Navigation – Plan du site

Chroniqueur au Monde et chercheur au CNRS
Aperçus sur une récente polémique.

Max Lejbowicz

Texte intégral

Le Monde daté du 4 avril 2008

1À la parution d’un mauvais livre qui touche à sa discipline, le spécialiste choisit généralement de faire le gros dos. Il attend patiemment que le temps fasse son œuvre et qu’il renvoie aux ténèbres dont il n’aurait jamais dû sortir cette injure à l’intelligence. Telle aurait due être la destinée du dernier livre de Sylvain Gouguenheim, si un chroniqueur n’avait pas glissé le grain de sable qui en décida autrement.

2Dans le Monde des livres daté du 4 avril, et sur trois quarts de page, Roger-Pol Droit a consacré au livre de Gouguenheim deux articles enthousiastes de longueur inégale. Le principal est titré « Et si l’Europe ne devait pas ses savoirs à l’islam ? » ; l’autre « Jacques de Venise, passeur oublié ». Le tout est agrémenté d’un dessin en noir et blanc de Sergio Aquino qui occupe quatre colonnes ; pour être précis : quatre colonnes de base sur un quart de page en hauteur. L’illustration montre trois minuscules personnages qui viennent de planter leur drapeau au sommet de la tête d’une énorme chouette d’Athéna, tandis que deux autres, pas plus grands que les précédents, assistent, accablés, à la chute du leur. J’ignore le degré de connivence qui a lié le dessinateur au chroniqueur. À supposer que l’œuvre du premier traduise le sens général que le second a voulu donner à sa présentation du livre de Gouguenheim, l’irénisme ne plane pas au-dessus de cette page.

3L’article principal adopte le ton qui convient parfaitement à son titre : poser une question de manière à orienter le lecteur vers la réponse souhaitée. Le corps de l’article affectionne lui aussi le point d’interrogation et encore plus le conditionnel, jusque dans sa conclusion dont on admirera la rigueur : « Somme toute, contrairement à ce qu’on répète crescendo depuis les années 1960, la culture européenne, dans son histoire et son développement, ne devrait pas grand-chose à l’islam. En tout cas rien d’essentiel. Précis, argumenté, ce livre qui remet l’histoire à l’heure est aussi fort courageux. » Si le livre en question est « précis », « argumenté » et « fort courageux », s’il « remet l’histoire à l’heure », il convient de remplacer le « devrait » utilisé deux phrases plus haut par un « doit ». À moins que Droit, peu familier avec le Moyen Âge, se reconnaisse incapable de porter un jugement raisonné sur les thèses étranges de Gouguenheim. Si tel est le cas, il ne lui est pas possible d’appliquer au livre les adjectifs que je viens de relever : en ces matières, l’éloge n’est justifié que s’il est prononcé par un connaisseur. La conclusion de l’article joue donc inégalement sur deux tableaux : en utilisant un verbe au conditionnel et trois adjectifs flatteurs, elle exprime une once de réserve dans un océan d’approbations. Elle est à la hauteur du faux point d’interrogation de son titre ; et, en toute rigueur, ses semblants d’hésitation la rendent inconsistante, comme l’est, à un œil averti, l’ensemble de l’article qu’elle parachève.

4Quant au « passeur oublié » que serait Jacques de Venise, Droit aurait pu se poser deux questions avant de retenir un tel titre. Par qui est-il oublié ? Et est-ce qu’il l’est davantage que les autres traducteurs médiévaux, qu’ils soient gréco-latins ou arabo-latins ?

  • 1  Voir les contributions du père Bataillon et de Sten Ebbesen dans le livre en préparation aux Press (...)

5Jacques de Venise n’est sûrement pas oublié par les médiévistes. Quand Gouguenheim en parle, il s’appuie sur leurs travaux, qu’il a d’ailleurs mal lus, au point de commettre une série d’erreurs et d’abus d’interprétation1 ; Droit à son tour entérine ces falsifications avec l’innocence du paysan du Danube. D’autre part, il est inutile de recourir à un institut de sondage pour aboutir à ce résultat : Jacques de Venise n’est pas plus oublié du grand public que, du côté grec, Alfanus, Burgundio de Pise, Henri Aristippe, Barthélemy de Messine, Robert Grosseteste, Guillaume de Moerbeke, etc. ; ou que, du côté arabe, Pierre Alphonse, Adélard de Bath, Jean de Séville, Hermann de Carinthie, Robert de Chester, Platon de Tivoli, Hugues de Santalla, Étienne d’Antioche, Marc de Tolède, etc. (je n’y peux rien si les traducteurs arabo-latins furent à cette époque plus nombreux que les traducteurs gréco-latins). Jacques appartient à cette grande et étonnante famille des traducteurs qui, en moins de deux siècles, a permis à l’Europe latine de se renouveler intellectuellement, avant d’être oubliée par la plupart des lointains bénéficiaires de ses travaux.

6Je n’en dirai pas plus sur ces deux articles. Un lecteur qui aura lu le livre cité à la note 1 sera à même de débusquer les ignorances et les manipulations de Gouguenheim. Il en viendra aisément à la conclusion : Droit approuve une vision de l’histoire qui n’est qu’étroitesse d’esprit et dévoiement de l’intelligence. Son approbation est d’autant plus surprenante qu’il développait quelques années plus tôt une vision des pays de l’Islam actuels diamétralement opposée à celle que Gouguenheim applique à l’Islam médiéval :

7« J’ai été pendant six ans conseiller du directeur général de l’Unesco pour la philosophie. J’ai conduit à ce titre une enquête mondiale qui a souligné que, effectivement, la philosophie était plutôt en expansion qu’en régression. Ce qui m’a particulièrement frappé, c’est la liste des auteurs de référence. En Occident, on ne trouve que des philosophes occidentaux. En Asie, dans certains pays arabes, il existe, au contraire, un panachage entre philosophes grecs et européens et philosophes arabes ou asiatiques. »2

8J’ignore si son diagnostic des temps actuels est fondé ; il me suffit de noter qu’il aurait dû l’inciter à adopter une certaine réserve pour les temps médiévaux, surtout quand ils sont examinés, comme le fait Gouguenheim, d’un point de vue essentialiste.

9Au-delà de leurs déficiences, les deux articles parus dans Le Monde sur le livre de Gouguenheim soulèvent un problème capital : Quelles ont été leurs répercussions dans le public ?

Tintin au secours de chistusfiscus

10Roger-Pol Droit écrit dans un quotidien qui sait enrober des choix peu avouables dans une rhétorique de bonne compagnie. Tel n’est pas le cas de tous ses lecteurs. Dès le 5 avril, son premier article est repris sur un site, http://chistusfiscus.hautetfort.com, dont les responsables n’ont pas l’habileté de leur inspirateur. Ils décident de modifier le titre initial, sans sacrifier un iota au corps du texte. Le nouvel intitulé annonce franchement la couleur : « Nous ne devons rien à l’Islam ». Le passage de la fausse interrogation à la vraie affirmation est significatif. La fiction d’un livre d’histoire que Droit, tout à ses ignorances, avait maintenue, a cédé la place à la réalité du pamphlet. On note ce « nous », qui transforme quelques énergumènes en porte-parole de l’Europe entière. Il y a plus. Il y a pire. La chouette d’Athéna a été remplacée par une image dont les références ne sont pas mentionnées, mais qu’il est aisé de retrouver ; elle est extraite de Tintin au pays de l’or noir, p. 22. En plein désert, un des Dupont botte l’arrière-train d’un musulman prosterné pour l’une de ses prières quotidiennes… Droit n’est pas directement responsable de cette grossièreté, qui n’est d’ailleurs pas aussi crue chez Hergé, où l’image en question s’insère dans un récit. Le Dupont en cause cherche à montrer à son comparse que le musulman en prière qu’ils ont aperçu depuis leur jeep est en fait un nouveau mirage. Mal lui en pris ! En sortant l’image de son contexte narratif, les responsables de chistusfiscus l’arrachent aux péripéties d’une histoire pour la transformer en un emblème où la haine le dispute au mépris et l’ignorance à la suffisance. Droit n’est pas responsable de ce détournement calamiteux, mais ses atermoiements l’autorisent, ses subterfuges le cautionnent et ses sous-entendus le justifient. Quand la critique louvoie à mauvais escient sur un thème sensible, le gros des troupes ne remarque guère les points d’interrogation et les conditionnels. Il a besoin de certitudes. Il se plaît à trancher dans le vif. Il projette une lumière vive sur les propos que le chroniqueur s’était complu à installer dans un flou relatif.  Je voudrais clore mes remarques sur cette funeste page du Monde des livres par un rappel lexical.

11L’islam de Droit est devenu chez chistusfiscus, l’Islam, au mépris d’une de ces subtilités dont la langue française a le secret. En bon français, « Islam » s’applique à la civilisation qui se réclame de la Révélation coranique, tandis que « islam » désigne la Révélation coranique elle-même. Les deux mots forment un couple qui, mutatis mutandis, correspond à celui formé par « chrétienté » et « christianisme ». Droit s’en tient dans son article aux enjeux culturels, que la chouette d’Athéna symbolise. Avec la cible du coup de pied de Dupont, ses épigones visent la Révélation coranique elle-même. Le changement de l’initiale est assez cocasse. Les fiers jusqu’aux-boutistes de chistusfiscus auraient dû maintenir dans leur titre la minuscule utilisée à tort par Droit : elle allait dans leur sens. Droit lui-même, titulaire d’un doctorat d’État en philosophie pour une thèse, La découverte du bouddhisme et la philosophie européenne, aurait pu se souvenir de ses années de formation d’orientaliste et recourir à la majuscule dans le sien ; il aurait permis à ses adulateurs d’être fidèles à sa lettre, tout en forçant le trait, avec l’aide bien involontaire d’Hergé. Tous ces contempteurs de l’Islam / islam, tous ces adulateurs des « racines grecques de l’Europe chrétienne » ont un français boitillant.

12Le passage étonnant, pour un texte rigoureusement identique, de « Et si l’Europe ne devait pas ses savoirs à l’islam ? » à « Nous ne devons rien à l’Islam » est suffisamment éloquent. En ce début du mois d’avril, le livre de Gouguenheim à peine paru, une mécanique redoutable s’est enclenchée. Le corps social où se produit ce premier dérapage est déjà malade. N’étant pas sociologue, je ne m’entendrai pas sur les signes, les causes, la nature et l’ampleur de cette maladie. N’étant pas davantage un chroniqueur des temps présents, je ne souhaite pas entrer dans les détails du développement qu’elle a connu à l’occasion d’Aristote au Mont-Saint-Michel ; je me contente d’en donner un aperçu dans l’Annexe 2 de l’introduction du livre cité à la noté 1. Je voudrais me cantonner ici à quelques étapes de l’itinéraire de celui qui a ajouté le scandale de son compte rendu au scandale du livre de Gouguenheim.

La Compagnie des philosophes

  • 3  Roger-Pol Droit, Une brève histoire de la philosophie, Paris, Flammarion, 2008.
  • 4  Roger-Pol Droit, La Compagnie des philosophes, Paris, Éditions Odile Jacob, 1998, réédition, Paris (...)

13Droit est un auteur prolifique. La page qui précède la page de titre de son dernier ouvrage répertorie vingt-un livres « Du même auteur », publiés depuis 1997, dont sept en collaboration3. Près de deux livres par an : Droit, un stakhanoviste du clavier. Je ne me décide pas à lire cet ensemble de pages pour essayer de comprendre les mobiles qui ont transformé leur auteur en catalyseur de « l’affaire Gouguenheim ». Je choisirai dans son œuvre les titres qui m’ont paru les plus susceptibles d’éclairer le débat en cours : Une brève histoire de la philosophie dont je viens de faire état et La Compagnie des philosophes4.

  • 5  Droit, La Compagnie, p. 77.

14Dans ce dernier livre, au cours du chapitre IV qui a valeur de programme, « Ne pas oublier l’Inde », l’auteur regrette ce qu’il appelle « l’option ‘tout Grec’, qui va dominer l’imaginaire philosophique à partir des premières années du XXe siècle »5. Il regrette donc une option philosophique que Gouguenheim défendra un siècle plus tard avec l’aveuglement d’un croisé. Mais Droit constate aussi qu’au moment où il écrit, un changement bienvenu s’est produit :

  • 6  Id.

15« Il semble toutefois que le paysage ne soit plus le même qu’il y a une dizaine d’années : certains ouvrages d’initiation commencent à donner une place à l’Inde, à la Chine, au monde arabe. (…) Des chercheurs d’une nouvelle génération s’emploient à regarder la pensée européenne du dehors. Ils partent camper au loin, dans des œuvres chinoises, sanskrites, arabes, hébraïques, pour mieux voir l’Occident. »6

  • 7 Ibid., p. 65.
  • 8 Ibid., p. 61.
  • 9 Ibid., p. 63.
  • 10  Gouguenheim, Aristote, p. 13, n. 5 ; ce qui ne l’empêche pas de puiser dans les travaux de ceux qu (...)
  • 11  Droit, La Compagnie, p. 91.

16Cette déclaration d’ouverture frappée au coin d’européocentrisme, « camper au loin (…) pour mieux voir l’Occident », fait suite à une remarque plus spécifique, et plus en rapport avec mes propos, exprimée au chapitre précédent, dans un passage consacré à l’Aristote médiéval : « l’œuvre d’Aristote fait retour dans l’Occident médiéval par l’intermédiaire des philosophes arabes »7. Fichtre ! Il y a donc eu des philosophes en terres d’Islam ; ces philosophes connaissaient l’œuvre d’Aristote ; et ils la connaissaient suffisamment bien pour que la traduction latine de leurs œuvres permette la découverte du Stagirite par des Européens qui en ignoraient la plupart des œuvres – bref, c’est de l’anti-Gouguenheim avant la lettre. La plume de Droit n’a pas dérapé. Il parle quelques pages plus loin de : « la scolastique médiévale, issue, entre autres, d’Aristote, via ses commentateurs musulmans et saint Thomas d’Aquin. »8 Il faut se frotter les yeux : les commentateurs musulmans d’Aristote sont mis sur le même pied que saint Thomas d’Aquin. Voilà de quoi remplir de fureur l’historien des rapports arabo-latins que Gouguenheim prétend être. Deux pages encore, et Droit aggrave son cas : « … le monde arabe fut l’intermédiaire majeur entre l’héritage grec et la première Renaissance en Europe. »9 La première Renaissance en Europe, c’est-à-dire celle du XIIe siècle, a bénéficié selon Droit d’un « intermédiaire arabe » alors que Gouguenheim voudra la rendre vierge d’influences arabes sérieuses pour n’y voir que le résultat d’une transmission grecque, ininterrompue depuis l’Antiquité10. Ce n’est pas tout. Traitant dans le chapitre V de la période qui va de saint Augustin à Pic de la Mirandole, Droit note que : « Diverses routes de la philosophie passent par Byzance, Bagdad, Tolède, Paris. »11 Est-ce qu’on ne parlait pas arabe à Bagdad, à l’ombre des mosquées et à l’appel des muezzins ? Et est-ce que les manuscrits que les traducteurs du XIIe siècle allaient chercher dans la Tolède d’après 1085 n’étaient pas rangés dans des bibliothèques arabes ?

  • 12  Ibid., p. 402 ; en fait Droit ne mentionne que les premières éditions. La philosophie médiévale pa (...)
  • 13  Gouguenheim, Aristote, p. 9, n. 1; 11, n. 1; 16, n. 13.

17La bibliographie de ce chapitre V est donnée à la fin de l’ouvrage. Elle mentionne dix livres, dont les deux philosophies médiévales d’Alain de Libéra parues aux Presses universitaires de France, respectivement dans les collections « Que sais-je ? » en 1992 et « Premier cycle » en 1993.  Elle ne lésine pas sur l’éloge : « Les meilleurs guides aujourd’hui par un spécialiste pédagogue ».12 Une des têtes de Turc de Gouguenheim, si je puis dire13, a rédigé « les meilleurs guides » de philosophie médiévale !  À mon tour de poser la question fatidique : « Et si Roger-Pol Droit ne devait pas être pris au sérieux ? »

18Restons dans le domaine médiéval en oubliant un instant les traductions gréco-latines et arabo-latines. Entrons dans la cuisine où se préparent les meilleurs mets philosophiques.

19Dans la bibliographie déjà citée, Droit mentionne la première partie de la Somme logique de Guillaume d’Ockham éditée par Trans-Europ-Repress (TER). Passons sur les broutilles. Selon lui, cette première partie est parue en 1989 ; selon les indications tirées de l’ouvrage même d’Ockham, un an plus tôt. En 1998, lors de la sortie de la première édition du livre dont j’examine les pages consacrées au Moyen Âge, la deuxième partie de la Somme logique était parue depuis deux ans chez TER : la Compagnie des philosophes que Droit prône ne va pas sans quelques fautes d’inattention. (Pour information, la troisième partie est sortie en deux volumes en 2003 et en 2008 ; l’ensemble de la Somme est maintenant disponible pour les francophones.) Le plus fâcheux reste l’annotation que Droit ajoute à sa référence : « Le texte principal (d’Ockham) remarquablement édité. »

  • 14  Guillaume Ockham, Summa Logicae, dans Opera Philosophica I, ed. Philotheus Boehner, Gedeon Gál, St (...)
  • 15  Comme il arrive parfois pour les éditions bilingues, les pages en vis-à-vis portent le même numéro (...)
  • 16  Guillaume d’Ockham, Somme logique, trad., intr. et notes de Joël Biard, Mauvezin (32), TER, 3. t., (...)
  • 17  Droit, La Compagnie, p. 96.

20Éditer un texte médiéval a un sens précis : réunir et étudier les manuscrits qui le contiennent, établir les rapports que ces manuscrit entretiennent entre eux, choisir le manuscrit de base, mentionner les variantes. Pour la Somme logique, ce travail austère mais indispensable, et souvent riche en découvertes, a été fait, et fort bien fait, mais en 1974, dans le cadre de l’Institut franciscain de l’université Saint-Bonaventure, à Saint-Bonaventure, dans l’état  de New York, par trois grands érudits, Philotheus Boehmer, Gedeon Gál, Stephen Brown14. La publication de TER reproduit sur ses pages de gauche cette édition américaine, en lui retirant toutefois l’apparat critique, ces bas de pages qui permettent d’entrer dans la vie d’une œuvre et d’en entrevoir les avatars. Il est difficile de parler dans ces conditions d’un texte « remarquablement édité », sans parler des trois érudits cités et, puisque l’édition de TER est valorisée, des restrictions délibérément apportées à leur travail. La Somme logique parue chez TER n’en est pas moins importante pour la francophonie : ses pages de droite contiennent la première traduction française du traité d’Ockham, par les soins de Joël Biard, qui a également rédigé l’introduction et les notes, avant d’être rejoint pour la traduction et les notes de la troisième partie par Christophe Grellard et Kim Sang Ong-Van-Cung15. Si elle mérite des éloges, ce sont ceux d’être « remarquablement traduite, introduite et annotée ». Encore faudrait-il, pour apporter ces précisions, lire cette introduction, où le traducteur précise la manière dont il a procédé, au regard de l’édition américaine16 ; la lire pour situer à son niveau le travail de Biard et de ses associés. L’ignorance, ou la désinvolture, de Droit s’affiche également dans le chapitre V de son livre : « On doit à Joël Biard la publication de l’œuvre majeure de Guillaume d’Ockham, la Somme logique. »17 Le traducteur, introducteur et annotateur n’en demande pas tant, à moins de considérer qu’un livre n’acquiert la plénitude de son existence qu’en accédant aux prestiges de la langue française. L’incompétence de Droit en matière de philosophie médiévale se manifeste sur un autre front.

Une brève histoire de la philosophie

21Le 24 janvier 2008, le quotidien Le Monde inaugure, en partenariat avec les éditions Flammarion, une belle entreprise : accompagner pendant vingt semaines la vente du Monde des livres d’un ouvrage qui, consacré à un philosophe, était vendu moins de 10 €. Chaque tome s’ouvre par la présentation d’un philosophe ; et elle se continue par une ou plusieurs œuvre(s) fondamentale(s) du philosophe en question, reprise simplifiée de l’édition critique parue dans Garnier-Flammarion. Le succès est tel, que l’entreprise est prolongée au-delà du 5 juin initialement prévu, avec dix tomes supplémentaires, soit jusqu’au 14 août. Le 24 juillet sort le vingt-septième. Il est consacré au De anima d’Aristote et à un extrait du commentaire qu’Averroès en a fait. Il est présenté par Jean-François Mattei. Le Monde des livres suit à cette occasion la procédure qu’il a adoptée pour les autres tomes. Il publie un article d’Olivier Dubouchez, La raison dans la foi, consacré au Discours décisif d’Averroès, qu’il double par une longue interview du traducteur d’Averroès, Alain de Libera, par Jean Birnbaum. Le chapeau est explicite : « Les Latins surnommaient le ‘Commentateur’ ce penseur de l’unité fondamentale de l’intellect humain. Alain de Libera, qui est l’un de ses traducteurs, estime que son œuvre est susceptible de donner un tout autre sens aux fumeux débats sur l’identité culturelle de l’Europe. » Il n’a pas dû être facile de travailler au Monde des livres pendant toute cette période, surtout si on verse au dossier l’article élogieux que Nicolas Weil a consacré à Kurt Flasch, D’Averroès à maître Eckhart. Les sources arabes de la « mystique » allemande, accompagné d’une interview de l’auteur (Le Monde, 4 juillet 2008).  

  • 18  Droit, Une brève, quatrième de couverture.

22Revenons à ce Droit qui paraît de plus en plus être le préposé aux basses œuvres. Dès ce mois d’août, sort sa Brève histoire de la philosophie « inspirée des présentations rédigées (…) pour vingt volumes de la collection ‘Le Monde de la philosophie’. »18 C’est dire que, dès le lancement de ce qui devint la première tranche, Droit avait prévu de profiter de l’entreprise pour faire aussitôt  paraître un livre qui en est issu. Étant donné les délais, il n’a pu intégrer la seconde tranche, qui n’avait pas été initialement programmée. Sa « brève histoire » en devient « très brève ». Elle suit strictement l’ordre chronologique que la collection n’a pas toujours respecté.

23La Brève histoire de la philosophie contient donc vingt chapitres. Ils sont distribués en cinq parties, où sont regroupés des philosophes réputés appartenir à la même période. Chaque partie est elle-même introduite par des remarques qui la présentent, tout en assurant, à partir de la deuxième, la liaison avec celle qui la précède. Les philosophes médiévaux ne sont pas à l’honneur. Selon Droit, ils auraient dû se glisser entre les auteurs qui appartiennent à la deuxième partie, qui passe abruptement de saint Augustin (354-430 ; le tome de la collection est sorti le 3 avril), à Machiavel (1469-1527 ; le tome est sorti le 10 avril) pour terminer avec Montaigne (1495-1592 ; le tome est sorti le 20 mars). Ces sorties sont à peu près contemporaines de celle d’Aristote au Mont-Saint-Michel, dont le dépôt légal date de mars. Dans l’introduction de cette deuxième partie, l’auteur évoque le volume qui aurait pu combler ce vide abyssal des mille ans de philosophie médiévale :

  • 19  Ibid., p. 81. Avicenne est réputé avoir commenté Aristote à la p. 38.  Droit écrit également, p. 4 (...)

24 « (Il) recenserait les innombrables œuvres que le Moyen Âge nous a léguées, aussi bien avant la redécouverte d’Aristote (Duns Scot, Isidore de Séville, l’École de Chartres) qu’après que l’on a redécouvert Aristote et les commentaires d’Avicenne et d’Averroès, traduits de l’arabe au latin à partir du milieu du XIVe siècle. »19

25Le chaos est total. 1 - Aristote fut redécouvert par les Latins au XIIe siècle, non au XIVe. 2 - Duns Scot a vécu d’environ 1265 à 1308, donc un bon siècle après la redécouverte réelle d’Aristote, bien après Isidore de Séville (vers 530-636), qui a effectivement précédé l’École de Chartres (commencée avec Bernard de Chartres, † vers 1130, et finie avec Clarembaud d’Arras, † vers 1187) ; Droit a vraisemblablement confondu Duns Scot avec Jean Scot (v. 800-876). Autant confondre Platon et Plotin. 3 - Même en corrigeant la confusion commise sur les deux Scot, l’ordre de l’énoncé aurait dû être : Isidore, Jean Scot, l’École de Chartes. 4 - L’École de Chartres est contemporaine du grand mouvement des traductions arabo-latines et arabo-grecques et certains textes chartrains sont influencés par lui. 5 – À l’inverse d’Averroès, Avicenne n’a pas commenté Aristote ; il l’a réexposé dans des ensembles originaux par le fond et par la forme. 6 - Les traductions arabo-latines d’Avicenne et d’Averroès s’étalent sur un peu moins de cent ans, à peu près de part et d’autre de 1200 ; le XIVe siècle latin n’a rien connu de semblable en fait de traduction.  Les coquilles sont malheureusement inévitables dans un livre ; mais six erreurs pareilles dans une seule phrase censée décrire un moment décisif de la culture médiévale, ce n’est plus de l’inadvertance, c’est le symptôme d’une ignorance crasse. La conclusion est malgré tout satisfaisante : celui qui a applaudi les divagations de Gouguenheim est un médiéviste incompétent.

Le Monde daté 24 juillet 2008

  • 20  J’utilise Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Pocket, 2008 ; le texte cité se trouve au (...)

26Le Monde a voulu honoré, durant l’été 2008, les livres qui avaient marqué le dernier demi-siècle. Tristes tropiques fut à juste titre retenu et Droit en fit la présentation dans le numéro daté du 24 juillet. Présentation honnête sur les trois première colonnes, mais qui dérape dans la quatrième et dernière : elle réserve sept lignes à un passage de Lévi-Strauss fort critique sur l’Islam20. Droit introduit son extrait en parlant de « virulence contre le monde musulman » et le conclut par : « Personne, en 1955, ne semble y trouver à redire. On crierait aujourd’hui à l’islamophobie. »

27S’il doit « crier », un familier des Tristes tropiques ne le fera pas au prétexte d’une possible islamophobie lévi-straussienne ; il le fera pour s’opposer fermement à la manipulation dont Droit se rend coupable.

  • 21  Lévi-Strauss, Tristes, p. 474-475.
  • 22  Ibid., p. 493-494.

28Je commence par le plus élémentaire. Lévi-Strauss met une majuscule à l’initiale d’Islam que Droit transforme en minuscule. Il introduit une distorsion dans le texte qu’il reproduit. Il transforme l’analyse d’un ethnologue en propos de théologien. Lévi-Strauss ne parle des croyances et des coutumes religieuses que pour autant qu’elles aient des incidences sociales. Plus grave, Droit oublie de rappeler que cet extrait provient de la dernière partie du livre, celle où l’auteur relate la fin de son troisième périple. Il se trouve aux Indes et plus précisément dans le site de Taxila, témoin exceptionnel du brassage des cultures : « Où, mieux qu’en ce site qui lui présente son microcosme, l’homme de l’Ancien Monde, renouant avec son histoire, pourrait-il s’interroger ? »21 Ces cinquante dernières pages sont une réflexion sur les cultures – qu’elles soient hindouistes, bouddhistes, grecques, chrétiennes ou musulmanes. Elles sont examinées et comparées, le plus souvent à la faveur d’un monument, parfois d’une rencontre. Il n’y a pas plus de jugements désobligeants pour l’une que pour l’autre. Il y a le simple exercice d’une lucidité qui poursuit sa quête en examinant les diverses facettes de ses objets d’étude. Je ne me livrerai pas à la comptabilité sordide qui consisterait à dénombrer le nombre de lignes réservées successivement aux critiques et aux éloges des unes et des autres. Le développement d’une argumentation ne se mesure pas avec les instruments d’un épicier ou d’un laborantin. Il est clair que seul le bouddhisme trouve grâce auprès de Lévi-Strauss, mais non sans réserve : « Pourtant les solutions historiques de la morale bouddhiste confrontent à une glaçante alternative ; celui qui a répondu par l’affirmative à la question précédente [l’identité du sens et de l’absence de sens] s’enferme dans un monastère ; l’autre se satisfait à bon compte, par la pratique, d’une égoïste vertu. »22 La chance de l’homme est finalement de se déprendre et elle consiste :

  • 23  Ibid., p. 497. Au petit jeu des extraits, il est possible d’opposer à celui de Droit le suivant, q (...)

29 « dans la contemplation d’un minéral plus beau que toutes nos œuvres ; dans le parfum, plus savant que nos livres, respiré au creux d’un lis ; ou dans le clin d’œil alourdi de patience, de sérénité et de pardon réciproque, qu’une entente involontaire permet parfois d’échanger avec un chat. »23

30Telles sont les toutes dernières lignes d’un livre, où certains souhaiteraient que d’autres y trouvent un témoignage d’islamophobie. Elles portent à son point le plus haut ce mélange surprenant de sensibilité extrême et de lucidité impitoyable qui conduit Lévi-Strauss à penser au bord des gouffres sans jamais y tomber. En dépit de ses roueries, Droit ne trouvera pas dans l’œuvre de Lévi-Strauss de quoi faire oublier ses lacunes à l’égard du Moyen Âge ni de quoi soutenir le combat douteux de Gouguenheim.

Les XIe Rendez-vous de l’histoire de Blois

31Le Monde daté du 10 octobre annonce que le quotidien organise un débat, « Polémique sur les racines de l'Europe », lors des prochains Rendez-vous de l’histoire de Blois. Créé en 1998 par le maire de la ville d’alors, Jack Lang, les Rendez-vous de l’histoire draine un public de plus en plus abondant d’amateurs, d’enseignants du secondaire et du supérieur, et d’essayistes. Tous sont heureux d’y trouver des stands de livres largement pourvus et de participer ou d’assister à des débats ou à des ateliers, où l’amateur côtoie le professionnel et à l’occasion de s’y confronter. Celui que Le Monde annonce vise explicitement Aristote au Mont-Saint-Michel. Animé par Jean Birnbaum, il réunit Anneliese Nef, maître de conférences en histoire de l’Orient médiéval à Paris 4, Patrick Boucheron, maître de conférences en histoire médiévale à Paris 1, Dominique Urvoy, professeur d’islamologie à Toulouse 3 et l’inusable Roger-Pol Droit. De Sylvain Gouguenheim, point, en dépit d’une invitation. Birnbaum / Droit, deux journalistes qui, pour appartenir au même journal, ont pris des positions différentes sur Aristote au Mont-Saint-Michel, et les ont prises différemment : l’un avec éclat, l’autre avec discrétion.

32Je n’étais pas à ces XIe Rendez-vous. J’ai eu des échos du débat en cause grâce à deux des participants, Anneliese Nef et Patrick Boucheron. Je n’en ferai pas état, leur combat étant le mien. Je m’en tiendrai à la conclusion qu’en a tirée un enseignant d’histoire-géographie, Ludwig Speter, que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam. Elle se trouve sur un site web et je renvoie le lecteur à cette adresse pour qu’il puisse se faire une idée de l’honnêteté de l’auteur :

33 « Ce qui émerge finalement de ce débat est le contraste très important non pas au sein de la communauté historique elle-même (les spécialistes de la période ayant quasi-unanimement critiqué l’aspect non scientifique et donc par là-même non historique de l’ouvrage) mais plutôt entre les historiens et le grand public, qui a accueilli cet ouvrage de manière favorable. Ce contraste nuance donc, d’une certaine façon, l’objectif même des Rendez-vous de l’Histoire de rapprocher histoire scientifique et grand public. »24

34La machine de guerre lancée par Gouguenheim et bêtement relayée par Droit met en échec la finalité même des Rendez-vous de l’histoire : elle consacre un divorce entre l’amateur et le professionnel. L’histoire comme discipline est, dans la France profonde de 2008, mise en cause par l’état de la société.

  • 25  Droit, Brève histoire, p. 27.

35En cherchant à conclure cette Annexe, je me suis souvenu du portrait que Droit esquisse d’un des personnages du Gorgias. Calliclès, écrit-il : « incarne, pour la vie philosophique, le danger suprême : intelligent, sans scrupule, sans souci des autres ni de la justice, avide de pouvoirs et de plaisirs. »25 Je n’ai jamais rencontré l’auteur de ce portrait, ni ne connais aucun de ses intimes, de ses proches ou de ses relations. Je n’ai fait que le lire en essayant de reconstituer le mode d’information et d’analyse qu’il emploie dans ses travaux. Je ne peux pas m’empêcher de voir dans les quelques mots qu’il a consacrés à Calliclès son autoportrait. Droit ou le mystificateur. Il n’a pas l’humilité et la plasticité du chroniqueur. Il n’a pas davantage la libido scienti propre au chercheur. Il s’installe dans un entre-deux, qu’il exploite à son avantage. Il fait valoir auprès des journalistes son état de chercheur comme un argument d’autorité. Et auprès de ses collègues du CNRS, il met en avant ses entrées dans la presse et dans l’édition comme autant de raisons de le ménager. Il prospère en intouchable. Il joue habilement sur les deux tableaux, ni chercheur ni journaliste, mais vrai jouisseur du temps qui passe. La philosophie est devenue son fonds de commerce.

Notes

1  Voir les contributions du père Bataillon et de Sten Ebbesen dans le livre en préparation aux Presses universitaires du Septentrion, Max Lejbowicz, dir., L’Islam médiéval en terres chrétiennes : science et idéologie.

2  Entretien paru dans France Diplomatie, 58 (2005), accessible à la page http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/france_829/label-france_5343/les-themes_5497/sciences-humaines_13695/philosophie_14464/grand-entretien-avec-roger-pol-droit-philosophe-no-58-2005_36389.html.

3  Roger-Pol Droit, Une brève histoire de la philosophie, Paris, Flammarion, 2008.

4  Roger-Pol Droit, La Compagnie des philosophes, Paris, Éditions Odile Jacob, 1998, réédition, Paris, Odile Jacob poches, 2002 ; j’utilise cette dernière édition.

5  Droit, La Compagnie, p. 77.

6  Id.

7 Ibid., p. 65.

8 Ibid., p. 61.

9 Ibid., p. 63.

10  Gouguenheim, Aristote, p. 13, n. 5 ; ce qui ne l’empêche pas de puiser dans les travaux de ceux qui soutiennent des vues contraires aux siennes, sans en respecter l’esprit : voir ibid., p. 97, n. 54 et 101, n. 66.

11  Droit, La Compagnie, p. 91.

12  Ibid., p. 402 ; en fait Droit ne mentionne que les premières éditions. La philosophie médiévale parue dans la collection « Que sais-je ? » en est aujourd’hui à sa quatrième édition (elle est parue en 2001) ; et celle, beaucoup plus volumineuse, qui est parue dans la collection « Premier cycle », en est aujourd’hui à sa troisième (elle est parue en 1998). Il existe une autre édition de ce dernier livre dans la collection « Quadrige Manuel » parue en 2004. On ne peut pas dire que Droit tienne à jour sa bibliographie.

13  Gouguenheim, Aristote, p. 9, n. 1; 11, n. 1; 16, n. 13.

14  Guillaume Ockham, Summa Logicae, dans Opera Philosophica I, ed. Philotheus Boehner, Gedeon Gál, Stephen S. Brown, St. Bonaventure, NY, The Franciscan Institute, 1974.

15  Comme il arrive parfois pour les éditions bilingues, les pages en vis-à-vis portent le même numéro ;

16  Guillaume d’Ockham, Somme logique, trad., intr. et notes de Joël Biard, Mauvezin (32), TER, 3. t., 1988-2003, t. 1, p. XX.

17  Droit, La Compagnie, p. 96.

18  Droit, Une brève, quatrième de couverture.

19  Ibid., p. 81. Avicenne est réputé avoir commenté Aristote à la p. 38.  Droit écrit également, p. 40 : « On le (Aristote) retrouve au centre des œuvres philosophiques arabes comme celles d’Avicenne ou d’Averroès. »

20  J’utilise Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Pocket, 2008 ; le texte cité se trouve aux p. 483-484. L’article ne contient que deux autres citations, fort brèves pour leur part : celle, fameuse, sur la haine des voyages et des explorateurs et celle, non moins fameuse, sur le début et l’achèvement du monde sans l’homme. Curieuse réduction pour un livre qui, aux yeux de Droit, fait partie des « grands livres ».

21  Lévi-Strauss, Tristes, p. 474-475.

22  Ibid., p. 493-494.

23  Ibid., p. 497. Au petit jeu des extraits, il est possible d’opposer à celui de Droit le suivant, qui rappelle la complexité de la pensée de Lévi-Strauss s : « Il y a déjà treize siècles, l’Islam a formulé une théorie de la solidarité de toutes les formes de la vie humaine : technique, économique, sociale, spirituelle, que l’Occident ne devait retrouver que tout récemment, avec certains aspects de la pensée marxiste et la naissance de l’ethnologie moderne. On sait quelle place prééminente cette vision prophétique a permis aux Arabes d’occuper dans la vie spirituelle du moyen âge (Lévi-Strauss, Race et histoire, Folio / essais, 2008, p. 47). »

24  http://www.nonfiction.fr/article-1634-p1-rendez_vous_de_lhistoire_de_blois_2008__choses_vues.htm. Je regrette que l’auteur ne précise pas le lieu où il exerce ses fonctions ; il aurait permis, à celui qui relaye ses propos, de s’assurer de son état.

25  Droit, Brève histoire, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Chroniqueur au Monde et chercheur au CNRS
Aperçus sur une récente polémique. », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], Varia, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11113

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org