Navigation – Plan du site

Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento. Un confronto, a cura di Monique Bourin, Giovanni Cherubini, Giuliano Pinto

Vincent Challet
Référence(s) :

Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento. Un confronto, a cura di Monique Bourin, Giovanni Cherubini, Giuliano Pinto, Florence, Presses Universitaires de Florence (Biblioteca di storia, 6), 2008, 442p.

ISBN 978-88-8453-882-6

Texte intégral

1Après une longue période d’éclipse, les travaux sur les révoltes médiévales reviennent sur le devant de la scène – comme l’attestent notamment les travaux de Samuel K. Cohn Junior (Popular Protest in Late Medieval Europe, 2004 et Lust for Liberty, 2006) – dans un contexte historiographique sans doute moins passionné qu’il ne le fut dans les années 1970, moins marqué en tout cas par les débats nés de l’interprétation marxiste des mouvements populaires. Autant dire que cette rencontre permettant aux meilleurs spécialistes européens de la question de confronter leurs points de vue était la bienvenue, d’autant plus que les organisateurs ont eu la bonne idée d’englober dans une même réflexion révoltes urbaines et révoltes paysannes trop souvent séparées dans l’analyse. Il était grand temps en effet de faire le point sur les avancées en la matière, près de quarante ans après la grande synthèse de Michel Mollat et de Philippe Wolff sur la question (Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, 1970) suivie presque aussitôt par celles de Guy Fourquin (Les soulèvements populaires au Moyen Âge, 1972) et de Rodney Hilton (Bond made free. Medieval Peasant Movements and the English Rising of 1381, 1973). Depuis les années 1970 et avant la toute récente synthèse proposée par Samuel K. Cohn Jr, Hugues Neveux avait été l’un des rares à proposer une nouvelle réflexion théorique sur la question des révoltes médiévales (Les révoltes paysannes en Europe, 1997). Sans doute croyait-on bien à tort avoir épuisé un thème si en faveur dans les années 1970 mais tant l’apport des considérations anthropologiques – on pense en particulier à la question de la violence dans les révoltes populaires – que le nouveau regard porté sur les sources – et en particulier sur les chroniques – permettent de rouvrir bien des dossiers que l’on pensait clos.

2En guise d’hommage au travail pionnier de Michel Mollat et Philippe Wolff, l’ouvrage en reprend tant les bornes chronologiques – un Trecento élargi des dernières décennies du XIIIe siècle aux premières du XVe – que la dimension géographique – l’Europe occidentale, même si le livre fait la part belle à l’Italie et que l’on peut regretter l’absence de toute considération sur le mouvement hussite ou sur celui des Pastoureaux dont David Nirenberg a totalement renouvelé l’interprétation. Le livre est divisé en trois parties : après un bilan historiographique par pays, de nombreuses études de cas – toutes consacrées à l’Italie, ce qui est un peu dommageable au propos général et à la démarche comparatiste affirmée – témoignent de la vitalité des recherches actuelles en ce domaine avant que des synthèses thématiques – là encore essentiellement centrées sur l’Italie – ne viennent clore l’ensemble. Se fondant sur un corpus de 1112 épisodes de protestation populaire – mais tous peuvent-ils être réellement qualifiés de révoltes ? – recensés entre 1200 et 1425, Samuel K. Cohn Jr montre à quel point l’historiographie anglaise et européenne a été abusée par le caractère tout à fait exceptionnel de la révolte de 1381 dont les leçons sont globalement infirmées par une analyse d’ensemble des mouvements populaires anglais, 60 seulement de ces épisodes étant d’origine rurales. En fait, le soulèvement de 1381 et ses incontestables particularités – participation active des femmes, présence de clercs parmi les leaders et rôle de la prédication, conjonction avec des révoltes urbaines dirigées par des aldermen notamment à Londres, focalisation sur le religieux en raison de la richesse jugée excessive de l’Église et des prélats, respect de la personne du roi et rejet des hommes de loi ou de conseillers qualifiés de traîtres – ont masqué aux yeux des historiens le fait que l’Angleterre n’avait subi que de très rares révoltes rurales avant 1381 et qu’elle n’en subit quasiment pas après, conséquence de la hausse du niveau de vie et de la disparition du servage. En réalité, le royaume connut bien plus de rébellions urbaines que de soulèvements ruraux dans le courant du XIVe siècle mais l’auteur souligne avant tout la rareté des révoltes anglaises, signe, à ses yeux, que les populaires y étaient plus avancés en matière de droits que sur le continent, conséquence de l’émergence précoce de l’État et de la force de la monarchie anglaise. Bien différente apparaît, sous la plume de Marc Boone, la situation du comté de Flandres marquée par une « grande tradition » de révoltes nourrie par une « petite tradition » de conflits plus fréquents et plus localisés. Marc Boone en retrace la genèse et lit dans les années 1280-1300 la mise en place d’un « répertoire de la rébellion » et une période de rodage des stratégies collectives tandis que le XIVe siècle lui semble caractérisé par le recours à une violence maîtrisée comme moyen tactique pour peser sur les négociations. Faut-il pour autant déceler dans ces révoltes des aspirations « pré-républicaines » ? On laissera à Marc Boone la responsabilité d’une telle appréciation quelque peu téléologique mais qui n’en imprègne pas moins très fortement toute l’historiographie flamande. En ce qui concerne le royaume de France, si Monique Bourin fait le point sur les avancées les plus récentes de la recherche, elle insiste surtout sur la définition de la révolte – une question qui court comme un fil rouge dans nombre d’interventions – et surtout sur le problème de sa perception par les hommes du Moyen Âge : « qu’est-ce que les contemporains considéraient comme une révolte ? Au dessous de quel seuil de gravité un soulèvement fait partie des émotions habituelles et ne mérite pas punition ou tout simplement mention ? » (p. 51). Une interrogation en tout point fondamentale qui invalide en partie la volonté de recension systématique prônée par Samuel K. Cohn Jr. Indéniablement, il faut se résoudre à ignorer ce que les hommes du Moyen Âge laissent dans l’ombre et « le poids des sources est donc lourd dans la connaissance de l’appréciation des révoltes » (p. 51). Doit-on alors considérer comme « révolte » tout ce qui, aux yeux des contemporains, méritait mention ou relation, comme semble par ailleurs l’indiquer le lien entre écriture des chroniques urbaines et rébellions ? La réponse, on s’en doute, est loin d’être aussi simple et Monique Bourin, en historienne prudente et sûre de son fait, se garde bien de trancher en la matière. Elle souligne par ailleurs l’importance de la localisation des révoltes et donc sur la nécessité de dresser une géo-typologie des mouvements d’insurrection qui fait nettement apparaître des phénomènes de contagion liés à la propagation de la peur et met en évidence la multiplication des révoltes dans les zones urbanisées comme l’est, par exemple, le Languedoc. Pour la Castille, Rafael Oliva Herrer – dont on rappelle ici à quel point les travaux ont révolutionné notre connaissance des conflits dans la péninsule ibérique, notamment Justicia contra Senores. El mundo rural y la politica en tiempos de los Reyes Catolicos, 2004 – aborde le thème sous l’angle de la constitution des Hermandades Generales nées vers les années 1280 en réaction à la politique centralisatrice de la royauté. Grâce à l’union des concejos en vue de la restauration de l’ordre public et pour lutter plus efficacement contre les violences aristocratiques, la Hermandad s’impose comme une force politique dotée d’une stabilité institutionnelle et légitimée par la monarchie, atteignant son acmé entre 1315 et 1317 avant d’être dissoute en 1325. Rafael Oliva Herrer reprend le dossier à nouveaux frais en montrant que l’historiographie traditionnelle a toujours nié la dimension anti-nobiliaire du mouvement et a insisté sur son caractère conservateur, ce qu’il faut sans doute remettre en cause. La situation italienne, décrite par Giovanni Cherubini, apparaît, elle aussi, marquée par le poids d’une historiographie qui s’est presque entièrement focalisée sur la révolte des Ciompi florentins – avec comme optique de scruter les prémices d’une société capitaliste – et sur les conflits des travailleurs du secteur lainier dans l’Italie communale. Toutefois, si l’on veut bien changer un instant de focale, l’Italie se caractérise tout autant par l’absence de révoltes rurales d’une ampleur comparable à la Jacquerie ou à la rébellion anglaise de 1381, en raison de l’exiguïté territoriale et du strict contrôle de la cité sur son contado. Même dans un Mezzogiorno sous domination angevine où les conditions objectives semblent plus propices à l’éclosion de révoltes paysannes, les mouvements demeurent très localisés et la région est surtout marquée par un brigandage endémique qui apparaît comme la forme la plus caractéristique de la résistance paysanne en ces contrées. S’agit-il en la matière d’une différence de « culture politique » ? La question reste posée. Comme à son habitude, l’article de Pierre Monnet consacré à l’Allemagne est l’un des plus stimulants et des plus brillants de l’ouvrage, même s’il est regrettable que l’auteur ait limité ses réflexions aux seules révoltes urbaines. Une fois de plus, Pierre Monnet montre que « longtemps l’historiographie allemande sur les révoltes, comme beaucoup d’autres, a été dominée par une approche phénoménologique et événementielle, pour ne pas dire impressionniste, des épisodes troublés » (p. 105) et qu’elle a surtout eu pour objectif de dresser des typologies. Il insiste sur la relation entre la révolte et la mise par écrit de l’histoire urbaine au sein de chroniques dont le début coïncide souvent avec une rébellion significative à l’échelle d’une ville donnée, l’Allemagne n’ayant pas connu de révolte commune au pays, la faute sans doute à l’intervention des ligues urbaines en cas d’embrasement. Pour Pierre Monnet, la révolte est bien affaire d’identité des groupes sociaux et elles doivent être considérées comme « des étapes de la marche normale et de la logique profonde » de l’ordre urbain : la rébellion doit être vue « non point comme obstacle mais comme témoin et comme facteur de l’évolution de la société et de la modernité citadines » (p. 145) et l’on ne peut que souscrire à un tel point de vue qui semble pouvoir également s’appliquer à maintes révoltes rurales. La révolte urbaine est ainsi moins un problème politique ou économique qu’un « problème de système de représentations et de revendications dans une société complexe, c’est-à-dire de culture » (p. 146). In fine, Pierre Monnet repose la question de la dénomination de ces mouvements et, au terme d’un cheminement quasi-identique à celui de Monique Bourin, estime que la question fondamentale demeure de savoir pourquoi les sources emploient le même mot – par exemple celui de rebellio – pour désigner des choses qui nous apparaissent aujourd’hui fort différentes, à la fois un frémissement anti-fiscal et une commotion de très grande ampleur.

3Les études de cas, toutes consacrées à l’Italie, s’ouvrent par un dossier sur le Tuchinat dans le Piémont présenté par Alessandro Barbero et dont l’ampleur de la révision sur un mouvement qui reste méconnu vaut que l’on s’y attarde quelque peu. Se déroulant entre 1386 et 1391, le Tuchinat se caractérise par sa contestation de la violence nobiliaire et seigneuriale et apparaît comme une séquence d’un conflit de longue durée entre les seigneurs du Canavese et leurs sujets soumis à une très forte dépendance. La paupérisation de la noblesse locale qu’atteste la multiplication des situations de co-seigneurie y conduit à l’exacerbation de la violence seigneuriale à l’encontre de laquelle les communautés réagissent vigoureusement en s’alliant les unes aux autres dans des ligues d’autodéfense. Mais le Canavese ne fonctionne pas en vase clos et constitue une zone de confrontation entre le pouvoir des comtes de Savoie, celui des princes d’Achaïe et celui des marquis de Montferrat. Une première intervention d’Amédée VI en 1379 échoue à mettre un terme aux violences nobiliaires et les communautés font appel à son successeur – on voit ici comment l’irruption d’un prince dans le jeu politique ouvre un nouvel espace d’arbitrage et de négociation aux communautés – Amédée VII, qui rend à Turin en décembre 1385 une sentence qui s’apparente à un compromis. Si la décision du comte de Savoie vise à une pacification entre les seigneurs et des communautés dont l’on sait qu’elles s’étaient liées entre elles par un serment juré, elle aurait dû aussi être un règlement plus général des plaintes portées devant lui par les communautés du Canavese, lesquelles ne concernent pas seulement les violences nobiliaires mais englobent également les taxes, les corvées, les cens, la garde des châteaux, le droit pour les communautés de sonner le tocsin sans autorisation seigneuriale ou encore ce droit de mainmorte si mal supporté par les populations. Le Canavese est en effet dans une situation où le pouvoir seigneurial n’est limité par aucune charte de franchise. Or, sur l’ensemble de ces points, la décision arbitrale d’Amédée VII n’accorde que très peu de concessions à des communautés condamnées en outre, pour désobéissance et rébellion, au paiement d’une amende exorbitante. Et c’est en réalité cette amende qui provoque le Tuchinat proprement dit à partir du printemps 1386 : les communautés expulsent alors leurs seigneurs et prennent en mains leur propre défense tout en faisant un usage très limité de la violence puisque, outre le pillage de plusieurs châteaux, Alessandro Barbero ne relève qu’un seul meurtre commis sur un noble et le viol unique d’une femme noble. Certaines communautés se contentent d’ailleurs de recourir à la simple menace pour parvenir à leurs fins : en 1386, grâce à la médiation d’officiers d’un comte de Savoie qui se maintient dans une position de médiation, les hommes de Valperga obtiennent un certain nombre de franchises (dont le droit de tester librement) et se tiennent ensuite à l’écart du mouvement. La rébellion ouvre ainsi un espace de négociation « confirmant que le recours à la violence n’est pas une fin extrême et sans retour mais l’un des langages reconnus de l’affrontement politique, même s’il s’agit du plus délicat à manier » (p. 180). La révolte est ici communautaire au sens où elle engage la communauté dans son ensemble et les rebelles n’hésitent pas à négocier directement avec le comte de Savoie dans le dos de leurs seigneurs comme l’attestent les actes de soumission au comte en échange de franchises comprenant, entre autres, la liberté de tester. L’expédition militaire d’Amédée VII qui met un point final au mouvement s’accompagne certes de quelques exécutions mais elle est surtout l’occasion de délivrer grâces et rémissions qui confirment a posteriori le caractère communautaire d’un mouvement à des années-lumière des « fureurs paysannes ». Le comte de Savoie délivre en outre en mai 1391 une nouvelle sentence de pacification qui affirme sa position médiatrice : si les nobles du Canavese sont rétablis dans leurs possessions et que les accords passés entre les communautés et le comte pendant la rébellion sont annulés, Amédée VII réitère l’interdiction des guerres privées, reconnaît aux communautés un droit d’appel comtal et se réserve les poursuites judiciaires à l’encontre des rebelles. Le Tuchinat du Canavese se révèle ainsi clairement comme une façon de faire de la politique et montre de nombreux points communs avec son homonyme languedocien, même si la dimension anti-seigneuriale semble tout à fait marginale en France alors qu’elle est centrale dans le Piémont.

4Paolo Grillo, lui, explore les contours de la domination viscontéenne à Milan et dans son contado entre 1277 et 1338 en s’intéressant aux révoltes contre le pouvoir des Visconti, notamment l’épisode de juin 1302 qui découle de l’augmentation de la pression fiscale (elle-même conséquence de difficultés militaires) et de l’introduction en 1289 de la gabelle du sel. Or, cette émeute qui conduit à l’exil Matteo Visconti ne résulte pas seulement d’une conjuration nobiliaire mais constitue bien une révolte du popolo au cours de laquelle les émeutiers accomplissent l’un des gestes les plus caractéristiques des mouvements anti-fiscaux, celui de piller le grenier à sel et de délivrer le sel sans gabelle. De même, la coûteuse politique extérieure de Matteo Visconti réinstallé au pouvoir par Henri VII – notamment la guerre commerciale avec Venise entre 1314 et 1317 – provoque-t-elle la sécession de Monza, Lecco et Cantu que seules les concessions d’Azzone Visconti permettront de faire repasser sous domination milanaise. Rinaldo Comba, en revanche, décrit une situation bien différente, celle d’un conflit latent, marqué par quelques épisodes violents ponctuels mais sans révolte généralisée, entre Chartreux et communautés rurales à propos de l’usage des bois et des alpages. Analysant ce conflit du point de vue des communautés, il rejoint en conclusion l’analyse de Peter Blickle qui estimait que, sans communauté, il n’existait pas de rébellion paysanne. On quitte alors le domaine des révoltes rurales pour se pencher, avec Valeria Braidi, sur le cas de l’une des très rares émeutes frumentaires (elles représentent, si l’on en croit, le corpus réuni par Samuel K. Cohn Jr, moins de 1% du total) que connut le XIVe siècle, celle survenue à Bologne en 1311 dans un contexte difficile marqué par la guerre que doit soutenir la ville contre les visées expansionnistes des Este à partir de 1297. Le conflit provoque à la fois la dévastation du contado bolonais, la fuite de ses habitants et le non-entretien des digues – d’où de multiples inondations – le tout sur fond d’augmentation de la fiscalité. Dès 1303, Bologne doit acheter du blé à l’extérieur (notamment à Venise) et les difficultés sont telles qu’elles conduisent à cette révolte frumentaire, contraignant les autorités à adopter dans les jours suivants une panoplie de mesures garantissant le bon approvisionnement de la cité. Enfin, Franco Franceschi invite à une relecture du tumulte des Ciompi florentins en le mettant en corrélation avec les mouvements des ouvriers du textile et de la laine survenus à Pérouse et à Sienne en 1371. Si l’émeute qui éclate à Pérouse semble à l’auteur un peu à part, Franco Franceschi souligne à quel point Ciompi siennois et florentins sont proches. Ils partagent en effet une même « grammaire de la rébellion » et poursuivent des objectifs similaires (rediscuter les mécanismes de détermination des salaires, obtenir une représentation corporative qui affranchirait les salariés de leur condition de sottoposti, prendre part au gouvernement communal) en dépit de la différence des moyens. Là où les Ciompi siennois cherchent à dominer la Commune, leurs homologues florentins voient leur salut dans la création de trois Arts nouveaux. Mais, dans les deux cas, l’auteur voit dans ces révoltes le point culminant d’une « démocratisation de la vie politique » (p. 303) et la claire indication que les révoltés avaient pleinement conscience qu’il leur fallait modifier les rapports de pouvoir afin de défendre au mieux leurs intérêts politiques et économiques.

5La dernière partie de l’ouvrage propose des variations thématiques sur le thème de la rébellion dont on peut, une nouvelle fois, regretter qu’elle soit essentiellement centrée sur l’Italie et ne prenne pas toujours en compte la dimension comparatiste. Ainsi de la conflictualité toujours latente entre seigneurs et serfs explorée par Francesco Panero ou de la dimension religieuse de la révolte dévoilée par Giulia Barone à partir des exemples de Cola di Rienzo à Rome ou des Ciompi florentins dont la contestation put se nourrir des nouvelles réflexions sur la pauvreté évangélique propagées par la prédication dominicaine, tandis que Giuliano Pinto revient sur l’épineux problème de la relation entre révoltes et conjoncture économique pour montrer que cette dernière n’est que rarement un élément d’explication à elle seule puisque la période la plus difficile d’un point de vue économique se situe plutôt avant 1347 sans être pour autant marquée par des rébellions de grande ampleur. Jean-Claude Maire Vigueur explore le domaine des révoltes urbaines contre les tyrans dans l’Italie du XIVe siècle et souligne, en propos liminaire, la difficulté à caractériser la notion de révolte urbaine puisque le terme n’apparaît que vers 1500 et que les sources médiévales utilisent d’autres vocables tels que tumulte, rumeur, conspiration ou complot. Ce qui renvoie à la difficulté de parler de façon générique de « révolte », soulignée aussi par Giuliano Pinto. Ni les sources, ni la réflexion des contemporains ne permettent de définir la notion de révolte, ce qui fait dire à Jean-Claude Maire Vigueur qu’il s’agit « d’une notion à construire et à élaborer » (p. 353). Dans l’Italie du XIVe siècle, la plupart des révoltes contre les tyrans prennent l’aspect de conjurations nouées au sein des familles au pouvoir mais le peuple n’en constitue pas moins un élément décisif, en y participant ou en le faisant échouer – ainsi à Vérone en 1354 – sans pour autant que la participation du popolo permette de changer la nature du régime de la seigneurie, se contentant d’assurer la victoire d’une faction sur une autre. En revanche, au XVe siècle, les complots semblent plus limités à une petite élite sans véritable participation du popolo. Il est toutefois souvent difficile de distinguer entre révolte et conjuration, ce que montre, à Florence, l’épisode de la chute de Gautier de Brienne en 1343. Là où la chronique de Giovanni Villani, reprise par Nicolas Machiavel, tend à présenter le popolo se dressant de façon unanime contre la dictature du duc d’Athènes, l’auteur montre que la révolte trouve son origine dans trois conjurations nouées par quelques-unes des plus grandes familles florentines (Donati, Médicis, Rucellai, Pazzi,…), la politique de Gautier de Brienne ayant été plutôt favorable au popolo minuto. Il y a donc en réalité de nombreuses analogies entre révoltes et complots, bien des émeutes étant provoquées en sous-main par des familles nobiliaires ou appartenant au popolo grasso et la participation en masse du popolo apparaissant souvent comme la condition nécessaire au succès de la conjuration. Mais l’auteur estime qu’il n’y a pas d’opposition idéologique très nette entre régime républicain et Seigneurie, du moins aux yeux des contemporains, et que « l’étude des révoltes ne peut se limiter au seul problème de la dialectique des langages politiques » mais doit entrer dans le concret des mesures prises par la Seigneurie ; la révolte ne naît donc pas de l’existence de la Seigneurie en tant que telle mais bien de la politique conduite par cette dernière. En guise de conclusion, Andrea Zorzi aborde la question des révoltes sous l’angle de l’un de leurs points communs – la répression – et se penche sur le paradoxe qui fait que, bien souvent, les révoltes ne sont véritablement connus que grâce aux documents judiciaires qui en sont la conséquence. Par ailleurs, les rebelles contestent souvent l’exercice de la justice seigneuriale (notamment seigneuriale) et se livrent fréquemment à des exécutions d’hommes de loi ou d’officiers de justice – ainsi en Angleterre en 1381. Andrea Zorzi met en lumière le déclin progressif au XIVe siècle des structures communautaires de contrôle social au profit de nouveaux organes judiciaires contrôlés directement par le pouvoir et chargés précisément de mettre en œuvre la répression des révoltes (Conseil des Dix à Venise, Huit de Garde à Florence après 1378, Defensores à Sienne après 1371) et, en parallèle, le désarmement des compagnies armées du popolo au profit de milices au service des pouvoirs urbains. Il montre enfin comment le pouvoir, s’il ne néglige pas les exécutions et l’exemplarité de la peine, privilégie dans la majorité des cas la réintégration des coupables par le biais de la grâce et de la rémission. À rebours de certaines idées reçues, les Ciompi florentins condamnés à l’exil en septembre 1378 ne furent qu’au nombre de 44 et, en 1382, au moment de la chute du régime des Arts Mineurs, seules 3 sentences d’exécution et 25 d’exil furent prononcées. C’est qu’en effet, mieux encore que l’exécution, la réintégration sous condition, paraît, aux yeux du pouvoir, la meilleure solution pour assurer la restauration de l’ordre public.

6Au final, et si bien des questions demeurent en suspens, la plus fondamentale, soulignée à maintes reprises au cours de cet ouvrage, demeure celle de la terminologie employée par les sources médiévales pour qualifier les différents mouvements séditieux afin de mieux saisir le point de vue des contemporains. Sans doute ne faut-il pas se fier aveuglément à l’opinion des juristes qui distinguent soigneusement la rebellio de la seditio mais convient-il au contraire de multiplier les études localisées de terminologie en privilégiant sources de la pratique, chroniques urbaines et témoignages lors d’enquêtes pour déterminer au mieux, selon les époques, les lieux et les milieux sociaux des locuteurs, les conditions nécessaires aux yeux des contemporains pour faire d’un épisode séditieux un tumultus. Reste aussi bien entendu à construire et à élaborer cette notion contemporaine de révolte que les historiens ont parfois tant de mal à manier. Mais s’il est une avancée indéniable dont témoigne ce colloque, c’est dans la perception de la violence comme moyen tactique intégrant la possibilité d’une négociation et non plus seulement comme expression aveugle d’une fureur et la reconnaissance de la révolte en tant que prise de position politique et partie intégrante de la culture politique des communautés, tant urbaines que rurales. Un bilan salutaire qui ouvre également de nouvelles perspectives de recherche dans l’un des domaines les plus stimulants de l’histoire médiévale.         

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento. Un confronto, a cura di Monique Bourin, Giovanni Cherubini, Giuliano Pinto », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11590

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org