Navigation – Plan du site

Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France

Juliette Sibon
Référence(s) :

Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, de Boeck, 2008, 392 p.

ISBN 978-2-8041-5956-6

Texte intégral

1La perte de l’édit d’expulsion des juifs du royaume de France par Philippe le Bel en 1306, loin d’entraver la connaissance historique, apparaît désormais salutaire, comme en témoigne l’ouvrage de Céline Balasse, issu d’une thèse de doctorat réalisée sous la direction de Mathieu Arnoux et soutenue en 2006. Se gardant de toute interprétation téléologique et linéaire de la condition des juifs dans la France médiévale, C. B. livre une enquête rigoureuse sur les modalités d’exécution de cet événement retentissant, dont il est pourtant bien difficile de retrouver l’exacte trame historique. Les traces exhumées sont principalement issues des Archives de la Chancellerie royale, qui livrent plusieurs dizaines d’actes relatifs aux saisies de biens et recouvrements de dettes contractées auprès des prêteurs juifs, opérés entre 1306 et le milieu des années 1320, et couvrant presque tout le territoire concerné par la décision royale. Ces données financières sont complétées par l’Inventaire des Comptes royaux dressé dans les années 1320 par Robert Mignon, ainsi que par les Journaux du Trésor de Philippe le Bel. Quant aux Actes du Parlement de Paris et des Registres des arrêts rendus par la Cour du roi, ils révèlent les conflits de juridiction engendrés par la décision unilatérale du roi de France dans des terres extérieures à sa zone d’influence directe.

2Ces sources – dont l’auteur publie les analyses en annexe (p. 315-364) –, à la fois précises et parcellaires, sont rigoureusement recoupées, comme les pièces éparses d’un puzzle incomplet, et passées au crible de la démarche prosopographique, pour aboutir à une interprétation convaincante et novatrice de l’un des événements considérés comme les plus tragiques de l’histoire des communautés juives de la France médiévale. La force de la thèse de C. B. est aussi de souligner que le sujet ne touche pas exclusivement à l’histoire des juifs. Pour la première fois, l’expulsion de 1306 est envisagée comme un fait significatif de l’histoire du pouvoir monarchique en France.

3C. B. développe sa démonstration en quatre temps et dix-huit chapitres. On peut regretter la brièveté de l’introduction (2 p.), qui constate, sans l’analyser, le quasi-silence historiographique sur la question. La bibliographie souffre d’ailleurs de lacunes et de mises à jour (p. 375-382). Son organisation manque de cohérence. La première partie, intitulée « Juifs », dont le classement est alphabétique, rassemble pêle-mêle grandes synthèses sur l’histoire des juifs, articles et thèses, sans rubriques thématiques. On s’étonne d’y trouver le Traité de la police de N. Delamarre (Paris, 1722), l’Histoire du Languedoc sous la direction de P. Wolff ou encore La Persécution de R. Moore. On déplore l’absence d’une section consacrée aux expulsions médiévales, avec des comparaisons extérieures au monde juif, ainsi que celle d’ouvrages fondamentaux récents qui auraient nourri la pensée de l’auteur, dont, notamment, Violence et minorités au Moyen Âge de David Nirenberg.

4Dans une première partie intitulée « L’héritage du passé : l’évolution pluriséculaire des politiques juives » (47 p.), C. B. s’interroge sur les discontinuités et l’ambivalence de la législation sur les juifs mise en place par l’Église et les princes. La synthèse manque toutefois de clarté, l’auteur hésitant entre l’approche linéaire – que sa thèse réfute pourtant – et l’analyse plus nuancée. On corrigera l’erreur de date de la bulle Sicut Iudaeis (1123 et non 1120, p. 13). Surtout, on déplorera l’emploi de formules trop rapides, comme la prétendue « judéophilie » des souverains carolingiens (p. 16) ou encore l’usage du concept de « politiques juives », qu’il conviendrait, sinon de bannir, au moins de définir et de justifier dans le contexte médiéval, au risque d’évoquer les réalités d’un autre siècle. Ce défaut persiste tout au long de l’ouvrage, tandis que, fort malheureusement, l’auteur substitue au titre médiéval de « commissaires aux affaires des juifs », celui de « commissaire aux affaires juives » (p. 65, 67, 68, 86 et 123 notamment). Là encore, la formule ne peut qu’être source d’amalgames et d’anachronismes, auxquels C. B. échappe pourtant sur le fond, forte des qualités de critique des documents et de démonstration dont elle fait assurément preuve par ailleurs.

5L’auteur pose toutefois de solides jalons dès le troisième chapitre. À la fin du XIIIe siècle, Philippe le Bel n’est pas encore reconnu comme le possesseur de tous les juifs de son royaume. Son règne constitue pourtant un tournant. Par le traité de Melun (1230), Saint Louis avait, certes, confirmé la juridiction des seigneurs du Nord sur leurs juifs – en posant qu’aucun seigneur ne pouvait accaparer le juif d’un autre seigneur – mais, par ce même traité, il était aussi parvenu à faire reconnaître l’autorité du roi dans cette législation (p. 35-36). Philippe le Bel va plus loin. Il tente d’empiéter, mais, pour l’heure, sans succès significatifs, sur les prérogatives des seigneurs, en inscrivant de force leurs juifs sur les rôles de la taille. En 1287-1288, il affronte Edouard Ier d’Angleterre avec plus de satisfaction, en s’opposant à la confiscation des biens des juifs de Saintonge et de l’Agenais. L’Église est un autre rival qui, depuis la bulle Turbato Corde (1267), s’est octroyée la juridiction sur les juifs. Or, face aux prétentions de l’Inquisition, le roi ne cède jamais.

6C. B. décrit également l’aube du XIVe siècle comme une époque où il est admis que les juifs peuvent faire l’objet d’expulsions. Les précédents sont nombreux : Saint-Pierre-sur-Dives en 1290, Nevers en 1294 et Angers en 1300, notamment. En 1291, Philippe le Bel reprend l’idée de Charles II de Sicile, qui, deux ans auparavant, avait expulsé 1 000 juifs de son apanage d’Anjou et du Maine, et avait levé sur tous les habitants du comté une taxe en guise d’indemnisation pour la mesure consentie ! Le roi de France expulse à son tour les juifs du Poitou et de Saintonge et obtient respectivement 27 000 et 32 778 livres tournois. Cette expulsion a pour objectif de renflouer ponctuellement les caisses du royaume, tandis que, la même année, Philippe le Bel ordonne aux juifs récemment expulsés d’Angleterre venus se réfugier à Carcassonne de quitter la sénéchaussée, au motif qu’ils ne possèdent plus rien.

7Dans la deuxième partie, intitulée « L’expulsion de 1306 : études locales » (65 p.), C. B. amorce l’analyse de son corpus documentaire et s’attèle à reconstituer le plus précisément possible le fil de l’histoire de l’expulsion. La vague des arrestations commence à la fin de la première semaine de juin 1306 et dure plusieurs mois. A priori, elle n’a suscité aucun recensement préalable, si bien qu’il est difficile d’évaluer le nombre de juifs arrêtés. Les estimations (124 000 juifs pour Gérard Nahon et 100 000 pour Bernhard Blumenkranz) sont établies à partir des montants des contributions fiscales des juifs du royaume de France. Elles doivent, sans doute, être revues à la baisse.

8Les détenus subissent des interrogatoires destinés à nourrir l’enquête sur l’inventaire de leurs biens. Des informations sont aussi obtenues par la délation récompensée. L’édit d’expulsion, dont on ne connaît ni la date exacte ni le contenu, fut probablement promulgué après. Dès le 21 juin 1306, les premières saisies officielles de biens des juifs (terres, immeubles, meubles, vaisselle, vêtements, bijoux, numéraire) sont réalisées (ordonnance royale transcrite p. 61). Les juifs sont totalement dépouillés et quittent le royaume officiellement à partir du 22 juillet 1306. Seule une poignée fait le choix de la conversion. Les biens des juifs sont ensuite vendus aux enchères, de la fin août 1306 à la fin septembre 1311, avec le souci de réaliser des profits.

9Le travail de recouvrement des dettes engendre de nombreux dysfonctionnements. Les informations sont incomplètes et souvent fausses, et les registres de prêt des juifs, rédigés en hébreu, sont inutilisables. Ainsi, entre 1310 et 1311,  les prêteurs juifs sont autorisés à revenir afin de prêter main forte aux agents royaux ! Ces derniers font l’objet de plaintes de la part des emprunteurs, pour violence et incarcérations abusives. Ils sont aussi accusés de réclamer le remboursement de dettes anciennes déjà honorées. Ils ne sont d’ailleurs pas toujours honnêtes et le roi doit enquêter et sévir. Surtout, les seigneurs contestent. Le roi n’a pas encore les moyens d’affirmer partout avec la même force son autorité sur les grands ensembles territoriaux du regnum Francie, pratiquement indépendants, tels le comté de Flandre en particulier, qui entretient des relations belliqueuses avec Philippe le Bel depuis plus de dix ans. L’opération dure, donc, et le travail d’enquête, de répression des fraudes et de règlement des contestations seigneuriales se poursuit jusqu’au milieu des années 1320, soit dix ans après la mort de Philippe le Bel.

10La troisième partie intitulée « L’expulsion de 1306 : une analyse globale de l’événement » (115 p.) s’appuie sur l’analyse prosopographique des 114 membres de l’administration recensés dans les sources, ayant participé aux opérations, et représentant près de 10% de l’administration royale de l’époque. Pour superviser l’affaire dans les bailliages et sénéchaussées, le roi nomme des hommes de confiance issus des hautes sphères de l’État, siégeant au Parlement de Paris et conseillers de la Couronne, à l’instar de Jean de Saint-Just et de Guillaume de Nogaret, tous deux envoyés dans la sénéchaussée de Toulouse et Albi. Pour l’exécution, le personnel local fait l’affaire. Quant aux receveurs, ils sont spécialement nommés par le roi. C. B. parvient à suivre la carrière de 54 d’entre eux. Outre les hauts personnages et les grands techniciens, qui conservent leurs places, la plupart des provinciaux sont promus.

11À qui profite la vente des biens des juifs ? Les acquéreurs sont les anciens voisins des juifs expulsés et des proches du roi peut-être ainsi récompensés. Quant à la saisie des prêts, elle permet au roi de devenir le créancier de tous ses sujets. Elle est aussi source des revenus. C. B. évalue qu’entre 1306 et 1311, les saisies ont engendré 16 à 17% par an des revenus de la Couronne (tableau p. 202), soit plus que les prélèvements fiscaux auxquels elles se sont substituées. Le souci de rentabilité est indéniable et renforce l’idée que l’expulsion n’a sans doute jamais été conçue comme définitive. En 1315, Louis X ordonne le retour des juifs dans le royaume. Mais ni lui ni son frère Philippe V ne parviennent à régler le problème technique du recouvrement, si bien que Charles IV renonce au travail d’enquête des sommes supposées cachées. En décembre 1325, la Couronne passe peu à peu le relais à l’administration provinciale.

12Ce que le roi a gagné dans les cinq années consécutives à l’expulsion, les seigneurs l’ont perdu. Le roi a confisqué des biens et des créances qui ne lui appartenaient pas. C. B. a retrouvé 14 traces de plaintes portant sur le transfert des biens des expulsés à la Couronne, émanant pour moitié de seigneurs ecclésiastiques (l’évêque de Maguelone, l’abbé d’Alet, l’abbaye de Lagrasse et l’évêque de Châlons-sur-Marne par exemple), ainsi que de grands laïcs, tels Bernard Jourdain et Jaime Ier, roi de Majorque et comte de Roussillon. Souvent, les plaignants poursuivent un rapport de force avec le roi déjà ancien. Les conflits se soldent par un accord sur le partage des biens, par l’abandon par le seigneur de ses droits moyennant une indemnisation ou par le rachat des biens au roi. Ce dernier choisit la négociation, ce qui ne tranche guère avec sa politique habituelle : depuis le début de son règne, lui et ses conseillers œuvrent  pour faire accepter qu’il est le seul et unique possesseur des biens des juifs domiciliés dans son royaume.

13Jusqu’à présent, le roi perdait toujours face aux seigneurs. De ce point de vue, l’expulsion de 1306 constitue un tournant. C’est la thèse de la dernière partie de l’ouvrage, intitulée « À la recherche des motifs de l’expulsion » (69 p.) qui clôt cette enquête passionnante. Là encore, le bilan historiographique des interprétations avancées jusque-là souffre d’un manque de clarté et de mise en perspective historique, mais la comparaison avec les expulsions précédentes livre les premiers arguments. Les motifs officiels pieux des expulsions de 1182 et 1254 dissimulent grossièrement d’autres préoccupations. En 1182, Philippe Auguste trouve ainsi une solution provisoire pour accroître les revenus du royaume. Il rappelle les juifs en 1198, à son retour de croisade, lorsque les caisses sont vides. Les motifs religieux pèsent sans doute davantage dans la décision de Saint Louis, mais la manœuvre économique n’est pas absente, dans la mesure où le roi devient le propriétaire des biens des expulsés.

14Surtout, la comparaison avec l’expulsion des juifs d’Angleterre en 1290, qui a concerné entre 2 000 et 16 000 individus, renforce l’hypothèse de C.B (p. 247-250). Dans le royaume d’Edouard Ier, les juifs ne font pas l’objet de conflit de juridiction. En outre, depuis Guillaume le Conquérant, le roi a la liste de tous ses sujets juifs et la connaissance très précise des contrats de prêt. À la différence du programme de Philippe le Bel, il n’est pas question de dépouiller les juifs en totalité : ils ont trois mois et demi pour vendre leurs biens et partir. Néanmoins, même dans le cas anglais, les explications financières s’avèrent insuffisantes. Dans la mesure où le crédit juif engendre un transfert de propriété entre les petits propriétaires débiteurs des juifs, qui hypothèquent leurs biens à l’occasion des emprunts, et les grands propriétaires qui rachètent aux juifs leurs créances et accaparent ainsi les biens hypothéqués, le roi cherche à mettre fin à ce mécanisme qui renforce les grandes abbayes et les grands barons. La manœuvre est donc aussi politique.

15Revenons en France en 1306. Les contemporains n’ont pas laissé de clés de lecture de l’événement et les chroniques (dont l’auteur a constitué un corpus de 39 pièces) insistent sur le motif pieux tant mis en avant par la Couronne. C. B. écarte la pression de l’Église, d’ailleurs très critique dans cette affaire, comme celle du peuple, qui souffre des désagréments créés par l’expulsion. Il est clair que Philippe le Bel n’a tiré aucun bénéfice religieux de l’expulsion. L’explication économique est sûre. En 1306, le Trésor est vide. On note la concomitance entre l’expulsion des juifs, l’attaque contre les Templiers et les confiscations aux Lombards. Néanmoins, il n’est pas sûr que le motif qui a présidé à la décision d’expulsion soit d’abord économique.

16À l’aube du XIVe siècle, le pouvoir royal a visiblement progressé dans le domaine fiscal. Le roi est désormais considéré comme le défenseur de la paix publique. Sur le plan judiciaire, le développement de la procédure d’appel renforce son autorité. Aussi, dans ce contexte, l’expulsion peut être considérée soit comme un autre indicateur des avancées de l’autorité royale en France sous le règne de Philippe le Bel, soit comme une tentative supplémentaire de favoriser l’intrusion du pouvoir royal dans les droits acquis par les grands seigneurs du royaume.

17Au terme de la démonstration, les explications religieuses à l’expulsion de 1306 sont donc considérées à leur juste place. Elles participent, certes, de la propagande royale, mais l’expulsion décidée par Philippe le Bel n’est pas la conséquence d’un antijudaïsme exacerbé qui aurait atteint son paroxysme en France à l’aube du XIVe siècle. Le corpus documentaire constitué par l’auteur met au jour un phénomène plus complexe qui relève assurément de l’affirmation du pouvoir monarchique sous les derniers Capétiens. Le motif économique n’est pas forcément écarté. Les calculs de l’auteur montrent que l’expulsion aurait rapporté au Trésor. Mais à quel prix ? La durée des opérations de saisies et de recouvrements, les tâtonnements dans leur gestion, liés à d’inévitables dysfonctionnements, et la mobilisation d’un personnel administratif nombreux, ont eu un coût que la Couronne s’est montrée prête à assumer. L’expulsion semble donc avoir été conçue comme un investissement destiné à affirmer l’autorité royale sur son domaine.

18L’ouvrage de Céline Balasse fait date dans l’historiographie de l’expulsion. Il éclaire la condition des juifs dans le royaume de France loin des topoï de la littérature juive médiévale contemporaine et ultérieure à l’expulsion. Il enrichit aussi l’histoire du règne de Philippe le Bel, ce roi si « secret » qui n’a laissé de son règne « ni conseil ni leçon » (J. Favier, cité p. 3).

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Sibon, « Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 23 février 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11273

Haut de page

Auteur

Juliette Sibon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org