Navigation – Plan du site

Héliodore, L’Histoire aethiopique, traduction de Jacques Amyot, éd. Laurence Plazenet

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Héliodore, L’Histoire aethiopique, traduction de Jacques Amyot, éd. Laurence Plazenet, Paris, Champion (Textes de la renaissance 136), 2008, 876p. 

ISBN 978-2-7453-1679-0.

Texte intégral

1La parution en 1548 de L’Histoire aethiopique de Heliodorus – première traduction française des Éthiopiques d’Héliodore, roman grec probablement composé vers le milieu du IVe siècle – marque une date importante dans l’histoire littéraire : non seulement dans la réception d’Héliodore, auquel le travail pionnier d’Amyot assurera une fortune durable jusqu’au XVIIe siècle ; mais aussi et surtout dans l’évolution du genre romanesque, le bref quoiqu’important Proesme du translateur apparaissant moins comme une introduction savante à un auteur méconnu que le « manifeste d’un nouveau roman » (p. 33), un roman qui serait apte à satisfaire le « loysir d’un bon entendement » par ses qualités d’érudition, de vraisemblance, de construction et de forme, à mille lieux des romans de chevalerie médiévaux ou renaissants, qui sont « le plus souvent si mal cousuz et si esloignez de toute vraysemblable apparence, qu’il semble que ce soyent plustost songes de quelque malade resvant en fievre chaude, qu’inventions d’aucun homme d’esprit, et de jugement » (p. 159).

2Ce rôle non négligeable qu’a tenu Amyot dans l’histoire du genre romanesque, la présente publication parvient pleinement à le restituer, non seulement en donnant à nouveau à lire la traduction – « toujours particulièrement alerte », juge LP (p. 17) – du savant helléniste, mais aussi en constituant autour d’elle un véritable dossier, comportant : une copieuse introduction en deux volets, sur Amyot d’abord et sa traduction, sur le roman grec ensuite, que complète une abondante bibliographie ; et des annexes particulièrement fournies (près de trois cents pages), où l’on trouve d’abord plusieurs vies d’Amyot, puis divers textes liminaires et théoriques (dont le Projet de l’éloquence royale, 1579) permettant de mieux mettre en lumière les conceptions littéraires de l’humaniste, enfin une dernière série de textes concernant la réception d’Héliodore chez les éditeurs et traducteurs contemporains d’Amyot en Espagne, Italie ou Angleterre, et qui font ressortir par comparaison l’incontestable originalité de ses vues.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Héliodore, L’Histoire aethiopique, traduction de Jacques Amyot, éd. Laurence Plazenet », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 18 février 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11460

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org