Navigation – Plan du site

Guillaume de Digulleville. Les pèlerinages allégoriques, éd. Frédéric Duval et Fabienne Pomel

Estelle Doudet
Référence(s) :

Guillaume de Digulleville. Les pèlerinages allégoriques, éd. Frédéric Duval et Fabienne Pomel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 489p.

ISBN 978-2-7535-0593-3.

Texte intégral

1Celui que Langlois nommait avec une certaine ironie le « Dante raté » de la littérature médiévale française profite depuis quelques années d’une juste réhabilitation. C’est ce dont témoigne cet important recueil d’études, fruit d’un colloque organisé il y a peu à Cerisy. Les dix-huit contributions présentées offrent un éclairage des trois Pèlerinages à travers six axes de questionnement : la « mouvance de la littérature allégorique » contemporaine (Ph. Maupeu, H. Braet, A-E. Spica) ; le thème du salut (J. Drobinsky, M. Cavagna, A. Le Bouteiller, D. Huë, F. Duval) ; le contexte historique (A-L. Lalouette) ; le lexique de Guillaume (T. Matsumura, B. Stumpf, G. Roques) ; lecteurs et tradition manuscrite (G. Veysseyre, E. Fréger et A-M. Legaré) ; réécritures et postérités (F. Bourgeois, S. Le Briz-Orgeur, I. Biesheuvel, J. Dor). L’ensemble est complété par un riche cahier d’illustrations, une bibliographie sur Guillaume de Digulleville ainsi qu’une utile liste des manuscrits, établie par G. Vesseyre avec la collaboration de J. Drobinsky et E. Fréger, dont les notes apportent de nouveaux éléments d’appréciation sur la tradition.

2L’introduction de Ph. Maupeu et F. Pomel appelle l’attention des médiévistes sur deux problèmes inhérents à l’approche actuelle du corpus : d’une part, la préférence manifeste des critiques envers le Pèlerinage de Vie Humaine, au détriment des deux autres ouvrages, Pèlerinage de l’Âme et Pèlerinage de Jésus-Christ ; d’autre part, l’obscurité dans laquelle est laissée l’œuvre latine, alors que Guillaume lui-même la considérait comme la meilleure expression de son art. Or le cas de Digulleville semble symptomatique de certains défauts d’approche trop souvent suscités par les œuvres des 14e et 15e siècles. Mal connues, souvent trop anciennement éditées, leur redécouverte est une tâche ardue, conduisant les études à emprunter une voie d’accès réduite (un livre particulièrement emblématique, par exemple). Or si cette méthode présente d’évidents avantages dans les premiers temps, elle doit conduire à élargir rapidement l’analyse à l’ensemble d’une écriture. Telle est, entre autres, l’ambition de ce recueil et nous ne pouvons que saluer le choix de croiser des approches codicologiques, artistiques, lexicales, littéraires et historiennes. D’autre part, la marginalisation de la production latine de très nombreux auteurs est une faute méthodologique. Elle ne grève que trop souvent les travaux des médiévistes français. Dans ce recueil même, c’est uniquement le travail de F. Duval (« Deux prières latines de Guillaume de Digulleville », p. 185-211) qui fait affleurer cet iceberg. Espérons que cette très intéressante étude ouvrira la voie à d’autres curiosités envers l’œuvre latine de Guillaume et de ses contemporains.

3La répartition des contributions en six sections permet au lecteur de trouver assez aisément ce qu’il cherche. Cependant, il est peu satisfaisant qu’une section entière soit consacrée à l’article de A.-L. Lalouette, seule historienne de l’ensemble comme le déplorent les éditeurs. Le propos de cette étude (« La vieillesse dans le Pèlerinage de vie humaine », p. 215-228) relève de l’histoire des mentalités et aurait pu être intégré à une partie sur le climat intellectuel contemporain. Les contributions auraient peut-être gagnées en facilité de consultation si, au lieu de six sections parfois déséquilibrées, elles avaient été organisées en quatre parties, peut-être peu originales mais efficaces : les sources et le contexte contemporain ; les thématiques de Guillaume, notamment la question cruciale du salut, à laquelle en effet sont consacrés de très intéressants articles, comme ceux de J. Drobinsky ou M. Cavagna ; l’approche linguistique et manuscrite ; enfin la réception, études des lecteurs ou des œuvres héritières du massif des Pèlerinages jusqu’au 17e siècle. Ce petit défaut n’enlève en rien la grande richesse de cet ensemble, qui peut offrir à chaque lecteur des éléments fort pertinents pour son champ de recherche. Signalons d’ailleurs que les sections cachent un fonctionnement habile, rassemblant généralement deux articles dont les approches se complètent.

4Nous nous contenterons ici d’indiquer certaines de ces complémentarités éclairantes.

5L’un des aspects les plus célèbres du Pèlerinage de Vie Humaine est l’inspiration que cette quête allégorique tire du Roman de la Rose. Mais la reprise du chef-d’œuvre de Guillaume de Lorris et Jean de Meun, que l’on assimile encore trop souvent pour les œuvres de cette période, à un suivisme servile, est l’occasion d’une véritable réflexion. C’est que montrent fort bien les deux articles parallèles de H. Braet (« Les images inaugurales dans les manuscrits enluminés… », p. 43-52) et de Ph. Maupeu (« Bivium, l’écrivain nattier et le Roman de la Rose », p. 21-41). Cette imposante étude, l’une des plus passionantes du volume, souligne les aléas de la récriture à laquelle Guillaume de Digulleville, écrivain nattier, soumet le Roman de la Rose au cours des versions successives de son œuvre, allant de l’héritage admiratif à la critique.

6Le caractère pénitentiel de l’œuvre invitait à se pencher sur les modalités de la prière (articles croisés de D. Hüe,  « L’apprentissage de la louange : pour une typologie de la prière… », p. 159-184, et de F. Duval, déjà signalé), et plus généralement sur une esthétique de la pénitence. De ce point de vue, on appréciera les deux articles de J. Drobinsky (« La roche qui pleure et le cuvier aux larmes : les images de la pénitence », p. 81-110) et de M. Cavagna (« Enfer et purgatoire dans le Pèlerinage de l’Âme… », p. 111-130). Ce dernier offre une piste à retenir sur le sens du terme enfer en moyen français, qui, loin de désigner l’espace précis que nous imaginons, a pu également signifier des lieux pluriels. La notion de Purgatoire est à réévaluer dans ce contexte plus complexe que l’on ne croit.

7La langue française de Guillaume est riche. Comme telle, elle a été choisie comme source par les dictionnaires. Mais ce succès cache encore des inconnus, voire des pièges. C’est ce que montre l’enquête minutieuse, remarquable d’esprit critique et d’érudition, menée par T. Matsumura dans les lexiques modernes qui ont utilisé l’œuvre de Digulleville (« Le traitement lexicographique de Guillaume de Digulleville », p. 231-252). Une approche géo-linguistique (B. Stumpf, p. 252-280) et l’analyse d’une grande finesse que G. Roques propose d’un passage du Pèlerinage de Vie Humaine (v. 7409-8094, p. 281-331) complètent avec pertinence et variété cet ensemble.

8Allégoriques, les narrations des Pèlerinages appellent à une lecture visuelle, voire performative. La relation au théâtre des textes de Digulleville est une idée assez ancienne, mais qui n’a rien perdu de sa séduction. Il est conseillé de lire ensemble les recherches d’A. Le Bouteiller (« Le Procés de Paradis du Pèlerinage de Jésus-Christ… », p. 131-158) et de S. Le Briz-Orgeur (« La récriture du PVH dans la Moralité de Bien Advisé et Mal Advisé », p. 365-392) pour prendre la mesure de la complexité de cette hypothèse.

9La réception de l’œuvre de Digulleville a été considérable, ce qui présente l’avantage de permettre des études très complètes sur son lectorat. G. Veysseyre, grâce à l’analyse précise des manuscrits, propose l’hypothèse – qui semble en effet très tentante car elle s’accorde avec ce que l’on sait par ailleurs de la réception de textes spirituels en français à la fin du Moyen Âge – d’un lectorat très divers, laïque autant que clérical, s’adonnant à une lecture consultative (G. Veysseyre, « Lecture linéraire ou consultation ponctuelle ?... », p. 315-330). Le rôle de référence joué par les Pèlerinages transparaît dans le travail que le 15e siècle a proposé à partir d’eux : travail de mise en prose (abordé par F. Bourgeois à partir du manuscrit de Paris, BnF, ms. 12461, p. 351-364), travail de mise en image, illustré par le magnifique manuscrit d’Arras, BM, ms. 845 étudié avec attention par E. Fréger et A-M Legaré (p. 331-347) ; travail enfin de la translation, en anglais (J. Dor, avec l’exemple d’un ABC de Chaucer, suivi d’une édition-traduction du texte, p. 401-423) et en néerlandais (I. Biesheuvel, brève mais intéressante étude, p. 393-400). L’article d’A.-E. Spica sur l’emblématique de dévotion jusqu’à Loyola (« L’emblématique de dévotion… », p. 53-77) permet d’ouvrir une ultime voie d’exploration des Pèlerinages, peut-être inattendue pour les médiévistes.  

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Guillaume de Digulleville. Les pèlerinages allégoriques, éd. Frédéric Duval et Fabienne Pomel », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/11353

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org