Navigation – Plan du site

La Vision de Tondale. Les versions françaises de Jean de Vignay, David Aubert et Regnaud le Queux, éd. Mattia Cavagna

Estelle Doudet
Référence(s) :

La Vision de Tondale. Les versions françaises de Jean de Vignay, David Aubert et Regnaud le Queux, éd. Mattia Cavagna, Paris, Champion (CFMA 159), 2008, 352p.

ISBN 978-2-7453-1749-0.

Texte intégral

1La Vision de Tondale, récit latin du milieu du 12e siècle, n’est pas un simple avatar de la tradition des visions infernales, illustrée depuis le haut Moyen Âge par des auteurs aussi considérables que Grégoire le Grand ou Bède le Vénérable, pour ne citer qu’eux. Son originalité est de présenter la visite aux enfers d’un chevalier laïc qui, loin d’être un spectateur, subit lui-même les tourments qu’il décrit. La découverte se mêle à la pénitence, donnant au texte une dimension affective autant qu’intellectuelle. Les qualités du récit, présentant une remarquable description de l’au-delà, expliquent sa diffusion exceptionnelle auprès des publics laïcs et religieux. La Divine Comédie y trouve l’une de ses sources. Il était donc urgent de mener l’enquête sur la tradition textuelle très riche qui entoure ce texte, sur la complexité de sa réception et de ses traductions en français, en particulier aux 14e et 15e siècles. Le travail de M. Cavagna permet ainsi de sortir de l’ombre non seulement une grande œuvre, mais les cultures qui s’y sont cristallisées à la fin du Moyen Âge. L’édition propose trois des plus importantes translations françaises de la Vision de Tondale,les versions de Jean de Vignay au début du 14e siècle, de David Aubert et de Regnaud le Queux à la fin du siècle suivant.

2La critique médiévistique ne méconnaît pas les relations qui n’ont cessé d’exister entre l’immense tradition visionnaire medio-latine et le corpus des voies de Paradis en langue française, dont F. Pomel a montré l’émergence au 13e siècle. Les travaux de Jean-Claude Schmitt et de ses élèves, le rayonnement des études sur Dante et sur certains textes célèbres, comme le Purgatoire de saint Patrick travaillé entre autres par M. White, ont rendu les problématiques de ce corpus familières du lecteur moderne. Cependant la Vision de Tondale, texte essentiel de cette tradition, n’avait pas jusqu’ici suscité de travaux de l’ampleur de ceux offerts par Mattia Cavagna – ampleur à la fois dans l’objet de l’étude et dans l’ambition philologique de la présente édition, qui ne laissent pas d’impressionner. Au-delà de l’accès sûr donné à des textes mal connus, il s’agit de dévoiler à travers eux l’évolution d’une langue et d’une littérature, le travail des écrivains et le fonctionnement des milieux de réception. Le pari est audacieux, mais incontestablement réussi et sur de nombreux points cette édition apparaît comme un modèle.

3Il faut d’abord saluer la minutie qui préside à l’établissement de textes dont la tradition manuscrite, notamment pour Jean de Vignay, est assez complexe. Le choix de présentation de l’appart critique pour cette translation, certes d’une précision impeccable,ne le rend d’ailleurs pas très facile à manier. En revanche, on apprécie le souci de reproduction, sur la page moderne, de la présentation des originaux, particulièrement intéressante chez Regnaud le Queux.

4A la suite d’une introduction générale éclairant l’importance de la Vision de Tondale (l’un des rares défauts ici est la présence à plusieurs reprises des citations latines non traduites), chaque version française est accompagnée d’une présentation complète et suivie d’abondantes notes philologiques et historiques. Dans la présentation, l’éditeur s’est soucié naturellement de contextualiser l’œuvre, mais a également proposé trois formes d’enquête, dont on souhaiterait qu’elles deviennent des constantes pour les éditions critiques portant sur ce type de textes : le travail stylistique impliqué par la translatio,les variations structurelles que la traduction introduit dans l’original, et le contexte de réception.

5Le premier point est sans doute la réussite la plus évidente de l’édition et ce qui en fait un jalon pour les études de moyen français. M. Cavagna montre, à travers des exemples nombreux et précis, les modes d’élaboration du texte français à partir de la source latine. Deux points sont ainsi mis en lumière. D’une part, il est possible, grâce à l’analyse des habitudes morphologiques, syntaxiques, graphiques et lexicales des trois textes, d’effectuer une radiographie du moyen français et de ses évolutions, en fonction d’un contexte temporel et spatial changeant (France / Bourgogne au cours des 14e et 15e siècles). D’autre part, les translateurs sont aussi des auteurs, témoignant d’une conscience poétique – au sens étymologique – aiguë. Les calques latins et « scientifiques » de Jean de Vignay, précurseur des célèbres humanistes de la génération de Charles V, la transposition bourguignonne et chevaleresque de David Aubert, l’utilisation des ornements de Grande Rhétorique pour Regnaud le Queux colorent ainsi la Vision de Tondale. Preuve est faite, s’il en était besoin, que la stylistique est une discipline que les médiévistes, et particulièrement les spécialistes de moyen français, ont toutes les raisons de pratiquer, en en adaptant les moyens aux exigences des témoins étudiés comme c’est le cas ici.

6La source est également l’objet d’une restructuration formelle, témoignant de son statut aux yeux des traducteurs et de leurs commanditaires. Jean de Vignay, dans l’entourage de Philippe VI de Valois et de son épouse Jeanne de Bourgogne, livre un texte exhaustif, dont la cohérence est soulignée. David Aubert et Regnaud le Queux, travaillant entre 1474 et 1490 environ, proposent au contraire une présentation fragmentée, comme si la lecture attendue relevait plutôt de la consultation, support d’une méditation spirituelle. Mais entre ces deux contemporains, le statut du texte n’est pas le même : Regnaud le Queux en fait le pivot d’une enquête générale sur les voyages aux enfers en l’insérant dans son traité Le Barâtre Infernal. David Aubert répond à une commande fastueuse et livre un unicum à la facture et à l’illustration extraordinaires, fleuron aujourd’hui du musée Paul Getty à Los Angeles (ms. 30). 

7Trois traduction, trois regards. Au-delà du travail de variatio effectué par chaque écrivain, la Vision de Tondale en français esquisse une audience dont les personnalités – et les usages qu’elles font du texte – ont beaucoup à apprendre aux historiens comme aux littéraires. Les trois versions sont réalisées dans des milieux princiers. La matière infernale du texte et surtout son aspect pénitentiel répondaient, comme le montre bien l’éditeur, à des aspirations spirituelles proches de la devotio moderna. La pratique méditative individuelle n’était pas dissociée de l’utilisation de ce texte comme une forme de « miroir au prince ». Point intéressant, Jean de Vignay comme David Aubert semblent avoir réalisé leur traductions pour des personnalités féminines, la reine Jeanne de Bourgogne, la duchesse Marguerite d’York. On retiendra comme séduisante l’hypothèse de M. Cavagna selon laquelle la Vision de Tondale du Getty Museum pouvait avoir été conçue par la commanditaire comme un advertissement à son bouillant époux, Charles le Téméraire.   

8L’un des point forts de cette édition est également la présentation d’un glossaire très complet (dix-huit pages), illustrant la richesse linguistique de ces versions. Outre un index, une bibliographie clôt l’ouvrage, proposant une revue des éditions et des études sur la Vision. Certaines références plus générales, notamment sur la Grande Rhétorique (où manque curieusement l’ouvrage de F. Cornilliat, Or-ne-mens), seraient à rajouter. De même, on relève parfois dans le texte des présentations quelques coquilles d’impression qui seront à corriger lorsque ce travail connaîtra, bientôt n’en doutons pas, une réédition. En attendant, on ne saurait trop conseiller la lecture et la consultation – on n’ose dire la dégustation – de cet exemple de philologie de grande classe.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « La Vision de Tondale. Les versions françaises de Jean de Vignay, David Aubert et Regnaud le Queux, éd. Mattia Cavagna », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11333

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org