Navigation – Plan du site

Francine Mora-Lebrun, « Metre en romanz ». Les romans d’Antiquité du XIIe siècle et leur postérité (XIIIe-XIVe siècle)

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Francine Mora-Lebrun, « Metre en romanz ». Les romans d’Antiquité du XIIe siècle et leur postérité (XIIIe-XIVe siècle), Paris, Champion (MAOS 3), 2008, 608 p.

ISBN 978-2-7453-1634-9.

Texte intégral

1Voici une publication qui vient combler, et de belle manière, un manque jusqu’à présent regrettable : une belle synthèse, nettement structurée, à la fois érudite et accessible, qui soit spécifiquement consacrée au roman dit « antique » (ou « d’Antiquité »), c’est-à-dire principalement – mais pas seulement, c’est l’un des mérites de l’ouvrage – à la trilogie composée du Roman de Thèbes (c. 1150), du Roman d’Eneas (c. 1160) et du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (c. 1165). De fait, au moins depuis la somme publiée en 1985 par A. Petit (Naissances du roman. Les techniques littéraires dans les romans antiques du XIIe siècle), la réhabilitation de ces textes n’est plus à faire, et les travaux critiques se sont multipliés, à tel point qu’ils foisonnent aujourd’hui (voir la bibliographie du volume, longue de 65 pages) ; aussi était-il temps de faire le point sur le chemin parcouru, sans toutefois s’interdire d’indiquer de nouvelles pistes à explorer, et FML était certainement l’une des mieux placée pour le faire, qui a elle-même consacré de nombreux travaux aux romans d’Antiquité (rappelons, pour mémoire, L’Enéide médiévale et la naissance du roman en 1994 et le Roman de Thèbes édité et traduit en 1995, sans compter de nombreux articles).

2On l’aura donc compris, le premier mérite de ce travail tient d’abord à la maîtrise d’une bibliographie particulièrement fournie, qui se trouve restituée, avec une clarté qui n’interdit jamais la nuance (il faut remarquer, en de nombreuses occasions, la prudence de FML, concernant par exemple la question de la « renaissance » du XIIe siècle, ou bien du patronage Plantagenêt, qui reste douteux pour la trilogie), dans ses enjeux essentiels. Ainsi l’ouvrage constitue-t-il d’abord, conformément aux objectifs de la collection qui l’accueille, un véritable « outil de synthèse » qui envisage, en quatre parties bien articulées, le roman d’Antiquité, sous toutes ses facettes : après une première partie, intitulée « La ‘mise en roman’ : le phénomène et son milieu », qui s’intéresse au contexte culturel et politique de production de ces textes et au témoignage des manuscrits (l’existence de plusieurs versions, l’association de ces romans entre eux et la constitution de regroupements ou de cycles, l’apport de l’iconographie etc. : on recommandera particulièrement la lecture de ces pages, riches et nuancées), FML envisage d’abord « Les enjeux culturels et idéologiques de la translatio », qui est à la fois translatio studii (prologues et épilogues, rapports au texte-source, insertions savantes etc.) et imperii (prétentions historiques, dimension idéologique touchant par exemple la définition du souverain, le rapport entre clercs et chevaliers ou entre féodaux), avant d’en venir à « L’invention d’une poétique originale » (le modèle épique ou historique, la naissance d’un discours amoureux, la poétique de la ville, l’ekphrasis etc.), et enfin à « La postérité des romans d’Antiquité », envisagée sous trois angles principaux, la « postérité poétique » des adaptations en langue étrangère ou du roman français contemporain, jusqu’au début du XIIIe siècle, la « tendance historique » illustrée notamment par les mises en prose et par des textes comme l’Histoire ancienne jusqu’à César ou par les Faits des Romains, et la « tendance exégétique », avec l’Ovide moralisé.

3On aurait tort de croire, cependant, que FML se contente ainsi de produire la synthèse de travaux antérieurs. Elle ouvre aussi de nouvelles pistes à l’exploration, en soulignant par exemple combien le témoignage des manuscrits « n’a encore été que très partiellement exploité » (p. 17), ou bien en invitant à mettre en regard le roman d’Antiquité français et l’épopée médio-latine (p. 459-462) – question brièvement abordée dans le présent ouvrage, mais que l’auteur a déjà eu l’occasion de traiter dans plusieurs articles. Mais surtout, loin de se limiter à la traditionnelle trilogie des romans d’Antiquité, FML a fait le choix judicieux d’élargir son corpus à d’autres œuvres moins étudiées, ou dont le rattachement à cette catégorie ne va pas forcément de soi : ainsi, outre les trois romans déjà cités, le corpus d’étude comprend également les trois récits ovidiens de Piramus, Narcissus et Philomena, le Roman de Philosophie de Simund de Freine, et même Athis et Prophilias (dans sa version courte récemment éditée par M.-M. Castellani) et Floire et Blancheflor, qui ne sont pourtant pas des traductions du latin ; et il est aussi question, plus brièvement, des romans d’Hue de Rotelande, du Roman de Jules César, ou encore d’Apollonius de Tyr, mais seulement dans la dernière partie, puisqu’on ne conserve de ce roman, à côté de mises en prose plus tardives, qu’un très court fragment en vers du XIIe siècle. Et si l’on peut, finalement, exprimer un léger regret à propos de cette étude, c’est justement la place un peu trop restreinte accordée à ces textes, qui restent tout de même dans l’ombre de la trilogie ; il est vrai aussi que FML ne pouvait pas multiplier à l’infini les développements, considération qui l’a conduite, assez logiquement, à laisser également de côté toute la matière d’Alexandre.

4C’est une somme, en somme, qui bien évidemment n’annule pas tout ce qui la précède, mais devrait désormais constituer un point de départ obligé pour tous ceux qui voudront s’intéresser au roman d’Antiquité, depuis ses origines au XIIe siècle jusqu’à sa postérité immédiate ou plus lointaine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Francine Mora-Lebrun, « Metre en romanz ». Les romans d’Antiquité du XIIe siècle et leur postérité (XIIIe-XIVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 23 février 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11468

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org