Navigation – Plan du site

Bruno Lemesle, Conflits et Justice au Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Bruno Lemesle, Conflits et Justice au Moyen Âge, Paris, PUF, Le nœud gordien, 2008 ; 330p.

ISBN 978-2-13-056987-9

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui m’a beaucoup plu. Il y a cependant un petit problème de présentation que je souligne tout de suite, pour régler la question ; en effet, un sous-titre aurait été le bienvenu. Car l’ouvrage de B.L. ne porte pas sur la question des conflits au Moyen Âge, mais l’étude est centrée sur la période An Mil-milieu XIIe, et, géographiquement, sur l’Anjou et le Maine. Pour manifester une opinion d’abord générale, je dirai qu’il s’agit là d’un bel ouvrage d’historien qui appuie son travail sur un vaste ensemble de sources notices, chroniques et documents d’archives. B.L. se penche sur les règlements des conflits en proposant de salutaires mises au point (par exemple sur l’opposition entre justice de l’évêque et justice seigneuriale, sur le formalisme juridique, sur la vérité, les preuves, les témoins…). Travail précis et minutieux, avec des études de cas, qui débouche sur des hypothèses plus générales et fort convaincantes. Sans rejeter totalement les apports de l’anthropologie judiciaire, B.L. se place sur un terrain différent, remarquant que l’on a trop souvent cherché à étudier les règlements de conflits, comme construction de tissu social, en négligeant le droit. Certains historiens ont ainsi été amenés à rejeter la pertinence du vocabulaire juridique médiéval, tenu pour du pur formalisme. Mais, comme le défend bien cet ouvrage, ce formalisme plus ou moins savant est bien plus complexe à analyser qu’il n’y paraît : en particulier, l’auteur se penche sur des récits construits, qui, par leur narrativité, s’éloignent des pratiques réelles, mais les révèlent en même temps. Si se profilent des invariants qui sont su ressort de la rhétorique, ils sont les révélateurs des normes qu’il convenait de respecter et l’évocation des raisons, de l’adversaire en particulier, permet de comprendre ce qu’est, justement, une raison devant une assemblée de justice. Il me semble que l’approche de B.L. est remarquable en ce sens que l’auteur se plonge dans les documents d’archives, mais qu’il les juge aussi en ‘littéraire’ en comprenant bien que l’énonciation, en tant que système de dire, est essentielle et que, si elle doit être confrontée à une réalité qui apparaît par recoupements, elle est porteuse de sens en elle-même.

2Dans le premier chapitre, B.L. présente ses sources et dégage les problèmes que peut poser la documentation. La première phrase de ce chapitre indique clairement comment l’auteur regarde ses sources avec à mon sens grande intelligence et réalisme : « pourquoi les documents que nous utilisons pour étudier la justice ont-ils été confectionnés ? » Ainsi par exemple la narrativité des documents est un élément essentiel en soi, surtout lorsqu’il s’agit somme toute de célébrer une victoire obtenue. Le chapitre II est consacré aux assemblées de justice. Chapitre décapant et particulièrement stimulant, dans lequel l’auteur revient sur des idées communes qu’il bat en brèche de façon tout à fait convaincante : 1) il y a concurrence entre justice seigneuriale et justice ecclésiastique ; 2) il y aurait à cette époque une justice privée, suite à l’extinction des procédures carolingiennes (mallus publicus). Le démontage de ces idées reçues est parfaitement clair et s’appuie en outre sur une étude du fonctionnement des cours de justice, avec un regard particulier sur ceux qui jugent, d’une part personnel non spécialisé, mais empiriquement recruté sur la base de sa connaissance, elle aussi empirique, du ‘droit’, de la coutume, d’autre part sénéchaux. Le chapitre se termine avec l’étude de quatre personnages, Foulque de Mathaflon, Étienne Baucan, Goslin de Tours, Étienne de Marçay. Le cas de ce dernier, sénéchal sous Henri II et successeur de Goslin, illustre bien, comme le montre B.L., combien la référence au droit est explicite : « le sénéchal est un agent qui agit par délégation, mais cette délégation n’est possible que parce qu’il existe un minimum de construction juridique » (p. 79). Le chapitre sur les assemblées de justice démontre (et démonte !) un certain nombre d’éléments : à cette époque, le prince ne réduit pas autant qu’on a pu le croire les justices seigneuriales ; la référence au droit dépasse la simple formulation ; il n’y a pas de réelle concurrence entre le seigneur et l’évêque ; « le temps des conflits de compétences juridictionnelles n’est pas encore arrivé » (p. 81).

3Les chapitres 3 et 4 concernent l’étude des « Normes, loi, coutume ». B.L., à cette occasion, revient sur le décalage existant entre notices et faits réels, en insistant sur un point fondamental, « la mise en forme de l’énonciation est aussi un acte de combat » (p. 121). De ce point de vue, l’auteur s’inscrit en biais de l’anthropologie, pour affirmer que les conflits ont moins pour fonction de restaurer du lien social que de manifester des résistances qui visent à affirmer ou rétablir l’honneur. On pourrait objecter que le rétablissement de l’honneur crée aussi du lien social et proposer ainsi une voie médiane entre l’approche anthropologique et celle de B.L. Le deuxième volet de cette partie, tout à fait intéressant, se penche plus particulièrement sur le contenu et la fonction des normes. J’ai été pour ma part très sensible à l’importance que B.L. donne à l’expression des normes. Ce que l’on retrouvera au dernier chapitre (en particulier dans le cas Ulger/Geoffroy de Vendôme) avec l’importance de la rhétorique et de l’énonciation.

4Le passionnant chapitre V porte sur preuves et épreuves, occasion pour B.L. de revenir sur ordalies et duel judiciaire et sur la question des témoins. Le chapitre se termine avec quelques belles pages sur Yves de Chartres. Avant de passer au dernier chapitre consacré au ‘tournant’ du XIIe siècle, B.L. inscrit un ensemble de témoignages de récits de procès ; celui de la communauté de culverts (affaire assez complexe) est tout à fait révélateur de l’ambiguïté s’inscrivant entre l’amor et le rendu de la justice ; il montre également combien la notion de communauté est essentielle. Le dernier chapitre (XIIe s.) se penche davantage sur les liens entre le politique et le judiciaire, à une époque où le droit savant commence à être utilisé de manière maîtrisée.

5En conclusion de ce très bref aperçu qui, je l’espère, aura soulevé suffisamment de curiosité pour faire lire (et acheter) ce bel ouvrage, je reprendrai, en boucle, ce que j’énonçais au début de cette recension ; B.L. donne à mon avis l’exemple d’un travail fructueux et complet, avec un travail d’historien qui sait prendre du recul avec ses sources, mais de façon très analytique, qui sait mêler hypothèses générales et cas très précis, qui sait ne pas négliger l’aspect ‘littéraire’ des documents qu’il utilise, avec cette conscience que tout historien doit avoir que la littérature est aussi, dans sa production comme dans ses fonctions et méthodes (narrativité, rhétorique, fiction, etc.), un objet d’histoire extrêmement pertinent.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Bruno Lemesle, Conflits et Justice au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 09 février 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11454

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org