Navigation – Plan du site

Caroline Cazanave, D’Esclarmonde à Croissant. Huon de Bordeaux, l’épique médiéval et l’esprit de suite

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Caroline Cazanave, D’Esclarmonde à Croissant. Huon de Bordeaux, l’épique médiéval et l’esprit de suite, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, 300p.

ISBN 978-2-84867-213-7.

Texte intégral

1L’ouvrage est consacré aux Suites de Huon de Bordeaux. Il débute par une présentation de la tradition manuscrite et par le choix de l’étude du manuscrit T, daté de 1311, qui présente le plus vaste et le plus ancien ensemble de Suites. L’auteur se lance dans une défense de l’intérêt des Suites qui sera l’un des fils conducteur du volume, contre différents points de vue trop facilement défavorables prononcés à leur encontre (notamment par L. Gautier). Elle dresse également un historique de l’édition des textes et de ses difficultés qui passe par une histoire des traditions manuscrites et des hypothèses de datation. Dans le chapitre II, elle présente les premières Suites et les sections S.4-S.10, en insistant sur leur hétérogénéité ou sur leur caractère composite et artificiel. Elle rappelle les procédés traditionnels qui concourent à la production cyclique, comme l’invention de nouveaux personnages par le moyen du surgissement ex abrupto de parents de héros préexistants. On procède également au rajeunissement de certains personnages ou on joue sur la chronologie. Le brassage de ces premières Suites connaît différentes influences littéraires provenant de genres différents : « le personnel d’acteurs de rang secondaire recrute ses auxiliaires dans toutes les couches de la société, réelle ou imaginaire » (p. 57), « notre anonyme se livre à un jeu de prélèvement et de mise sous influence » (p. 58). C. Cazanave pose à la fin de chapitre des questions essentielles pour l’ensemble de sa réflexion : « quels sont les emprunts les plus voyants que l’on peut reconnaître dans l’œuvre (…) ? Ces éléments ont-ils été sciemment diversifiés ? À la fin du XIIIe siècle la production épique a su se revivifier au contact des genres littéraires qui l’environnaient et lui faisaient concurrence : quel type de texte obtient-on ? » (p. 61).

2La deuxième partie propose un examen des sous-ensembles. Le chapitre III montre que la partie Esclarmonde (épouse de Huon) aurait pour source le texte allemand de Herzog Ernst, même si certains critiques s’étonnent que ce ne soit pas une copie fidèle, comme s’ils ignoraient que le travail littéraire est toujours choix ou synthèse. Ainsi, l’auteur d’Esclarmonde procède par sélection, abbrevatio, recentrage, rupture de tons ou franche ironie… C. Cazanave apporte de nouveaux arguments pour voir en Herzog Ernst la source d’Esclarmonde, en justifiant les choix de l’auteur de la réécriture : « les prototypes sont démontés et leurs éléments sont soumis à un réemploi qu’on peut juger facétieux » (p. 79). L’auteur considère ces traits comme autant de « signes de modernisation » (p. 79). L’auteur des Suites joue aussi d’une temporalité ou d’une géographie intertextuelles et mythiques. C. Cazanave dresse un bilan des inventions secondes rencontrées dans les premières Suites : « notre auteur anonyme aime les éléments qui font sensation », il est « un spécialiste de la relance textuelle » (p. 95). Elle fait également le bilan de la critique concernant les filiations entre Herzog Ernst et Esclarmonde, en synthétisant les théories de G. Zink, F. Klauber, O. Engelhardt ou C. Lecouteux. Elle ajoute : « s’il est exact qu’on peut mettre en avant la présence d’hypotextes importants (Duc Ernst, Brandan), servant à des séquences narratives transposées et réadaptées, il convient de signaler aussi nombre de correspondances partielles avec des particularités de type bref (…) » (p. 98). Le chapitre IV s’intéresse à Clarisse et Florent, Clarisse étant la fille de Huon. Avant 1970, on estimait que cette section avait copié Aucassin et Nicolette, jusqu’à ce que O. Jodogne propose d’inverser les influences. Néanmoins, on retourne rapidement à l’ancienne opinion. C. Cazanave reprend point par point la théorie d’O. Jodogne en en soulignant les faiblesses puis montre l’influence de Floire et Blanchefleur ou d’autres pièces lyriques où figurent en bonne place le genre de l’aube et le problème de la gaite. Elle conclut que « Clarisse et Florent n’est pas ‘un texte raté’. Clarisette, qui est la doublure de Nicolette, prolonge l’histoire de l’amie d’Aucassin en lui donnant une conclusion touchée par la magie et l’allégresse de la féerie » (p. 122).

3Le chapitre V est consacré aux sections 7 et 9, c’est-à-dire Yde et Olive I et II, où il est question d’inceste et de travestissement. On relève l’influence de la Manekine et l’évolution drastique de Florent qui s’amourache de sa propre fille, Yde, pour les besoins de l’intrigue. Yde connaît un véritable changement de sexe pour pouvoir épouser légitimement Olive, et, surtout, avoir d’elle une descendance (on est bien dans une logique cyclique, dans laquelle la stérilité rime avec fin !). Cette question pose des problèmes de datation, notamment par rapport à d’éventuels modèles hagiographiques. C. Cazanave évoque encore l’influence de Tristan de Nanteuil et expose l’hypothèse d’une explication indianiste (Krappe) qui voit dans le changement de sexe de Tristan de Nanteuil l’influence d’anciens contes indiens. Elle rappelle que le travestissement d’Yde est proche de ceux de Grisandole ou de Silence et montre combien le récit mêle le dramatique au comique. Elle souligne combien l’épisode d’une nuit de noces entre deux femmes (avant qu’Yde ne change de sexe) aborde des problématiques épineuses au point que de nombreuses réécritures ont changé l’épisode.  Elle met en lumière l’audace narrative des Suites, en comparaison avec le Miracle de la fille du roi de Hongrie, qui les suit, mais invente une illusion miraculeuse qui suffit à tirer d’embarras le faux-homme. Elle « montre que la littérature est un jeu et qu’un lecteur peut être mené par le bout du nez (p. 170), ce qui est véritablement fondamental et transparaît depuis le début de l’ouvrage. Le chapitre VI traite des sections 8 et 10, soit Croissant (fils d’Yde et d’Olive) et Huon et les géants. L’histoire de Croissant hériterait à la fois de la parabole du fils prodigue, des Mille et Une Nuits et de la matière de Rome, mais C. Cazanave propose également l’influence de Courtois d’Arras ou du Jeu de saint Nicolas de Jean Bodel. Croissant peut dans une certaine mesure être considéré comme un exemplum, teinté de romanesque. La section intermédiaire 9 permet à un « travail de pontage (…) qui sert à progresser en direction de la reprise de la Chanson de Godin » (p. 205).

4La troisième partie tire des bilans. Le chapitre VII expose une stylistique de la structure ouverte. C. Cazanave concède un certain relâchement stylistique des Suites, qu’elle rapproche des tendances de la littérature qu’elle nomme populaire. Mais elle le motive par les finalités des œuvres, souvent proches du conte, à vertu ludique. Elle reprend la défense des Suites dont les critiques oublient certaines caractéristiques qui atténuent leurs faiblesses. Les textes de relance ont toujours « plusieurs programmes ouverts en cours. Chaque séquence gère des tableaux variés dont l’alternance est prévue » (p. 220). « Les virevoltes sont incessantes et en même temps indispensables pour que le temps fictionnel puisse avancer sur plusieurs tableaux, tous réglés sur la même horloge naturelle » (p. 220), ce qui explique un travail de « chevillage très apparent » (p. 220). « Il s’agit d’un vrai jeu de réflexion ludique qui pousse l’accumulation des péripéties et les raisonnements sur les variables pratiquement jusqu’à l’absurde puisque tous ces drames sont des drames très momentanés » (p. 221). C. Cazanave explique que les Suites proposent une conception nouvelle de l’élément chevaleresque,  n’hésitent pas à user d’un « invraisemblable caricatural » (p. 223) ou mécanisent le rire et les larmes dans un jaillissement de l’émotivité. Par sa défense des Suites, elle montre combien certains critiques font erreur concernant l’esthétique à l’aune de laquelle ils les jugent. La valeur ludique des textes est renforcé dans le manuscrit T par le travail des marginalia. Pour l’auteur, les Suites sont une véritable « œuvre d’érudition » (p. 226). Dans le chapitre VIII, C. Cazanave oppose le temps de l’écriture à celui des copies et rappelle deux tendances : l’hypothèse de l’existence d’un texte modèle antérieur disparu et les problèmes de décalage chronologique. Elle insiste une fois encore sur la culture vaste de l’auteur anonyme, qu’elle ne prétend pas avoir intégralement dévoilée. Le chapitre IX présente la postérité littéraire de la série S.4- S.8. Elle propose de voir dans cette littérature du XIIIe siècle, en partie une littérature du second degré. Outre les œuvres déjà mentionnées, Baudouin de Sebourc, Perceforest, Ysaïe le Triste sont des héritiers au moins partiels de Huon. C. Cazanave dresse l’historiques des constantes rééditions des Suites et des travaux associés (au théâtre, dans la bibliothèque bleue, dans la littérature enfantine…) ou montre l’impact musical de la source.

5Des annexes proposent des passages de contes indiens sur le changement de sexe qu’on a pu considérer comme les sources de Tristan de Nanteuil.

6La bibliographie est classée suivant les sections des Suites qu’elle éclaire. De plus, différents titres sont agrémentés de commentaires indicatifs.

7Au plan méthodologique, C. Cazanave confronte les différentes réceptions critiques des œuvres et en dresse un historique qui met particulièrement en valeur les difficultés de l’interprétation et ses risques car toute ouvre littéraire a son propre arbitraire et est le produit d’une subjectivité irréductible et toujours fuyante. Il est bon, devant les débats parfois étonnants de la critique, de rappeler cette évidence qu’on oublie si souvent. C. Cazanave pose également le problème des jugements de valeur prononcés à l’encontre d’œuvres : on saluera ici une réaction de lectrice en même temps que de chercheuse. Là encore, l’approche est vivifiante et salutaire. « L’appréciation esthétique est une relation qui ne peut pas échapper au relativisme, à l’évolution du fonctionnement et de la réception des œuvres d’art et de la littérature » (p. 240). Elle propose « d’autres types de discussion » : nous sommes bien d’accord ! C. Cazanave revient régulièrement sur la question des sources et sur les hypothèses récurrentes de la préexistence d’un modèle antérieur manquant pour les textes qui nous sont parvenus. Or cette question est l’une de celles qui hantent les recherches en littérature médiévale et, surtout, les fantasmes des médiévistes. Le style est riche et divers, haut en couleurs, vivifiant par rapport à des ouvrages seulement académiques. On note enfin la qualité de la première de couverture, très séduisante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Caroline Cazanave, D’Esclarmonde à Croissant. Huon de Bordeaux, l’épique médiéval et l’esprit de suite  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 09 janvier 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11152

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org