Navigation – Plan du site

Thierry Pécout dir., L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333)

Vincent Challet
Référence(s) :

L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), Thierry Pécout dir., Paris, Editions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Collection de Documents Inédits sur l’Histoire de France, vol. 45), 2008, CLXXXVII + 698p.

ISBN : 978-2-7355-0663-7

Texte intégral

1Si l’enquête est devenue ces dernières années non seulement un moyen de connaissance mais aussi un objet d’histoire — voir, entre autres, le récent volume consacré à L’Enquête au Moyen Âge sous la direction de Claude Gauvard —qui nous renseigne autant, sinon plus, sur les enquêteurs eux-mêmes que sur l’objet de leur enquête, il n’en demeure pas moins essentiel pour l’historien de pouvoir juger sur pièces. On ne peut donc que saluer ici la publication partielle — mais déjà monumentale ! —, partielle puisque seule la Provence orientale est ici couverte, de l’enquête générale effectuée dans l’ensemble de la Provence angevine sur ordre du roi Robert Ier entre 1331 et 1334. Une telle tâche n’aurait pu, on s’en doute, être menée à bien par un seul homme et Thierry Pécout a su s’entourer d’une équipe aux compétences irréprochables (Germain Butaud, Marc Bouiron, Philippe Jansen, Alain Venturini, Laure Verdon) afin de livrer une édition absolument impeccable des registres couvrant la Provence orientale. Preuve s’il en est que ce lourd travail d’édition dont tout un chacun sait combien il est à la fois excessivement long et parfois très ingrat a tout à gagner à être accompli de façon collective de manière à bénéficier d’apports complémentaires tout en allégeant la charge de travail reposant sur chaque chercheur. Et l’on ne peut qu’être admiratif devant l’ampleur de la tâche ainsi effectuée.

2En matière d’enquête, il est vrai que la Provence constitue un terrain privilégié dont les travaux d’Edouard Baratier, qui avait publié les Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), avaient déjà tiré profit. Certes, depuis les années 1970, le regard porté sur l’enquête par les historiens s’est quelque peu déplacé et là où on l’envisageait essentiellement comme une source de données démographiques et économiques de première importance, on y voit aujourd’hui surtout un facteur décisif d’institutionnalisation dont le rôle strictement informatif est désormais moins mis en exergue que le rappel de la sujétion qu’elle impose périodiquement à l’ensemble des habitants. Sans doute faut-il y voir aussi le relatif désintérêt affiché à l’heure actuelle pour tout ce qui peut rappeler, de près ou de loin, une histoire quantitative au profit d’un courant plus orienté vers la construction de l’État. Le propre, toutefois, des éditions de qualité est aussi de résister aux modes historiographiques et celle-ci a toutes les qualités pour s’imposer comme une édition de référence.

3En ouverture de l’édition proprement dite, Laure Verdon replace l’enquête de 1331-1334 au sein d’une séquence temporelle plus large qui débute en 1252 à l’occasion de la grande enquête lancée par Charles d’Anjou au lendemain de ses conquêtes et qui associe déjà état des droits du roi et contrôle des officiers au cours d’un processus largement inspiré des pratiques du royaume de Sicile (et en particulier des Constitutions de Melfi de Frédéric II). Outil essentiel dans la construction de l’État, l’enquête joue à la fois comme « instrument de contrôle pour le pouvoir et de reconnaissance, par les sujets, d’une hiérarchie des juridictions » (p. XXXIII) et, assimilée à un acte législatif, elle s’appuie sur la recherche d’une vérité fondée sur des témoignages oraux et concordants. En revanche, il semble que l’objectif affiché par le roi d’une réforme de la gouvernance n’aboutisse presque jamais à des sanctions à l’encontre de ses officiers, ce qui distingue nettement ces opérations des enquêtes de réformation lancées à la même époque par Saint-Louis dans le Languedoc voisin. Comme le montre fort bien Thierry Pécout, l’enquête générale en Provence ordonnée par le roi Robert Ier en 1331 adopte des caractéristiques identiques, associant également une enquête proprement domaniale et le souci de mieux contrôler les officiers locaux. Si elle entend lutter contre les aliénations des biens comtaux, elle sert aussi à la légitimation de la dynastie dans un contexte de crise de succession — transmission du pouvoir de Robert Ier à sa petite-fille Jeanne — qui, il est vrai, trouble plus le royaume de Naples qu’une Provence demeurée fidèle à son souverain légitime. La lettre de commission délivrée par le roi Robert évoque donc logiquement les excès des officiers et les biens aliénés, tout en prévoyant l’utilisation d’une procédure sommaire ; les enquêteurs désignés pourront donc citer des témoins à comparaître et les interroger, recevoir des délations, agir ex officio ou encore examiner les chartes et autres preuves produites à l’appui de leurs dires par ceux qui contesteraient la réalité des droits royaux. Si l’enquête possède donc un but fiscal et domanial clairement affirmé, elle participe également « des prérogatives de paix et de correction qui sont celles du souverain » (p. LV) et contribue, tant par son existence que par ses méthodes, à la restauration du lien politique. Les deux enquêteurs choisis pour cette tâche sont issus de l’entourage royal et viennent donc du royaume de Naples, peut-être afin qu’ils soient mieux à même de résister aux pressions locales. Il s’agit de Niccolo di Acerno, évêque de Bisignano en Calabre puis de Nola (mais dont la participation se résuma à des investigations à l’Île-Saint-Geniès et à Tarascon) et surtout de celui sur lequel reposa l’essentiel du processus, Leopardo di Napoleone da Foligno, issu d’un lignage noble de tradition guelfe de Foligno en Ombrie, archiprêtre de Bénévent et membre de la chapelle royale. Leopardo da Foligno fut assisté dans sa tâche par plusieurs notaires locaux qui se chargèrent à maintes reprises de recueillir pour lui les reconnaissances et avait avec lui plusieurs familiers originaires de Foligno. L’enquête sur le terrain ne débuta véritablement qu’en octobre 1331 et, après le départ début 1332 de Niccolo di Acerno qui s’en alla occuper le siège épiscopal de Nola, Leopardo da Foligno parcourut l’ensemble des baillies et vigueries des comtés de Provence et de Forcalquier — tout en laissant de côté les terres où le comte ne possédait aucun droit comme les seigneuries des Baux et des Agoult — entre janvier 1332, date de son séjour à Tarascon, et décembre 1333, date de son arrivée à Aix-en-Provence, au terme de son enquête. S’ensuivit alors à Aix une période de vérification au cours de laquelle Leopardo da Foligno eut recours aux différentes archives conservées au palais royal, avant que, sa mission achevée, il ne regagne le royaume de Naples en avril 1334. En ce qui concerne la procédure de l’enquête, Thierry Pécout parvient à distinguer trois phases essentielles, dont la première est l’enquête domaniale (super regiis juribus) qui débute systématiquement par une criée publique effectuée en langue vernaculaire afin que tenanciers et officiers royaux viennent déclarer ce qu’ils tiennent du roi ou perçoivent en son nom. Elle est complétée par un interrogatoire sous serment des déposants, la visite des lieux en possession du roi —

4ce qui donne lieu à un inventaire détaillé des biens mobiliers — et la consignation des reconnaissances faites sous serment et devant témoins, lesquelles sont mises au net ultérieurement. La deuxième phase concerne la réformation proprement dite (contra jurium regiorum occupatores) et porte sur l’usurpation des droits royaux souvent opérée par divers seigneurs ; cette phase, qui donne lieu à la réception de dénonciations et de plaintes, se caractérise par l’adoption d’une procédure criminelle et donc la conduite d’une information. Enfin, l’ultime phase, qui se déroule à Aix-en-Provence à partir de 1333, consiste en une succession de vérifications par comparaison entre les renseignements recueillis sur le terrain et ceux contenus au sein des archives comtales et d’enquêtes complémentaires lorsqu’une contradiction entre ces deux sources d’information avait pu être relevée.

5 Le présent volume ne couvre que la Provence orientale, soit les vigueries de Grasse, Nice et Puget-Théniers, la baillie de Villeneuve et du Vençois et celle du Val de Lantosque et du comté de Vintimille, la perte du registre de Leopardo da Foligno pour cette dernière baillie ayant été suppléée par les éditeurs par un pendensdu clavaire contemporain de l’enquête. L’édition de chaque registre est précédée d’une copieuse introduction qui retrace le processus de l’enquête et détaille la situation de chaque circonscription administrative avant d’établir un catalogue très soigné des droits comtaux qui sont, en outre, récapitulés dans des tableaux synthétiques. Le procédé, fort pratique pour qui veut s’en tenir à la seule lecture d’une viguerie ou d’une baillie donnée, n’évite évidemment pas les redites, en particulier en ce qui concerne la définition des droits comtaux, chaque introduction revenant en détail à la fois sur le problème des prérogatives judiciaires (merum imperium, mixtum imperium, regalia, majus dominium) et sur la définition des principaux prélèvements fiscaux effectués par le comte (fouage, cavalcade, albergue) sans oublier de judicieuses remarques à caractère économique et démographique. L’édition du texte est extrêmement soignée et comporte un appareil de notes critiques fort impressionnant, notamment en ce qui concerne l’identification des noms de lieux et de personnes. L’ensemble est complété par un index nominum et un index locorum ainsi que par des cartes, une abondante bibliographie et une étude codicologique doublée d’un catalogue des seings manuels, des signes de renvoi en note et des manicules.  

6S’il est évidemment impossible de tenter une quelconque synthèse compte tenu de la diversité et de la richesse des informations contenues au sein de ces registres, on soulignera néanmoins que la mise à la disponibilité des chercheurs d’un tel document ouvre de nombreuses voies, qu’il s’agisse des domaines économiques et démographiques, de l’examen précis des droits de justice et de l’exercice même de la haute justice — ainsi voit-on à plusieurs reprises les boni homines interrogés déclarer qu’ils ne savent pas à qui appartient le merum imperium parce que le cas ne s’est jamais présenté —, de la capacité de résistance des communautés paysannes à la pression comtale — en particulier leur aptitude à s’appuyer sur des chartes pour défendre pied à pied leurs droits — ou encore de la possible instrumentalisation de l’enquête par certains habitants — ainsi ce Jean de Saint-Paul qui vient passer une reconnaissance pour une maison alors qu’un procès concernant la possession de cette maison est en cours !               

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet , « Thierry Pécout dir., L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/11568

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org