Navigation – Plan du site

Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart. La fabrication de la renommée

Vincent Challet
Référence(s) :

Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart. La fabrication de la renommée, Paris, Tallandier, 2008, 237p.

ISBN 978-2-84734-296-3

Texte intégral

1Si Charles VI avait trouvé en Michel Pintoin son historien, ce dernier a trouvé en Bernard Guenée son connaisseur le plus averti et le plus infatigable. C’est donc encore le Religieux de Saint-Denis et celui dont il s’est inspiré, Guillaume de Tyr, qui fournit la matière au dernier ouvrage de Bernard Guenée qui, en soumettant plusieurs chroniques à une analyse lexicale, entend mesurer les progrès de la renommée du chevalier et de l’historien. L’auteur commence donc avec justesse par examiner les mots qui font la renommée, essentiellement ceux de gloria et de fama. Si la gloire reste longtemps l’apanage de Dieu et de ses saints, en dépit du précédent cicéronien, son utilisation n’en évolue pas moins au temps des croisades mais reste encore, au XIIe siècle, attachée aux princes et « ne remet pas en cause la hiérarchie politique et sociale » (p. 26). Tel n’est pourtant plus le cas au XIVe lorsque la gloire des armes se fait entendre dans les chroniques, attachée aux grands capitaines et officiers royaux dont Du Guesclin est l’archétype. La gloire permet alors aux simples écuyers de s’élever au-dessus de leur position sociale et devient dès lors « facteur de trouble » (p. 29) pour la société hiérarchique mise en place. C’est donc à cette lente construction de la renommée comme « acteur essentiel de l’histoire médiévale » (p. 37) que nous convie Bernard Guenée à travers les figures parallèles du chevalier et de l’historien, en commençant par convoquer l’abbé de Saint-Denis Suger, issu d’un milieu modeste, mais parvenu à la lumière grâce à sa fama. Et disons d’emblée que Bernard Guenée s’appuie largement dans cette quête sur les résultats de la passionnante table-ronde organisée sur le thème de la renommée par Claude Gauvard en 1991 et publiée en 1993 dans un numéro de la revue Médiévales.

2Ceci dit, cette renommée naissante n’intéresse en définitive que deux types sociaux particuliers, les clercs qui peuvent l’acquérir par la sagesse et la science et les chevaliers pour qui le chemin d’accès à la renommée passe par la vaillance et la prouesse. Pendant longtemps, cette renommée n’est jamais qu’une célébrité et Bernard Guenée prend ici l’exemple fort éclairant de Saint Bruno dont, à la mort, la célébrité doit bien plus à son rôle comme écolâtre de Reims qu’à la fondation de la Grande Chartreuse ou celui de Gerbert d’Aurillac surtout connu chez ses anciens disciples. Autrement dit, pendant longtemps, pour les clercs, « la voie royale de la célébrité était l’enseignement » (p. 54) et encore faut-il préciser qu’il ne s’agit là que d’une célébrité et non d’une gloire, ce terme demeurant réservé au Ciel. Ce n’est donc qu’à partir de 1350 au moment où Église et État offrent de nouvelles possibilités de promotion sociale que la renommée devient un moyen. Dans le même temps s’affirme la construction progressive d’une légitimité du désir de renommée, pourtant condamné comme vaine gloire chez Boèce. La gloire est en effet ce qui permet de faire perdurer la mémoire après la mort et, à partir du XIIIe siècle, la recherche de la renommée ne semble plus assimilée à un vice. Or, l’écrit, seul, porte la mémoire et les historiens se font « artisans de la renommée » (p. 67), affirmant d’ailleurs dans leurs prologues écrire pour conserver la mémoire des preux, à l’instar d’un Jean le Bel, d’un Jean Froissart ou encore d’un Monstrelet.

3Pour Bernard Guenée, la construction de la renommée de Bertrand Du Guesclin marque le point d’orgue de ce mouvement multiséculaire. Si, en effet, au XIIe siècle encore chez Orderic Vital ou Guillaume de Tyr ou encore en ce qui concerne Guillaume le Maréchal — mais l’on aurait aimé ici que Bernard Guenée traite plus en profondeur un cas d’espèce si bien éclairé par Georges Duby — la renommée ne fait jamais que confirmer l’ordre social, en revanche, force est de constater que Du Guesclin est le premier à s’élever d’un rang de modeste écuyer à celui de connétable par les vertus conjuguées de la prouesse et d’une renommée que vient soutenir, peu de temps après sa mort, la chanson composée par Cuvelier. Bernard Guenée voit en l’élection de Du Guesclin au poste de connétable le véritable triomphe — de courte durée néanmoins — de la renommée sur la naissance et met fort justement cette élection en parallèle avec celles de Guillaume de Dormans puis de Pierre d’Orgemont comme chanceliers, hommes modestes reconnus et élus par leurs pairs sur leurs seuls mérites et leur renommée. Il est pourtant plus difficile de le suivre lorsqu’il attribue du vivant même du connétable une véritable popularité à Du Guesclin ou alors faudrait-il encore préciser que cette popularité reste sans doute limitée au seul milieu parisien. Les sources provençales ou languedociennes, pour ne parler que d’elles, envisagent d’un œil moins complaisant le passage des routiers commandés par le capitaine breton et il y a lieu de se demander si cette « popularité » ne relève pas d’une construction littéraire opérée après la mort du connétable par ce même Cuvelier.

4Parvenu à ce point, Bernard Guenée change alors en partie d’objet pour se consacrer à la figure de l’historien et tenter de comprendre les mécanismes par lesquels les historiens, d’artisans de la renommée, sont devenus renommés par et pour eux-mêmes. En dépit là encore du précédent romain, force est de constater que les historiens du Moyen Âge durent parcourir un long chemin pour gagner une quelconque renommée. Bernard Guenée emprunte la même route qu’eux en partant du catalogue d’auteurs illustres composé par Sigebert de Gembloux au sein duquel les historiens sont réduits à la portion congrue par rapport aux auteurs ecclésiastiques. Les historiens sont d’ailleurs longtemps restés anonymes à la fois parce qu’ils se considéraient plus comme des compilateurs que des auteurs — notamment au sein du scriptorium de Saint-Denis — mais aussi parce que le nom qui comptait n’était pas tant celui de l’auteur que celui de l’autorité qui cautionnait l’œuvre et que cette œuvre elle-même n’était jamais tout à fait considérée comme terminée mais devait être continuée selon un processus chronologique. Et pourtant, petit à petit, le nom des historiens se fit jour parce qu’une œuvre anonyme ne pouvait faire autorité. Parce que l’historien énonce une vérité, il peut et doit énoncer un je et les formules du type Ego, frater… qui introduisent le témoignage véridique d’un témoin oculaire commencent dès lors à abonder à partir de la fin du XIIIe siècle.

5L’énonciation ne suffit cependant pas à établir la renommée de l’historien. En se fondant sur le nombre de manuscrits de leurs œuvres — mais est-ce le seul critère d’une renommée ? —, Bernard Guenée calcule que les renommées d’auteurs aussi connus que Grégoire de Tours, Bède ou encore Eginhard mirent trois à quatre cents à s’établir et encore ne furent-ils d’abord connus, pour les deux premiers, que comme auteurs ecclésiastiques. La mutation fondamentale semble se produire à partir du XIIe siècle, lorsque les auteurs n’écrivent plus seulement pour un étroit lectorat de moines mais insèrent leur œuvre dans un rapport au pouvoir à l’instar de Guillaume le Breton, qui n’hésite évidemment pas à se nommer. Les Dominicains, avec leur réseau serré de couvents qui assurent une rapide diffusion des œuvres composées au sein de l’ordre, jouèrent aussi un rôle décisif comme le montre la renommée de Vincent de Beauvais ou celle de Bernard Gui, pourtant circonscrite en leur temps au monde des clercs instruits. Avec Guillaume de Nangis qui, non content de donner son nom, choisit aussi d’écrire en français, un « moment décisif de la longue marche de l’historien vers la renommée » (p. 161) semble franchi dont témoigne l’élargissement du public qui englobe au XIVe siècle certains lettrés gravitant dans l’entourage royal. Selon la belle formule de Bernard Guenée, « les historiens, au XIIe siècle, avaient pensé à leur œuvre ; au XIVe siècle, ils ont pensé à leur public ».

6Et de toutes ces nouvelles figures d’historiens soucieux de leur public, la plus emblématique reste évidemment celle de Froissart, archétype de ces historiens qui vivent de leurs écrits et, toujours à la recherche de patrons susceptibles d’avancer leur carrière, se doivent d’assurer la diffusion d’œuvres qu’ils publient évidemment sous leur propre nom. Mais le rapport à la renommée s’inverse alors : tandis que pendant longtemps, les historiens ne pouvaient, au mieux, jouir que d’une renommée posthume, Froissart est connu et renommé dans le milieu de la très haute noblesse alors qu’il est peu ou pas lu, ainsi que le confesse Gaston Fébus en le recevant à sa cour. Faut-il pour autant croire Froissart lorsqu’il affirme que le comte de Foix goûta fort les vers de son Méliador? En l’occurrence, il paraît plausible de penser que Gaston Fébus, conscient du pouvoir de Froissart dans la construction de sa propre renommée, instrumentalisa lui-même le poète, ce qui illustre on ne peut mieux le propos de Bernard Guenée. L’historien est bien celui qui construit la renommée, y compris celle des plus grands princes.

7Si la démarche demeure rigoureuse et la lecture plaisante, les figures éponymes de l’ouvrage ne sont évoquées qu’en pointillés et auraient sans doute mérité de plus amples développements puisqu’ils sont la clef de voûte de toute l’entreprise. Et Bernard Guenée paraît parfois étonnamment se fier à des chroniques qu’il a pourtant si souvent lui-même déconstruites.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart. La fabrication de la renommée », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 22 décembre 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11133

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org