Navigation – Plan du site

Christophe Grellard and Aurélien Robert, ed., Atomism in Late Medieval Philosophy and Theology

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Christophe Grellard and Aurélien Robert, ed., Atomism in Late Medieval Philosophy and Theology, Leiden / Boston, Brill (“Medieval and Early Modern Science”, 9) 2009, X-250 p.

Texte intégral

1Le volume reprend six des sept contributions qui ont été présentées au cours de deux journées d’études qui ont eu lieu en novembre 2004 à la Maison française d’Oxford, plus trois autres consacrées évidemment au même thème. Ce sont au total neuf études qui se trouvent ainsi réunies, précédées par une introduction de 14 pages signées par les deux éditeurs et suivies par douze pages de bibliographie imprimées en petits caractères et par deux index de noms d’auteurs, l’un jusqu’à la Renaissance, l’autre, après elle.

  • 1  Les astérisques indiquent les auteurs qui ont présenté leur contribution aux journées d’Oxford de (...)

2Toutes les contributions sont axées sur un auteur particulier, sauf la première, celle de John Murdoch*1. Celui-ci dresse un tableau général des indivisibles et de la divisibilité infinie au XIVe siècle, en privilégiant le rôle que les diverses lectures critiques du livre VI de la Physique d’Aristote ont joué dans ces circonstances et sur le dépassement de ces lectures : elles ont produit, à le suivre, des développements logico-mathématiques originaux.

  • 2  Paul Vignaux, De saint Anselme à Luther, Paris, 1976, p. 11 ; Id., La philosophie au Moyen Âge, Pa (...)

3Les autres contributions sont donc axées sur une seule figure et se distribuent chronologiquement. Elles commencent avec Richard Rufus, un franciscain actif entre 1230 et 1255 à Paris et à Oxford, étudié par Rega Wood, et se terminent avec le maître séculier italien formé à Paris, Blaise de Parme, actif dans divers centres universitaires de la péninsule au tournant des XIVe et XVe siècles, étudié par Joël Biard*. Près de deux siècles sont ainsi parcourus à grandes enjambées mais avec des étapes minutieusement décrites, en compagnie d’Elżbieta Jung et Robert Podkoński, qui signent une contribution commune sur Richard Kilvington ; de Sander W. de Boer*, sur Gérard Odon ; de Christophe Grellard* sur Nicholas d’Autrecourt ; d’Aurélien Robert*, sur Guillaume Crathorn ; de Jean Celeyrette*, sur Michel de Montecalerio ; et, enfin, d’Emily Michael sur Jean Wyclif. La diversité des auteurs abordés souligne s’il en était besoin la polysémie du mot « atomisme » dans la période considérée et le besoin constant que cet ensemble de penseurs éprouve d’élaborer et de réélaborer les raisons d’adhérer à l’atomisme ou de le refuser. Sous le titre général du volume, Atomisme dans le Moyen Âge tardif, se découvrent des atomistes et des anti-atomistes du Moyen Âge tardif, le plus souvent en confrontation entre eux et la plupart, qu’ils soient atomistes ou anti-atomistes, avançant des arguments spécifiques pour opérer leur choix ou modulant spécifiquement des arguments communs. De sorte qu’au-delà du titre retenu, se fait jour, selon la formule fameuse, « la diversité rebelle » des philosophies et des théologies médiévales.2

4Dans les limites qui me sont imparties, il n’est guère possible de reprendre même sommairement chacune des contributions, tant elles sont riches en détails ponctuels : la plupart, dans leur introduction, font le point sur nos connaissances bio- et bibliographiques sur leur auteur et se réfère à des sources manuscrites (on peut regretter de ce point de vue que le volume n’ait pas été pourvu d’un index des manuscrits cités). Elles sont aussi riches en développements analytiques complexes. Cherchant à réaliser une synthèse de cet ensemble aussi nourri que sophistiqué, je me permettrai de le résumer dans une typologie des auteurs présentés, en y incluant ceux abordés par Murdoch et, d’autre part, ceux avec qui les auteurs retenus ont dialogué sinon polémiqué. Pour établir cette typologie, j’ai dressé un tableau à double entrée – un tableau qui est pour l’instant à l’état virtuel et qui est sans doute destiné à le rester pour des raisons qui vont apparaître.

  • 3  De Generatione et corruptione, I, 1, 314 a 21-24.

5Les colonnes y sont au nombre de deux et permettent de séparer les divisibilistes des indivisibilistes, ces derniers étant le plus souvent, dans le prolongement de la présentation qu’Aristote fait de Démocrite dans son De Generatione et corruptione3, des partisans de l’atomisme. Blaise de Parme est toutefois l’exemple d’un indivisibiliste qui n’est pas atomiste, pour autant qu’il soit possible d’en être assuré alors que la totalité de son œuvre ne bénéficie pas encore d’une édition critique. Ce cas particulier entre dans la colonne qui réunit des indivisibilistes mais son nom est mis entre crochets pour en marquer la particularité.

6Les lignes, pour leur part, sont au nombre de trois et permettent de différencier les auteurs dont l’approche du problème posé, l’alternative divisibilisme / indivisibilisme, est préférentiellement soit mathématique (en fait, le plus souvent logico-géométrique) ; soit physique avec généralement des prolongements métaphysiques ; soit enfin mathématico-physiques. Ce tableau a deux colonnes et à trois lignes délimitent donc six cases ; cinq seulement sont remplies. Je n’ai trouvé aucun divisibiliste qui justifie son choix par des mobiles physiques. En revanche, quatre des huit penseurs qui font l’objet d’une contribution se retrouvent dans la case des indivisibilistes dont l’argumentation est essentiellement physico-métaphysique : Gérard Odon, Nicholas d’Autrecourt, Guillaume Crathorn, Jean Wyclif. Sur ces quatre, deux sont signés par les responsables de la publication, qui illustrent ainsi leur conception de l’atomisme médiéval : il ne repose pas nécessairement sur des bases logico-mathématiques comme le défend et l’illustre depuis des décennies John Murdoch, en négligeant les auteurs heureusement présentés dans le volume.

7Selon le point de vue adopté, ce tableau présente l’avantage de préciser à grands traits la place que les auteurs occupent dans l’échiquier du divisibilisme et de l’indivisibilisme médiévaux ; mais il présente aussi l’inconvénient de les figer dans des cases, alors que certains d’entre eux examinent les thèses en présence, en pèsent les avantages et les inconvénients sans être certains qu’en s’engageant d’un côté, ils ne trahissent pas la part de vérité de l’autre. Tel est le cas, par exemple, de Richard Rufus, qui, lecteur attentif des écrits d’Aristote, est sensible à la diversité des thèses sur la divisibilité qui s’y trouvent. Au final, il semble se résigner à admettre que si, du point de vue mathématiques, le continu ne se compose pas d'indivisibles, les objets sensibles, eux, sont composés de points. Il n’en affirme pas moins l’idée promise à un riche avenir, celle de l’inégalité des infinis, que, dès l’époque médiévale, reprendrontà leur compteRobert Grosseteste, Henry Harclay, Adam Wodeham.

  • 1

8Pour apprécier la fécondité de l’idée de l’inégalité des infinis, il faut avoir une certaine connaissance d’ouvrages qui appartiennent de nos jours à l’histoire des sciences alors que le cursus médiéval les intégrait à la formation générale des artiens. C’est ainsi que, si certains des auteurs retenus se réfèrent aux Éléments d’Euclide, aucun des contributeurs, excepté Murdoch, n’utilise la version arabo-latine de Campanus de Novare, alors qu’elle s’impose aux médiévaux à partir du XIIIe siècle, et qu’Hubert Busard en a donné l’édition critique en 20054. Non seulement, la version de Campanus n’apparaît pas dans la bibliographique, où se trouve étrangement l’édition gréco-anglaise de Éléments par Heath, mais un des contributeurs s’étonne que Duns Scot évoque le deuxième postulat du libre I des Éléments, alors que, dans l’édition de Heath, ce postulat est le troisième (p. 67, n. 6). Il suffit, à la suite de Duns Scot, d’ouvrir Campanus, pour s’assurer que le Docteur subtil n’a commis aucune faute d’inattention. Autre anomalie de même type, en ce sens que l’université d’aujourd’hui distribue dans des filières autonomes des disciplines qui, dans l’université médiévale, appartenaient au même cursus : le grand livre de Giuseppe Véronèse, Fondamenti di geometria, paru à Padoue en 1891, s’il est cité dans une des notes (p. 25, n. 30), ne se retrouve pas dans la bibliographie. Or cette ouvrage contient une démonstration, capitale au regard du thème de l’ouvrage : le continu est non-archimédien parce qu’il contient des grandeurs infiniment petites.

9En pointant ces quelques faits, je ne pense pas ergoter sur des détails d’érudition. L’Euclide de Campanus n’est pas une quantité négligeable dans la production intellectuelle médiévale ; il résume les efforts des traducteurs des Éléments du XIIe siècle (Adélard de Bath, Hermann de Carinthie, Gérard de Crémone, Robert de Chester), en réécrivant la version arabo-latine du dernier cité et en la dotant de commentaires. Cet ensemble sera édité à plusieurs reprises à la Renaissance dans le même volume que la traduction de Zamberti, la première, comme on sait, faite à partir du grec ; et la comparaison entre ces deux versions latines n’est pas à l’avantage de l’humaniste, en dépit de ses prétentions et des règles d’une saine philologie (quelques décennies ne permettent pas de rattraper un retard de plusieurs siècles). Comment l’historien de la philosophie peut rendre compte de la pensée des philosophes médiévaux s’il néglige de lire les ouvrages qui assuraient leur formation ?

  • 5  Jacob Schmutz, « Quand le langage a-t-il cessé d’être mental ? Remarques sur les sources scolastiq (...)

10Mais il y a plus. Je pense à la remarquable étude que Jacob Schmutz vient de publier dans les actes du colloque parus sous la direction de Joël Biard, Le langage mental, du Moyen Âge à l’âge classique5. Schmutz dégage une voie de transmission passée jusqu’alors inaperçue : l’immense auteur qu’est Bertrand Bolzano a nourri sa réflexion sur les « propositions en soi » dans des manuels de la katholische Aufklärung d’Europe centrale. Sur ce point précis, le Moyen Âge cesse d’être un îlot singulier dans la tradition intellectuelle de l’Europe, et son apport à la réflexion commune se prolonge chez les fondateurs de la modernité. Il resterait à mener une enquête similaire en prenant un autre thème privilégié du travail novateur de Bolzano, celui qui est consigné dans son livre posthume, Les paradoxes de l’infini (1851). Si cette recherche devait déboucher sur des résultats similaires à ceux obtenus par Schmutz, la production médiévale sur les indivisibles et la divisibilité infinie cesserait d’être une curiosité intellectuelle excitante mais sans descendance directe, comme tendent à le faire penser les analyses présentées dans cet ouvrage. Dans tous les cas, une chose est sûre : l’historien qui entreprendra une telle étude trouvera dans le volume paru sous la direction de Christophe Grellard et d’Aurélien Robert un excellent instrument de travail.

114 Hubert L. L., Busard, Campanus of Novara and Euclid’s Elements, Stuttgart, 2005, 2 vols.

Notes

1  Les astérisques indiquent les auteurs qui ont présenté leur contribution aux journées d’Oxford de novembre 2004. La contribution qui n’a pas été retenue est celle de Cecilia Trifogli, qui portait sur Thomas Wylton. Signalons la parution du dernier numéro de la revue Early Science and Medicine, XIV (2009) rédigé à l’occasion des quatre-vingt ans de John Murdoch - un numéro triple qui réunit dix-sept contributeurs.

2  Paul Vignaux, De saint Anselme à Luther, Paris, 1976, p. 11 ; Id., La philosophie au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 64 (1er édition, 1938 ; dernière éd., Paris, 2004).

3  De Generatione et corruptione, I, 1, 314 a 21-24.

5  Jacob Schmutz, « Quand le langage a-t-il cessé d’être mental ? Remarques sur les sources scolastique de Bolzano », Joël Biard, éd., Le langage mental du Moyen Âge à l’âge classique, Louvain / Paris / Walpole, 2009, p.307-337.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Christophe Grellard and Aurélien Robert, ed., Atomism in Late Medieval Philosophy and Theology », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/11566

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org