Navigation – Plan du site

L’enquête au Moyen Âge,C. Gauvard (dir.)

Vincent Challet
Référence(s) :

L’enquête au Moyen Âge,C. Gauvard (éd.),Rome, École Française de Rome (Collection de l’École Française de Rome – 399), 2008, 512p.

ISBN 978-2-7283-0826-2

Texte intégral

1Une enquête sur l’enquête mais sans les enquêtés, ainsi pourrait-on résumer en une phrase l’ambition de cet ouvrage, fruit d’un colloque tenu à Rome à l’initiative de Claude Gauvard. La richesse de ces actes réside sans nul doute dans la volonté affichée de « repérer un modèle (l’enquête) commun à des entreprises multiples et variées (les enquêtes) » (Alain Boureau), ce qui permet de réunir ici une grande variété non seulement d’approches mais aussi d’interprétations, sans se limiter au rôle bien établi des enquêtes dans la genèse et la formation de l’État. En propos liminaires, Alain Boureau propose, à propos de l’enquête, quatre questions qu’il lui paraît essentiel de résoudre pour mieux cerner l’objet que constitue, à ses yeux, l’enquête : la généralité de l’enquête (ce qui doit permettre de déboucher sur une explication fonctionnelle du phénomène), sa chronologie de manière à mieux établir son lien avec l’émergence d’un État qui fonde en partie sa légitimité sur l’enquête, la position des enquêtés – l’enquête est-elle vraiment un dialogue entre gouvernants et sujets ou peut-on la réduire à une technique de contrôle de vérité et d’aliénation comme le soulignent les réticences ou les refus de répondre de certains de ces sujets ? – et enfin le ou les régimes de vérité utilisés. À l’origine même de la grande faveur dont jouit l’enquête pendant l’époque médiévale, figure en effet le précédent vétéro-testamentaire commenté par Grégoire le Grand dans ses Moralia in Job et rappelé ici par plusieurs auteurs. Dieu, pourtant omniscient, n’hésite pas, suite à la clamor parvenue jusqu’à lui contre Sodome et Gomorrhe, à descendre sur terre pour s’enquérir de la vérité et acquérir, par le biais de l’enquête, un véritable savoir (Genèse, 18, 20-21). C’est poser d’entrée l’une des questions fondamentales, celle du rapport de l’enquête à la vérité.

2L’ouvrage débute par une exploration des origines et pratiques de l’enquête jusqu’au XIIIe siècle en s’interrogeant, sous la plume d’Antonia Fiori, sur l’enquête et la purgation canonique en une époque grégorienne qui ne connaît pas d’inquisitio au sens technique du terme mais plutôt un processus de recherche de la veritas rei. Le serment purgatoire par lequel l’accusé se justifie n’a d’ailleurs pas de valeur probatoire et se contente de montrer et de manifester plus qu’il ne démontre. À la différence en effet du droit germanique où ce serment peut être une preuve, il n’est requis, dans le droit canonique, que pour libérer l’accusé d’une rumeur, ce qui n’est tout de même pas rien dans une société fondée sur la fama, où le soupçon est assimilé à une blessure qu’il convient de guérir. Le refus de jurer étant considéré comme un aveu, l’objectif de ce serment est bien de se purger de toute infamie mais il n’a jamais qu’une fonction supplétive. D’ailleurs, la participation de co-jureurs renforçant la crédibilité de l’accusé manifeste plus une solidarité entre voisins que la réalité d’un fait et cette procédure souffre, aux yeux des réformateurs grégoriens, de ne pas être issue du droit romain et d’entraîner un parjure toujours possible, ce qui explique son déclin et son abandon. S’intéressant à la région angevine, Bruno Lemesle y montre la précocité d’enquêtes apparues dès les années 1120, en liaison avec la résurgence des lois carolingiennes – l’auteur avance l’hypothèse d’un modèle issu de l’enquête synodale carolingienne – et avec la disparition en Anjou après 1120 d’ordalies décriées à la fois en raison des interdits ecclésiastiques et des réticences des laïcs qui leur préfèrent le duel judiciaire. Il se produit donc une mutation procédurale dans le courant du XIIe siècle qui traduit une volonté de fonder la preuve sur les témoignages plutôt que sur l’épreuve, les témoins devenant dès lors « un socle de légitimité » (p. 50). Il faut néanmoins attendre les années 1190 pour que se généralise l’enquête et que, fait nouveau, l’autorité qui l’ordonne se désengage totalement de la fonction de juger (p. 67), ce qui explique le consentement des parties et, plus largement, le succès de cette procédure au Moyen Âge.

3La contribution de Luigi Provero, consacrée à la société rurale dans l’Italie du Nord face à l’enquête judiciaire, vaut qu’on s’y arrête longuement dans la mesure où elle est l’une des trop rares à essayer de retracer le point de vue des enquêtés. À partir d’informations dans le contado utilisées comme autant d’instruments pour trancher un litige entre les cités de Parme et de Plaisance au cours des XIIe et XIIIe siècles, l’auteur montre comment l’enquête constitue « une opportunité pour celui qui répond » (p. 76) et réfute parfaitement l’idée, si en vogue de nos jours, que l’on ne peut tirer des témoignages recueillis que l’intention de celui qui interroge. Parce qu’il accepte de considérer l’enquêté comme un sujet politique actif et sa déposition comme un usage politique de la parole, Luigi Provero montre que celui qui dépose dans une procédure accusatoire le fait toujours avec une intention précise et invite à considérer les déclarations des témoins comme autant d’actes politiques, à travers lesquels se construit un discours politique. Ainsi en est-il à l’occasion du litige qui oppose, en 1184, Parme et Plaisance à propos du contrôle du village de Mondonico. En analysant les réponses apportées par les témoins aux articles qui leur sont soumis – notamment ceux qui concernent la nomination des consuls –, l’auteur montre que les témoins répondent aussi de manière à sauvegarder au mieux l’autonomie politique de leur village et à limiter la pénétration d’un pouvoir urbain à tendance hégémonique. Une telle attitude atteste « la capacité des élites locales à utiliser l’enquête pour agir politiquement parce qu’elles possèdent les compétences nécessaires pour articuler un discours politique ayant une incidence sur le fonctionnement local du pouvoir » (p. 79). Les témoins n’hésitent donc pas à introduire des éléments qui sont en partie autonomes de la structure argumentative proposée par les jurispérits au service des pouvoirs urbains, voire en contradiction avec elle. Luigi Provero se garde cependant bien d’oublier que les témoignages qui nous sont parvenus sont l’objet d’une reconstruction et qu’un filtre s’interpose toujours entre la parole du déclarant et la lecture de l’historien. Il note ainsi une nette évolution dans la retranscription des interrogatoires. Si, au XIIe siècle, les déclarations ne révèlent guère d’intervention du juge – ce qui n’empêche pas le rédacteur de filtrer les témoignages – ils sont, au contraire, organisés au XIIIe siècle en fonction des positiones, ces articles définis au préalable par les jurispérits. Sans pour autant que l’on puisse opposer une parole qui serait libre au XIIe siècle et contrainte au XIIIe siècle, dans la mesure où les interrogatoires par articles n’empêchent jamais les témoins d’exprimer leur culture propre et leurs objectifs. Certes, le passage de l’oralité à l’écrit et de la langue vernaculaire au latin imposent un filtre mais la véritable manipulation de la parole n’intervient pas tant au niveau de la transcription des témoignages qu’au moment de leur sélection et de leur réorganisation ultérieure : en d’autres termes, « la transcription des paroles des témoignages est un filtre important mais qui n’empêche pas de comprendre leur action politique » (p. 84). En fait, cette potentialité d’expression politique des déclarants trouve d’autant plus à s’exprimer dans des situations de conflits de juridiction, ce qui est le cas de ce litige entre Parme et Plaisance relatif à un territoire qui constitue un point de friction entre plusieurs possibilités hégémoniques. À l’évidence, les listes de témoins révèlent une lutte pour l’accès à la parole publique – les membres des élites locales s’y retrouvent toujours en bonne place – et dévoilent des stratégies de leaderships : ainsi la répétition à l’identique par plusieurs témoins d’une déclaration initiale reflète-t-elle la cohésion et la solidarité interne d’un groupe s’alignant sur la déclaration d’un leader. L’auteur voit en définitive l’enquête comme un moment d’interférence et une « rencontre entre l’empirisme de la culture orale et la capacité d’abstraction de l’écrit et entre l’oralité dominante des pouvoirs seigneuriaux et le poids croissant du droit et du document écrit » (p. 88). Dans la lignée des travaux d’un Chris Wickham ou d’un Carlo Ginzburg, Luigi Provero livre ici un article important et un utile contrepoint à la vision dominante qui a trop souvent tendance à considérer les enquêtés comme dénués de toute autonomie de pensée. Toute aussi importante est la précieuse contribution de Robert Jacob qui explore jusque dans ses moindres recoins le dossier d’un litige entamé en 1151 entre Vézelay et l’évêque d’Autun à propos des modalités de l’exemption dont jouissait l’abbaye. Les témoignages produits à Rome devant le pape Eugène II à cette occasion ont été recueillis dans le cartulaire-chronique d’Hugues de Poitiers qui est, de l’aveu de Robert Jacob, une «œuvre de combat » (p. 95). À l’instar du cas précédent, chaque témoin conserve sa liberté de conscience sans être totalement asservi à la partie qui le fait comparaître. L’ensemble trahit cependant un certain flottement – absence de positiones et témoignages qui souffrent de défauts de construction – et Robert Jacob dépasse brillamment le simple cadre d’une étude de cas pour élargir son propos à l’éveil de la conscience judiciaire au XIIe siècle. Dans cette affaire en effet, le pape ne se pose plus en protecteur inconditionnel de Vézelay – ce qu’il a pourtant toujours été dans le passé – mais en juge impartial qui utilise l’enquête pour « fonder dans le consensus des parties la position d’autorité particulière au juge » (p. 108). À la question qui commence à se poser de façon incessante – « Qui m’a institué juge ? »  – l’enquête comme catalyseur de consensus et la parole des témoins qui fonde une vérité acceptable par tous, laquelle peut fonder à son tour la sentence judiciaire, permet d’apporter un premier élément de réponse.

4La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les formes et les techniques de l’enquête et débute par l’exposé des modèles de vérité, du à la brillante plume de Massimo Vallerani. Question essentielle puisque, en définitive, c’est bien cette recherche de la vérité qui demeure l’objectif commun aux différentes formes de l’enquête. Objectif qui n’est cependant commun qu’en apparence, dans la mesure où les preuves et la construction technique de la vérité varient grandement d’un modèle à l’autre. Fort logiquement, l’auteur s’attelle tout d’abord à décrire le modèle de vérité conçu et mis en application par Innocent III dans le cadre de l’enquête ecclésiastique. Pour le pontife, la vérité est avant tout fondée sur la défense de l’institution que représente l’Église et le fait s’avère en soi moins important que sa fama ou que l’opinion que peuvent porter des paroissiens sur le comportement d’un prêtre, le véritable danger pour l’Église résidant dans la possibilité même d’un scandalum. Le précédent de Dieu enquêtant sur Sodome et Gomorrhe, suite aux clameurs montées jusqu’à lui, est ainsi la « clef de voûte idéologique du système ex officio » (p. 125) ce qui, par ailleurs, justifie pleinement la connaissance préalable des faits par le juge et donc l’enquête de fama. Aux objections des prélats mis en accusation sous son pontificat et qui contestent l’absence d’un accusateur officiel, Innocent III réplique que la fama prend la place de l’accusateur, qu’elle devient elle-même sujet et que donc, le modèle tripartite juge/accusateur/accusé est ainsi respecté. Fama et clamor expriment une vérité à rechercher et il est d’ailleurs interdit d’ouvrir une enquête contre quelqu’un qui ne serait expressément diffamé, parce que l’enquête elle-même risquerait de créer un scandalum. Ce modèle, on l’aura compris, relève d’une logique purement ecclésiastique : c’est bien parce que le scandalum touchant un prêtre éloigne les fidèles de l’Église qu’il convient d’agir. « L’inquisitio ex officio est donc une procédure interne au clergé, dans laquelle la veritas, qui coïncide conceptuellement avec la fama, sert à protéger l’institution » (p. 128) qu’est l’Église des délits commis par l’un de ses membres. Mais le modèle défini par Innocent III n’est repris qu’en apparence au sein des cités de l’Italie communale du XIIIe siècle et subit une transformation majeure due notamment aux interprétations qu’en propose Alberto Gandino dans son Tractatus de Maleficiis : d’accessoire en effet, la recherche de la vérité devient le fondement du procès. Mais pour Gandino, cette veritas atteinte par l’inquisitio coïncide avec la culpabilité et la recherche de la vérité revient, de fait, à punir un coupable. Certes, Alberto Gandino se préoccupe essentiellement de pratique empirique – ainsi déclare-t-il que si l’on doit torturer un père et son fils, mieux vaut, dans un souci d’efficacité, commencer par torturer le fils en présence du père – mais il conduit aussi à donner une valeur probatoire à la fama. Là où les juristes de l’école de Bologne ne considéraient la fama que comme un simple indice, Alberto Gandino la dote d’une valeur suffisante pour qu’elle puisse donner accès à la torture, tout en confondant deux types de fama, celle de l’individu et celle des faits. Au final, il « revendique pour l’arbitraire du juge un pouvoir de défense sociale de la communauté que ni les statuts communaux, ni les juristes n’avaient l’intention de lui concéder de façon aussi absolue » (p. 133). Ce rôle accordé à la fama conduit à une sorte de co-division du jugement entre le juge et les habitants d’une paroisse ou d’un quartier et la veritas en vient ici à se confondre avec le vraisemblable. Dernier modèle, enfin, celui des procès politiques et des procès pour hérésie dans lesquels, loin de chercher la vérité, on part de cette vérité que ce soit à l’occasion des procès intentés sous Jean XXII à des prélats accusés d’avoir attenté à la vie du pape par l’intermédiaire de sortilèges et autres interventions démoniaques ou des procès plus politiques menés contre des seigneurs italiens pour rebellio – ainsi de Federico da Montefeltro condamné pour hérésie. Si la recherche de la vérité constitue bien, de prime abord, le point commun aux différentes formes de l’enquête, on voit ici que le modèle de vérité observé conditionne largement ses modalités et l’utilisation qui en est faite au cours de la procédure.           

5Il était bien difficile, on en convient, de consacrer un volume entier à l’enquête sans accorder la moindre place à celles menées par l’Inquisition dans le Midi languedocien dans le courant du XIIIe siècle. Laurent Albaret revient donc sur l’inquisitio conduite en Lauraguais en 1245-1247 par les dominicains Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre. Il s’agit là d’une investigation de très grande ampleur puisqu’elle conduisit peut-être à l’interrogatoire d’environ 25 000 habitants – 5 500 dépositions sont conservées – provenant de plus d’une centaine de localités. La très forte proportion (jusqu’à 80%) de déposants déclarant n’avoir aucun lien avec la dissidence religieuse invite à la fois à poser la question de l’authenticité et de la fiabilité des confessions recueillies et à s’interroger sur le sens même de cette enquête dont Laurent Albaret souligne la double dimension, policière et sacramentelle. Pour l’auteur, il ne fait nul doute que cette investigation est aussi une « opération de communication » et « une occupation du terrain par l’orthodoxie » (p. 210). Moins connues sans doute sont les procédures d’enquête dans la Normandie rurale que constituent la clameur de haro et le cri « a l’ouye de paroisse » étudiées par Denise Angers. Contrairement à une idée reçue, la clameur de haro n’est pas utilisée qu’au criminel mais se retrouve également au civil et au possessoire parce qu’il s’agit d’une procédure très simple à mettre en œuvre, tout paroissien étant dans l’obligation de venir à la rescousse de celui qui crie. Le cri « a l’ouye de paroisse », quant à lui, est utilisé par le pouvoir seigneurial afin de saisir les terres d’un dépendant pour défaut de paiement de ses rentes. Dans l’un et l’autre cas, ces procédures débouchent sur une enquête comprenant la « veue » (visite de la victime par des chirurgiens, de la femme violée par des matrones, des lieux et des terres par des experts) et la déposition des témoins et se concluent par des plaids tenus en présence d’assistants dont l’avis est requis pour la sentence. Denise Angers montre ainsi que la Normandie rurale demeure une société « où l’enquête est primordiale parce que l’exercice de la vérité repose sur la conscience collective » (p. 181), cette affirmation ayant pour corollaire immédiat qu’il est bien difficile d’obtenir justice si l’on ne peut compter sur l’appui de ses voisins. Enfin, Yves Mausen s’intéresse à un point crucial de la procédure, les reproches sur la personne des témoins, tandis que Kathryn Reyerson montre la valeur accordée aux témoignages des femmes dans le Montpellier du XIVe siècle et que Marta Madero et Ana Rodriguez se penchent sur une enquête destinée à prouver la folie de l’un des commissaires désignés pour rendre son verdict à propos de la succession du roi d’Aragon, Martin l’Humain.

6Sans doute la troisième partie, celle portant sur les rapports entre l’enquête et le pouvoir politique, constituait-elle la plus attendue tant l’enquête a souvent été scrutée à travers son lien avec la genèse de l’État moderne. Or, ce chapitre s’ouvre par une revisite complète de ce qui est généralement considéré comme le modèle absolu de l’enquête royale sous les Capétiens, les enquêtes administratives de Louis IX menées en 1247 et 1248. Sans doute fallait-il à la fois tout le talent et le goût de la provocation de Yann Potin pour oser s’opposer à tout le poids d’une historiographie qui voit dans ces enquêtes, avec Jacques Le Goff, « un monument salutaire de justice et d’équité » et les réduire au « rang d’un banal acte de gouvernement ». Pour étayer ce point de vue, dont on sent à quel point il est inspiré par les travaux d’Olivier Guyotjeannin, Yann Potin recourt à une minutieuse investigation de nature archivistique et constate que ces enquêtes ne nous sont parvenues que par fragments et sous forme d’originaux, qu’elles n’ont jamais été retranscrites dans les registres du Trésor des Chartes et qu’elles tendent vite à être considérées comme des papiers inutiles puisqu’inauthentiques. Leur présence au sein du corpus du Trésor des Chartes pourrait être du au versement dans ce fonds, en 1313, des pièces de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians, les légistes de Philippe le Bel ayant pu récupérer ces enquêtes à l’occasion de leurs visites dans les sénéchaussées méridionales. Toujours est-il que ces documents ne seraient, considérés d’un point de vue archivistique, que des pièces secondaires, ce qui conduit Yann Potin à conclure que l’enquête ne serait « qu’une stratégie dissimulée de surveillance » (p. 263). Mais c’est précisément là que le bât blesse et que la démonstration s’apparente à un syllogisme tronqué. Déduire en effet du désintérêt des archivistes royaux de la fin du Moyen Âge la banalité d’un acte de gouvernement constitue en la matière un raisonnement plus qu’hasardeux, à moins de considérer unilatéralement que le point de vue de l’archivistique est ici le seul à devoir être pris en considération. Car, au-delà d’hypothèses bien difficiles à trancher sur la « conscience du roi », c’est aussi l’impact de ces enquêtes sur les populations qu’il convient d’interroger, la différence entre le « banal acte de gouvernement » et un efficace moyen d’intégration résidant peut-être aussi dans la diversité des perspectives. La destitution en 1247 d’un Guilhem Capuse, juge royal de la cour de Béziers, suite aux plaintes portées à son encontre, peut certes n’apparaître, aux yeux du chartiste, que comme une sanction tout à fait ordinaire contre un agent royal devenu impopulaire ; il n’empêche qu’elle peut aussi revêtir, aux yeux des populations concernées, une importance que les archivistes royaux sont loin de soupçonner et que l’on aurait pourtant tort de négliger. D’ailleurs, Olivier Canteaut, étudiant l’action des enquêteurs-réformateurs des derniers Capétiens entre 1314 et 1328, ne suit pas la voie tracée par Yann Potin. Il note certes que cette pratique est courante depuis 1247 et qu’elle est seulement reprise et amplifiée par les derniers souverains de la dynastie, mais il souligne aussi la double dimension de ces visites puisque le souci de réparer les torts faits au domaine ne doit pas faire oublier la réparation des torts causés aux sujets. Ces enquêteurs sont donc bien des réformateurs et la formule ne semble pas posséder une simple valeur rhétorique, d’autant que ceux qui sont chargés de telles missions par le roi appartiennent le plus souvent au gouvernement central et sont aussi membres du Parlement. L’auteur note cependant que le volet financier devient de plus en plus présent puisque ces hommes sont également chargés de lever des subsides et ne sévissent contre les abus des agents royaux qu’en échange d’une composition financière. Cette évolution entraîne d’ailleurs une multiplication des plaintes qu’Olivier Canteaut minimise pourtant ici, préférant insister sur le fait que l’enquête de réforme « se veut une réponse aux requêtes, formelles ou informelles, émises par l’opinion » (p. 292) et qu’elle a bien pour objectif premier de répandre et de rétablir la justice dans l’ensemble du royaume. Ce lien complexe entre enquête et opinion publique est d’ailleurs au cœur de l’intervention de Claude Gauvard qui souligne à quel point la législation des rois de France – et notamment les ordonnances de réforme – découle, dans bien des cas, d’une requête préalable. L’enquête se glisserait alors entre la requête et l’ordonnance, même s’il est parfois difficile d’évaluer son poids réel dans la prise de décision. Si le pouvoir royal, arguant de l’urgence des temps, de la nécessité et de l’utilité publique, peut agir sans le soutien d’une enquête, tel ne semble pas être cependant le processus normal : « pour gouverner, le roi a besoin de savoir avec certitude » (p. 446), ce qui rend l’enquête nécessaire tout en posant d’ailleurs le problème de sa fiabilité. Le crédit à accorder aux déclarations de principe des gouvernants – souci réel ou valeur rhétorique – varie considérablement d’un intervenant à l’autre et reflète leurs positions idéologiques. Là où Laure Verdon insiste sur le souci de justice et d’équité et l’idéal de bon gouvernement qui anime les enquêtes menées en Provence sous le règne de Charles II (1285-1309), là où Monique Zerner, reprenant un dossier qu’elle connaît sur le bout des doigts – celui de la Reparatio Generalis du Comtat-Venaissin en 1414 – estime que les références à la vérité ne sont pas qu’ornements de notaires et que l’enquête apparaît comme « une consultation du pays à travers des « personnes idoines », qui a pu être vécue en certains lieux comme un espoir pour fabriquer des temps meilleurs » (p. 355), Olivier Mattéoni qui doute, avec Pierre Bourdieu, de l’existence même d’une « opinion publique », voit surtout dans les enquêtes menées par les ducs de Bourbon « un élément majeur du dispositif du gouvernement des hommes » (p. 365). En mettant en rapport la multiplication de ces enquêtes avec l’extension de la principauté – acquisition de l’Auvergne, du Beaujolais et du comté de Forez qui est précisément visé en 1384-1385 par une visitation générale –, Olivier Mattéoni y voit une arme politique visant à faire accepter par les populations locales une domination d’origine étrangère. Le cri public qui ouvre l’enquête dit une parole d’autorité, marque « l’emprise ducale sur l’espace et les hommes » (p. 386) et les enquêtes contribuent à rendre effectif par la parole, puis par l’écrit un « quadrillage de l’espace ». Mais cette dimension normative de l’enquête qui serait une forme de « pastorale politique » et aurait essentiellement pour objet – au-delà de la justification rhétorique de la quête de la vérité –  de rappeler les sujets à l’obéissance ne constitue-t-elle pas, en la matière, un véritable postulat, lequel demeure de ce fait, totalement invérifiable ? Se rendre à une convocation, décliner son identité, répondre aux commissaires chargés de l’enquête, ces actes signifient-il pour autant une pleine et entière reconnaissance d’un lien de sujétion et d’une norme imposée par l’autorité qui déclenche l’enquête ? Répondre trop brutalement par l’affirmative, c’est peut-être aussi faire bon marché de cette autonomie de pensée des enquêtés à laquelle faisait référence Luigi Provero et, plus généralement, des réticences des sujets qu’évoquait Alain Boureau et qu’il conviendrait de scruter plus attentivement lorsque la conservation des interrogatoires le permet. Mais c’est aussi l’une des richesses de cet ouvrage que de permettre le déploiement et la confrontation de points de vue divergents, voire contradictoires, sur l’enquête comme arme politique ou comme moyen de répondre aux exigences de l’opinion publique, thème que Raymond Cazelles posait déjà comme aux origines de l’émergence de l’État à l’époque médiévale.        

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « L’enquête au Moyen Âge,C. Gauvard (dir.) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 17 septembre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/11637

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org