un large espace méridional, « de la Catalogne au Limousin, du Toulousain à la Provence et à la cité pontificale d’Avignon (p. 398) ».

5Un regret toutefois : l’analyse des écrits d’Alain de Lille ignore les actes du colloque de 2003, publiés sous la direction de Jean-Luc Solère, Anca Vasiliu et Alain Galonnier, Alain de Lille, Le docteur universel. Philosophie, théologie et littérature au XIIe siècle, Brepols, 2005. Ils contiennent notamment une remarquable contribution de Jean Jolivet, « La figure de Natura dans le De planctu naturae d’Alain de Lille : une mythologie chrétienne ». Elle fait excellemment comprendre les difficultés que les théologiens du XIIe siècle ont rencontrées pour définir le règne de la nature et, par conséquent, celui de la grâce. J’ajoute : pareilles difficultés ont, nolens, volens, transformé en « part maudite » de l’espèce humaine ce qui rend possible la famille et la parenté au sens propre : la sexualité.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Cahiers de Fanjeaux, 43 (2008), Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi (XIIe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 18 septembre 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11640

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org