Navigation – Plan du site

Priscille Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe siècles, préface de Colette Beaune

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Priscille Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe siècles, préface de Colette Beaune, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 439p.

ISBN : 978-2-7535-0715-9.

Texte intégral

1Le roi père des pauvres, est la version remaniée de la thèse que Priscille Aladjidi, notre collègue et amie disparue en 2008, avait soutenue deux ans auparavant. P. A. a pu mener jusqu’au bout la transformation de son travail de recherche en un livre qui enrichit désormais notre connaissance sur la charité royale en France à la fin du Moyen Âge et oriente notre attention sur les différentes composantes, idéales et concrètes, du bon gouvernement.

2C’est la charité en actes qui est étudiée ici. L’aumônerie est créée par Philippe Auguste en 1193-1194. Donner à qui et pourquoi ? La charité royale s’exerce envers les « pauvres ». La notion est complexe. Qui sont les pauvres en ce contexte de valorisation spirituelle de la pauvreté et de réalité de la pauvreté due aux malheurs du temps ? Les faibles, les petits, les malheureux, le peuple, le prochain ? P. A. centre son propos sur la pauvreté involontaire. Après une historiographie détaillée sur la pauvreté et la charité, P. A. présente ses sources qui sont principalement les miroirs des princes (liste p. 395-396), les documents comptables (comptes de l’Hôtel, de la Chambres aux deniers, des offrandes et des aumônes), les testaments, les dépenses de l’ordonnancement du cérémonial (obsèques) et l’iconographie (cahier de 21 planches en noir et blanc).

3L’ouvrage est partagé en trois parties clairement enchaînées : la première est consacrée à l’institutionnalisation de la charité envers les pauvres (p. 29-121), la deuxième suit la liste des œuvres de miséricorde corporelle (p. 123-315) et la troisième étudie la place des pauvres dans les cérémonies royales (p. 317-384).

41. Les fondements de la charité se trouvent dans la Bible où le Christ est un double modèle : modèle de celui qui donne et modèle de celui auquel on donne. « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait (Mt 25, 40). » Les miroirs des princes mettent en scène lemmes bibliques et exempla propres à convaincre leur royal lecteur d’aimer ses sujets en théorie et en pratique. Ce qui représente un corpus d’une quarantaine de textes que P. A. a judicieusement exploités. L’aumône est effectivement un point de passage obligé des traités et participe au bon gouvernement du royaume (— la question de l’aumône est traitée par les théologiens de l’Université de Paris dans quelques questions quodlibétiques). Le thème de l’amour est répété à l’envi (— mais quelle est la nature de cet amour ?). La charité royale se concrétise en dons, en bonne justice et bon gouvernement. Louis IX tient dans la dynastie une place à part, unique et exemplaire.

52. La deuxième partie est le point fort du livre avec ses cinq chapitres sur les bona opera du roi que P. A. a joliment intitulés : « J’étais malade et vous m’avez visité » ; « Revêtir le Christ nu » ; « Consoler les enchartrés »… Le septénaire des œuvres de miséricorde corporelle (visiter, abreuver, nourrir, racheter, vêtir, panser, ensevelir) provient de Mt 25, 31-46 et, pour la dernière œuvre, de Tobie 1, 17-20 et 12, 13. P. A. décrit et analyse les temps et lieux de l’action royale ; elle la compare utilement aux pratiques d’autres princes et princesses d’Occident. Elle fait apparaître certaines évolutions : le don a tendance à se monétariser et s’individualiser (ch. 3). Mais certains gestes aussi concrets que symboliques continuent de manifester la fraternité de tous les enfants de Dieu, du pauvre au roi : le berceau des enfants royaux est traditionnellement donné aux pauvres de l’Hôtel-Dieu de Paris ; il est racheté à chaque nouvelle naissance royale (p. 210). Charlemagne, Robert le Pieux, Philippe Auguste et surtout Louis IX sont les princes exemplaires de la charité royale. Mais pour les dons, Louis IX et Louis XI se distinguent par leur générosité. Dans un acte unique en son genre, Louis XI, le roi aux multiples dévotions, établit en mars 1472 une fondation royale et perpétuelle en faveur d’un pauvre à Saint-Martin de Tours. Le pauvre de Saint-Martin, vêtu d’un manteau en référence à saint Martin aux couleurs du roi, sera chaussé, nourri et logé (p. 315 et 409-411).

63. P. A. met en évidence, dans la troisième partie, le paradoxe de la charité royale qui se donne à voir alors que le Christ a dit : « quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite afin que ton aumône soit secrète » (Mt 6, 3). Il existe une tension entre l’extériorisation de la fonction politique et l’intériorisation de la vertu privée. Le cas du lavement des pieds des pauvres (le mandatum) sur le modèle du Christ le Jeudi Saint illustre bien cette tension : humilité du roi penché et parfois agenouillé pour laver les pieds des malheureux et publicité de ce geste dans les chroniques. Ce qui fait dire à P. A. que la charité royale est intégrée à l’exercice de la fonction souveraine et participe de la fonction politique.  Là encore, c’est Louis IX qui montre l’exemple en choisissant de laver les pieds des aveugles (p. 319-354). Pour qu’ils ne voient pas celui qui s’humilie devant eux ? Pour qu’ils n’en tirent pas une vanité coupable ?

7Les pauvres sont nécessaires à la royauté car ils sont les témoins de l’unicité de nature entre les hommes ; ils participent au salut du royaume et du roi, incité à leur apporter son aide pour atténuer leurs maux (— faut-il parler de « redistribution des richesses » ?) ; les pauvres seront les témoins à charge ou à décharge au jour du Jugement. Aussi, la royauté ne cherche-t-elle pas à éradiquer la pauvreté. On se demande quelle est l’exégèse du verset « Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours (Jn 12, 8). A-t-elle évolué à la fin du Moyen Âge ? On se demande aussi s’il existe des sources permettant de connaître la charité discrète du roi ; ses œuvres de miséricorde spirituelle ; si l’on fait des aumônes au roi ; parle-t-on de « pauvre roi » ?  

8Les planches iconographiques, les annexes (extrait du Mireour du Monde, Paris, BnF, fr. 14039 ; rôle des aumônes de Charles de Navarre, fr. 3863 ; cérémonies observées au Louvre le Jeudi Saint, fr. 4324 et la fondation royale en faveur d’un pauvre à Saint-Martin de Tours par Louis XI en 1472) aux pages 395-411 et les trois index (thèmes, lieux, personnes et ouvrages anonymes) complètent le livre de Priscille Aladjidi. L’historienne a mis en œuvre, dans Le roi père des pauvres, ses qualités de rigueur, de clarté et de modestie. Le livre est pourvu d’une belle préface de Colette Beaune.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Priscille Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe siècles, préface de Colette Beaune », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11594

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org