Navigation – Plan du site

Laurent Vissière, « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525)

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Laurent Vissière, « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, Champion (études d’histoire médiévale 2), 2008, 613p. 

ISBN 978-2-7453-1727-8.

Texte intégral

1Louis II de La Trémoille, fils de Louis Ier et de Marguerite d’Amboise, naît un 29 septembre 1460 à Bommiers, jour de la Saint-Michel, saint guerrier et protecteur de la monarchie française. Simple coïncidence ou signe prémonitoire d’un destin déjà tout tracé ? Il n’empêche que sa vie fut intrinsèquement liée à l’art de la guerre et qu’elle se consomma bien souvent sur les champs de bataille, de la Bretagne à l’Italie, de la Suisse à la Bourgogne. Seigneur, chevalier, lieutenant des armées, homme de cour, fidèle serviteur des rois de France, Louis s’éteignit le 24 février 1525 à la bataille de Pavie. Le rhétoriqueur Jean Bouchet, dans son Panegyric du Chevalier sans reproche, publié à Poitiers en 1527, écrit : « Ledict seigneur de La Tremoille, monsté sur le cheval dudict La Brosse, s’en alla, et ledict Bonnyn avec luy, au lieu où estoit le roy. Et là, environné des ennemys, fut abatu mort d’un coup de hacquebouze ».

2Le témoignage de Bouchet, dans la splendeur édifiante qu’est la sienne, chante l’image du preux chevalier mort héroïquement au service de François Ier, un homme de guerre d’un temps désormais révolu, ultime incarnation d’une chevalerie française à l’ancienne et de ses valeurs, impuissante devant la magie dévastatrice de la poudre et des armes à feu. Sous la plume du biographe, la légende est en marche. Elle va marquer pendant les siècles suivants le souvenir de cet homme qui choisit, très tôt, comme devise personnelle une roue et une phrase : « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Paolo Giovio, auteur d’un Dialogo dell’imprese militari e amorose (1555), interprète cette devise comme l’expression de la volonté de Louis II de ne jamais, pour aucune raison au monde, cesser de servir fidèlement son roi.

3Bien des siècles après Bouchet, alors que la légende liée au chevalier sans reproche n’a point perdu de son charme et de sa vigueur, c’est Laurent Vissière qui nous offre un nouveau regard sur Louis de La Trémoille. Ancien élève de l’école normale supérieure et de l’école nationale des Chartes, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), LV publie une passionnante et exigeante biographie, fruit d’un long travail de recherche commencé à l’école des Chartes et poursuivi dans une thèse de doctorat dont ce livre est une version abrégée et remaniée.

4L’auteur s’est donné dès le départ un double défi : comment, d’une part, relire le texte de Jean Bouchet en essayant de faire tomber le voile légendaire et mythique du personnage dont il chante si bien les exploits ? Comment, d’autre part, écrire une biographie aujourd’hui après les nombreuses critiques « dont le genre a été victime au cours du XXe siècle » (p. 12) ? Lorsqu’on referme le travail de LV, après une aventure de presque cinq cents pages d’un texte dense, engageant et vivant, plusieurs sensations s’emparent du lecteur. La première est celle du bonheur suscité par une écriture savante et maîtrisée qui tout en évoquant une succession de faits, de gestes, de petits et grands événements, de dates, de personnages, de lieux, a su nous attacher à Louis II et nous a en quelque sorte rendu intimes du personnage. Voilà un historien qui sait encore raconter des histoires et bien les raconter. Il suffit de rappeler le titre du premier chapitre et de ses sous-chapitres (« Grandeur et décadence d’une famille nomade » ; « La nuit des temps » ; « Le temps de la splendeur » ; « La puissance et la honte ») pour avoir envie de s’y aventurer. La deuxième sensation est celle d’avoir lu un vrai travail de recherche historique. En effet, LV a surmonté le défi qu’il s’était imposé en confrontant le Panegyric de Jean Bouchet avec une documentation inédite et impressionnante par sa variété et sa richesse, documentation étudiée et éditée avec le plus grand soin. L’ouvrage et les notes de bas de page regorgent d’extraits tirés des sources, ce qui permet au lecteur de se confronter à une matière première intéressante et d’emblée de se sentir en quelque sorte lui-même acteur de cette histoire. L’ensemble de la documentation bien sûr ne pouvait pas trouver place dans une telle publication. Elle est en revanche accessible dans la thèse de l’Ecole des Chartes et dans le tapuscrit de la thèse de doctorat. LV, fort d’un travail acharné de dépouillement des sources, rigoureusement présentées à la fin du volume, parvient à un véritable travail d’exégèse. Le recours à des matériaux divers et au croisement de sources lui permet en quelque sorte de venir à bout de Jean Bouchet et de sa Vita, fuyant le piège d’une nouvelle biographie apologétique. La figure de Louis II de La Trémoille est ainsi mise à nue grâce une foisonnante documentation. Parmi les sources manuscrites, citons entre autres les documents issus du Chartrier de Thouars, conservé aux archives nationales, qui contient l’ensemble des documents de la maison de La Trémoille des origines au XXe siècle, comme les comptes de l’hôtel ou encore les journaux de Louis II ou de ses épouses successives, Gabrielle de Bourbon et Louise de Valentinois. De nombreux fonds italiens ont aussi été dépouillés : ceux des archives Gonzaga à Mantoue, de Milan, de Modène ou de Pise, qui contiennent de nombreux documents concernant la période des guerres d’Italie. Des lettres de Louis II sont également conservées à la British Library de Londres, à la Pierpont Morgan Library de New York et à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg.

5La liste des sources imprimées, françaises et étrangères, est également impressionnante, de la correspondance de Charles VIII et de ses conseillers avec Louis II éditée en 1875 à la Cronaca universale della città di Mantova ou encore au Livre du courtisan de Baldassarre Castiglione. LV n’oublie pas non plus de se confronter à l’iconographie en s’intéressant par exemple au portrait de Louis II fait par André Thevet en 1584.

6L’historien n’a donc pas fait l’économie des sources et des séjours dans les archives. Mais les sources ne suffisent pas pour faire un bon travail ! Demeure en effet ce qu’il appelle le défi biographique (p. 16). La biographie est un exercice complexe et dangereux : tentation téléologique et vocation morale apparaissant en effet, pour reprendre les mots de l’auteur, comme les principales souillures intellectuelles de ce genre d’aventure. Comment être proche de son personnage tout en gardant une distance critique et salutaire ? Comment ne pas tomber dans « l’illusion biographique » dénoncée par Pierre Bourdieu ? Comment ne pas être écrasé par l’événementiel ? Comment saisir l’intimité profonde de son objet d’étude, alors que cette même intimité est le plus souvent absente de la documentation étudiée ? Comment dépasser alors le masque et arriver au moi ? Ne sommes-nous pas tentés d’inventer, de surenchérir, de raconter une fable ?

7La biographie a quelque chose de paradoxal : l’objet est simple et délimité, ici un homme, mais sa portée est immense et complexe, car elle débouche sur un questionnement infini. LV souligne alors qu’« une biographie menée à bien devrait permettre d’écrire une histoire à l’échelle humaine, où revit une société vue par les yeux d’un de ses membres ». Il rejoint ainsi le rêve d’une biographie totale qu’on retrouve dans le Saint Louis de Jacques Le Goff. Critiquant la question, à ces yeux sans grand sens, de l’émergence ou non de l’individu au Moyen Age, revisitant les oppositions que la Nouvelle Histoire a nourri envers le genre biographique, trop étriqué, repensant avec justesse la pertinence d’une coupure plus historiographique que réelle entre Moyen Age et époque moderne, LV rappelle la nécessité d’inscrire la vie de son personnage, dans son contexte et dans environnement social, politique, mental et culturel.  

8Retracer au plus près la vie de La Trémoille, c’est s’intéresser à la fois à l’homme public et à l’homme privé qu’il fut. Ainsi, le livre suit une organisation en deux parties : la première dédiée à la carrière officielle de Louis II de sa naissance à sa mort ; la seconde consacrée avec brio à son intimité, son quotidien, son art de vivre et de penser.

9« L’ornière et le chemin » est le titre de la première partie. Rigueur, précision et multitude de références riment ici avec une écriture pleine de verve et de rythme. Événementiel et analyses de fond s’entrelacent, livrant un portrait dynamique, contrasté, un portrait qui s’écarte de toute logique de prédestination. On découvre alors la grandeur et décadence d’une famille nomade. Le lignage et la mémoire familiale participent activement à la construction du destin de Louis II. Des origines mythiques imaginées dans des interprétations étymologiques du nom de famille, aux ancêtres directs de la famille, LV reconstruit l’arbre généalogique des La Trémoille, soulignant que la fin XVe siècle constitue pour la famille un moment difficile où disgrâce (notamment celle de son père aux yeux de Louis XI) et ambition sont l’héritage difficile que va devoir assumer Louis II.

10LV s’intéresse ensuite, suivant méthodiquement le fil du temps, aux années de jeunesse et de formation avec leurs rituels et à l’éducation courtoise et chevaleresque à la cour, une cour à laquelle Louis II ne fut pas toujours présent mais dont il ne fut jamais très loin. Puis viennent les responsabilités politiques et militaires. Des campagnes bretonnes des années 1487-1488, où il entra dans l’histoire, comme l’écrit LV, en devenant lieutenant du roi, campagne que l’on peut suivre fort bien dans des cartes proposées en annexe, à son rôle de premier plan dans les campagnes d’Italie, celle de Charles VIII d’abord, de Naples à la fameuse bataille de Fornoue de 1495. On le suit ensuite à Milan, où il est d’ailleurs nommé lieutenant général. Il y fut aussi, plus tard, gouverneur général. En 1502, il est nommé amiral de Bretagne puis de Guyenne. En 1506, il est gouverneur de Bourgogne. Il est là, toujours en Italie, toujours au premier rang, lors de la victoire à la bataille d’Agnadel en 1509 contre les Vénitiens (on regrette à ce propos l’absence d’une carte qui retracerait les déplacements péninsulaires de Louis II).

11Le roi est mort, vive le roi ! D’un roi à l’autre, de Charles VIII à Louis XII, de Louis XII à François Ier, Louis se voit confirmé dans les mêmes offices et les mêmes charges, continuant ainsi à être éclairé par la faveur royale, faveur qui fait et qui défait les hommes comme lui, les hommes de cour. Cette faveur est bien sûr avant tout liée intimement aux victoires remportées sur le champ de bataille. Elle est donc fragile et jamais éternelle.

12Au fil des pages denses qui retracent la carrière politique et militaire de Louis II, L du livre de LV ne dessine pas uniquement le profil d’un homme d’action, mais évoque avec soin les tenants et les aboutissants d’un contexte européen trouble et changeant sur fond de guerre, de rivalités, de tensions diplomatiques. Les événements sont passés en revue, les relations entre les hommes analysées et les techniques militaires (Louis II ne fut pas seulement homme de terrain, mais aussi fin connaisseur des sciences militaires), les déplacements des armées, les contingents mobilisés sont également passés au crible du regard historien. L’auteur consacre aussi, pour le plus grand bonheur du lecteur, des pages saisissantes où Louis II apparaît, l’armure mise de côté, homme, tout simplement. Ce sont les pages dédiées aux fêtes qui égayent le quotidien de la cour, mais surtout à la maladie qui, à partir de 1503, vient s’introduire dans l’existence de Louis. Dans son lit, faible et fiévreux, il délire et il pense que l’heure de sa mort a sonné. Les médecins s’agitent et procèdent à toutes sortes de soin du corps avec potions, tisanes, clystères, lavements. On oublie pas non plus de soigner l’âme. Voilà donc Louis en pèlerin à Notre-Dame de Liesse, où les rois de France avaient l’habitude de se rendre après le sacre.  

13à la fin de cette première partie, main dans la main avec Louis II, le lecteur a été le spectateur de quarante ans d’histoire. La chronologie complexe et la succession des faits certes ne permettent pas de tout retenir voire de tout saisir. Derrière l’écran de l’homme public se cache l’homme privé. La seconde partie l’ouvrage de LV lui est dédiée.

14Intitulée « Dans la familiarité d’un grand seigneur », elle annonce tout de suite la couleur. C’est ici qu’au fond tout l’événementiel d’une vie retrouve son sens fondamental. C’est ici aussi que LV prend encore plus de distance avec le Panegeyric de Bouchet, car au-delà de quelques anecdotes sur la vie privée, le rhétoriqueur ne s’intéresse qu’au personnage public. Pour le portrait, trois axes ont été choisis. Le premier met en lumière l’importance, dans la vie de Louis II, du service du roi. C’est d’ailleurs, comme on l’a rappelé, une des justifications principales du choix de sa devise personnelle. Servir le roi c’est, dit justement LV, se mettre au service de la chose publique : « Le service constitue le fondement d’une idéologie, voire d’une mystique royale, et permet de concilier les formes nouvelles de la monarchie et de la féodalité. Gage de grandeur, il est aussi servitude, et entraîne une transformation sensible de la vie quotidienne » (p. 307).

15Introduit par son oncle Georges de Cran à la cour, il siégea, dès 1484, au conseil du roi. Ce sera quarante ans durant ! Diplomate averti, il comprit très vite l’importance de la clientèle et de la fidélité, car c’est le seul moyen de perdurer à la cour. Il faut y être présent et il le fut. Mais il fut surtout exemplaire dans son engagement et dans la conduite de la guerre. Et c’est ici que LV nous livre des pages saisissantes, s’attachant à l’idéologie de la guerre de Louis II, guerre chevaleresque avant tout, guerre d’action et guerre secrète lorsqu’on pratique l’espionnage, même si à ce propos les sources font un peu défaut. Grâce aux nombreux échanges épistolaires, LV réussit à mettre en lumière avec habileté le fonctionnement de la cour, lieu de la faveur, lieu de toutes les rivalités, lieu des apparences et du paraître.

16Le service du roi et la guerre ne furent pas les seules préoccupations de Louis II. Tout un chapitre montre qu’il s’est attelé à constituer un ensemble territorial à lui, le vicomté de Thouars. On peut être homme de cour et seigneur en son domaine avec sa propre cour composée par des parents, des alliés et des domestiques, cour qu’il faut rémunérer et surtout administrer. C’est ce à quoi Louis II s’employa efficacement. L’heureuse intuition de LV est de voir dans le vicomté de Thouars non seulement la réalisation d’un fief à l’ancienne mode féodale, mais également, car Louis II mettait sa cour au service de ses intérêts et des intérêts de la monarchie, un élément de l’état moderne en gestation.

17Prince au service du roi, prince en son domaine, mais qu’en est- il de son quotidien ? A cette question, périlleuse et fascinante, répond un troisième et dernier chapitre intitulé joliment « Rythmes quotidiens ». LV, en dépouillant ligne après ligne les correspondances et surtout les comptes de son hôtel, étudie les besoins fondamentaux du chevalier sans reproches : manger, boire, dormir, se laver et s’habiller. Des arts de la table à la vaisselle, des menus aux dépenses très importantes pour entretenir la vie de sa suite, des boissons – vin blanc et vin rouge (de deux à trois litres par personne et par jour) – aux petits pains, environs 50 douzaines par jour pour l’hôtel du seigneur, des chambres aux cheminées pour se chauffer l’hiver, des tapisseries qui ornaient les lieux de vie à la pratique sexuelle, voilà une histoire originale et inédite qui est racontée dans les moindres détails, mais toujours à la lumière des sources. Notons tout de même que sur certains points (on pense à l’alimentation, à l’hygiène et à la maladie), on aurait aimé disposer dans les notes de bas de pages de quelques références bibliographiques supplémentaires. Sans doute, des contraintes éditoriales justifient un peu cette retenue.

18Louis II apparaît alors sous un nouveau jour : on découvre l’attention qu’il portait aux soins du corps, à l’hygiène, à l’entretien de ses armures, aux habits de tous les jours ou aux habits de fête. On découvre qu’il s’est toujours refusé à porter la barbe et qu’il aimait suivre la mode italienne, espagnole et bien entendu française (on regrette, à ce propos, que LV n’approfondisse pas vraiment la question des modes du temps et des influences entre elles : voir p. 430). A côté du corps, il y a l’âme, et Louis II y prêtait, en bon chrétien, des soins particuliers. Il avait une fervente dévotion pour sainte Catherine d’Alexandrie. Son épouse vouait quant à elle un culte à la ceinture de la Vierge Marie conservée dans la collégiale de Puy-Notre-Dame. Là encore, LV fait preuve d’obstination. Le testament de Louis II n’ayant pas été retrouvé, à la différence de celui de son épouse, il fallait chercher ailleurs dans d’autres sources.

19On retrouve ensuite des analyses pointues sur les jeux, les sports et les activités auxquelles Louis II aimait à s’adonner pour passer son temps, entre animaux exotiques, perroquets, échecs, musique et danse, et bien sûr les livres qu’il accumulait dans la bibliothèque de Thouars. Un inventaire de 1516 chiffre le fond : 129 livres, parmi lesquels beaucoup de littérature religieuse, étrangement peu de romans de chevalerie, et puis bien entendu des informations précieuses quant à la culture et à la littérature féminines prisées par sa première épouse, Gabrielle de Bourbon, sur laquelle on est bien renseigné. Des livres mais aussi des tableaux : ainsi le marquis de Mantoue offrit à Louis un tableau de Mantegna lors de son séjour à sa cour en Italie en 1502.

20Dans la deuxième partie de son livre LV réalise donc une véritable archéologie du quotidien, livrant ainsi un portrait vivant de Louis II, de ses plaisirs, de sa culture, de ses activités et du soin qu’il prêtait, comme tout bon seigneur et courtisan, au corps et à l’âme.

21Une conclusion exemplaire vient couronner la biographie. Fort d’une leçon de méthode livrée tout au long de l’ouvrage, le lecteur retrouve ici le fil rouge du parcours accompli : de l’homme public à l’homme privé. Deux portraits en un, car LV montre justement que les deux sont non seulement complémentaires mais entrelacés et indissociables. Cette double approche, ainsi qu’une ouverture constante au contexte social, politique, militaire, culturel et religieux de l’époque, permettent à LV d’offrir à la communauté scientifique comme au lecteur passionné d’histoire un récit biographique réjouissant, rigoureux, honnête et convaincant. Certes, l’exceptionnalité du personnage a sans doute son rôle à jouer dans la belle réussite de l’entreprise. Mais ce sont la sérénité et l’enthousiasme critique et prudent dont l’historien LV fait constamment preuve pour décrypter son personnage qui font de cet ouvrage un ouvrage magistral en son genre.

22C’est bien une biographie totale qu’on lit avec grand plaisir, où L du livre de LV arrive à démontrer que derrière l’écran de la légende du chevalier héroïque aux destinées épiques se cache un homme de terrain, attaché à la conduite d’une Realpolitik, et que derrière l’homme de guerre, il y a un homme de cour et également un homme tout court avec ses plaisirs, ses fragilités, ses amours, ses passions.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Laurent Vissière, « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 24 août 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11603

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org