Navigation – Plan du site

Droit de réponse de Joël Blanchard à Franck Mercier

Joël Blanchard
Référence(s) :

Droit de réponse de Joël Blanchard à Franck Mercier

Texte intégral

1Suite au compte rendu de Franck Mercier sur l’ouvrage de Joël Blanchard, Commynes et les procès politiques de Louis XI. Du nouveau sur la lèse-majesté, Paris, Picard, 2008, nous publions ce droit de réponse

2« Il n’est de bon ouvrage sans vive critique ». À ce compte, nous pouvons être satisfait. Une modeste – et, nous l’espérons, encore utile – édition du procès de Louis de Luxembourg, connétable de Saint-Pol, précédée d’un texte introductif consacré à « la lèse-majesté : entre catégorie pénale et sentiment », a suscité un tel torrent de reproches, de condamnations, voire, osons le mot, d’insultes professionnelles sous la plume de M. F. Mercier qu’il y a là comme un vrai brevet de qualité. Prenons au hasard : « tournure pour le moins singulière », « affirmations péremptoires », « argumentation singulière », « redéfinition toute personnelle », « bibliographie sommaire », « faiblesse du propos », « graves problèmes méthodologiques », « grossier contresens », « incroyable légèreté ». Un pareil déchaînement s’explique-t-il par une note peu amène que nous avions eu le tort de consacrer au seul volume connu de M. Mercier (La Vauderie d’Arras : une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen Âge, in J. Blanchard, Commynes et les procès politiques. Du nouveau sur la lèse-majesté…, p. 8, n. 2) ? Nous ne voulons pas le croire. Nous avions parlé là d’ « un emploi mal cadré de la lèse-majesté ». En échange, que recevons-nous de M. Mercier ? D’abord le constat que « l’édition se double d’une présentation qui tient plus de l’essai que de l’introduction critique attendue généralement pour ce genre de publication ». N’ayant à ce jour édité, au sens où l’entend et le souhaite M. Mercier, que neuf ouvrages, du XIIIe au XVe siècle, dont, pour les plus récents, les Mémoires de Philippe de Commynes, Genève, Droz, 2 vol., 1992 CLXXII + 1754 p., et la Moralité à six personnages, BNF ms. fr. 25467, Genève, Droz, 2008, LXXVII + 183 p., sans tenir compte, bien sûr, de la traduction de Philippe de Mézières, Songe du Vieux Pèlerin, Pocket, « Agora », 2008, 1002 p., ou de quelques autres « menus » volumes, une vingtaine environ…quoi qu’il en soit, nous savons désormais, grâce à M. Mercier, ce que doit être l’édition d’un texte. Que notre essai liminaire défende une « thèse assez désarçonnante »°pour M. Mercier, ce n’est pas trop grave : dès qu’on est tombé de cheval, il faut se remettre en selle. En selle donc, cher collègue ! Dire dans la foulée que je fais, par mon propos, fi de l’historiographie récente, c’est en revanche se moquer du monde. Que M. Mercier relise JB, n. 1, p. 8 : J. Chiffoleau, M. Sbriccoli, y sont, parmi d’autres illustres et à très juste titre cités et loués. Et il y a quelque bassesse à répéter le nom de Yan Thomas, si récemment décédé, et que j’aurais « superbement ignoré ». À ce compte, M. Mercier est cité deux fois (cf. supra) et dans la bibliographie (p. 161). Croyez-vous par hasard, cher Monsieur Mercier, que je fais plus de cas de vos travaux que de ceux de Yan Thomas ? Que ce soit bien clair, non ! Une absence – fautive – dans une bibliographie vous autorisait-elle ce dérapage ?

3Revenons à moins pénible : 1) au sujet du ms BNF fr. 3869, vous regrettez « d’emblée » que je « ne précise pas davantage les raisons qui justifient le choix de ce manuscrit ». Pour comprendre ces raisons, il suffisait de lire ma n. 1, p. 63 (19 lignes). Résumons : seuls deux manuscrits sont du XVe siècle, les autres des « copies imparfaites » du XVIIe s., et le manuscrit 4795, l’un des deux du XVe siècle, laisse en blanc tous les noms de lieux et de personnes. Le « choix » s’imposait, et je n’y ai pas eu grand mérite. J’ajouterai que, lorsque l’on fait une critique, on lit ! Il y aurait bien plus à dire, mais passons au 2), qui témoigne d’une profonde ignorance de l’exception que constituent à tant d’égards la personnalité et le règne de Louis XI. Imaginer un instant que le domaine du judiciaire ait pu échapper à cette spécificité est pure naïveté. La lèse-majesté n’est pas un instrument juridique que Louis XI utilise comme n’importe quel autre roi de France – merci au passage de me rappeler que Louis XI était roi de France, j’aurais sans M. Mercier risqué de l’oublier…-

4Enchaînons et abrégeons, car un léger écœurement nous reprend. M. Mercier, abusant de l’impunité qu’il estime due à la critique, nous accuse allègrement de « forger de toutes pièces et à grand renfort de citations latines [notre] propre conception de la lèse-majesté ». Tout cela est grave, et, à force de s’enivrer de mots, on en vient à des formules qui relèveraient non certes de la lèse-majesté ( !) mais bien de mises au point sérieuses, ailleurs que dans des revues savantes. Si j’ai « forgé de toutes pièces », il faut me dire où et le prouver, ou s’excuser et se taire. Quant au « grand renfort de citations latines », c’est moindre mal, et la langue de Virgile ne souffrira guère d’être ignorée de M. Mercier, tout comme, semble-t-il, le latin « juridique ». Quel est d’ailleurs ce « grand renfort de citations latines » ? p. 47, j’écris Princeps legibus solutus est et Quid principi placuit legis habet vigorem. Ces deux formules latines sont un pont aux ânes du langage de l’absolutisme royal. Que personne ne s’offense des ânes… Autre citation : ad hominem et opportunitatem, qui n’est pas autre chose, en mieux dit, que intuitu personae, dont on espère que M. Mercier connaît l’emploi, même s’il le désapprouve ici. Voilà donc le « grand renfort de citations latines » ? Passons et terminons sur l’essentiel.

5M. Mercier nous reproche en somme de considérer que la lèse-majesté, sous Louis XI, n’est pas pleinement « installée » en termes de droit. Nous n’avons rien dit d’aussi simpliste, mais nous maintenons que les marges d’intervention que s’autorise Louis XI lui permettent de conserver à cette entité juridique une souplesse pragmatique hors normes. On est là, beaucoup plus que dans le cas de la Vauderie chère, elle, à M. Mercier, confronté à un enjeu de pouvoir.

6Terminons sur une citation qui nous mettra d’accord, peut-être. M. Mercier a choisi en épigraphe pour son volume sur la Vauderie un très beau poème de Robert Desnos, extrait de « Youki 1930 Poésie ». Il se conclut ainsi :

7« Je ne sais pas très bien ce qui se passe

8   Car je n’y suis pas encore allé ».

9Un conseil à M. Mercier : qu’il aille dans cette ville symbolique, ici dans ce fascinant Moyen Âge, et il saura mieux ce qui s’y passe.

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Blanchard, « Droit de réponse de Joël Blanchard à Franck Mercier », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11577

Haut de page

Auteur

Joël Blanchard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org