Navigation – Plan du site

Transfert des savoirs au Moyen Âge / Wissenstransfer im Mittelalter, éd. Stephen Dörr et Raymund Wilhelm

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Transfert des savoirs au Moyen Âge / Wissenstransfer im Mittelalter, éd. Stephen Dörr et Raymund Wilhelm, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2008, 236p.

ISBN  978-3-8253-5567-8.

Texte intégral

1La notion de « transfert des savoirs » couvre au Moyen Âge un domaine trop vaste pour qu’il ne soit pas divers. En suivant un ordre décroissant de généralités, on peut distinguer deux grands ensembles, le second se ramifiant en sous-ensembles successifs. Durant la période considérée, le transfert des savoirs s’opère en effet :

2I / entre deux aires culturelles distinctes par leur langue et leur religion officielles (p. ex. : Islam / chrétienté) ;

3II / et, au sein d’une même aire culturelle ainsi comprise, et en limitant l’analyse à la chrétienté,

4soit II, 1 / entre le groupe majoritaire et une minorité dominée ayant une forte identité religieuse et linguistique (chrétienté / judaïsme) ; 

5soit II, 2 / entre la langue des professionnels du savoir et celles du reste des locuteurs, avec deux variantes, selon que l’on considère :

6II, 2A / l’ensemble de l’Europe chrétienne, où se développent parallèlement l’Université et l’écrit en langues vernaculaires ;

7II, 2B / l’Angleterre anglo-normande, où un groupe dominant a importé une langue vernaculaire distincte, à la fois, de la langue des professionnels du savoir et des langues vernaculaires locales ;

8soit II, 3 / entre deux langues vernaculaires (voir plus bas).

9Si chaque niveau de cette ramification pose des problèmes spécifiques, il partage aussi avec les autres des problèmes d’ordre général.

10Lors de sa réunion à Heidelberg, les 15-18 janvier 2008, l’Atelier franco-allemand s’est consacré à ce type de sujet, en privilégiant toutefois II, 2. Mais l’une des 17 contributions, celle de Marc Kiwitt, « Les glossaires bibliques hébraïco-français du XIIIe siècle et le transfert du savoir profane », illustre II, 1. Et trois autres, celles d’Elisa De Roberto, « Stratégies traductives dans la Santà del corpo de Zucchero Bencivenni », de Katharina Keil, « Die Decameronübersetzung von Laurent de Premierfait : Lexikalisches » et de Christel Nissille, « Les traductions présentées en regard du texte source : leur rôle pour l’enseignement des langues dans l’Angleterre médiévale », II, 3.

11La dimension linguistiques du transfert du savoir, sous son double aspect lexical et syntaxique, et sa dimension textuelle, se taillent la part du lion. Trois contributions font preuve d’originalité en en étudiant la dimension iconographique : Wolfgang Metzger, « Im Anfang war des Bild. Die Sternbilder in der Astrologie des Michael Scotus », Christoph Winterer, « Visionen zwischen Buchdeckeln. Bilder der Apokalypse als Vermittlung » et Miriam Wittum, « Die gute Ehefrau. Pragmatik der Textzusammenstellung im Codice Trivulziano 432 ».

12La majeure partie des contributions sont axées sur le domaine français avec, outre certaines de celles déjà citées, Joëlle Ducos, « Translater Aristote : transfert linguistique ou épistémologique ? », Stefan Dworschak, « Die frühen Übersetzungen und die Relatinisierung des Französischen : Brunetto Latini Li livres dou Tresor », Sara Centili, « L’Image du monde face à son public », Yela Schauwecker, « Dimensionen der Wissensvermittlung im Secré des segrez von Jofroi de Waterford  » et Richard Traschsler, « Johann Weyer und die Anfänge des psychiatrischen Werwolfs. Betrachtungen zum De praestigiis daemonum (1563) und seinen französischen Übersetzungen ». Le domaine espagnol n’est pas oublié avec Eduardo Otero Pereira, « Die Übersetzung der Historia langobardorum des Paulus Diaconus von Juan Fernández de Heredia », ni le domaine italien : il faut ajouter à celles déjà citées sur le Décaméron et le manuscrit de la Trivulcienne, la contribution de Franco Pierno, « Les gloses lexicales de Nicolò Malerbi (1471). Premières approches ». Deux contributions ont la particularité de montrer que le savoir artisanal, qui s’exprime en vernaculaire, peut enrichir le savoir savant, qui s’exprime en latin : David Trotter, « Savoir, pouvoir et latinité au Moyen Âge » et Cécile Le Cornec-Rochelois, « La transmission du savoir ichtyologique au XIIIe siècle ».

13La contribution de Caroline Pernot, « Le discours indirect libre médiéval : un phénomène controversé » se place en marge du thème annoncé mais n’en est pas moins d’un grand intérêt.

14Au total, un ouvrage qui apporte des informations de première main à un phénomène central dans l’histoire des cultures. On peut regretter qu’il soit terni par une série de grossières erreurs. Le texte grec primitif des Économiques est une compilation anonyme en trois chapitres que Nicole Oresme a traduit en français à partir de la version latine dite translatio Durandi ; celle-ci ne contient que le chapitre I, d’inspiration aristotélicienne, et le chapitre III, inspiré de l’Économique de Xénophon. L’historien qui insère Le livre de Yconomique dans la série des livres aristotéliciens traduits par Oresme avoue à son corps défendant qu’il ne l’a jamais lu et qu’il n’est pas au courant du dernier état de la recherche. De plus, ce livre ne relève pas de l’économie au sens actuel du terme, mais, selon son étymologie, de la gestion du patrimoine familial, esclaves compris (Aristote appelait « chrémastistique » ce que nous appelons « économie »). Il est par conséquent erroné d’établir un rapport direct entre Le livre de Yconomique et le traité sur les monnaies du même Oresme. Il est tout aussi erroné de prétendre que le Normand ne croyait pas à l’existence des influences astrales ; il a, certes, critiqué la pratique de l’astrologie, mais sans remettre en cause la réalité d’un conditionnement astral. La pensée des auteurs du Moyen Âge est toujours plus complexe qu’elle n’apparaît dans les ouvrages de seconde main.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Transfert des savoirs au Moyen Âge / Wissenstransfer im Mittelalter, éd. Stephen Dörr et Raymund Wilhelm », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11585

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org