Navigation – Plan du site

The Book of Peaceby Christine de Pizan. Ed. Karen Green, Constant J. Mews et Janice Pinder

Christine Reno
Référence(s) :

The Book of Peace by Christine de Pizan. Ed. Karen Green, Constant J. Mews et Janice Pinder. University Park, Pennsylvania : The Pennsylvania State University Press, 2008.

Texte intégral

1Cette nouvelle édition du Livre de Paix de Christine de Pizan, publiée un demi-siècle après celle de Charity Cannon Willard (La Haye, Mouton, 1958), comporte une édition du texte en moyen français, la première traduction anglaise de l’ouvrage, une excellente introduction de Karen Green, une étude approfondie des sources littéraires de Constant J. Mews, et une description codicologique et historique des deux manuscrits témoins (Bruxelles, KBR 10366, le ms. de base, et Paris, BnF fr. 1182) de Tania van Hemelryck, qui apporte des découvertes importantes sur chacun. L’édition présente en annexe toutes les sources identifiées des citations latines et françaises et une bibliographie fournie, dont le recueil d’articles sur l’œuvre politique de Christine, Healing the Body Politic (Brepols, 2005) publié par les soins de K. Green et de C. Mews, constitue un élément clé.

2La riche introduction de la philosophe Karen Green donne une vue d’ensemble des écrits politiques de Christine et passe en revue le nombre croissant d’études modernes sur le sujet. K. Green montre la continuité de la pensée de Christine dans ses ouvrages politiques principaux, et ancre cette pensée dans le concept aristotélicien de phronesis ou prudence, que Christine aurait connu à travers les traductions aristotéliciennes de Nicole Oresme et l’œuvre de Brunetto Latini, Thomas d’Aquin et Dante. K. Green situe aussi le Livre de Paix dans le contexte des événements contemporains racontés par le Religieux de Saint-Denis et Monstrelet. Elle se range parmi ceux qui voient la révolte cabochienne comme une provocation bourguignonne plutôt que le fruit d’une réelle impulsion démocratisante, et elle défend Christine contre les critiques de conservatisme élitiste qu’on lui a lancées. Elle interprète le Livre de Paix comme l’expression de la préférence de Christine de Pizan pour le camp des modérés, mené par Louis de Guyenne et Isabeau de Bavière. Elle souligne l’originalité de l’auteure, qui féminise pleinement les allégories politiques qu’elle met en oeuvre, préparant ainsi le terrain aux représentations politiques de la reine Elizabeth I au siècle suivant. On pourrait signaler ici trois erreurs de détail : à la p. 10, l’utilisation du mot anglais exculpation (action de disculper) alors qu’il est question du contraire, et l’évocation de David à la place de Daniel dans l’histoire de Suzanne ; età la p. 25, une traduction inexacte de deux vers (vv. 1126-7) du Chemin de long estude: Oncque mais et fors veulent dire respectivement never et except plutôt que no sooner et than.

3Dans son étude des sources, Constant J. Mews présente en résumé le riche contenu de son article “Latin Learning in Christine de Pizan’s Livre de paix” paru dans Healing the Body Politic. Dans cet article, l’érudit mène plus loin la recherche des sources entreprise dans l’édition Willard. Il signale l’importance de la Bible, surtout des livres sapientiaux, et de Cassiodore. ll souscrit à l’hypothèse de C. C. Willard que Christine aurait cité quelquefois de mémoire certains passages bibliques. Il constate la prépondérance de citations d’auteurs classiques (Aristote, Cicéron, Sénèque) sur celles de pères de l’Eglise, ainsi que la mise en valeur d’auteurs médiévaux tels Gautier de Chatillon, Guido Faba et Boccace. Pour les auteurs classiques, C. Mews conclut à la probabilité de l’usage d’une source intermédiaire qu’il n’a pas pu identifier, mais il propose quelques pistes de recherche. Deux de ses découvertes sont d’une importance capitale: les citations latines du Livre de Paix seraient d’une exactitude grammaticale exemplaire, et constitueraient donc un indice important de la maîtrise de l’auteure de cette langue. C. Mews démontre aussi que dans un cas, Christine a pris soin de corriger sa source, ce qui indique de sa part un travail d’érudition, que Mary et Richard Rouse ont récemment confirmé sur une plus grande échelle pour l’Epistre Othea (“Prudence, Mother of Virtues: The Chapelet des Vertus and Christine de Pizan”, Viator 39 no. 1, Spring 2008, pp. 195-228). Les résultats obtenus dans la recherche des sources sont détaillés dans les notes qui accompagnent la traduction anglaise ; celles-ci sont souvent plus précises que celles de l’édition Willard ;cependant nous n’avons pas vérifié toutes les attributions. Signalons que les notes n’identifient pas le texte du Livre de Prudence auquel elles font souvent référence, mais celui-ci est mentionné dans les Remerciements comme étant celui que leur avait communiqué le regretté Eric Hicks. Pourtant le manuscrit cité dans la liste des abréviations (p. xi), Bruxelles, KBR 5698, ne peut avoir aucun rapport avec l’édition que préparait E. Hicks, car il ne contient pas cet ouvrage. D’ailleurs, aucun manuscrit ni de Prudence ni de Prodommie ne donne le double titre “Le Livre de la prod’hommie de l’homme et/ou Le Livre de Prudence” cité ici sous la cote KBR 5698 .

4Pour sa part, Tania van Hemelryck, dont le nom figure à la page de titre mais non sur la couverture, retrace l’histoire complexe du manuscrit de base (Bruxelles, KBR 10366), et date sa reliure du XVIe siècle, constatant que celle-ci aurait été ajoutée au codex deux ou trois siècles plus tard. La codicologue développe les observations de C. C. Willard sur les différences textuelles importantes entre le manuscrit de Bruxelles et le témoin plus tardif, Paris, BnF fr 1182, en relevant les détails codicologiques correspondants qui permettent de conclure à une modification délibérée du manuscrit de Bruxelles. S’il est vrai que BnF fr 1182, malgré sa datation plus tardive, transmet en fait une version plus primitive du texte, le manuscrit de Bruxelles aurait été modifié dans l’intérêt de ne pas froisser les sensibilités du mécène commanditaire– qui reste à identifier mais qui était de toute évidence du camp bourguignon. T. van Hemelryck émet l’hypothèse convaincante que les quatre textes contenus dans le recueil BnF fr 1182 ont été réunis au XVIIIe siècle. En outre, elle identifie pour la première fois les armoiries qui ornent chaque ouvrage du recueilcomme celles de la famille d’Arletan, originaire du sud de la France.

5On lit avec plaisir la traduction anglaise, la première de cet ouvrage, même si elle n’est pas exempte d’erreurs. Les traducteurs ont souvent coupé les longues phrases latinisantes de l’original dans le but de rendre le texte plus lisible. L’utilisation d’un vocabulaire légèrement archaïsant qui emploie des mots comme befit, slay, fine, fair, gracious et wretchedly rend bien le ton de l’ouvrage. Certaines erreurs de traduction sont le résultat de mauvaises transcriptions qui sont signalées ci-dessous ; quelques autres erreurs sont indépendantes de la transcription. Par exemple, à la p. 120, le nom propre Le Begue est traduit The Stutterer alors qu’il aurait fallu garder Le Begue. À la p. 68, l. 12, les éditeurs ont choisi de corriger la mention du livre biblique Ecclesiaste par une désignation d’individu hypothétique, the Ecclesiast (l’ecclésiastique), plutôt que de traduire par le titre anglais du livre biblique : Ecclesiastes. La justification de cette “correction” du livre biblique cité par Christine (à tort ou à raison) est donnée en note. Cette substitution ne nous paraît pourtant pas convaincante : le livre d’Ecclesiaste est une source souvent évoquée par Christine, et les éditeurs ne corrigent nulle part ailleurs dans le texte ses attributions; d’ailleurs, le mot ecclesiaste n’est jamais attesté comme substantif désignant une personne en moyen français.

6En présentant le texte français du Livre de Paix, Janice Pinder annonce que plutôt que de produire une édition critique, les éditeurs intellectuels ont surtout visé à fournir une version du texte préparée par l’auteure afin d’établir une base fiable à la traduction anglaise. À l’encontre de celle de Willard, cette édition n’indique donc pas les variantes du manuscrit Paris, BnF fr. 1182, sauf dans le cas des passages importants cités dans l’introduction, et pour combler, comme l’avait fait Willard, les lacunes laissées dans le manuscrit de Bruxelles. Mais plutôt que de corriger les erreurs de l’édition Willard, comme on aurait pu le souhaiter, cette édition ne fait le plus souvent que les reproduire. Cela est vrai même pour les passages du manuscrit de contrôle cité dans l’introduction, où à la p. 45, l. 19, le mot son est omis devant tort et mauvais écrit à la place de mauvaise (cf. Willard, p. 120, n. 21).

7En ce qui concerne le texte du manuscrit de base (KBR 10366), les erreurs les plus importantes concernent la transcription de mots entiers. Ainsi, à la page 201, note 1, l’abréviation etc. est donnée à la place de l’abréviation leco (lectio) (cf. KBR 10366, f. 2r marge et Willard p. 58) ; p. 264, l. 21, l’édition donne comme Willard (p. 122) Et a tel homme alors que la leçon du manuscrit est et a tel p(er)sonne (ce dernier mot abrévié au f. 56b); p. 277, dernière ligne du chapitre III, 14, l’édition donne comme Willard (p. 136) prudence à la place de providence, ce mot étant abrévié dans le manuscrit(f. 68c) ; p. 321, 6e ligne du chapitre III, 48, l’abréviation pour Cristine (ine surmonté d’un tilde) au f. 108b est remplacée par exprimé (cf. Willard p. 181).

8On constate d’ailleurs que certains mots du manuscrit de base oubliés  dans l’édition Willard manquent ici aussi : p. 216, l. 18, le est omis devant tesmoignent; p. 227, 12e l. du chapitre I, 15, l’article défini l’ est omis devant officier; p. 267, l. 5: la est omis devant sedicion; p. 315, l. 32: en est omis devant paradis; p. 321, première ligne, le est omis après si que (cf. Willard, pp. 73, 85, 125, 176, 181).

9Les deux éditions remplacent dans un cas et sans explication le mot et par ou: cf. p. 252, dernière ligne et Willard, p. 111. On constate aussi que l’édition a en commun avec Willard des corrections silencieuses ; dans une édition qui se veut le témoin fidèle d’un manuscrit supposé autographe, ces interventions éditoriales auraient dû être signalées : par exemple, p. 277, l. 16, restance est corrigé en resistance; p. 278, l. 17, maudiçon est corrigé en maudicion ; p. 283, l. 28, closes est corrigé en gloses; p. 292 première ligne : la première majuscule est corrigée, et N est substitué à O (bévue de l’ornemaniste) ; p. 299, l. 11: un s est ajouté à meuble (cf. Willard, pp. 136, 137, 142, 151, 158).

10La plupart des erreurs de la nouvelle édition concernent des divergences orthographiques par rapport au manuscrit, que l’on trouve déjà dans l’édition Willard, et qui sont présentées ici sous forme de table.

Bruxelles, KBR 10306

Éd. Willard

Éd. Green/Mews/Pinder

encores, f. 1d, (I, [12])

encore, p. 58, rubrique I, 12

encore, p. 201, rubrique I, 12

emprises, f. 10b

empreses, p. 68

empreses, p. 211, l. 5

saroient, f. 11d

savoient, p. 69

savoient, p. 212, (10e l. de I, 7)

bons, f. 19c

bon, p. 78

bon, p. 228, l. 3

suive, f. 24b

suivre, p. 83

suivre, p. 226, l. 8

detraccion, f. 26b

detraccions, p. 86

detraccions, p. 228, l. 13

exercite, f. 26d

exercice, p. 86

exercice, p. 228, l. 29

obligier, f. 32a

obliger, p. 92

obliger, p. 234, l. 31

autres, f. 32b

autre, p. 92

autre, p. 235, l. 1

Bruxelles, KBR 10306

Éd. Willard

Éd. Green/Mews/Pinder

des, f. 33b

de, p. 94

de, p. 236, l. 8

qui, f. 41d

que, p. 104

que, p. 245, 16e ligne de II, 12

conseilliers, f. 43b

conseillers, p. 106

conseillers, p. 247, l. 22

traveil, f. 46d

travail, p. 110

travail, p. 252, l. 4

Normendie, f. 47d

Normandie, p. 111

Normandie, p. 253, l. 3

Boecius (u exponctué devant e), f. 54b

Bouecius, p. 119, 2e citation

Bouecius, p. 261, 2e citation

eslevé, f. 55b

eslevée, p. 121

eslevée, p. 263, l. 7

se rebelloient, f. 56d

se rebelloit, p. 123

se rebelloit, p. 264, avant-dern. ligne

le, f. 59b

les, p. 126

les, p. 268, l. 2

peust, f. 67d

puest, p. 135

puest, p. 277, l. 6

peine, f. 69a

paine, p. 137

paine, p. 278, l. 15

ambaxade, f. 71b

ambassade, p. 139

ambassade, p. 280, 4eligne du bas

certaine, f. 71c

certain, p. 140

certain, p. 281, 2e l. de III, 17

gramaire, f. 73d

grammaire, p. 142

grammaire, p. 283, ll. 22-3

crueulx, f. 75a

cruaulx, p. 143

cruaulx, p. 284, l. 21 de III, 19

biauté, f. 78a

biaulté, p. 147

biaulté, p. 288, l. 8

generalment, f. 80a

generalement, p. 149

generalement, p. 290, l. 8

Katherine, f. 85b

Catherine, p. 155

Catherine, p. 295, l. 31

leurs, f. 85c

leur, p. 155

leur, p. 295, l. 35

Vincenes, f. 87b

Vincennes, p. 157

Vincennes, p. 297, l. 19 de III, 27

nostre, f. 88a

notre, p. 158

notre, p. 298, 1ère l. de III, 28

ordonnance, f. 90a

ordannance, p. 160

ordannance, p. 300, l. 28

Bruxelles, KBR 10306

Éd. Willard

Éd. Green/Mews/Pinder

faulseté, f. 94c

faulceté, p. 165

faulceté, p. 305, l. 16

choses, f. 94d

chose, p. 165

chose, p. 305, l. 25

cleres, f.96d

clers, p. 167

clers, p. 307- avant-dern. ligne

prieras, f. 100c

priaras, p. 171

priaras, p. 311, dern. ligne de III, 35

seigneurir, f. 103a

seigneurie, p. 174

seigneurie, p. 314, 6e ligne de III, 38

quinte, f.104b

quint, p. 176

quint, p. 315, l. 34

aroit, f. 105b

avoit, p. 177

avoit, p. 317, dern. ligne de III, 40

11À la p. 306, l’édition reproduit en cinq lignes (ll. 10-14) trois erreurs de Willard (p. 166): de au lieu de du devant corps, premier au lieu de premiere et quart au lieu de quarte (cf. KBR 10366, f. 95b).

12À part ces erreurs d’orthographe, à la p. 254, ll. 2-3, l’édition suit Willard (p. 112) en résolvant l’abréviation pour Messire en Messires une fois et Messieurs une deuxième fois devant un nom d’individu, alors que la même abréviation est résolue correctement en Messire deux lignes plus bas; à la p. 288, 4e ligne de la fin,  l’édition et Willard donnent viiie [Livre des Juges] à la place de xiii; cette mauvaise référence entraîne dans la note correspondante (p. 159, n. 118) une mauvaise source: plutôt que Juges 8 : 4-26, il s’agit de Juges 13 : 1.

13Il est vrai que parfois l’édition Green/Mews/Pinder améliore le travail de Willard. À la p. 223, 3e ligne avant la fin du chap. I, 12, les éditeurs corrigent la faute bouy de l’édition Willard (p. 81) en bruy. À la p. 296, l. 17, on lit correctement or alors que Willard avait écrit ore (p. 155) ; p. 305, l. 16 : l’édition n’ajoute pas, comme le fait Willard (p. 165), le mot de après coulourer. Mais d’autres erreurs de Willard ne sont que partiellement corrigées: à la p. 210, l. 2 on lit acqui alors que Willard (p. 67) écrit acquis, mais le manuscrit présente la graphie aqui (KBR 10366, f. 9c).  A la p. 284, l’édition corrige le verbe vouloir donné par Willard (p. 143) en douloir, mais ne corrige pas la mauvaise transcription du mot qui précède, qui est se dans le manuscrit et non de  (KBR 10366, f. 74c).

14Plus souvent, pourtant, cette édition introduit des erreurs là où Willard avait fidèlement suivi le manuscrit de base. Par exemple, aux pp. 200, 3e ligne avant la fin, 230, rubrique 3e chapitre, et 280, l. 26, le ms. KBR 10366 et Willard donnent Guienne et cette édition Guyenne; p. 208, n. 15, l’adverbe magis, rendu superflu par le comparatif qui le suit, est raturé dans le manuscrit, est pourtant donné ici ; Willard (p. 65) l’omet ; p. 205, n. 8, les éditeurs écrivent otiosa alors que le manuscrit et Willard (p. 62, n. 19) donnent octiosa; p. 243, l. 9, l’édition transpose des mots du manuscrit en donnant Lesquelz en tous les estas Rommains alors que Willard (p. 101) suit correctement la leçon du manuscrit lesquelz [R]ommains en tous les estas; deux lignes plus bas (p. 243, l. 11), les éditeurs insèrent une virgule fautive entre quelque et gentillesce [qu’il eust] alors que Willard (p. 101) ponctue correctement ; p. 254, l. 4, l’édition donne vesquit alors que Willard (p. 112) suit le manuscrit en donnant vesqui ; p. 271, l. 9: les éditeurs écrivent xve alors que le manuscrit et Willard (p. 129) ont xvje, (la traduction anglaise donne correctement sixteenth, p. 140); p. 274, 2e ligne du chap. III, 13 : l’édition donne apprendre alors que Willard (p. 134) suit le manuscrit en écrivant aprendre; même erreur p. 287, avant-dernière ligne (cf. Willard p. 146); p. 292, l. 10: une ligne du manuscrit: pour ce que plus ont, est sautée après le mot est ; l’édition de Willard ne présente pas cette lacune (p. 151). Signalons enfin la répétition du mot aprés à la p. 213, l. 32 (cf. Willard p. 71).

15En résumé, malgré ses apports réels en ce qui concerne l’interprétation du Livre de Paix et l’histoire des manuscrits qui le véhiculent, cette nouvelle édition ne parvient pas à présenter un texte fiable.

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Reno, « The Book of Peaceby Christine de Pizan. Ed. Karen Green, Constant J. Mews et Janice Pinder », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11558

Haut de page

Auteur

Christine Reno

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org