Navigation – Plan du site

« Le loro prigioni ». Scritture dal carcere, éd. Anna Maria Babbi et Tobia Zanon

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

« Le loro prigioni ». Scritture dal carcere, éd. Anna Maria Babbi et Tobia Zanon, Vérone, Fiorini, 2007, 558 p.

ISBN 978-88-87082-73-9.

Texte intégral

1Sur un sujet passionnant, même s’il n’est pas franchement nouveau – à savoir les rapports entre activité littéraire et prison, ou ce qu’on pourrait appeler l’écriture carcérale – le présent volume – dont le titre fait référence au célèbre récit autobiographique de Silvio Pellico – propose un ensemble de 22 contributions, dont 7 se trouvent spécifiquement consacrées au Moyen Âge (et à des auteurs comme Bertolome Zorzi, Charles d’Orléans ou François Villon) ; ce qui permet de rappeler la place occupée à cette période par la figure de l’écrivain en prison, où l’influence exercée par la Consolatio Philosophiae de Boèce – « paradigma della scrittura carceraria », comme le rappelle A.M. Babbi – est évidemment déterminante.

2Quoique centrées sur le Moyen Âge, les deux premières contributions de M. Zink et de M.L. Meneghetti n’en jouent pas moins un rôle introducteur, en posant quelques questions d’ordre général et en évoquant de nombreuses figures de l’écriture carcérale. Ainsi M. Zink (« La prison et la nature de la poésie »), d’emblée, s’interroge-t-il sur la relation entre prison et écriture, relation a priori séduisante, mais dont la pertinence, notamment si elle doit se ramener à une approche platement biographique, ne va pas de soi ; une fois ces précautions prises, M. Zink aborde rapidement les cas de Richard Cœur-de-Lion, Jean Régnier, Charles d’Orléans, Villon, avant de conclure sur Boèce. De son côté M.L. Meneghetti (« Il ‘mito’ dello scrittore imprigionato. Qualche riflessione su scrittori e scritture carcerarie dal Medioevo alla fine dell’Ancien Régime »), après avoir rappelé l’intérêt que présente la période de l’Ancien Régime, celle de « surveiller et punir », pour la thématique considérée, se penche sur quelques cas particuliers où l’écriture carcérale apparaît le produit « di una leggenda creata dalla tradizione esegetica o critica, oppure di una mistificazione dell’autore stesso » (p. 23), s’arrêtant pour la première catégorie au Libro de buen amor de Juan Ruiz, pour la seconde au Livre du chevalier errant de Thomas de Saluces, au Don Quichotte et au Tasse – autant d’exemples qui témoignent, comme le rappelle finalement M.L. Meneghetti, du lien privilégié établi dans l’imaginaire entre la réclusion de l’individu et la libération de ses capacités créatrices (p. 34).

3Après ces deux contributions introductives viennent cinq études abordant la question de l’écriture carcérale au Moyen Âge à travers un auteur particulier. F. Cigni (« Sulla più antica traduzione francese dei tre trattati morali di Albertano da Brescia ») s’intéresse à Albertano da Brescia, qui a écrit le premier de ses trois traités, le Liber de amore, en prison ; circonstance qui se trouve, curieusement, réitérée à son compte par le traducteur dans l’explicit de la traduction française de ce traité. G. Peron (« ‘Sitot m’estauc en cadena’ : le prigioni di Bertolome Zorzi ») consacre une belle étude au troubadour vénitien, dont les deux vidas disent qu’il composa de nombreuses chansons lorsqu’il était emprisonné à Gênes, probablement entre 1266 et 1273 ; G. Peron met ainsi en évidence la présence de la thématique carcérale dans des chansons comme Mout fait sobreira foilia et Sitot m’estauc en cadena (à propos de ce texte, un intéressant développement sur le thème de la prison d’amour, p. 75-82), ou encore dans Non laissarai qu’en chantar non atenda et On hom plus aut es poiatz, où les références à saint Louis et à sa croisade de 1270 renvoient certainement à l’espoir que cette circonstance puisse favoriser la libération du troubadour. C. Galderisi (« De ‘La prison Dedalus’ à la mélancolie de la captivité anglaise. Charles d’Orléans en la prison de poésie »), après avoir rappelé à la suite de M. Zink les difficultés que pose l’étude de l’écriture carcérale, se penche sur l’un de ses plus éminents représentants médiévaux, Charles d’Orléans, chez qui l’expérience des prisons anglaises coïncide incontestablement avec l’affirmation de sa vocation de poète et innerve toute sa production poétique, même après son retour en France. M. Zaccarello (« Burchiello sulla ‘ferrea graticola’ : sonetti e documenti dal carcere (con inediti e rari sulla prigionia senese) ») s’intéresse à l’œuvre bizarre du « poeta-barbiere » Burchiello, et plus spécialement à cinq de ses sonnets dont la composition est liée à son emprisonnement à Sienne en 1439. Enfin J.-J. Vincensini (« Prisons de Villon. Espaces et pathétique ») clôt cette section médiévale sur la figure – attendue – de Villon ; après avoir rappelé les incertitudes de la biographie, la maigreur du corpus touchant spécifiquement à la prison (quelques ballades et le début du Testament, pour l’essentiel) et les problèmes d’interprétation posés par le texte villonien, entre lecture biographique et lecture poétique, J.-J. Vincensini constate finalement que Villon est moins poète de la prison, amoureuse et épiscopale (le début du Lais faisant écho au début du Testament, sur ce point), que poète de l’exclusion et d’un pathétique lié à une « désespérante absence d’espace de salut » (p. 177).

4Avant de passer à un second ensemble de contributions consacrées aux XIXe et XXe siècles, précisons que ce premier ensemble médiéval se trouve complété par quatre contributions portant sur la Renaissance, dont nous nous contentons de citer les titres : E. Scarpa, « Un ‘poeta’ in ‘geti’. I sonetti dal carcere di Machiavelli a Giuliano de’ Medici » ; G. Lonardi, « Arianna dall’’alto monte’ : per un sonetto di Isabella di Morra » ; R. Capelli, « Obros et rimos di Bellaud de la Bellaudière : i ‘passatempi’ poetici di un soldato in prigione » ; T. Zanon, « Torquato Tasso fra ragione e preghiera : le lettere da Sant’Anna ».   

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « « Le loro prigioni ». Scritture dal carcere, éd. Anna Maria Babbi et Tobia Zanon », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 23 février 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11478

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org