Navigation – Plan du site

Medievalism and manière gothique in Enlightenment France, éd. Peter Damian-Grint

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Medievalism and manière gothique in Enlightenment France, éd. Peter Damian-Grint, Oxford, Voltaire Foundation (SVEC 2006:05), 2006, 400p. 

ISBN 0-7294-0879-5.

Texte intégral

1On aurait tort de croire que le XVIIIe siècle français a tout uniment rejeté ou méconnu son passé médiéval ; bien au contraire, comme tous les autres siècles, celui des Lumières, surtout dans sa seconde moitié, a aussi eu – à l’ombre il est vrai du regard généralement dépréciatif porté par les intellectuels sur ces « tems barbares & ténébreux » (art. Érudition de l’Encyclopédie, cité p. 2) – son propre Moyen Âge, même si, plus cliché que vériste, il s’appréciait plutôt à l’aune d’une réception romanesque et divertissante (des éditions bon marché de la Bibliothèque bleue aux romans sentimentaux de Baculard d’Arnaud) que d’une réception savante, encore limitée dans ses ressources et perspectives, et réservée à quelques rares esprits érudits et curieux, tels Barbazan, La Curne de Sainte-Palaye, Le Grand d’Aussy ou le comte de Caylus.

2« Relegated to the dust-heap of history by Enlightenment intellectuals, the Middle Ages seem to have held a remarkable attraction for readers and audiences of the eighteenth century », note d’emblée PDG dans son introduction (p. 2). De fait le goût de l’époque pour le « bon vieux temps » médiéval a d’abord une dimension littéraire, qu’il s’agisse des contes de fées (J.-P. Sermain, « Le conte de fées classique et le Moyen Age (1690-1712) »), du roman à thématique médiévale, florissant dès la première moitié du siècle (A. Martin, « ‘Les amours du bon vieux temps’ : medieval themes in French prose fiction, 1700-1750 ») ou de la Bibliothèque bleue (L. Andries, « La Bibliothèque bleue et la redécouverte des romans de chevalerie au dix-huitième siècle »), sans oublier des genres plus curieux comme le « roman en romances », pour lequel Aucassin et Nicolette, publié en 1752 par La Curne de Sainte-Palaye et sous-titré par l’éditeur Duchesne Les Amours du bon vieux temps, constitue un modèle parfaitement adapté (M. Couvreur, « D’Aucassin et Nicolette au Chevalier du soleil : Grétry, Philidor et le roman en romances ») ; puis, le succès allant croissant durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, du « genre troubadour » (K. Astbury, « Masculinity and medievalism in the tales of Baculard d’Arnaud ») ou du théâtre, où la dimension idéologique et patriotique s’avère primordiale (J. Dunkley, « Medieval heroes in Enlightenment disguises : figures from Voltaire and Belloy » ; M. Nadeau, « ‘Gothic’ kingship on stage in Revolutionary France » ; A.M. Debrunner, « Citizen Tell : Swiss national hero in eighteenth-century France »). Cependant, aussi isolés ou atypiques soient-ils (Barbazan constituant un cas exemplaire à cet égard), il ne faut pas négliger dès cette époque la part des savants et des érudits (M. Colombo Timelli, « Les Mémoires d’Olivier de La Marche dans les Mélanges du marquis de Paulmy » ; P. Damian-Grint, « From Trésor de recherches to Vocabulaire austrasien : Old French dictionaries in France, 1655-1777 », où l’on voit que grandeurs et misères de la médiévistique ne datent pas d’hier… ; N. Cronk, « Les Mémoires sur les fabliaux de Caylus »), qui jouent un rôle de premier plan dans l’acculturation du Moyen Age au XVIIIe siècle ; Baculard d’Arnaud est ainsi, comme le rappelle K. Astbury (p. 37), un grand vulgarisateur des travaux de La Curne de Sainte-Palaye. Enfin, pour élargir la perspective, quelques contributions sortent du champ littéraire et s’occupent de la place du Moyen Age dans les arts graphiques (F. Pupil, « L’influence des thèmes médiévaux dans sur les arts graphiques »), dans le cadre d’une réflexion sur les beaux-arts ou l’architecture (E. Lavezzi, « Le statut du gothique dans le Mémoire sur l’architecture gothique de J.G. Soufflot » ; J. Graham, « The ‘manière gothique’ : Jean-Baptiste Descamps and the revival of early Netherlandish art in eighteenth-century France » ; U. Haskins Gonthier, « Montesquieu’s De la manière gothique, or Considérations sur les causes de la grandeur des arts et de leur décadence »), dans la musique (X. Bisaro et P. Vendrix, « La musique du Moyen Age au siècle des Lumières : érudition, redécouvertes et interprétations »), et même chez les collectionneurs (R. Middleton, « Chrétien de Troyes at auction : Nicolas-Joseph Foucault and other eighteenth-century collectors »).

3Des dix-sept contributions (en français ou en anglais) ici rassemblées, qui tout en faisant une large part à la littérature ne négligent ni les travaux des savants, ni les autres arts, il ressort au total un tableau riche et nuancé de la relation qu’a entretenue le XVIIIe siècle français avec le « bon vieux temps » du Moyen Age.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Medievalism and manière gothique in Enlightenment France, éd. Peter Damian-Grint », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 18 février 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11476

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org