Navigation – Plan du site

Une lumière venue d’ailleurs. Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d’Orient et d’Occident au Moyen Âge, éd. Godefroy de Callataÿ et Baudouin Van den Abeele

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Une lumière venue d’ailleurs. Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d’Orient et d’Occident au Moyen Âge, éd. Godefroy de Callataÿ et Baudouin Van den Abeele, Turnhout, Brepols, 2008, 298 p.
ISBN 978-2-503-53073-4.

Texte intégral

1Le titre et le sous-titre le laissent entendre et l’introduction signée par les deux éditeurs le précise : les encyclopédies étudiées dans le présent volume visent à « mieux faire comprendre les influences que l’Occident chrétien, l’Islam et le monde hébraïque exercèrent l’un sur l’autre à cette époque-charnière de leur histoire » - celle qui commence au IXe siècle pour se terminer au XVe. La thématique ainsi mise en avant répond à un des aspects du programme d’études sur les encyclopédies médiévales soutenu par l’Université catholique de Louvain avec l’aide du Fonds spécial de la recherche. Force est de constater que seules six des onze contributions ainsi réunies répondent strictement à l’objectif proclamé. Les cinq restantes se cantonnent à l’une des aires culturelles mentionnées. Qu’on en juge.

2 Živa Vesel explore les encyclopédies persanes du Xe au XVe siècles, en insistant sur la genèse et la fortune du Jāmeʻ al-ʻolūm, le Compendium des sciences, de Fakr al-Dīn Rāzī (1179) ; il en donne en annexe un résumé, qui s’étend sur dix pages. Baudoin Van den Abeele s’en tient au Liber de natura rerum du dominicain Thomas de Cantimpré, dont il précise les versions et la diffusion et dont il donne les références des 222 manuscrits. Jérémy Loncke se livre au même travail pour le De proprietatibus rerum du franciscain Barthélemy l’Anglais, en reprenant et en améliorant les résultats obtenus précédemment par Heinz Meyer ; il aboutit à une liste de 317 manuscrits répartis en trois séries. Caroline Boucher étudie le passage des encyclopédies latines aux encyclopédies vernaculaires européennes durant les XIIIe et XIVe siècles (Brunetto Latini, Gossuin de Metz) ; elle le situe dans le vaste mouvement des traductions favorisé par Alphonse X et Charles V, dont l’ampleur n’est pas dépourvue de visées encyclopédiques. Ces cinq contributions apportent, à des titres divers, de nouveaux aperçus, bien qu’elles ne répondent pas au programme annoncé ;  les six autres qui lui sont fidèles.

3À la faveur d’une réflexion sur les arts libéraux et sur leur division en trivium et quadrivium, Godefroid de Callataÿ différencie nettement les encyclopédies latines (Martianus Capella, Boèce, Augustin d’Hippone, Cassiodore, Isidore de Séville, Jean Scot Érigène, Gilbert de la Porrée, Thierry de Chartres, Guillaume de Conches, Hugues de Saint-Victor) de leur homologue arabe (al-Kindī, al-Fārābī, al-Khwārizmī al-Kātib, al-ʻĀmirī, Ibn al-Nadīm, Ikhwān al-Ṣafāʼ, Ibn Sīnā). Ces derniers ne connaissent pas la notion d’art libéral. Dans leur entreprise encyclopédique, ils s’appuient sur une dichotomie entre les sciences traditionnelles (ou religieuses, ou islamique, ou arabes) et les sciences rationnelles (ou philosophiques, ou étrangères, ou grecques). Ils n’en introduisent pas moins un quadrivium de fait, alors qu’ils ignorent le trivium. L’arabe étant la langue de la révélation, les disciplines qui, dans le dār al-islām, relèvent des arts du langage appartiennent à la première série de la dichotomie et ont été précocement l’occasion de recherches. Celles qui se rattachent au quadrivium appartiennent à la seconde et ne deviennent un objet d’études qu’à partir des traductions gréco-arabes, sous les Abbassides. La réflexion sur la langue se développe donc dans une perspective originale, peu soucieuse d’un héritage grec qui est, en revanche, intégré aux disciplines mathématiques.

4Carmela Baffioni traite prioritairement de l’influence des Ikhwān al-Ṣafāʼ (les Frères de la pureté) sur la minéralogie de Ḥamīd al-Dīn al-Kirmānī (auteur de la fin du Xe siècle et du début du XIe), tout en évoquant subsidiairement l’influence de la philosophie naturelle d’Aristote et des alchimistes grecs tant sur les Frères que sur al-Kirmānī. Mauro Zonta aborde le Traité du Jardin de Moses ibn ʻEzra, un philosophe et poète andalou du XIIe siècle, chez qui il retrouve notamment une influence de la littérature et des doctrines arabes.

5À un quart de siècle d’intervalles, l’Iḥsāʼ al-ʻulūm d’Abū Naṣr al-Fārābī, l’Énumération des sciences (début du Xe siècle), a requis l’attention de Dominique Gundisalvi (vers 1150) et de Gérard de Crémone (vers 1175-1180). Sous le titre De scientiis, ce dernier en a fait une traduction de verbo ad verbum parsemée d’arabismes, après que son ainé, soit sous le titre de Liber de divisione scientiarum soit sur celui, également, de De scientiis, en avait fait une adaptation de bonne latinité où le fiqh, le droit musulman, et le kalām, le discours sur la foi musulmane, sont éliminés. Alain Galonnier inventorie minutieusement ces différences, qu’il explique par l’origine des auteurs : « l’autochtone Gundisalvi » est « un religieux ibère lettré (…) qui a vécu de front la rechristianisation d’une partie de l’Espagne» et qui transpose dans son texte « quelque chose de l’antagonisme de terrain dans lequel il baignait. » Quant à « l’allogène Gérard (…), (il) se déprend de tout recul critique et écarte les velléités d’analyse (…) ; il se soumet aux ouvrages qu’il duplique jusqu’à la servilité ou, selon le point de vue, au perfectionnisme ». De tels critères font peu de cas des dispositions philosophiques dont témoignent toutes les œuvres de Gundisalvi, alors que, de son côté, Gérard est animé tout au long de sa vie par des ambitions encyclopédiques, quel que soit le traité considéré (voir l’article de Charles Burnett cité p. 103, n. 5) : sa curiosité déborde le cadre des élucidations intellectuelles et se prolonge avec des enquêtes ethnographiques avant la lettre.  

6Gundisalvi s’est également inspiré d’al-Fārābī dans un autre de ses traités, le De ortu scientiarum. La contribution de Marie-Christine Duchesne et Monique Paulmier-Foucart retrouve les deux traités du Tolédan dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais. Elle souligne la pertinence des extraits qui en sont donnés, qu’elle récapitule dans un tableau dressé dans l’annexe 2. Elle analyse la manière harmonieuse dont ces extraits se combinent avec des références latines traditionnelles. L’annexe 1 offre une traduction intégrale du De ortu scientiarum et l’annexe 3, tous les passages du Speculum doctrinale qui se rattachent à ce traité de Gundisalvi.

7Iolanda Ventura s’intéresse à la Catena aurea entium du dominicain Henri de Herford (1300-1370). Il s’agit moins d’une encyclopédie que d’un manuel qui procède par questions et réponses, près de 5000 au total, distribuées en dix livres, hiérarchiquement disposés : ils conduisent de l’Ens divinum à l’Homo secundum se ipsum. Ventura y décèle la présence de textes traduits de l’arabe, tout en notant l’attitude de neutralité que l’auteur adopte dans les débats en cours chez les frères prêcheurs.

8Bernd Roling illustre excellemment la finalité du volume. Il montre comment le roman philosophique Ḥay ibn Yaqẓān, Le vivant, fils de l’éveillé, de l’Andalou du XIIe siècle, Abū Bakr ibn Ṭufayl (l’Abubacer des Latins), a été commenté par Moïse de Narbonne au XIVe siècle, et comment ce commentaire a lui-même été glosé par le mentor de Pic de la Mirandole, le penseur juif Yohanan Alemanno. De sorte que les 900 conclusiones portent les traces du roman d’Ibn Ṭufayl. Les trois monothéismes ne se sont pas toujours repliés sur eux-mêmes pour mieux vanter leur supériorité.

9Ces onze contributions ne sont pas toujours aisées à suivre par le même lecteur. Leur auteur ont tendance à oublier que peu d’historiens, sinon aucun, maîtrisent l’ensemble des cultures qui ont fleuri sur le pourtour de la Méditerranée pendant la seconde partie du millénaire médiéval et que peu de lecteurs, sinon aucun, peuvent entrer de plain-pied dans des recherches pointues dont l’ensemble couvre ces différentes cultures. Je reconnais que, pour le spécialiste, il n’est pas toujours facile de concilier une entrée en matière accessible à tous avec un exposé de haut niveau, lequel est seul à même d’apporter de nouveaux aperçus. Mais est-ce que « la lumière venue d’ailleurs » n’est pas aussi celle que l’expert émet et que l’honnête homme perçoit ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Une lumière venue d’ailleurs. Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d’Orient et d’Occident au Moyen Âge, éd. Godefroy de Callataÿ et Baudouin Van den Abeele  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11624

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org