Navigation – Plan du site

Frédérique Lachaud et Michael Penman dir.,Making and breaking the rules : succession in medieval Europe, c. 1000 – c. 1600. Établir et abolir les normes : la succession dans l’Europe médiévale, vers 1000-vers 1600

Anne-Hélène Allirot
Référence(s) :

Frédérique Lachaud et Michael Penman dir.,Making and breaking the rules : succession in medieval Europe, c. 1000 – c. 1600. Établir et abolir les normes : la succession dans l’Europe médiévale, vers 1000-vers 1600, Turnhout, Brepols, 2008, (Histoires de famille, la parenté au Moyen Âge, 9), 261p. 

ISBN : 978-2-503-52743-7

Texte intégral

1Ce volume contient les actes de la conférence tenue en avril 2006 à l’Institute of Historical Research de Bloomsbury, à Londres. L’objectif de cette conférence était d’évoquer la thématique de la succession dans une perspective comparatiste assez vaste (du XIIe siècle à la fin de l’époque moderne, de l’Irlande à la Russie, de la Suède aux royaumes ibériques). La notion de succession est ici entendue au sens large, qu’elle soit dynastique ou élective, princière, ecclésiastique, noble ou qu’elle se pratique dans l’office. Cette ambition clairement affichée a le mérite d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion sur un thème que l’on aurait pu considérer comme déjà bien défriché par l’historiographie. La question posée par Frédérique Lachaud et Michael Penman en introduction : « La notion même de succession présuppose-t-elle une société organisée de manière particulière ? » montre toute l’ampleur des analyses auxquelles doit conduire cette démarche.

2Dix-sept communications (neuf en langue anglaise, huit en français) sont ainsi rassemblées dans les trois parties de cet ouvrage collectif : « élection et droit dynastique », « normes, rituels, pratiques », « recoupements et influences ». Les articles de Corinne Péneau, Michael Penman et Martyn Rady fournissent d’utiles synthèses sur le fonctionnement des systèmes politiques suédois, écossais et hongrois à la fin du Moyen Âge. Comme le montre Corinne Péneau, l’élection peut être utilisée comme une fiction idéologique énonçant le droit de la communauté à déléguer le pouvoir au souverain. Les communications de Bernd Kannowski et Björn Weiler ouvrent ainsi des pistes de réflexion sur le rapport entre élection et stratégies familiales dans le royaume de Germanie et dans l’Empire. Les cas de l’Angleterre, de l’Aragon, de la Russie et de l’Irlande sont ensuite présentés par Ralph Griffiths, Peter Rycraft, Endre Sashalmi et Katharine Simms. Le choix des modalités de succession traduit un désir de pérennité politique et familiale. Mais la succession elle-même peut faire évoluer les stratégies lignagères, voire même les structures de la parenté. Les critères d’exclusion dans la normalisation juridique des règles successorales peut prendre une importance idéologique extrême, notamment dans le cas de la France. Dans la plupart des cas, les circonstances du temps influent fortement sur l’interprétation des modèles successoraux, et le pragmatisme politique est souvent une donnée essentielle à prendre en compte. L’expression de Martin Rady selon laquelle la succession est un « amalgame de principes » résume à merveille cette constatation. Elle se vérifie particulièrement dans le cas de la Russie moscovite, examiné par Endre Sashalmi, pour laquelle il n’existe pas de loi fixe et la succession est uniquement réglée par testament princier jusqu’en 1722.

3La succession est également envisagée dans sa dimension plus concrète : rituels, insignes, doivent venir appuyer la transition et renforcer la légitimation du pouvoir. Le moment de la succession peut être un moment de crise : vacance, interrègne, voire conflits peuvent alors mettre en cause la pérennité du pouvoir. La communication de Dániel Bagi montre comment l’arrivée au pouvoir des Angevins en Pologne et en Hongrie a provoqué une évolution des règles et accéléré la réforme de la succession. La succession féminine est ainsi acceptée pour les filles de Louis d’Anjou, avant que l’on ait finalement recours à l’élection. Pour le royaume de France, les tentatives d’arbitrage et de pacification de saint Louis à la fin du XIIIe siècle débouchent également à terme sur de nouvelles tensions. Xavier Hélary invite alors à reconsidérer la valeur politique du règne de Philippe III, dominé par les affaires de succession que le roi règle de manière à la fois pragmatique et opportuniste, afin qu’il en résulte un agrandissement constant du domaine royal.

4L’idée de succession peut-elle s’appliquer au clergé ou aux officiers royaux ? Les articles de Anne J. Duggan et Isabelle Rosé permettent d’établir une comparaison entre la notion de succession royale et celle, plus problématique, de succession ecclésiastique. Odon de Cluny, qui dispose d’un multi-abbatiat, cherche des solutions de continuité pour un pouvoir qui prend une dimension très personnelle. Il choisit donc ses « co-abbés » dans une logique proche des pratiques seigneuriales de son temps. L’examen de modalités de transmission des offices royaux à la fin du Moyen Age mené par Romain Telliez montre une tendance non négligeable aux transmissions vénales ou héréditaires. Toutefois, ces cas ne sont pourtant pas encore la règle et restent limités jusqu’au début du XVIe siècle. Enfin, Yves Sassier et Jean-Louis Thireau  reviennent sur la mise en place de pratiques successorales, respectivement dans le comté de Nevers et dans l’Ouest de la France. Ces deux derniers exemples permettent de constater que la majorité des règles utilisées dans les coutumiers du XIIIe siècle naissent au cours des deux siècles précédents, notamment sous l’impulsion de stratégies lignagères. L’article de Michael Hicks vient compléter les précédents par une mise au point sur la perception de la notion d’héritier dans la noblesse anglaise de la fin du Moyen Âge.

5La réunion de l’ensemble de ces articles forme une publication très riche, dense et complète. La succession, thème d’histoire politique et d’histoire du droit, devient au terme de la lecture une notion plus vaste qui peut permettre de mieux comprendre la société médiévale, constamment parcourue de différentes logiques de transmission, de perpétuation et de continuité.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Allirot, « Frédérique Lachaud et Michael Penman dir.,Making and breaking the rules : succession in medieval Europe, c. 1000 – c. 1600. Établir et abolir les normes : la succession dans l’Europe médiévale, vers 1000-vers 1600 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 13 juillet 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/11579

Haut de page

Auteur

Anne-Hélène Allirot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org