Navigation – Plan du site

Florence Plet, La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose

Damien de Carné
Référence(s) :

Florence Plet, La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Champion (NBMA 84), 2007, 515p. 

ISBN 978-2-7453-1569-4.

Texte intégral

1Divers articles de Florence Plet avaient annoncé, dans les années précédentes, quelques aspects du contenu de sa thèse. L’ensemble formé par ces contributions, dont on trouvera la liste dans la bibliographie de l’ouvrage, p. 497, avait renouvelé utilement la connaissance du Tristan, en soulignant pour des thèmes (la renommée) ou des épisodes (le Castel Marin) l’importance de faits qui auraient pu sembler insignifiants. On peut désormais en dire autant de sa thèse elle-même.

2Celle-ci est organisée en quatre parties. La première, « Cerner le nom propre », commence par un bilan linguistique sur la nature et le statut du nom propre et rappelle combien cet objet de langue résiste à une bonne partie des catégories de description ; en témoigne en dernier lieu le classement délicat des « surnoms et périphrases » (p. 46-58). Suivent d’utiles considérations historiques et étymologiques sur les noms arthuriens. Le dernier chapitre de cette partie examine la distribution du personnel romanesque entre personnages nommés, anonymes, et ceux à qui le nom est « concédé », parce qu’à eux-mêmes ou au lecteur, leur nom est délivré avec retard.

3La deuxième partie, « La quête du nom », commence à s’intéresser aux usages « sociaux » (mais Fl. Plet rappelle autant que faire se peut que cette société est fictionnelle) ou interactifs du nom propre. Les « requêtes d’identité » forment le premier ensemble de cette partie (p. 155-198), à propos desquelles l’auteur établit que les échanges verbaux et les situations dans lesquelles se déploie la requête d’identité sont « ritualisées » et manifestent l’existence d’un code de conduite (plus ou moins) implicite, prenant pleinement part à un système général de savoir-vivre (p. 185-196). Le deuxième chapitre (« Enquêtes, méconnaissance et reconnaissance », p. 199-227) fait la somme des indices identitaires qui complètent ou soutiennent le nom de personne, ainsi que des processus d’enquête et de réaction des personnages face à l’identité cachée ou découverte d’autrui. L’éparpillement possible de la connaissance entre auteur, lecteur et personnage fait une transition idéale avec le dernier chapitre, consacré à la dialectique entre incognito et renommée, dont tout lecteur du Tristan sait le rôle fondamental au sein du déroulement de l’action.

4Le « déchiffrage du nom » fait l’avant-dernier temps de l’étude. Un long chapitre (« Relations dans la société arthurienne », p. 257-312) mène le relevé exhaustif des formes de désignation des tomes 1 à 5 de l’édition Ménard. Le chapitre qui suit le complète immédiatement en indiquant comment le nom « balise la société arthurienne » en distribuant et organisant fonctions, lignages, appartenances, etc.  Après quoi une quinzaine de pages sont réservées aux toponymes et, principalement, à la « carte du temps » qu’ils mettent en place.

5La dernière partie de l’ouvrage, « Le pouvoir des noms » (p. 371-469) est divisée en deux chapitres. Premièrement, la « magie » dont le nom peut être porteur : son pouvoir suggestif, travaillé par les locuteurs, donne du sens aux personnages et à leurs actions — sens parfois illusoire, mais parfois motivé par la destinée romanesque, parce qu’il donne prise sur l’être. Le chapitre suivant regroupe, de l’aveu de l’auteur, quelques « gloses aventureuses », essais d’interprétation onomastique consacrés aux géants et fous, au roi Marc et au Castel Marin.

6La conclusion insiste sur l’originalité du travail de création, de réappropriation et d’organisation d’un patrimoine de noms propres à la fois inventé et original. Quoique consciente des limites raisonnables du sujet (tous les noms ne sont pas signifiants, les noms propres ne sont pas la grille de lecture la plus globale à laquelle recourir), elle parvient efficacement à des significations générales reconnues du Tristan, notamment son aspect mondain affirmé par rapport au Lancelot en prose : la vraie quête est dans le Tristan « la quête du renom ».

7Les interrogations linguistiques initiales sont utiles pour, dans une certaine mesure, déterminer exactement l’objet de l’étude ; surtout pour en concevoir les enjeux sémantiques : à la fin de l’ouvrage, le nom propre n’apparaît certes plus comme un « désignateur rigide », mais comme une unité de désignation extérieure recouvrant une réalité des êtres multiple, mouvante, révélant une certaine part d’inconnaissable. Le Tristan a particulièrement excellé dans le jeu sur la distorsion du signifié identitaire (cf. les jeux d’écus) et c’est un des grands mérites de la thèse de Fl. Plet que de démontrer cette qualité du texte avec une grande précision.

8Le rôle des noms dans le dessin d’un paysage intertextuel est très bien mis en valeur. Fl. Plet rappelle que la coloration étymologique et/ou intertextuelle est sans doute le premier marqueur de matière dans la littérature médiévale. Elle montre avec bonheur que le Tristan se sert d’« éléments ténus de l’hypotexte pour donner corps aux noms qu’il recycle » (p. 107) : les noms sont des éléments de jonction intertextuelle, ce qui dirige aussi leur invention et dans tous les cas creuse la profondeur du récit.

9De très bonnes remarques jalonnent tout le travail : sur Kahédin, Ségurade (p. 119), Galehaut (p. 338) ; sur Marc, personnage carnavalesque qui suscite toujours le renversement ou l’inversion des usages normaux (p. 171 sur le Lac Aventureux, p. 177 sur le vainqueur nommé à la cour) ; sur la « valeur onomastique typiquement romanesque » que peuvent présenter des syntagmes qui ne sont pas de « vrais noms propres » (p. 137) ; sur l’incognito différencié de Tristan et Lancelot, celui de Tristan étant un « incognito dynamique », un incognito de conquête (p. 250-251) ; sur un ordre social dans lequel, en dépit de ses apparences courtoises, seuls les hommes, à quelques exceptions près, ont droit à un système d’usages codés en rapport avec l’identité, laissant les femmes soit dans l’anonymat, soit dans la relégation du nom propre derrière, par exemple, le titre. Le « code de la route chevaleresque » que repère habilement l’auteur dans la nécessité d’être de face pour demander à un chevalier son nom (p. 166), nous fait lire d’une autre manière les nombreux « retornez, sire chevalier » qui s’entendent dans les poursuites à cheval.

10Il est peut-être regrettable que les meilleures pages, surtout dans les deux dernières parties, aient déjà été l’objet d’articles : cela enlève le plaisir de les découvrir, mais évidemment rien à leur qualité, notamment sur la « carte du temps », les fous et géants, l’incognito et la renommée, et le Castel Marin. Fl. Plet réussit à montrer comment incognito et renommée organisent le parcours de Tristan, loin d’être aussi chaotique qu’on le croit volontiers. Elle explique parfaitement en quoi le voyage de Palamède est véritablement une épreuve qualifiante, et ainsi quel rôle il joue dans cette partie du récit.

11L’index des noms propres romanesques est complété par un index des surnoms/périphrases. Dans la bibliographie, l’auteur mentionne ses articles mais en précisant lesquels ont été repris dans la thèse (modestement regroupés sous la même entrée bibliographique) : ce qui est honnête, mais aussi utile. En revanche, le classement des références rend peut-être la bibliographie peu opératoire : la trop vaste rubrique « Sur les textes, la langue et la civilisation médiévales » [médiévaux ?] aurait dû être plus clairement subdivisée. Autour des articles de Renée Curtis consacrés à des points thématiques précis du Tristan, on trouve les travaux de Cropp sur le vocabulaire courtois des troubadours et de Curtius sur le Moyen Âge latin (p. 502) ; ou bien, entre la thèse de B. Milland-Bove sur la demoiselle arthurienne et un article sur Ysaÿe le Triste... la grammaire de l’ancien français de Moignet !

12Ces minuscules détails (tout comme la typographie, qui n’a pas été expurgée de toutes les coquilles) ne pèsent évidemment rien face à la valeur de l’analyse menée dans cet important ouvrage, qui propose de vives et stimulantes pistes de lecture et d’interprétation, propres à améliorer véritablement notre compréhension du roman.

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Florence Plet, La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 09 janvier 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11162

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org