Navigation – Plan du site

Joël Blanchard (éd.), Moralité à six personnages

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Joël Blanchard (éd.), Moralité à six personnages, Genève, Droz, TLF 596, 2008, LXXVII et 185p.

ISBN 978-2-600-01233-1

Texte intégral

1L’édition de ce texte particulièrement difficile s’inscrit dans la continuité des travaux de J.B. sur le théâtre de la fin du Moyen Âge et fait suite, en particulier, à sa très bonne édition d’une Moralité à cinq personnages (Genève, Droz, 1988). Cette Moralité à six personnages nous est parvenue dans un seul témoin, le manuscrit BnF fr. 25467, issu de la bibliothèque du duc de La Vallière. Le manuscrit recueille diverses pièces de théâtre, dont la Moralité à cinq personnages, Pathelin et la farce de la Pipée. L’édition que J.B. présente est extrêmement soignée, avec des notes de bas de pages précisant les difficultés offertes par le ms. Les résolutions de celles-ci sont convaincantes. Mais, au vers 75, je garderais pour ma part la leçon du ms. « Est-il nul d’eux qu’estre puisse sur ce utile », qui fait le lien avec la strophe précédente, posant une interrogation sur l’influence des astres sur l’homme. Dans ce cas, il faudrait sans doute comprendre « sestusible », comme le suggère J.B., en « susceptible ». Mais « egraine » reste mystérieux.

2En fin d’ouvrage, on trouvera un glossaire très étoffé, un index des noms de lieux et personnes ; l’introduction comporte également une bibliographie et plusieurs remarques intéressantes sur la mise en scène de la pièce : le mouvement, qui n’est pas si statique que l’on pourrait penser (voir les pertinentes remarques de J.B. sur ce qu’il conviendrait d’appeler un « mouvement scolastique ») ; les lieux (échafaud, mansions…) ; les objets (les remarques sur le miroir me paraissent ouvrir des perspectives intéressantes, liées à la symbolique, en particulier encyclopédique, de cet objet). Le philologue pur et dur pourra regretter l’absence d’étude du moyen français du ms., bien que la langue ne présente pas de particularités remarquables. On aurait aimé plus de précision, voire même de commentaires sur certains noms propres (Demogrogon, Opiz, Flora, etc.). Peut-être même, en dépit d’un glossaire bien établi, complété par des notes de vocabulaire très précises (voir par exemple « gressible » au v. 209, « souprieuse » au v. 936, « chaperonnees » au v. 1222, etc.), quelques notes sur des termes ou expressions techniques comme « vertu seminal, plasmateur, corruscacion, silogizer » auraient été les bienvenues. Il faut cependant dire que les notes accompagnant le texte offrent déjà de très bonnes précisions, avec traductions de passages difficiles et, pour le moins, posent des interrogations fructueuses en termes de recherche et de décryptage des sources (Jean de Sacrobosco, Thomas d’Aquin, Vincent de Beauvais…). À la note 77-82, p. 134, J.B. remarque que son texte est moins original que celui de Barthélemy l’Anglais ; le non-spécialiste du De proprietatibus rerum aura ici du mal à comprendre. Sans doute, emporté par son érudition, J.B. n’a pas jugé nécessaire de préciser que l’encyclopédiste fournit au livre 8 une hiérarchie céleste, tirée de la Somme théologique d’Alexandre de Halès, en huit cieux qu’il nomme précisément. On peut d’ailleurs penser que l’auteur de la Moralité a connu cet ouvrage, plus probablement dans la traduction de Jean Corbechon, comme pourrait en témoigner le passage sur le « pol artique » (v.88sq.) ou l’usage d’« erractique » (v. 97) ; il y a là sans doute une piste à creuser.

3Je terminerai ce rapide aperçu de cette édition par quelques remarques sur la très riche introduction que l’auteur offre ici. Après une analyse de la pièce, assortie de notes très denses, J.B. reprend avec une extrême minutie et avec grande érudition le débat sur les circonstances de création de cette Moralité, débat entre l’auteur, M. Espinet-Tolla, première éditrice du texte, et M. Rousse. J.B., qui connaît si bien l’affaire Saint-Pol (voir compte rendu de son ouvrage sur les procès politiques de Louis XI dans le présent numéro), reprend en particulier la question du lieu de Torfou. J’avoue que la démonstration de J.B. est impressionnante et que les éléments très précis qu’il avance emportent conviction. Quant à l’auteur de cette moralité, il pourrait bien s’agir de quelqu’un qui gravite autour de la Basoche, comme par exemple Henri Baude. Ces problèmes d’identification soulèvent de nombreuses questions, surtout quand il s’agit de textes polémiques, comme le souligne JB. Ces derniers mériteraient d’ailleurs tous d’être édités ou réédités. J.B. en annonce le chantier et vient d’ajouter à la liste des textes encore inédits la Moralité du Bien Public (1468 – Musée Condé ms. 685), qu’il vient de faire paraître (Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXX, 3, 2008, p. 613-660).

4Pour conclure, voilà une très bonne édition, une excellente contribution à l’histoire du théâtre de la fin du Moyen Âge et, plus loin, aux recherches se penchant sur les relations entre la ‘littérature’ et le monde savant, ici plus précisément le droit et les sciences. Je ne peux donc que vivement recommander la lecture de l’édition de J.B.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Joël Blanchard (éd.), Moralité à six personnages », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 15 janvier 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11303

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org