Navigation – Plan du site

Valérie Deplaigne, L’Héritage de Marie de La Roche-Guyon. Un conflit entre deux nobles lignages normands à la fin du Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Valérie Deplaigne, L’Héritage de Marie de La Roche-Guyon. Un conflit entre deux nobles lignages normands à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2009, 297p.

ISBN 978-2-7535-0833-0

Texte intégral

1Marie de la Roche-Guyon, unique héritière du seigneur de la Roche-Guyon et épouse de Michel d’Estouteville, est d’une puissante noblesse qui plus est apparentée au roi de France. À la mort de son époux en 1470, Marie souhaite recouvrer ses biens hérités de son père ainsi que son douaire. Mais ses deux fils aînés et leur oncle Jean de Bricquebec refusent sa demande, ce qui implique un procès qui durera près de 77 ans. V. Deplaigne retranscrit ici (p. 171-251) l’enquête établie en 1502, après la mort de Marie, enquête qu’elle analyse avec une mise en perspective historique et sociale, et qui apporte un témoignage important sur le droit des femmes dans ce pays coutumier par excellence qu’est la Normandie. Le propos se développe en trois mouvements : dans le premier, « Gestion des biens et rapports de familles », V.D. retrace avec précision le contexte dans lequel évolue Marie et les différentes éléments entourant son mariage et son lignage : étude des domaines et fiefs, enjeux du mariage par rapport aux intérêts lignagers. J’ai pour ma part particulièrement pris d’intérêt à la lecture du paragraphe intitulé « esprit du droit coutumier et organisation de la parenté », dans lequel l’auteur, à partir de l’exemple normand – exemple tout particulier par la précocité de la fixation écrite de son droit coutumier –, se penche sur les normes de comportement qui, plus spécialement, trouvent leur expression dans les problèmes d’héritage. V.D. part des trois composantes de ce droit coutumier, féodal, patrimonial, familial, pour poser la question, qui va tramer l’ensemble de l’ouvrage, du droit de la femme, qui sera détaillé dans la belle deuxième partie de l’ouvrage sur le combat de Marie de La Roche qui montre bien les difficultés de la position de Marie et l’ensemble des stratégies qu’elle doit mettre en œuvre pour défendre ses intérêts. La troisième partie « Des femmes dans un monde d’hommes », pose, à partir de l’exemple de Marie, de Michel d’Estouteville et de Bertin de Silly, le problème plus général des relations de couple dans la noblesse et de la place que la femme peut entendre y tenir. Il demeure cependant une incertitude, arrière-fond de toute analyse sur le sujet, qui n’échappe pas à la perspicacité de l’auteur : les sources sont rédigées par des hommes, exclusivement, et la « voix féminine » ne nous parvient qu’en écho, avec tous les biais dont il est difficile, quasiment impossible même, de mesurer l’ampleur. Je recommande en finale la lecture de cet ouvrage à tout médiéviste s’intéressant aux questions de droit, dans une perspective historique comme anthropologique. Le travail certes demeure dans un champ limité, traitant d’un seul exemple, mais il est une pierre, même modeste, mais solide, à un édifice que, depuis quelques années, les historiens s’emploient à construire et étoffer, celui des questions des règlements de conflits dans la société médiévale et d’organisation de la noblesse, de sa vision d’elle-même et du pouvoir, et de ses comportements face au droit et au pouvoir.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Valérie Deplaigne, L’Héritage de Marie de La Roche-Guyon. Un conflit entre deux nobles lignages normands à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 24 août 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11620

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org