Navigation – Plan du site

Mireille Chazan, Études d’historiographie médiévale

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Mireille Chazan, Études d’historiographie médiévale, préface Bernard Guenée, Metz, Centre régional universitaire lorrain d’histoire, 35, 2008, 521p.

ISBN : 2-85730-040-9.

Texte intégral

1Sous-titré « Histoire… lumière de vérité, vie de mémoire, maistresse d’anchienneté… » ‘Chronique de Baudouin d’Avesnes), ce volume rassemble 16 articles parus dans des revues et actes de colloques de 1980 à 2006, ce qui donne un aperçu significatif des travaux de M. C. Bernard Guenée avait dirigé la thèse de doctorat d’État sur « L’idée d’Empire dans les chroniques universelles écrites en France (fin XIIe-début XIVe siècle). Lectures et interprétations de la chronique de Sigebert de Gembloux » (1995). L’histoire, écrit Bernard Guenée (p. 5-6), est un dialogue entre le passé et le présent qui nous apprend autant sur les temps anciens que sur les préoccupations contemporaines des auteurs. La phrase sert de fil directeur à l’ouvrage.

2Les articles sont rassemblés dans trois grandes parties : historiographie française (4 art.), historiographie et hagiographie lorraines et messines (8 art.) et le métier d’historien au Moyen Âge (4 art.). « Fruit du dialogue entre le passé et le présent », l’étude par M. C. de l’historiographie médiévale ouvre en grand les portes de la culture du Ve au XVIe siècles. On retrouve dans chacun d’entre eux clarté d’exposition, connaissance très précise des sources et… de leurs sources, ce qui permet à M. C. de donner l’exacte mesure de la science de ces auteurs qui voient dans l’histoire, comme les Anciens, « la lumière de vérité et l’école de vie ». L’ouvrage est pourvu d’une liste des travaux (p. 479-482) et d’un index (p. 483-516). Selon les lois du genre, nous ne retiendrons que quelques-uns des 16 articles.

3Le 1er article de la 1ère partie porte sur « Les origines germaniques de Hugues Capet dans l’historiographie française du Xe au XVIe siècle » (1990). Selon les contextes historiques, géographiques et culturels des auteurs, insistance est faite dans leurs chroniques sur les qualités personnelles de Hugues Capet (Richer de Reims) ou la continuité des dynasties mérovingienne, carolingienne et capétienne (Raoul Glaber) ; puis au XIIe siècle, les généalogies mettent en avant la parenté de Hugues par sa mère avec les Ottoniens (abbaye de Saint-Victor ; André de Marchiennes, inventeur du « reditus ») ; l’ascendance carolingienne est revalorisée par Vincent de Beauvais ; le choix dynastique de 1328 affaiblit la démonstration des historiens qui exaltaient Hugues par son ascendance maternelle ; enfin, l’historiographie du XVIe siècle est le reflet de l’humanisme destructeur de mythes (Robert Gaguin) et des guerres du moment (les Guise mettant en avant leur ascendance carolingienne).

4Le 2e article est une passionnante contribution sur « Guillaume de Nangis et la translation de l’Empire aux rois de France » (1999). Guillaume de Nangis, successeur de Primat à la tête de l’atelier de Saint-Denis, est l’auteur des Gesta sanctae memoriae Ludovici regis Franciae dont le prologue adressé à Philippe contient cette phrase : tous les gouvernements du monde de cette époque furent inférieurs au roi. Infériorité conjoncturelle ou durable ? Le roi de France est-il supérieur à tous, y compris à l’empereur, pourvu de l’auctoritas, véritable soleil des astres royaux ? Les Gesta exposent la primauté temporelle de Louis IX à l’intérieur et à l’extérieur du royaume, toujours mise au service de la paix, protectrice du pape. Le roi de France est christianissimus – épithète que les Pères appliquaient aux empereurs romains ; il est le protecteur, ce que n’est plus l’empereur germanique. Il va à la croisade. Il est aimé de tous. Louis IX est ce roi dont le trône brille comme le soleil aux yeux de tous les hommes (image utilisée par Isidore de Séville à propos du Christ), confer les développements très riches des p. 53-56. Au terme de cette comparaison, on comprend que Guillaume de Nangis suggère qu’il y a eu translation de la dignité impériale en l’absence d’empereur en titre.

5Le 3e article sur « La nécessité de l’Empire de Sigebert de Gembloux à Jean de Saint-Victor » (2000) met l’accent sur Sigebert de Gembloux, si bien connu de M. C. Sa chronique universelle (1088/1112) fut le modèle de multiples chroniques du XIIIe siècle. Rédigée dans le contexte de la Querelle des Investitures, favorable à l’Empire, la chronique a été écrite à la demande du haut clergé liégeois. Sigebert y développe la thèse que l’Empire est nécessaire au monde car il est un artisan d’harmonie. Suit l’évocation de trois chroniques : celle de Robert d’Auxerre (1181/1211) où l’Empire est nécessaire mais après l’Église, Aubri de Trois-Fontaines (1227/1252) où l’Empire est sous le contrôle de l’Église et Jean de Saint-Victor (1322) où l’empereur a été remplacé par le « regnum Alemanie ». La « divisio regnorum » y est présentée comme la loi d’évolution des sociétés humaines.

6Le 4e et dernier article de cette 1ère partie date de 1980. M. C. y étudiait « Les traductions de la Guerre des Gaules et le sentiment national au Moyen Âge ». On connaît trois traductions en français de l’œuvre de César : une au XIIIe siècle et deux au XVe siècle. Selon les cas, le traducteur a insisté sur la barbarie gauloise ou germanique et la plus ou moins grande capacité de ces peuples à être civilisés par les Romains. Dans Li Fet des Romains de 1213/4, l’auteur donne une traduction libre de César. Il y parle de « France » et des « Français » et jamais de la « Gaule » et des « Gaulois ». Il ne les affuble pas du nom de « barbares ». Il exalte le génie de César face aux Français épris de liberté. En revanche, les Germains sont qualifiés de « barbares » et leurs défauts sont soulignés. Dans la traduction commandée par Charles le Téméraire à Jean du Chesne, il est question de « Gaule » et « Gaulois ». Le traducteur met l’accent sur les peuples qui forment l’État bourguignon. La traduction n’eut pas de succès hors de l’espace bourguignon. Robert Gaguin, général des Trinitaires, doyen de la faculté de Décret de Paris, humaniste érudit est l’auteur de la dernière traduction en 1485. Il explique l’intérêt de ce texte à Charles VIII, dédicataire de l’ouvrage : apporter un enseignement au prince car les Français sont légers, belliqueux, prompts à se diviser d’où leur faiblesse. Seuls les Germains y sont qualifiés de « barbares ». Un an après les États Généraux de 1484, Gaguin en appelle à la concorde et à l’union des habitants du royaume, car ce n’est pas César qui a vaincu les Français mais leurs querelles internes.    

7Parmi les 8 articles de la 2e partie, on insistera sur « Sigebert de Gembloux, le Lotharingien » (1991), dont M. C. nous donne la biographie, la liste des bibliothèques fréquentées et les œuvres, ce qui permet d’entrevoir « l’historien au travail ». Des deux versions de la chronique universelle, la 1ère fut un grand succès (63 mss). Sigebert continue Jérôme, c’est-à-dire qu’il commence en 381 ; il présente les papes comme des perturbateurs de l’ordre et de la paix depuis Grégoire VII. Son récit est annalistique. M. C. dénombre 73 sources différentes de la chroniques et met en avant le sujet-clé de l’auteur : la Lotharingie, entité géographique et politique, dont Sigebert étudie la vie politique et religieuse, véritable cœur de l’Empire, socle sur lequel l’Église peut fonder la paix de Dieu.

8L’« Érudition et conscience urbaine dans l’Éloge de la ville de Metz de Sigebert de Gembloux » (1992) permet d’étudier une autre œuvre de notre auteur médiéval. Rédigé vers 1065/70, en vers hexamétriques et prologue en prose (De laude urbis Metensis, p. 202-203), l’éloge reprend un genre antique où églises et reliques des saints martyrs remplacent temples et héros. Sigebert énumère les différentes et significatives étymologies des noms de la ville.

9Les articles de la dernière partie, plus particulièrement « La méthode critique des historiens dans les chroniques universelles médiévales » (2006) permettent de retrouver, étudiés sous un autre angle, les auteurs de chroniques universelles et d’étudier leurs intentions, méthodes de travail, sources. Les auteurs s’y présentent comme des compilateurs (« compilator non inventor », écrit Jean de Saint-Victor). Ils commencent par choisir des extraits parmi tous les ouvrages lus (« colligere »), puis ils les organisent (« ordinare »), les structurent (« coartare ») et les narrent (« narrare ») selon des modes d’« historia », de « chronica » ou tenant de l’un et de l’autre. La lecture d’un grand nombre de sources fait apparaître des discordances que le compilateur doit résoudre. Il est donc amené à élaborer une méthode critique qui lui permettra de distinguer sources authentiques ou apocryphes, autoritatives ou pas – mais même les livres de l’Ancien Testament, autorité par excellence, contiennent des contradictions sur les dates et les durées. L’auteur de chronique fait appel aux conseils d’Augustin (De doctrina christiana), déjà confronté aux mêmes problèmes, qu’il avait résolu par un ensemble de sept règles : erreur du copiste, manuscrit fautif, homonymie… Dans ce domaine, les historiens marchent sur les traces des exégètes (p. 437-438), très attentifs au commentaire littéral des Écritures (« historia ») et ayant développé pour cette raison tout un ensemble de règles critiques. Les discordances trouvent parfois une solution, mais pas toujours. La mise en œuvre d’une méthode critique par les auteurs du Moyen Âge est l’une des raisons de la lecture de leurs œuvres aux XVIe siècle (voir Érasme, lecteur de Robert Gaguin, auquel il reconnaît la somme et la sûreté des connaissances).  

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Mireille Chazan, Études d’historiographie médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 11 mars 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/11486

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org