Navigation – Plan du site

Philippe de Mézières, Une epistre lamentable et consolatoire adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396), éd. Philippe Contamine et Jacques Paviot, avec la collaboration de Céline Van Hoorebeeck

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Philippe de Mézières, Une epistre lamentable et consolatoire adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396), éd. Philippe Contamine et Jacques Paviot, avec la collaboration de Céline Van Hoorebeeck, Paris, SHF, 2008, 269p.

ISBN : 978-2-35407-116-5.

Texte intégral

1En 1397, Philippe de Mézières, le « viel solitaire », envoie une Epistre lamentable et consolatoire à Philippe le Hardi, petite « medicine » destinée à consoler les princes d’Occident de la défaite de Nicopolis (1396), et le duc de Bourgogne plus spécialement. L’édition de la SHF fait le point des informations connues sur l’auteur (p. 11-45), des circonstances historiques (p. 47-64), analyse l’œuvre (p. 65-74) et décrit minutieusement le manuscrit témoin de Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 10 486 (p. 75-82).

2L’auteur de l’Epistre a une place insolite dans la chrétienté de la fin du Moyen Âge. Il est né vers 1325/7 dans une famille noble, son corps est enterré dans le couvent dans une chapelle du couvent des Célestins à Paris en 1405. La grande entreprise, qui domine toute la vie de Philippe de Mézières et lui donne son unité, est la délivrance des lieux saints. Philippe de Mézières analyse les erreurs du passé et propose la fondation d’un nouvel ordre (la chevalerie de la Passion de Jésus Christ), ordre unique basé en Orient. Arrivé à la fin de sa vie, retiré au couvent des Célestins, Philippe de Mézières croit encore à la concrétisation de son ordre ; l’insuccès rencontré ne l’a pas découragé.

3Les éditeurs retracent l’historique du projet de la militia Passionis Jhesu Christi. Philippe de Mézières en aurait eu la révélation dès 1347 ; il rédige une première règle en latin en 1367/8, puis une deuxième en 1384 mais elle est inachevée, et une troisième abrégée en 1395. Grand pèlerin de la paix en Occident, préalable indispensable à l’union des princes chrétiens pour la croisade, Philippe est envoyé en mission en Italie en tant que chancelier de Pierre Ier de Lusignan, roi de Chypre. Il est profondément influencé par le carme Pierre Thomas, futur patriarche latin de Constantinople. Mais ses protecteur et modèle meurent : Pierre Ier est assassiné en 1369, Pierre Thomas est mort en 1366. Philippe continue jusqu’au bout à œuvrer à sa mission terrestre. Charles V le charge de l’éducation du futur Charles VI. Proche des rois et des clercs, Philippe reste un laïc obsédé par l’idée de réforme en tant qu’elle est la condition de la paix qui permettra le départ des princes de France et d’Angleterre en Orient. En ce sens, le Songe du Viel Pelerin (1389) pour Charles VI et la Lettre à Richard II (1395) ont tous deux la même fin. Le « viel solitaire » des Célestins n’a toutefois pas fait l’unanimité en son temps : Jean Petit, le Religieux de Saint-Denis et l’auteur de la Chronique normande ne l’aiment guère et ne croient pas à la sincérité de sa dévotion.

4Les éditeurs reviennent très précisément sur le contexte immédiat de Nicopolis, les relations entre Latins et Byzantins, l’avancée turque en Europe centrale, le rôle de Sigismond, roi de Hongrie. La notice du manuscrit comprend la description codicologique et l’histoire du manuscrit de son exécution (1397) à sa place dans la librairie des ducs de la Bibliothèque royale de Belgique, en passant par les deux captations françaises (sous Louis XV et sous la Révolution). L’édition reproduit les folios 2r et 2v, au décor végétal pour l’un et à l’initiale aux armes de Philippe le Hardi pour l’autre.

5Le texte de l’Epistre lamentable et consolatoire (p. 97-231) n’est pas divisé en livres, chapitres, mais la mise en page permet de saisir douze parties pourvues d’un nombre de sous parties très variable selon les cas (voir la table des rubriques, p. 255-268). La lettre débute par l’oraison de saint Bernard, annonce l’intention de l’auteur de réconforter le roi de France et le duc de Bourgogne grâce à sa « medecine ». Il faut lutter, dit-il, contre les vertus guerrières corrompues, analyser les causes de la défaite – principalement due au mélange des troupes catholiques et schismatiques. Il s’agit de trouver de nouveaux combattants qui entreront dans la nouvelle chevalerie aux quatre vertus (règle, discipline, obéissance et justice), nouveau peuple d’Israël, chevalerie de la Passion du Christ, qui permettra l’avènement de la nouvelle Cité de Dieu (Jérusalem) contre la Babylone des péchés (Diable). L’auteur revient sur les conséquences de Nicopolis et envisage la libération des prisonniers soit par traité soit par guerre. La bonne connaissance de l’ennemi turc est une des conditions de la victoire. Philippe de Mézières termine le livret par une présentation de l’épître au duc.    

6La présente édition compte des annexes, dont on retiendra la relation inédite d’Etienne de Conty, official de Corbie, rédigée en 1400, des causes de la défaite de Nicopolis et des solutions à apporter (p. 63-64) ; et le testament de l’auteur en 1405 (p. 91-94). L’édition est pourvue de notes identifiant les personnages de la lettre, que l’on retrouve dans l’index nominum (p. 233-253).

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Philippe de Mézières, Une epistre lamentable et consolatoire adressée en 1397 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, sur la défaite de Nicopolis (1396), éd. Philippe Contamine et Jacques Paviot, avec la collaboration de Céline Van Hoorebeeck », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 12 février 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11456

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org