Navigation – Plan du site

Gouvernement des hommes, gouvernement des âmes. Mélanges offerts à Charles Brucker, éd. Venceslas Bubenicek et Roger Marchal

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Gouvernement des hommes, gouvernement des âmes. Mélanges offerts à Charles Brucker, éd. Venceslas Bubenicek et Roger Marchal, Presses Universitaires de Nancy, 2007, 519p.

ISBN 978-2-86480-756-8.

Texte intégral

1Ce recueil d’articles en hommage aux travaux de Charles Brucker est composé d’une biographie du linguiste et de sa bibliographie personnelle, suivies de trente-neuf articles répartis en quatre parties principales : « Se gouverner », « Gouverner les autres », « Gouvernement des âmes » et enfin « De l’idée aux mots ». Les contributions sont de nature fort variable. Certaines sont littéraires, philosophiques, historiques, d’autres franchement linguistiques et abordent des sujets très hétérogènes. Différents siècles – le Moyen Age dominant largement – et genres sont représentés. L’ensemble discute volontiers la notion de gouvernement (au sens très large), thème cher aux travaux de Charles Brucker. Le présent compte rendu ne s’intéressera qu’aux articles ayant trait à la période médiévale.

2La première partie s’intitule « Se gouverner » et contient deux articles consacrés à l’univers médiéval. Roger Dubuis entraîne le lecteur dans une étude sémantique du mot joie en ancien français à partir du Chevalier au Lion de Chrétien de Troyes et discute volontiers le caractère polysémique (déjà au 12e siècle) de ce mot. Michel Stanesco propose quant à lui une redécouverte de la fin’amor sous l’angle intéressant du délire érotique dans les œuvres des poètes troubadours. Amours impossibles et pertes de la raison, valeurs morales et renoncement de soi, amour courtois envisagé comme une « relation extatique » : la matière ne manque pas et les citations des poètes illustrent parfaitement le propos de l’auteur.

3La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Gouverner les autres », ancre plus avant la thématique générale du recueil dans le rapport aux autres. La contribution de Sylvie Bazin-Tacchella s’attaque, si l’on ose dire, au problème de la peste au Moyen Age et plus singulièrement à partir de celle – terrible – de 1348. L’auteur analyse la littérature produite par la maladie au fil des traités et insère judicieusement les notions de gouvernement et d’administration pour illustrer le riche réseau lexical qui se construit alors. Venceslas Bubenicek offre ensuite un portrait du « bourgeois hospitalier » dans les romans en vers postérieurs à Chrétien de Troyes (essentiellement du début du 13e siècle). Cette étude est jalonnée de figures passionnantes de la littérature médiévale : le vavasseur, le changeur de monnaie laissent place rapidement à ce topos du bourgeois « hospitalier » dont la fonction est précisément d’inviter l’aristocrate. Le troisième article de cette partie assez hétéroclite concentre son attention sur Philippe de Commynes. Ses auteurs –  Jean Dufournet et Danick Florentin – explorent les Mémoires en invitant le lecteur à considérer tout l’art du « juste milieu » : « entre l’unique et l’innombrable, entre la certitude et la confusion, entre le contradictoire et le complémentaire, se développe un texte complexe dont la dualité sert à la foi l’impartialité et la volonté cachée de l’auteur, et dont la cohérence submerge le lecteur, nous laissant envisager l’ensemble et le particulier par une multiplicité de vues susceptible de prendre en compte et de rendre la richesse profuse du réel » (p. 145). Ainsi les auteurs de la contribution résument-ils l’enjeu de l’écriture des Mémoires et éclairent l’œuvre de Philippe de Commynes sous un jour singulier. Et c’est précisément par le mode de gouvernement que s’exprime le « juste milieu » dont il est question dans l’article, peut-être d’ailleurs comme unique forme de « morale » possible ? La contribution suivante de Liliane Dulac s’intéresse au Livre des trois vertus de Christine de Pizan. L’auteur analyse autant l’instance énonciatrice que le discours même de l’instruction. Frédéric Duval quant à lui examine l’histoire romaine à travers divers prologues de traductions d’auteurs antiques. Il illustre ce que la fonction politique des traductions doit à l’exemple dans la formation de l’homme public. L’article de Philippe Ménard offre une belle étude de la représentation de l’empereur Khoubilai Khan dans Le Devisement du monde de Marco Polo. On constate qu’une place non négligeable y est faite au guerrier, à sa famille. C’est aussi l’occasion pour Marco Polo de décrire Pékin, ses fêtes et ses banquets. Monique Paulmier-Foucart et Marie-Christine Duchenne étudient la sapientia dans le Speculum maius de Vincent de Beauvais. Enfin le dernier article de cette longue et passionnante partie est celui de Jean Subrenat intitulé « Sagesse ou folie des ‘princes de ce monde’ : les suggestions d’Arnoul Gréban dans son Mystère de la Passion » ; s’y succèdent les descriptions des personnages d’Hérode le Grand, Hérode Antipas et Ponce Pilate.

4Six contributions touchant à l’époque médiévale constituent le cœur de la troisième partie du recueil consacrée au « Gouvernement des âmes ». La première est celle de Danielle Buschinger sur les « deux sages de Troyes, Rashi et Chrétien ». L’auteur y confronte les deux figures célèbres du Moyen Age dont le lien premier est sans doute Troyes elle-même. Bernard Guidot fait redécouvrir au lecteur la « formation spirituelle de l’Adversaire dans le Fier-à-Bras d’Alfred Delvau » au 19e siècle à partir des différentes versions médiévales. Dominique Hazaël-Massieux se penche sur le gouvernement des corps, des esprits et des âmes d’après Hugues des Hazards, évêque de Toul au début du 16e siècle qui publia en 1515 des Statuts synodaux bilingues, par ailleurs étudiés par l’auteur de la contribution. Marie-Noëlle Toury retrace quant à elle pour le lecteur le parcours de Perceval dans les Continuations en vers. Elle le fait à partir de la Deuxième continuation de Wauchier de Denain, de la Troisième continuation de Manessier et celle, intermédiaire, de Gerbert de Montreuil. Enfin, Muriel Ott signe un article intitulé « Le refus de la conversion de Karaeus : un petit problème de tradition manuscrite » dans lequel l’auteur revisite la tradition manuscrite de la Chevalerie Ogier à partir d’un extrait singulier : le refus, devant Charlemagne, de la conversion du Sarrasin Karaeus.

5La quatrième et dernière partie du recueil rassemble cinq contributions linguistiques portant sur l’ancien et le moyen français ou sur la diachronie. L’article de Roger Bellon explore les notions de ‘sagesse’ et ‘sottise’ dans l’Ysengrimus présenté comme le roman de la « déchéance ». Bernard Combettes procède à une étude morpho-lexicale de ‘mesure’ et sa famille en moyen français. Il y décrit le fonctionnement de la locution dans la mesure où en français. André Lanly oppose les destins romans de anima et animus. Robert Martin donne à voir l’article « gouverner » et « gouvernement » du Dictionnaire du Moyen Français (DMF). Enfin, David Trotter examine trois lexèmes sélectionnés dans les Psautiers d’Oxford et de Cambridge : sapience, saveir et science.

6L’ensemble du recueil est extrêmement riche, d’autant que d’autres articles – par ailleurs également stimulants – concernent des époques et auteurs postérieurs au Moyen Age. Chaque article est à lire pour soi avant d’être la pièce d’un ensemble plus vaste autour du gouvernement des hommes et des âmes. Il n’en reste pas moins vrai que ce recueil d’articles est un très bel ouvrage, varié et de haute tenue, en hommage au travail scientifique de Charles Brucker.

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Gouvernement des hommes, gouvernement des âmes. Mélanges offerts à Charles Brucker, éd. Venceslas Bubenicek et Roger Marchal », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 24 août 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11596

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org