Navigation – Plan du site

Philippe Sénac, Al-Mansûr. Le fléau de l’an mil

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Philippe Sénac, Al-Mansûr. Le fléau de l’an mil, Paris, Perrin, 2006

ISBN 2-262-01578-3

Texte intégral

1L’A. a déjà publié douze ouvrages dont, en 2000, une excellente adaptation de sa thèse de doctorat d’État, La frontière et les hommes (VIIIe-XIe siècles). Le peuplement musulman au Nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise, préfacée par Pierre Toubert. Ses publications se rapportent toutes à la même ère historique et aux mêmes aires géographiques et, en ce qui concerne la méthode, elles se situent toutes, à des degrés divers, au point de convergence où les compétences de l’historien enrichissent celles de l’archéologue, de l’arabisant et du latiniste, et se trouvent en retour enrichies par elles. Avec ce treizième ouvrage, l’A. reste fidèle à ses centres d’intérêts et à ses modes d’analyse mais s’ouvre au genre biographique qu’il n’avait jusqu’ici pas pratiqué, sans délaisser pour autant son écriture habituelle, faite de clarté et de simplicité.

2L’introduction dresse le panorama des sources « rares et tenues » (p. 7) susceptibles d’informer le biographe. Il apparaît plutôt qu’elles sont assez nombreuses, mais pauvres en données assurées et en détails significatifs ; encore faut-il nuancer : le passage d’al-Mansûr en Afrique du Nord est mieux documenté que le reste de son existence. Il faut toute l’acribie de l’A. pour déjouer les déformations de ces divers témoignages, en retrouver le noyau de vérité et en développer les virtualités, par une confrontation patiente et perspicace des uns aux autres.

3Du côté arabe, il y a les chroniqueurs et les dictionnaires biographiques, ainsi que les poètes et les littérateurs qui entouraient leur héros et mécène, sans compter quelques vestiges matériels. On peut regretter, au sujet de ces derniers, qu’en les analysant selon les besoins du récit, le texte ne renvoie pas chaque fois à l’une des treize d’illustrations qui forment le cahier inséré dans l’ouvrage ; et, d’autre part, que les légendes de ces illustrations ne mentionnent pas les pages où celles-ci sont étudiées. L’écrit et l’image coexistent sans dialoguer, au détriment d’un plaisir des yeux que le lecteur souhaiterait transformer commodément en enrichissement culturel.

4Du côté latin, il y a les actes et les sources narratives, avec, là aussi, les vestiges matériels et plus précisément iconographiques. Autre regret : que ce soit le visage extrait du portrait en pied d’al-Mansûr par Zurberan qui serve à illustrer la couverture, non l’enluminure des Cantigas de Santa María d’Alphonse X consacrée à l’attaque de San Estebán de Gormaz. En passant du XVIIe au XIIIe siècle, l’image gagne en véracité, même si elle perd en réalisme. Quand les circonstances l’exigeaient, al-Mansûr était trop un homme de pouvoir pour ne pas savoir prendre la pose ; mais il ne le faisait sûrement pas dans une tenue qui, pour l’essentiel, est celle d’un courtisan de Philippe IV. L’effet produit est quelque peu grotesque, dès lors qu’al-Mansûr a été rendu à l’histoire grâce aux efforts de son biographe. Moins personnalisée, l’enluminure évoque excellemment, dans le contexte médiéval, l’activité favorite de celui qui fut justement surnommé « le Victorieux », la guerre.

5La vie d’al-Mansûr, riche en péripéties mais concentrée sur un objectif unique, la conquête et l’exercice du pouvoir, se prête admirablement au déroulement d’un récit. Les six premiers chapitres décrivent l’ascension jusqu’au sommet de ce juriste de formation dépourvu de scrupule et tacticien hors pair. Par touches successives, ils laissent présager le drame, que le chapitre 7, en décrivant les règnes successifs des deux fils d’al-Mansur, affronte et essaye d’expliquer : l’effondrement du califat omeyyade.

6Le chapitre 8, Le fléau des païens, passe de l’autre côté de la frontière et rassemble les témoignages latins sur le fléau en cause. Quant au dernier, La renaissance amiride, il est consacré à la remarquable survie littéraire de ce personnage hors norme.

7Comment tant d’énergie et tant de talents peuvent aboutir à un résultat aussi catastrophique : la brutale disparition de la dynastie des Omeyyades ? En fait, les chapitres 1 à 6 sont un peu la chronique d’une mort annoncée. Tacticien exceptionnel, al-Mansûr est un piètre stratège. Il construit sa fortune en exploitant et en exaspérant les faiblesses du califat, non en essayant de les corriger. Il joue à son profit exclusif des rivalités entre Arabes, Berbères et Esclavons. Il se constitue ainsi une clientèle, qui lui a été dévouée corps et âme pour autant que la guerre lui en permet l’entretien. Il ne cherche pas à unifier les populations dont il a voulu prendre en charge la destinée, ni à fournir à l’appareil politique qu’il a soumis les ressources nécessaires à un maintien pacifique. Il scelle la mort de l’empire omeyyade en réduisant celui-ci à n’être qu’une simple machine de guerre. Sans l’élaboration d’un projet politique mûrement réfléchi, la victoire des armes signe la défaite des formations historiques.

8En mettant à jour les mécanismes par lesquels al-Mansûr a conquis et exercé le pouvoir à un moment crucial de l’histoire d’al-Andalous, l’A. a écrit, avec la modestie et le savoir patiemment acquis qui le caractérisent, un grand livre.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Philippe Sénac, Al-Mansûr. Le fléau de l’an mil », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2006, mis en ligne le 01 février 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11423

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org