Navigation – Plan du site

Guillaume de Machaut, Quatre Dits

Estelle Doudet
Référence(s) :

Guillaume de Machaut, Quatre Dits, traduits et annotés par Isabelle Bétemps, Paris, Champion (Traductions des Classiques Français du Moyen Âge 82), 2008, 201p.

ISBN 9782745316639.

Texte intégral

1Le présent ouvrage propose la traduction de quatre dits de Guillaume de Machaut, Le Dit de la Marguerite, Le Dit de la Rose, Le Dit de la Fleur de Lis et de la Marguerite et Le Dit du Cerf Blanc,à partir de l’édition qu’en a donné Anthime Fourrier (Jean Froissart, Dits et débats, avec en appendice quelques poèmes de Guillaume de Machaut, éd. A. Fourrier, Genève, Droz, 1979). Dans la plupart des manuscrits, les quatre dits sont situés à la fin des recueils, généralement après le Voir Dit, parfois avant la Prise d’Alexandrie, dernier texte du poète composé en 1369. Ces courtes pièces, vraisemblablement rédigées dans la riche décennie 1360-1370, sont considérées comme des témoignages tardifs de la carrière littéraire de Machaut. Leur relative brièveté, entre cent et huit cents vers, leur emblématique manifestement inspirée du Roman de la Rose les a longtemps relégués dans une certaine obscurité.

2La traduction et le commentaire qu’en propose Isabelle Bétemps est donc particulièrement bienvenue. Elle présente en effet un double intérêt : d’une part, une traduction accessible, souvent élégante, dont le souci de préservation formelle face au texte originel mérite d’être souligné ; d’autre part, une annotation abondante et une présentation fort complète, qui en fait un outil utile aux étudiants comme aux chercheurs.

3Environ quatre-vingt pages d’introduction permettent de situer les pièces présentées à travers quelques pistes attendues : brève biographie de l’auteur, accompagnée des mentions de ses textes les plus importants, résumés des quatre dits (p. 23-37), et, point plus intéressant, analyse du fonctionnement littéraire de ces derniers. La traductrice y synthétise d’abord les analyses de M. Léonard et J. Cerquiglini sur l’étrange objet littéraire qu’est le dit, type d’écriture qui met au défi la notion de genre et qui a connu la fortune que l’on sait aux 14e et 15e siècles. Si les quatre pièces traduites peuvent retenir aujourd’hui l’intérêt de la critique, c’est peut-être d’abord en tant que laboratoire de cette forme changeante, où la parole tient une place essentielle, entre fiction d’oralité et inscription dans un système de communication passant par l’écrit. Une expression en première personne fait des dits un espace d’expression pour une figure d’auteur alors en plein bouleversement. Il est particulièrement intéressant d’y voir la construction d’une auctoritas qui se faille aussitôt affirmée. La parole magistrale du dit repose sur une complicité avec le lecteur, fonctionnant parfois – paradoxe en apparence seulement – sur l’aveu de faiblesses. Les nombreuses études actuelles sur l’imaginaire du lecteur (pensons au beau livre récent de Florence Bouchet sur le sujet) trouvent dans ces textes peu étudiés des échos qui ne sont pas à négliger.

4Deux autres points peuvent et doivent retenir l’attention des chercheurs : les variations de l’écriture allégorique et l’héritage du Roman de la Rose, intertexte massif des quatre textes. « Petit miroir naturel », comme la traductrice le rappelle en quatrième de couverture, les quatre dits font en effet miroiter les facettes de l’allégorie : elle est thème, structure, art d’écrire et d’interpréter. En ce sens, les quatre dits de Machaut, petits traités amoureux, déploient parallèlement le plaisir poétique des images et une écriture de la senefiance (p. 45, le commentaire sur c’est a dire,expression-pivot de ces textes, est particulièrement éclairant). Tout cela est traditionnel sans doute, mais il est important d’observer le fonctionnement, sous la plume du grand écrivain qu’est Machaut, d’un type d’écriture que l’on a trop longtemps assimilé à la production d’épigones laborieux. De ce point de vue, on peut préciser l’approche du commentaire et des notes, en soulignant que l’écriture allégorique des quatre dits, inspirée évidemment du Roman de la Rose, n’est pas sans liens explicites avec l’éxégèse chrétienne, quête amoureuse et pèlerinage se confondant sous l’effet synthétisant de l’allégorie.

5L’aspect le plus frappant de ce miroir en quatre panneaux est la cristallisation du Roman de la Rose. La lecture attentive que Machaut fait de ce texte dans le Voir-Dit est mise en valeur par les reprises textuelles dont témoignent les quatre dits. Mais il vaut la peine, là encore, d’observer de plus près le travail du poète : la filiation peut sembler incontournable et, à nos yeux, insipide ; elle ouvre en fait à des variations subtiles, parfois inattendues. Le Dit de la Rose, malgré son titre, est plus éloigné de Guillaume de Lorris que ne peut l’être le Dit du Blanc Cerf. C’est peut-être que la reprise du Roman est surtout l’occasion pour Machaut de faire miroiter sa propre œuvre dans ces textes tardifs : le Blanc Cerf et sa référence à la merveille arthurienne fontt songer au Dit du Lion de 1342, construit à partir du Chevalier au Lion. Miroirs de la poétique machaldienne, les quatre dits s’en démarquent aussi par le traitement de certains thèmes. Les dernières pages de l’introduction, que l’on aurait souhaitées plus approfondies, évoquent le traitement des couleurs dans les textes, ainsi que l’absence de la mélancolie, divergence évidente avec de nombreuses réalisations de Machaut dans les années 1350. L’ensemble de cette introduction fournit donc au lecteur des outils extrêmement utiles pour aborder les textes et ouvre des pistes d’étude qu’il conviendra d’explorer.

6Quant à la traduction, on peut noter ses qualités linguistiques et surtout rythmiques, qui conservent assez bien la mélodie et la syntaxe des textes originaux. Quelques éléments de ponctuations coupent parfois trop le rythme ou le transforment, mais ils ne sont pas toujours imprutables à la traductrice, puisqu’on en retrouve certains dans l’édition. Les notes complètent efficacement le texte. Parmi elles, celles qui commentent et améliorent l’édition d’A. Fourrier fournissent un complément d’apparat critique très appréciable. Une bibliographie, non exhaustive mais globalement à jour, et un index complètent un ensemble dont nous conseillons l’utilisation et la lecture non seulemnt aux spécialistes du Moyen Âge tardif, mais à tous ceux qui s’intéressent à l’écriture allégorique, à l’intertextualité, aux relations entre auteur et lecteur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Guillaume de Machaut, Quatre Dits », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11373

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org