Navigation – Plan du site

Marek Thue Kretschmer, Rewriting Roman History in the Middle Ages. The ‘Historia Romana’ and the Manuscript Bamberg, Hist. 3

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Marek Thue Kretschmer, Rewriting Roman History in the Middle Ages. The ‘Historia Romana’ and the Manuscript Bamberg, Hist. 3, Leiden – Boston (Mittellateinische Studien und Texte 36), Brill, 2007, 425p.

ISBN 978-90-04-15710-1.

Texte intégral

1Au départ de cet ouvrage, comme son sous-titre l’indique plus clairement que son titre, il y a d’abord un manuscrit (Bamberg, Staatsbibliothek, Hist. 3, sigle B) assez exceptionnel, un imposant codex de 351 folios copié aux alentours de l’an 1000 et recueillant un ensemble de textes historiques rédigés entre le Ve et le Xe siècle (dont, il faut le noter, la plus ancienne copie de la Nativitas et Victoria Alexandri Magni regis de l’archiprêtre Léon de Naples) ; ensuite l’édition et l’étude d’un des textes que contient ce manuscrit, en l’occurrence une des versions remaniées de l’Historia Romana, compilation d’histoire romaine où se superposent trois strates différentes (Eutrope, Paul Diacre, Landolfus Sagax), et la plus diffusée au Moyen Âge avec les Histoires d’Orose – édition accompagnée d’un apparat critique et analytique (analyse de la langue et des modalités de réécriture) extrêmement riche.

  • 1  Edition récente du Breviarium ab urbe condita d’Eutrope par J. Hellegouarch (Les Belles Lettres, P (...)

2L’étude de MTK se déroule en six étapes. Après un court chapitre introductif présentant rapidement l’Historia Romana (où se superposent donc trois strates textuelles : le Breviarium ab urbe condita d’Eutrope, fin IVe siècle ; l’Historia Romana de Paul Diacre, fin VIIIe siècle, qui englobe et prolonge le précédent ; enfin, vers l’an 1000, l’ajout de nouveaux développements par Landolfus Sagax)1, la méthodologie adoptée et un état des études antérieures, MTK propose dans un deuxième temps la liste des manuscrits contenant une version remaniée (abrégée et / ou paraphrasée) de l’Historia Romana et un classement de ces différentes versions, illustrant ainsi d’emblée la variété des approches et le travail continuel d’adaptation auxquels peut être soumis un même texte. Consacré à la version propre à B, que trois autres mss. conservent, le troisième chapitre entreprend la constitution d’un stemma (p. 54), avant de décrire en détail le contexte probable de production du ms. de Bamberg (certainement d’origine italienne et destiné à un milieu curial, celui des empereurs ottoniens Otton III ou Henri II). Vient ensuite logiquement, dans le quatrième chapitre, l’édition diplomatique de la version de l’Historia Romana contenue dans le ms. B, avec un apparat critique à trois niveaux et toutes les variantes des mss. S et U rejetées en appendice. Elargissant de nouveau la perspective dans son cinquième chapitre, MTK propose une étude linguistique (centrée principalement sur la syntaxe, et dans une moindre mesure le lexique) de tous les textes contenus dans B, d’où il ressort que, à des degrés divers dépendant principalement de leur âge, tous les textes ont bien été soumis au même travail de réécriture afin de produire une compilation homogène et également accessible dans un latin simplifié et marqué de vulgarismes. Enfin, dans le dernier chapitre, c’est du contenu même de l’Historia Romana dont il est question et des modifications qu’il a subies, qui semblent toujours aller dans le même sens : marqué par une tendance à la christianisation de l’histoire romaine (dont le symptôme le plus évident est la suppression des apothéoses impériales), par une volonté de simplification, de clarification et de cohésion textuelle, le remaniement de l’Historia Romana est visiblement conçu pour s’intégrer à une histoire universelle chrétienne, dont le ms. de Bamberg propose lui-même un exemple tout à fait intéressant.

3En somme le titre de l’ouvrage, dans sa généralisation, n’est pas si trompeur, car on dispose avec le travail de MTK non seulement d’une édition de texte, de l’étude attentive d’un manuscrit restitué dans son unicité et sa Gesamtkonzeption (point sur lequel MTK insiste de façon convaincante p. 3-5) et de l’analyse particulièrement précise et minutieuse du travail auquel cette version de l’Historia Romana a été soumise, que l’on peut ainsi saisir dans sa mouvance ; mais aussi et finalement de l’étude d’un cas qui semble parfaitement révélateur et à même de mettre en évidence de façon plus générale par quels vecteurs et selon quelles modalités l’histoire romaine a pu être appréhendée et transmise au Moyen Âge, que ce soit en latin ou en langue vulgaire.

Notes

1  Edition récente du Breviarium ab urbe condita d’Eutrope par J. Hellegouarch (Les Belles Lettres, Paris, 1999). Quant à l’Historia Romana de Paul Diacre et de Landolfus Sagax, il en existe une édition critique, déjà ancienne, par A. Crivellucci (Landolfi Sagacis Historia Romana, Rome, 1912-1913 ; Pauli Diaconi Historia Romana, Rome, 1914).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Marek Thue Kretschmer, Rewriting Roman History in the Middle Ages. The ‘Historia Romana’ and the Manuscript Bamberg, Hist. 3 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 18 février 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11471

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org