Navigation – Plan du site

J.S. Mackley, The Legend of St Brendan. A Comparative Study of the Latin and Anglo-Norman Versions

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

J.S. Mackley, The Legend of St Brendan. A Comparative Study of the Latin and Anglo-Norman Versions, Leiden – Boston, Brill (The Northern World 39), 2008, 350p.

ISBN 978-90-04-16662-2.

Texte intégral

1A première vue l’intérêt majeur de cet ouvrage – finalement décevant – est de proposer la première étude comparée et systématique – sous un angle toutefois bien spécifique, celui du fantastique – des deux principales versions de la Navigation de saint Brendan, la version première en langue latine (dont l’édition de référence reste actuellement celle de C. Selmer) et la version anglo-normande de Benedeit (récemment rééditée chez Champion), première traduction en langue vernaculaire de ce récit appelé à connaître un succès exceptionnel durant tout le Moyen Âge. Si l’idée de comparer ces deux textes n’est évidemment pas nouvelle et avait déjà été envisagée dans différents ouvrages ou articles, JSM a indéniablement le mérite d’être le premier à mener cette comparaison de façon systématique, ce que reflète bien le plan de l’ouvrage : après en effet une introduction évoquant rapidement les objectifs de l’étude et les travaux antérieurs (où l’on s’étonne pour le moins de voir figurer en première ligne l’opuscule de P. Bouet, qui ne constitue essentiellement qu’une anthologie d’extraits à l’usage des classes), puis un premier chapitre présentant les deux textes dans leur contexte culturel et historique (c’est une bonne synthèse des travaux antérieurs, quoique parfois confuse sur certains points, comme celui du genre), l’ordre des trois chapitres suivants emboîte celui du récit, soumettant tous ses éléments considérés comme fantastiques à un examen minutieux et précis.

2En dépit de remarques intéressantes manifestant une très bonne connaissance des deux textes, en dépit aussi d’un travail de comparaison marquant bien la différence entre la version monastique latine et le « roman hagiographique » (formule de R.F. Jones, citée p. 41) de Benedeit (voir le récapitulatif p. 235-238), la démonstration, trop univoque, ne m’a pas semblé convaincante. Si la grille de lecture (pour l’essentiel tirée de l’Introduction à la littérature fantastique de T. Todorov) qu’utilise JSM n’est pas contestable en soi (encore que les spécialistes de la question pourraient certainement en discuter), elle paraît appliquée de façon bien trop systématique à son objet, en particulier quand l’auteur veut absolument mettre en évidence dans le déroulement de la Navigation une gradation conduisant de l’étrange au fantastique, du fantastique au merveilleux puis à un « au-delà de la compréhension ». Bien plus, la catégorie même de fantastique, utilisée à propos de la Navigation, me semble pour le moins problématique : non seulement parce qu’elle est bien évidemment inconnue des textes eux-mêmes (à l’inverse de celles de merveille ou de miracle, que JSM utilise également, mais sans jamais les interroger), mais surtout parce que, comme l’a bien montré je crois F. Dubost dans ses Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale (Champion, 1991, p. 455-459, à propos du bestiaire de la Navigation), elle ne peut pas adéquatement s’appliquer à un récit où tout ce qui sort de l’ordinaire est explicitement ou implicitement référé à la puissance divine.

3Relativement courte, l’étude est complétée par deux appendices dont l’utilité peut paraître douteuse (un exposé concernant les traditions manuscrites des deux textes, reprenant pour l’essentiel les conclusions de C. Selmer et d’E.G.R. Waters ; une traduction anglaise de la version de Benedeit, alors qu’il en existe déjà au moins deux dans cette langue) et par une bibliographie certes fournie pour ce qui concerne les deux textes étudiés, sans être toutefois complète (n’y figurent pas les travaux de M. Cavagna, M. Lecco ou S. Sobecki, notamment), mais où l’on s’étonne surtout – pour un travail qui prétend s’intéresser au fantastique dans la littérature médiévale – de ne voir apparaître nulle part l’ouvrage de F. Dubost ci-dessus cité.

4Cette publication déçoit, en somme, d’autant plus qu’elle a été précédée en 2006, chez le même éditeur et dans la même collection, par un excellent recueil d’études consacrées à la Navigation, sous les auspices de G.S. Burgess et de C. Strijbosch.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « J.S. Mackley, The Legend of St Brendan. A Comparative Study of the Latin and Anglo-Norman Versions », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11466

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org