Navigation – Plan du site

Parisian Confraternity Drama of the Fourteenth Century. The Miracles de Nostre Dame par personnages, éd. Donald Maddox et Sarah Sturm-Maddox

Estelle Doudet
Référence(s) :

Parisian Confraternity Drama of the Fourteenth Century. The Miracles de Nostre Dame par personnages, éd. Donald Maddox et Sarah Sturm-Maddox, Turnhout, Brepols (TCNE 22), 2008, 255p.

ISBN 978-2-503-52852-6.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue le premier volume d’études consacré entièrement aux Miracles de Nostre Dame par personnages, ensemble exceptionnel de quarante pièces composées et jouées à Paris au cours du 14e siècle. Le recueil rassemble, après une riche introduction des éditeurs, dix contributions. La première est l’étude pionnière de G. Runnalls, consacrée en 1970 au contexte de production et de réception de ces pièces, les guildes et confréries parisiennes, notamment celle des orfèvres qui a donné naissance au corpus des Miracles et à son manuscrit. Les trois articles suivants explorent la question des sources de ces jeux : source narrative de Gautier de Coincy pour O. Collet ; source poétique du serventois pour S.N. Rosenberg ; source thématique, à travers le motif de l’héroïne persécutée, pour K.M. Krause. Pareille collection de jeux dramatiques trouve son unité dans la dévotion mariale. Cependant son expression est loin d’être monolithique. A. Knight montre qu’une même intrigue, le miracle d’une abbesse enceinte et sauvée, peut révéler, au cours de dramatisations successives, à Paris au 14e siècle et à Lille à la fin du siècle suivant, des mentalités très différentes. Au sein même du manuscrit, les quarante pièces, jouées au cours du 13e siècle, sont loin de présenter une vision univoque des vices et des vertus, voire du rôle même de la Vierge, comme le montrent deux contributions de C.J. Harvey et de P. Kunstmann. Le point d’orgue du manuscrit présente un Miracle de saint Alexis analysé par D. Maddox dans la même perspective de l’évolution culturelle que peut refléter le jeu dramatique. La réception du manuscrit permet à R. Clark et P. Sheingorn une nouvelle étude sur le fonctionnement de la lecture performative (performative reading), permettant de mieux comprendre à quoi servait la mise en texte. La lecture finale offerte par R. Clark sur la réception critique des Miracles, du 18e siècle à nos jours, conclut le recueil.

2Il faut saluer comme un événement critique la publication de ce très riche ensemble d’études. Les Miracles de Nostre Dame par personnages sont en effet l’un des corpus les plus intéressants et jusqu’ici les moins bien connus des spécialistes de littérature française médiévale. Leur exceptionnalité tient en effet à leur fonctionnement en tant que corpus : quarante pièces, recueillies dans un unique manuscrit, dit de Cangé (Paris, BnF, ms. 819-820), proposant le seul ensemble cohérent de textes dramatiques en langue française qui nous soit parvenu du 14e siècle. Grâce aux études fondamentales de G. Runnalls, ce manuscrit a révélé un contexte de diffusion précis et bien documenté. Rédigé de 1339 à 1382, le recueil des Miracles conserve, dans l’ordre de leur représentation, les pièces jouées annuellement durant une quarantaine d’années par et pour une confrérie parisienne que R. Clark a identifiée comme la Confrérie de Notre-Dame de l’Annonciation. Réunie en un puy, elle fonctionnait comme l’organe caritatif et culturel de la puissante guilde des orfèvres. Par là un pont est donc jeté entre l’activité bien connue du Puy et la Carité arrageoise au 13e siècle, deux associations dont le fonctionnement était apparemment non lié à une spécialisation professionnelle, et les confréries urbaines du 15e siècle, dont le rôle dans l’organisation des manifestations publiques est attesté jusqu’au 16e siècle au moins.

3Corpus, les Miracles de Nostre Dame le sont par l’étonnante homogénéité sociale au sein de laquelle ils ont été conçus et joués. Le pas décisif que propose ce recueil est de questionner la spécificité culturelle que représente une pareille activité théâtrale et l’unité d’inspiration, d’écriture et de réception que semble donner le manuscrit. La recherche sur les sources en est une étape essentielle. Leur titre même indique que ces jeux sont des dramatisations des célèbres Miracles de Gautier de Coincy. En réalité cette affirmation explique mal le fonctionnement fort complexe de cet ensemble, comme le montre avec brio O. Collet : la récriture est une réinvention de la source, un choix d’éléments - les plus spectaculaires -, l’adoption d’un ton différent. Il n’est pas anodin que les facteurs des Miracles par personnages aient été sensibles à des formes instables et d’une utilisation libre, comme le serventois, instrument privilégié de la contrafacturemusicale et littéraire. Ces sources sont d’ailleurs plus diverses que l’on imagine : on devine ainsi les échos de romans célèbres, comme La Manekine ou le Roman de la Violette,dans l’évocation des héroïnes persécutées.

4La dramatisation inventive à partir de nombreuses sources invite donc le regard critique à être attentif autant à la cohérence du corpus qu’aux mouvements qui l’animent. D’une pièce à l’autre, thèmes et personnages évoluent, jusqu’au rôle-pivot de la Vierge. On a souvent l’idée que la dramatisation implique une simplification idéologique, adaptée aux attentes du public et à la forme du spectacle. Les études ici présentées, notamment la lecture du Miracle 26 (La femme que Nostre Dame garda d’estre arse, analysée par C. Harvey), montrent que cette vision est pour le moins abusive, vices et vertus étant des notions parfois ambivalentes ou soumises à des traitements inattendus.

5La révélation de la plasticité des Miracles de Nostre Dame par personnages est sans doute l’une des avancées les plus importantes de ce recueil. Les idées d’évolution, d’adaptation, de création vont à l’encontre d’une réception critique négative constituée dès le 18e siècle et liant dramatisation et décadence. Ce nouveau regard sur les Miracles par personnages est en grande partie lié à la perspective contextuelle de ces travaux, qui n’oublient jamais la présence d’un public à la fois homogène et changeant au cours du 14e siècle. Une autre réception a d’ailleurs pu s’élaborer à partir du manuscrit lui-même. Il serait illusoire de croire que la mise en écrit et son programme iconographique sont des miroirs de performances évanouies ; ils font des pièces recueillies d’autres objets de sens, offerts à la méditation elle-même créatrice des fidèles. Preuve, s’il en est, de la profonde complexité sociale et imaginaire de l’acte théâtral au Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Parisian Confraternity Drama of the Fourteenth Century. The Miracles de Nostre Dame par personnages, éd. Donald Maddox et Sarah Sturm-Maddox », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 12 avril 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11550

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org