Navigation – Plan du site

Vers une typologie de la réception tardo-médiévale de l’Inter Deum (CPL 1202)*

María Adelaida Andrés Sanz
p. 159-173

Résumés

Le Liber differentiarum [II] ou Inter Deum(CPL 1202) fut copié et lu durant le Moyen Âge tardif plus fréquemment que d’autres textes isidoriens. Cet article fournit une liste des quarante-trois copies manuscrites du traité écrites entre le XIIIe et le XVe siècle, ainsi qu’une étude de sa réception. La conclusion à laquelle nous parvenons est que, tandis que durant le haut Moyen Âge on semble avoir été surtout intéressé par les éléments grammaticaux et dogmatiques de l’ouvrage, ce sont surtout ses éléments ascétiques et pastoraux qui furent appréciés pendant le Moyen Âge tardif.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Travail de recherche lié au projet HUM2006-05744/FILO (DGCYT, MEC, Espagne). Une première version (...)
  • 1  Le texte complet du prologue peut se lire dans C. Codoñer, « Isidorus Iunior », Archivos leoneses, (...)

1Dans dix manuscrits de l’Inter Deum (ou Liber differentiarum [II]) copiés entre les XIIe et le XIVe siècle, ce traité isidorien est introduit par un prologue dans lequel on nous dit que son auteur écrivit le texte « contra erraticos male putantes de Trinitate, de anima, de homine » (« contre ceux qui ont des opinions erronées et mauvaises sur la Trinité, l’âme et l’homme »)1. Ce préambule fut probablement rédigé dans le milieu de Chartres ou de Saint-Victor de Paris au XIIe s., et il continua à être copié en tête du traité isidorien durant le XIIIe et le XIVe s., ce qui illustre clairement une des clefs de lecture de cette œuvre pendant le Moyen Âge central et tardif : écrit à la fin du VIe s. ou au commencement du VIIe s., dans des circonstances où l’Église et la monarchie wisigothique devaient lutter contre ce qui restait de l’hérésie arienne, le texte d’Isidore continuait à être pleinement actuel chaque fois que dans l’Église – ou en marge de l’Église – étaient débattues des questions doctrinales concernant la nature du Christ, la composition et les caractéristiques de la Trinité, et la liberté ou la prédestination de l’être humain. En tout cas, le fait que cette œuvre comporte des chapitres dont le contenu porte sur des problèmes liés traditionnellement à quelques-uns des points les plus débattus du dogme chrétien est, comme le montre l’exemple antérieur, une des raisons qui expliquent pourquoi et comment on l’a lu au Moyen Âge tardif. Ainsi, tout comme les dix copies mentionnées offrent une piste pour comprendre l’usage et la compréhension de cette œuvre à la fin du Moyen Âge, l’observation du nombre de manuscrits tardifs qui la conservent, leur répartition chronologique et géographique, et les œuvres qui sont copiées dans les mêmes manuscrits que l’Inter Deum, nous permettent de connaître d’autres aspects de sa réception tardo-médiévale.

1. Les copies tardives conservées de l’Inter Deum : nombre et datation

  • 2  Je compte parmi ces copies certaines adaptations totales ou partielles du texte qui le reproduisen (...)
  • 3  La plupart des cotes des manuscrits antérieurs au XIe s. peut se trouver dans la liste de C. Codoñ (...)

2Nous conservons quatre-vingts copies complètes ou fragmentaires antérieures au XIIIe siècle2. Parmi elles, neuf furent écrites au VIIIe s., trois au VIIIe-IXe s., vingt-quatre au IXe s., une au IXe-Xe s., trois au Xe s. et deux autres au Xe-XIe s., huit au XIe s., vingt-quatre au XIIe s. et quatre au XIIe-XIIIe s.3. Jusqu’à présent nous avons localisé quarante-trois copies tardives, datables entre le XIIIe et le XVe s. ; ce sont :

  • 4  Je remercie J. Elfassi de m’avoir communiqué cette référence.

–XIIIe s.: neuf
Arras, Bibliothèque municipale 818
Berlin, Staatsbibliothek –Preußischer Kulturbesitz Theol. lat. qu. 301 (frag.)
Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique 4877-86 (V.d.G. 1274) (frag.)4
Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique II.1069
El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo e.IV.14
Erfurt, Universitätsbibliothek, Dep. Erf., CA 8º 28
Exeter, Cathedral Library 3549
Leipzig, Universitätsbibliothek 873
Paris, Bibliothèque de l’Arsenal 263

–XIIIe-XIVe s.: une
Cambridge, Corpus Christy College 316

–XIVe s.: dix
Alba Julia, Biblioteca Diocezana Batthyaneum 384
Cambridge, University Library Dd.x.25
Cesena, Biblioteca Malatestiana D.XIII.2
Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana Pal. lat. 710
Erlangen, Universitätsbibliothek 163
Leiden, Bibliothek der Rijksuniversiteit BPL 11
Paris, Bibliothèque Mazarine 743
Reims, Bibliothèque municipale 128
Wien, Österreichische Nationalbibliothek lat. 2155
Wien, Österreichische Nationalbibliothek lat. 2285

–XIVe-XVe s.: une
München, Bayerische Staatsbibliothek Clm 5660

–XVe s.: vingt
Bern, Burgerbibliothek 676
Bernkastel-Kues, Bibliothek des St. Nikolaus-Hospitals 29
Budapest, Bibliotheca Universitaria 267
El Escorial, Biblioteca del Real Monasterio de San Lorenzo L.II.8
Maria Saal, Stiftsbibliothek 27
Milano, Biblioteca Ambrosiana E.17.sup.
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 426
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 4701
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 4708
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 5672
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 18316
München, Bayerische Staatsbibliothek
Clm 18728
Olomouc, Státní Vědecká Knihovna M I 267
Oxford, Bodleian Library Can.Pat.Lat. 68
Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 5408
Paris, Bibliothèque nationale de France nouv. acq. lat. 1873
Salamanca, Biblioteca General Universitaria 774
Soissons, Bibliothèque municipale 128
Trzebun, Státní Oblastní Archív A18
Zaragoza, Biblioteca capitular 17-94

–Datation douteuse: deux
El Escorial, Biblioteca del Real Monasterio de San Lorenzo f.IV.9(XIIIe ou XVe s.)
Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 7710 (XVe s.?)

3Le total des manuscrits est élevé, si nous le comparons aux copies conservées de la majeure partie des œuvres d’Isidore. Sans doute est-il très éloigné des plus de mille manuscrits des Etymologiae, mais il l’est aussi des vingt-deux exemplaires de l’Inter aptum/Inter caelum (ou Liber differentiarum [I]) localisés jusqu’à présent. Quant à leur répartition chronologique, nous pourrions dire qu’elle suit des paramètres relativement conventionnels, par comparaison avec le comportement d’autres textes isidoriens : le nombre de copies de l’Inter Deum est spécialement abondant durant les « Renaissances » culturelles du Moyen Âge, et décroit dans les périodes intermédiaires sans grandes fluctuations. Ce n’est pas le cas d’autres textes. Ainsi, par exemple, il paraît évident que les Differentiae grammaticales furent lues davantage à la fin qu’au début du Moyen Âge, ce qui correspond peut-être à une certaine revitalisation du « genre » (quinze des vingt-deux manuscrits en furent copiés du XIIIe au XVe s.), ou que les Synonyma connurent une seconde grande période de succès à cette même époque, comme conséquence du réveil de la deuotio moderna. Notre traité, au contraire, paraît avoir conservé une courbe de lecture particulièrement uniforme de sa rédaction jusqu’au XVIe s. Comme il s’agit probablement d’une œuvre créée – plus que d’autres – pour des nécessités doctrinales et didactiques ad hoc, nous pouvons penser que cette uniformité dans la transmission est peut-être le résultat de différentes approches à partir desquelles on a pu aborder la lecture de ses chapitres, ou, pour le dire autrement, de variations dans la façon dont le texte a été reçu, selon les différentes périodes.

2. Usages et lectures du texte

4L’Inter Deum est susceptible d’être lu de très nombreux points de vue, selon qu’on prenne en compte qui est son auteur, avec quel type de textes il est lié structurellement, ou quelle est la nature de son contenu. D’une part, le texte considéré de manière globale pouvait être valorisé simplement comme œuvre d’Isidore, auteur dont les ouvrages ont continué à jouir d’une énorme renommée à la fin du Moyen Âge, ou par sa filiation structurellement grammaticale. D’autre part, si on tient compte des chapitres qui le composent et de l’apparente hétérogénéité de leur contenu, les intérêts qu’il comporte sont multiples et variés : questions relatives à la théologie dogmatique et doctrinale, problèmes de contenu philosophique, exégétique ou pastoral, et même précisions lexicales liées, lato sensu, à l’histoire naturelle.

5De toutes ces lectures possibles il reste des traces dans les manuscrits du Moyen Âge tardif qui nous sont parvenus. Toutefois, elles n’eurent pas toutes la même importance et n’offrent pas toutes le même intérêt pour l’histoire de la réception de l’Inter Deum. C’est ce que nous allons voir maintenant.

2.1. L’Inter Deum et les « collections isidoriennes »

  • 5  Les descriptions des manuscrits anciens et les sigles qui leur correspondent peuvent se lire dans (...)
  • 6  Cf. la description de O, t, Q et X.

6Une tendance observable dans le haut Moyen Âge est l’apparition de l’Inter Deum dans des manuscrits où ont été copiées d’autres œuvres isidoriennes : par exemple, nous conservons plusieurs exemplaires qui transmettent, outre l’Inter Deum, séparément ou non, les Prooemia, le De ortu et obitu Patrum, les Sententiae, les Synonyma, le De ecclesiasticis officiis, les Etymologiae5. Dans certains cas, même, les œuvres du Sévillan forment des séries relativement uniformes, qui peuvent se transmettre comme un tout. La collection qui a peut-être eu le plus de succès a été celle qui a uni les Prooemia, le De ortu et obitu Patrum, les Allegoriae, le De natura rerum et l’Inter Deum : elle se trouve dans quatre manuscrits du IXe s. (avec des additions sporadiques dans chaque cas), tous copiés dans des milieux carolingiens et liés entre eux6. Parmi les manuscrits postérieurs au XIIe s., au contraire ce type de groupements est moins fréquent. Précisément pour cette raison, les cas d’associations d’œuvres isidoriennes dans des manuscrits tardifs n’en sont que plus intéressants, quoique pour des raisons variées. Comme nous allons le voir, certaines sont simplement le résultat de la copie de travaux antérieurs. D’autres, pour leur part, montrent de nouveaux intérêts de lecture et/ou d’étude.

  • 7  Cf. H. Hagen, Catalogus codicum Bernensium (Bibliotheca Bongarsiana), Bern, 1875 ; C. Codoñer (éd. (...)
  • 8  Cf. Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques Publiques des Départements (8º Series) 3, 1 (...)
  • 9  Selon C. Codoñer, op. cit., p. 102, ce traité se termine au fol. 135v.
  • 10  Sur les membres de cette sous-famille, cf. Mª. A. Andrés Sanz, op. cit., p. 235*-238*.
  • 11  Il s’agit de V, Q et X (voir plus haut).

7Parmi les exemples correspondant au premier cas de figure, on trouve les manuscrits Bern, Burgerbibliothek 676 (s. XV)7 et Soissons, Bibliothèque municipale 128 (s. XV)8. Dans le premier ont été copiées les œuvres suivantes : le De ortu et obitu Patrum (fol. 1r-23r), les Allegoriae (fol. 23v-42v), le Chronicon (fol. 43r-57v), l’extrait De temporibus et le chapitre 5, 28 des Etymologiae (fol. 58r-70v), l’Inter Deum (fol. 70v-97v), le traité anonyme De proprietate sermonum (fol. 98r-113v), sans doute considéré ici comme une œuvre d’Isidore, le De ecclesiasticis dogmatibus de Gennade (fol. 114r-125v), et trois autres textes isidoriens : le De uiris illustribus (fol. 126r-136v9), le De natura rerum (fol. 137r-170v) et le chapitre 3, 23 des Etymologiae (fol. 171r-182). Le second, pour sa part, comporte à partir du fol. 106r la série suivante : De ortu et obitu patrum (fol. 106r-120v), Allegoriae (fol. 120v-133v), De natura rerum (fol. 133v-157v), Inter Deum (fol. 158r-175v), De proprietate sermonum (fol. 175v-184v) et De ecclesiasticis dogmatibus de Gennade ainsi que quelques extraits de Grégoire le Grand (fol. 185r-fin). Or non seulement le type de texte de l’Inter Deum copié dans les deux manuscrits les apparente immédiatement aux membres d’une sous-famille de manuscrits anciens (β)10, mais précisément trois des cinq copies qui la composent font partie de celles qui nous transmettent les corpora isidoriens antérieurs au XIIe s. les plus complets de ceux auxquels j’ai fait allusion plus haut11. De surcroît, Bern, Burgerbibliothek 676 et Soissons, Bibliothèque municipale 128 pourraient avoir en Bern, Burgerbibliothek 224 (Q), vraisemblablement originaire d’Alsace et lié à l’entourage de Théodulphe d’Orléans, leur référent textuel ancien le plus proche, si l’on en juge par leurs erreurs communes et par l’ordre dans lequel apparaissent les textes transmis par ces trois manuscrits (Inter Deum, Inter polliceri et De ecclesiasticis dogmatibus de Gennade). Ainsi donc, une partie des collections d’œuvres isidoriennes transmises par ces témoins tardifs ne sont pas un travail du bas Moyen Âge, mais l’héritage d’efforts « éditoriaux » réalisés pendant la Renaissance carolingienne. Leur apparition dans ces manuscrits du XVe s. ne contredit donc pas la tendance générale que l’on a mentionnée au début de cette section.

  • 12  Description dans Bibliotheca Universitatis Leidensis. Codices Manuscripti III. Codices Bibliotheca (...)
  • 13  Description dans O. Lilao, C. Castrillo & al., Catálogo de manuscritos de la Biblioteca Universita (...)

8En revanche, on trouve un exemple de compilation isidorienne tardive, sans parallèle parmi les manuscrits anciens, dans le ms. Leiden, Universiteitbibliothek BPL 11 (1e moitié du XVe s.)12. On ne peut s’empêcher de remarquer que les œuvres réunies dans ce cas sont les Etymologiae et les Synonyma, probablement les textes d’Isidore qui ont eu le plus de succès au Moyen Âge tardif, et ensuite notre Inter Deum : les trois ont en commun la référence grammaticale de leur titre et, d’ailleurs, précisément pour cette raison, les travaux actuels sur Isidore les étudient généralement ensemble. Un autre groupement tardif est celle que l’on trouve dans un seul ms., Salamanca, Biblioteca Universitaria 774 (XVe s.)13, associant l’Inter Deum et les Sententiae isidoriennes, qui souligne le versant spirituel de notre texte.

  • 14 Description dans G. Antolín, Catálogo de los códices latinos de la Real Biblioteca del Escorial, t. (...)
  • 15  Description dans G. Antolín, op. cit., t. 3, 1913, p. 15-17.
  • 16  Description dans L. Jordan et s. Wool, Inventory of western Manuscripts in the Bibliotheca Ambrosi (...)
  • 17  Sa description la plus récente se trouve dans C. Leonardi (dir.), Catalogo di manoscritti filosofi (...)
  • 18  Cf. G. Antolín, op. cit., t. 2, p. 206-207 : inc. « Ecclesia conuentus uel congregatio fidelium ap (...)
  • 19  Ibid., p. 208 : inc. « Duo sunt Adam. Unus est prothoplastus, alius est Adam filius Baroe… ».
  • 20  Sur ce type de textes, cf. J. Elfassi, « Los centones de los Synonyma de Isidoro de Sevilla »,Acta (...)
  • 21  Cf. M. C. Díaz y Díaz, Index Scriptorum Latinorum Medii Aevi Hispanorum, Salamanca, Universidad de (...)
  • 22  Ibid. nº 2098 (il s’agit, très probablement, d’un ouvrage écrit par Buenhombre lui-même).

9Dans cette section il faut aussi mentionner le cas de quatre manuscrits qui, sans être vraiment des compilations d’œuvres isidoriennes, ont néanmoins été à leur époque conçus partiellement ou totalement comme telles : elles rassemblent non seulement des œuvres écrites réellement par le Sévillan, mais aussi d’autres textes, d’auteur connus ou non, qui lui sont faussement attribués. Il s’agit des mss. El Escorial, Biblioteca del Real Monasterio f.IV.9 (XIIIe ou XVe s.)14 et L.II.8 (XVe s.)15, Milano, Biblioteca Ambrosiana E.17.Sup. (XVe s.)16 et Cesena, Biblioteca Malatestiana D.XIII.2 (XIVe s.)17. Dans le ms. f.IV.9 de l’Escurial, de datation douteuse, sont réunies sous le nom d’Isidore plusieurs œuvres de caractère distinct : deux traités sur la célébration de l’eucharistie (le premier attribué par les modernes à Hugues de Saint-Victor ou Jean de Cornouailles, le second d’auteur inconnu pour le moment18), une série d’excerpta patristiques sur le même thème, l’Inter Deum, quelques extraits du De ecclesiaticis officiis et des Etymologiae sous le titre « Incipit secundus » (c’est-à-dire « … liber differentiarum »), l’Inter aptum, les Prooemia et enfin un opuscule généalogique d’auteur inconnue attribué dans le manuscrit à Jérôme19. Dans le ms. L.II.8 de la même bibliothèque, on trouve, après les Quaestiones in Vetus Testamentum et l’Inter Deum, un centon des Synonyma d’auteur inconnu et intitulé « liber beati Ysidori qui dicitur colectum (sic) »20. Le même Collectum se trouve copié avant l’Inter Deum et précédé cette fois des Synonyma, c’est-à-dire dans un groupe de trois textes « isidoriens », dans un autre manuscrit du XVe siècle, conservé à la Biblioteca Ambrosiana, E.17.Sup, dont nous nous occuperons plus loin. Le dernier manuscrit tardif où ont été réunies plusieurs œuvres, isidoriennes ou non mais attribuées à l’évêque de Séville, est le ms. Cesena, Biblioteca Malatestiana D.XIII.2 (XIVe s.). Après le Breuiloquium de Bonaventure, une Epistula d’Alphonse Buenhombre « ad magistrum Hugonem »21, qui précède sa prétendue traduction de la lettre de Rabbi Samuel « De aduentu Messiae quem Iudaei temere expectant »22 (cette œuvre donne nécessairement 1338 comme terminus post quem de la copie), on a copié : les Prooemia, le De ortu et obitu Patrum, le Chronicon, les deux livres de Differentiae (l’Inter Deum comme livre I, l’Inter caelum comme II), un sermon Contra Arianos (attribué généralement à Augustin, mais ici à Isidore) et le De fide catholica contra Iudaeos. Cette collection de textes n’a pas de parallèles parmi les manuscrits anciens.

  • 23  On trouve un traitement plus détaillé de ce qui a été exposé dans ce paragraphe dans Mª. A. Andrés (...)
  • 24  Description dans H. O. Coxe, Catalogi codicum manuscriptorum Bibliothecae Bodleiana, Pars Tertia c (...)
  • 25  Sur ce manuscrit, voir plus haut p. 166.
  • 26  Description dans s. Endlicher, Catalogus codicum philologicorum Bibliothecae Palatinae Vindobonens (...)
  • 27  Sur ce manuscrit, cf. G. Antolín, op. cit., t. 2, 1911, p. 102-103 ; C. Codoñer (éd.), Isidorus Hi (...)

10Enfin, comme transition entre cette partie et la suivante, il n’est pas inutile de faire référence aux manuscrits tardifs dans lesquels ont été réunis deux traités ou plus de Differentiae parfois considérés comme isidoriens23. Nous avons montré plus haut l’origine ancienne de la relation établie entre l’Inter Deum et le pseudo-isidorien Inter polliceri dans les mss. Bern, Burgerbibliothek 676 et Soissons, Bibliothèque municipale 128. Commençons, donc, par un groupement déjà mentionné dans le paragraphe précédent : celle de l’Inter Deum comme livre I et de l’Inter caelum comme livre II. Cette association n’a pas de parallèles parmi les manuscrits antérieurs au XIIIe s. localisés jusqu’à présent : elle apparaît dans le manuscrit de Cesena (XIVe s.) et dans Oxford, Bodleian Library Can.Pat.Lat. 68 (XVe s.)24. De leur côté, Inter Deum et Inter aptum (le texte de l’Inter caelum déjà ordonné alphabétiquement) sont réunis dans deux autres manuscrits : celui qui est conservé à l’Escurial sous la cote f.IV.925 (sans que les textes soient numérotés ni qu’ils se suivent) et Wien, Österreichische Nationalbibliothek 2285 (XIVe s.)26. Enfin, l’Escurial conserve un autre manuscrit, e.IV.1427, dans la première partie duquel (la seconde partie transmet des œuvres de Sénèque ou qui lui sont attribuées) on a copié les Sententiae, l’Inter aptum, l’Inter Deum et le De natura rerum, mais la situation y est complètement différente : pour la première fois nous trouvons les deux livres de Differentiae dans l’ordre, la numérotation et la forme qu’ils ont dans l’édition vulgate d’Arévalo (I. Inter aptum, II. Inter Deum). Étant donné le caractère insolite de ce type de présentation dans l’ensemble de la transmission manuscrite des deux œuvres, aussi bien ancienne que tardive, il serait d’une importance vitale pour l’histoire de la réception des textes d’Isidore de savoir quand est née cette série et qui a inspiré sa « création ».

2.2. L’Inter Deum œuvre à caractère grammatical dans le Moyen Âge tardif?

  • 28  Sur ce sujet, voir les remarques de C. Codoñer, « Isidore de Séville : différences et vocabulaires (...)

11Bien que l’Inter Deum offre un texte relativement anormal par comparaison avec les traités de differentiae grammaticales auxquels la structure formelle de ses premières entrées paraît renvoyer, durant le haut Moyen Âge il ne fut pas rare de le joindre à des textes lexicographiques et grammaticaux, ou du moins à des textes qui traitaient de questions spirituelles et théologiques en utilisant de recours grammaticaux et scolaires28.

  • 29  Sur ce manuscrit, voir C. J. Herington, « A thirteenth-century manuscript of the Octavia praetexta (...)
  • 30  Sa première entrée est « locium est urina », lien qu’on trouve au chapitre VI, 1 de cette œuvre.
  • 31  Cf. H. Weisweiler, Das Schriftum der Schule Anselms von Laon und Wilhelms von Champeaux in deutsch (...)

12Une première différence qu’on peut relever entre la plus ancienne réception de l’œuvre et celle qui se produit quelques siècles plus tard, est précisément le très faible nombre de manuscrits du Moyen Âge tardif dans lesquels l’Inter Deum est associé à d’autres traités de caractère principalement grammatical. Aux XIIIe et XIVe siècles nous ne trouvons presque aucune association semblable à celle que nous venons de mentionner. De surcroît, quand il y en a, elle paraît rarement obéir à une volonté claire de réunir deux traités grammaticaux – exception faite des deux manuscrits qui présentent deux traités de Differentiae avec l’intention d’unir les deux textes isidoriens de structure et de titre semblables, comme nous venons de le voir . C’est le cas du ms. Exeter, Cathedral Library 3549 (XIIIe s.)29, de contenu très varié : on y a copié les Etymologiae (fol. 1-135v), un petit glossaire peut-être basé sur le De natura rerum de Raban Maur (fol. 135v-136v)30, l’Expositio sermonum antiquiorum de Fulgence (fol. 136v-137v) et, après deux textes non grammaticaux (les Sententiae isidoriennes et le début d’un sermon d’Augustin), l’Inter Deum (fol. 169v-174r). Enfin, pour fermer cette section, il faut peut-être mentionner le cas du ms. Köln, Stadtarchiv W 8º 91* qui, à proprement parler, n’entre pas dans le cadre chronologique que nous avons choisi ici, puisque son texte de l’Inter Deum date, selon Weisweiler, du XIIe s. Toutefois, il se trouve précédé d’une série de glossaires du XIIIe s. Nous ne savons pas quand ces textes ont été disposés ainsi, mais il est possible que le responsable de ce groupement l’ait réalisée parce qu’il considérait l’Inter Deum comme intéressant d’un point de vue grammatical et scolaire, à en juger par le reste des œuvres transmises dans le manuscrit31.

2.3.Usage didactique et catéchétique de l’Inter Deum

  • 32 Voir Mª. A. Andrés Sanz, « Una reelaboración de textos isidorianos en forma de interrogationesetres (...)
  • 33  Par exemple, une autre série est transmise dans Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 2330.
  • 34  Nous espérons achever bientôt un travail sur les caractéristiques de cette adaptation.

13Une preuve que notre œuvre a été lue durant le Moyen Âge tardif dans des contextes d’apprentissage de la théologie est qu’on a continué à en copier les versions des siècles précédents qui la transformaient en séries d’interrogationes et responsiones. Cet usage de notre traité est documenté pour la première fois dans le milieu carolingien (le premier manuscrit connu qui présente un texte adapté est Paris, BnF lat 202432) et il subsiste au moins jusqu’au XIIIe s. Les modèles de rédaction qui nous concernent – il y en a d’autres33  sont, précisément, ceux qui dérivent du manuscrit parisien qu’on vient de mentionner. Sa version textuelle, qui est conservée dans plusieurs manuscrits des XIe et XIIe s., apparaît dans le ms. Roma, Biblioteca Angelica70, daté du XIIIe s. C’est aussi du XIIIe s. que date une curieuse « adaptation de l’adaptation », copié aux folios 56vb-65va du ms. Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 561, dont l’une des caractéristiques les plus remarquable est de ne faire aucune référence au caractère isidorien des textes de base ; une autre particularité est qu’elle altère l’ordre des chapitres de l’Inter Deum qui apparaissent dans le ms. lat. 2024, et de surcroît elle y intercale de nouveaux extraits des Etymologiae, qui ne sont pas présents dans la première adaptation, d’époque carolingienne34.

2.4. Lectures de caractère dogmatique et doctrinal

  • 35  Sur ces manuscrits, voir plus haut note 1.

14Nous ouvrions cette étude en faisant référence aux passages de l’Inter Deum relatifs à la compréhension parfaite de la droite doctrine chrétienne, et notamment de quelques-uns de ses points les plus débattus ou les plus difficiles, auxquels faisait précisément allusion le prologue conservé par Arras, Bibliothèque municipale 818 (XIIIe s.), Paris, Bibliothèque de l’Arsenal 263 (XIIIe s.), Cambridge, Corpus Christy College 316 (XIIIe-XIVe s.), Cambridge, University Library Dd.x.25 (XIVe s.) et Paris, Bibliothèque nationale de France nouv. acq. lat. 1873 (XVe s.)35. Il est clair que les chapitres dédiés à l’interprétation correcte des dogmes chrétiens ont aussi été une des raisons pour lesquelles notre texte a continué à être copié avec intérêt des siècles après avoir été composé, comme l’attestent les copies Paris, Bibliothèque Mazarine 743 ; Paris, Bibliothéque nationale de France lat. 561 ; Roma, Biblioteca Angelica 70 ou Reims, Bibliothèque municipale 128.

  • 36  Décrit dans Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques publiques de France : Catalogue des (...)
  • 37  Le fol. 60 en 1464.

15Un exemple de l’utilité doctrinale que l’on continuait à assigner à notre traité est sa présence dans le ms. Paris, Bibliothèque Mazarine 743 (XIVe s.)36. Les œuvres copiées dans la première partie du manuscrit ont un caractère principalement ascétique. Après une transition marquée par trois folios en blanc (fol. 60-62), l’un d’entre eux ayant été réutilisé au XVe s.37, l’Inter Deum apparaît dans la seconde partie entre le Breuiloquium de Bonaventure et le Cur Deus homo d’Anselme de Cantorbéry.

16En outre, si l’on prend en compte les œuvres qui précèdent et/ou qui suivent immédiatement notre traité dans les manuscrits déjà cités Roma, Biblioteca Angelica 70 et Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 561, ce sont sans doute les chapitres relatifs au dogme trinitaire qui intéressaient le plus les lecteurs/rédacteurs : dans le premier, ses questions et réponses ont été copiées immédiatement après des extraits du De unitate Sanctae Trinitatis attribué à Augustin et sont suivies du De Sancta Trinitate de Boèce. Dans le second, ils apparaissent aussi après le traité pseudo-augustinien sur la Trinité.

  • 38  Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques Publiques des Départements (Série 8º), t. 38 (H (...)

17Ce sont aussi les textes de l’Inter Deum sur la Trinité et la nature divine qui paraissent avoir motivé sa copie dans un autre manuscrit tardif : Reims, Bibliothèque municipale 128 (XIVe s.)38. Toutes les œuvres que nous transmettent ce manuscrit, à l’exception d’une seule, de datation douteuse, sont d’auteurs antérieurs au Xe siècle (de fait, ce sont majoritairement des textes patristiques) : il s’ouvre par le traité exégétique d’Haymon sur l’Apocalypse, que suit le De moribus Ecclesiae catholicae d’Augustin d’Hippone (précédé du paragraphe qui lui correspond dans les Retractationes) ; un credo dont les premiers mots coïncident avec le Symbolum fidei attribué à Geoffroy de Clairvaux ; le premier des trois livres Ad Monimum de Fulgence (c’est-à-dire celui qui est consacré à la prédestination) ; le commentaire de Jérôme au De Spiritu sancto de Didyme ; et l’Inter Deum présenté comme « Ysydorus, de differenciis chatolice (sic) fidei ». Ainsi, le credo d’auteur inconnu (la seule œuvre du manuscrit dont la datation soit douteuse) et les mots qui introduisent les autres ouvrages (« De quattuor questionibus et de predestinacione Dei » dans le cas de Fulgence, « De differentiis chatolice fidei » dans celui d’Isidore), et bien sûr le choix même des textes montrent de manière totalement transparente le motif de cette compilation : la réfutation de quelques dérives doctrinales apparues à nouveau dans le milieu scolastique français du XIIe siècle et encore vivantes deux siècles plus tard, sur les natures divine et humaine, les trois personnes de la Trinité et la prédestination.

2.5. Les lectures à caractère principalement ascétique

  • 39  Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis 1 : Codices Latini Membranacei (...)
  • 40  Voir plus haut n. 16.

18Parmi les manuscrits qui nous amènent à penser que ce traité était lu comme un texte spirituel à caractère principalement ascétique se trouvent Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique 1337 (II. 1069) (XIIIe s.)39 et Milano, Biblioteca Ambrosiana E.17.sup. (XVe s., 1433 ?)40.

  • 41  Le Liber scintillarum et l’Inter Deum sont aussi réunis dans le ms. Sankt Gallen, Stiftsbibliothek (...)

19Le manuscrit de Bruxelles a la particularité d’être partiellement palimpseste. Précisément cette caractéristique nous aide à déterminer la valeur que lui a accordée celui qui y a copié ou fait copier le texte isidorien : sur les folios de la nouvelle copie (fol. 1r-58v) sont transmis, en premier lieu, l’Inter Deum et ensuite le Liber scintillarum de Defensor de Ligugé (attribué ici à Augustin)41. Dans les folios réécrits nous trouvons douze compositions hagiographiques (fol. 59r-97r) et une prière à sainte Marguerite (fol. 97v).

  • 42  CPL 1289, inc. « Dilecte fili, dilige lacrymas… ». Attribution isidorienne, par exemple, dans le m (...)

20Quant au manuscrit de Milan, il comporte sur son premier folio des vers anonymes qui, précisément, montrent clairement le but avec lequel on a commencé à réunir les œuvres qui y sont copiées : « Si quis ad aeternam festinat tendere uitam/me legat et uiuo pane frui poterit… » (« Si quelqu’un se hâte de tendre vers la vie éternelle/qu’il me lise et il pourra jouir du pain de vie… »). Ce manuscrit, qui présente en outre l’intérêt d’avoir appartenu au cardinal Pizzolpasso, réunit deux œuvres de contenu indubitablement ascétique (les Synonyma isidoriens [fol. 1v-47v] et un opuscule ascétique d’auteur inconnu, De nouae uitae institutione [fol. 49r-54v], parfois attribué à Isidore42), l’Inter Deum, le Dialogus conscientiae et rationis de Matthieu de Cracovie et trois traités de caractère spirituel sur la célébration de l’eucharistie. Étant donné le contenu varié de notre texte et le caractère des œuvres qui ont été copiées avec lui, nous pouvons penser qu’il se trouve dans un tel contexte parce que les aspects qui ont intéressé le compilateur sont, précisément, ceux qui ont à voir avec le versant ascétique et moral des derniers chapitres.

2.6. L’Inter Deum outil pour la formation pastorale et spirituelle

  • 43 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 3.3 (C. Halm, G. Thomas et G. Meyer), Wi (...)
  • 44 Ibid., p. 36-37.
  • 45 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 1.2, München, 18942, p. 230-231.
  • 46 Ibid., p. 232.
  • 47 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 4.3 (C. Halm, F. Keinz, G. Meyer et G. T (...)
  • 48  Ibid., p. 202.
  • 49  Sur ces traités, cf. C. Cardelle de Hartmann, « Drei Schriften mit dem Titel Pharetra fidei », Ash (...)

21Un fait remarquable qui concerne aussi l’histoire de la réception de l’Inter Deum au Moyen Âge tardif est l’aspect principalement pastoral que revêt son texte dans le milieu des abbayes bénédictines de la Bavière aux XIVe et XVe siècles. Six des sept copies tardives de l’œuvre qui sont conservées aujourd’hui à la Bayerische Staatsbibliothek proviennent de centres monastiques de cet ordre : Clm 5660 (s. XIV-XV [1396 pour notre traité], prov. Dießen am Ammersee)43, 5672 (s. XV, vers 1440, prov. Dießen am Ammersee)44, 4701 (1455, prov. Benediktbeuren)45, 4708 (1469-72, prov. Benediktbeuren)46, 18316 (XVe s., 1491 ?, prov. Tegernsee)47 et 18728 (XVe s., prov. Tegernsee)48. Le caractère des œuvres qui dans chaque cas accompagnent l’Inter Deum ne laisse aucun doute sur l’intérêt et l’usage que l’on assignait au traité isidorien. Dans le manuscrit le plus ancien (Clm 5660) il se trouve après plusieurs sermons, une œuvre sur les sacrements, des opuscules orientés vers la formation des confesseurs, deux curieux traités antijuifs49 et une œuvre sur les vices capitaux. Après le texte isidorien on a copié d’autres sermons et quelques Constitutiones de Frédéric, évêque d’Augsbourg en 1312. Le contenu de Clm 5672, écrit quelques quarante années plus tard, est partiellement semblable : ses fol. 1-171 contiennent les mêmes œuvres que les fol. 10-130 du 5660, et après elles (fol. 171-205) on trouve un « Anshelmi Lucidarius », c’est-à-dire l’Elucidarium d’Honorius Augustodunensis, dont l’intérêt pour la formation des clercs n’est que trop connu et pourrait donc nous expliquer la présence de l’Inter Deum dans deux compilations aussi semblables. Par ailleurs, le lien entre les deux manuscrits va au delà de la coïncidence de leur contenu général : en ce qui concerne le texte d’Isidore lui-même, tous deux partagent la particularité d’omettre les chapitres 5 (« Inter id quod Filius nunc aequalis, nunc minor est Patri »), 6 (« Quid differt inter id quod Christus nunc unigenitus, nunc primogenitus esse praedicatur ») et 20 (« Inter rationale et rationabile »).

22Les manuscrits Clm 4701, 4708 et 18728 ont aussi été écrits au XVe s. et sont de contenu partiellement semblable. Au delà du lien évident de leur texte de l’Inter Deum (dans les trois il se présente comme « Liber differentialis », et Clm 4701 et 4708 altèrent de la même façon l’ordre des chapitres 2-3 et 9-10), chacun d’eux offre une compilation différente d’œuvres destinées à servir d’aide dans les charges quotidiennes des ministres de Dieu. Parmi ces œuvres dominent les textes relatifs à la vie sacramentelle (Clm 4701), à l’administration des clercs et l’homilétique (Clm 4708) ou à des questions de caractère plus doctrinal et exégétique (Clm 18728). En tout cas, il est remarquable que dans tous ces manuscrits l’Inter Deum continue à être copié en même temps que des œuvres de certains des auteurs les plus lus de l’époque : Henri de Hesse, Bonaventure, Jean Herolt, Jean Gerson…

  • 50  Voir plus haut n. 18.
  • 51  H. Stevenson Jr. et J. B. De Rossi, Codices Palatini Latini Bibliothecae Vaticanae descripti 1, Ro (...)
  • 52  J. Weber, Catalogus Codicum Manuscriptorum Trzebonae Crumlouiique asseruatorum (Catalogus Codicum (...)

23Cependant, l’utilisation de notre traité comme aide pour les clercs et les confesseurs n’est pas le monopole de la Bavière. D’autres exemples, éloignés dans le temps et dans l’espace de ceux que nous venons de voir, nous indiquent que l’Inter Deum était considéré comme un outil utile pour les prêtres, notamment pour la célébration du sacrement eucharistique ou la confession, sont fournis par le manuscrit déjà cité El Escorial, Biblioteca del Real monasterio de San Lorenzo f.IV.9, avec son étrange Expositio in Missa50, et les mss. Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana Pal. lat. 710 (XIVe s.)51 et Trzebun, Státní Oblastní Archív A 18 (XVe s.)52, où l’Inter Deum est transmis parmi des opuscules sur la nature du péché, les vices et vertus ou le démon.

2.7. L’Inter Deum et les textes d’Histoire naturelle

  • 53  J. Forshall, Catalogue of Manuscripts in the British Museum. New Series 1 : Arundel and Burney col (...)

24Il vaut la peine de noter ici, comme une curiosité, le caractère que confère à notre traité son association à des textes empruntés à divers auteurs et relatifs aux parties du corps humain, aux animaux, aux plantes et aux pierres dans le ms. London, British Library Burney 327 (XIIe-XIIIe s.)53 : dans aucun autre manuscrit on ne voit aussi clairement que ce sont les chapitres 13-19, consacrés aux « Gradus uel differentiae rerum », aux parties de l’être humain et aux phases de la vie, qui prennent un relief spécial et justifient la présence de l’Inter Deum devant les œuvres qui le suivent.

25Avec cet exemple, de fait, on a fait le tour des différents intérêts que son texte peut comporter. Il nous reste donc, avant de clore ce travail, qu’à nous référer à quelques manuscrits qui, étant donné le caractère hétéroclite des œuvres qui les composent, suggèrent que notre œuvre a suscité l’intérêt de ses lecteurs non pas pour un de ses traits prédominants, mais pour deux voire pour plusieurs ou pour toutes ses caractéristiques.

2.8. Manuscrits au contenu divers

  • 54 Voir plus haut n. 20.
  • 55  Décrit dans O. Smital, Handschriftenverzeichnisse österreichischer Bibliotheken. Kärnten 1 (H. Men (...)
  • 56  Cf. A. Trefort, Catalogus Codicum Bibliothecae Universitatis R. Scientiarum Budapestinensis, Budap (...)
  • 57 Ibid., p. 235.
  • 58  Cf. Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 1.1, München, 18922, p. 114-115 ; A (...)

26Exégèse et ascèse sont unies dans El Escorial, L.II.8, comme on l’a déjà vu54. Un exemple de l’intérêt théologique « général » que suscite l’Inter Deum est fourni par les textes doctrinaux, ascétiques et pastoraux copiés dans les manuscrits Maria Saal, Stiftsbibliothek 27, du XVe s. (l’Inter Deum associé à diverses œuvres théologiques, sermons, specula)55 ou Budapest, Bibliotheca Universitaria 267 (2e moitié du XVe s.)56, où notre texte apparaît entre le Cur Deus homo et un Speculum humanae saluationis, et où ces trois œuvres, à leur tour, sont encadrées par plusieurs séries d’homélies et de traités théologiques, parmi lesquels ressort le Compendium d’Hugues Ripelin. Le même mélange caractérise le ms. Alba Julia, Biblioteca Diocezana Batthyaneum 38457, antérieur d’un siècle. En effet, on y a copié, entre autres œuvres, le Cur Deus homo et le Compendium, auxquels s’ajoutent, comme fait digne d’être mentionné, une série d’extraits de Virgile, Lucain, Ovide, Stace, Juvénal et Tibulle. Cette présence de l’Inter Deum dans un manuscrit qui comporte aussi des textes classiques n’est pas unique. Isidore et Sénèque se répartissent la majeure partie des folios des déjà cités El Escorial, e.IV.14 et Exeter Cathedral Library 3549. Enfin, dans un manuscrit très curieux d’origine italienne, München, Bayerische Staatsbibliothek Clm 426 (XVe s.)58, les chapitres I-XXXI de l’Inter Deum nous sont transmis avec la Rhetorica ad Herennium, une Vita Terentii Afri, des traductions latines de Leonardo Bruni, ainsi que plusieurs sermons et lettres, parmi lesquelles se trouve le fameux faux connu comme l’Epistola Lentuli ou une missive envoyée à Pétrarque. La réunion de ces textes laisse déjà notre travail aux portes d’un autre type d’étude : celle de sa réception en milieu pleinement humaniste, travail qui va au-delà de la portée et du thème de ces pages.

3. En guise de conclusion

27Plus d’un tiers du total des copies conservées, « … de Trinitate, de anima, de homine », « Ysydorus, de differenciis chatolice (sic) fidei », « Si quis ad aeternam festinat tendere uitam/me legat et uiuo pane frui poterit… ». Ce sont certaines des pistes qui nous servent de conclusion après que nous avons esquissé une typologie de la réception tardive de l’Inter Deum à partir de sa transmission manuscrite tardive. Copié parce que c’était l’œuvre d’Isidore, il fut lu moins pour sa structure grammaticale que pour son contenu, et surtout pour ses chapitres initiaux et finaux : Dieu et l’homme qui aspire à accéder à Lui. Ces conclusions ne sont guères différentes de celles que nous trouverions si notre regard se dirigeait vers les jugements portés sur Isidore en marge de ses œuvres. Qu’il me soit permis de faire référence au plus connu d’entre eux, qui le situe parmi les sages qui habitent le ciel (Dante, Divina Comedia, Paradis X, 131). Saint, sage et théologien. Tel fut, pour les hommes qui l’ont lu à la fin du Moyen Âge, Isidore.

Notes

*  Travail de recherche lié au projet HUM2006-05744/FILO (DGCYT, MEC, Espagne). Une première version a été révisée par C. Cardelle de Hartmann, C. Codoñer, J. C. Martín et J. Elfassi, que je remercie pour leurs commentaires et suggestions. Ma reconnaissance va aussi à ce dernier, qui a traduit le texte en français.

1  Le texte complet du prologue peut se lire dans C. Codoñer, « Isidorus Iunior », Archivos leoneses, 75, 1984, p. 159-63 ; sur ce prologue, voir aussi Mª. A. Andrés Sanz, « El prólogo ‘Nonnulli norunt’ en copias tardías del Liber differentiarum[II] », Munus quaesitum meritis. Homenaje a Carmen Codoñer, éd. G. Hinojo Andrés et J. C. Fernández Corte, Salamanca, Ediciones Universidad, 2007, p. 61-69.

2  Je compte parmi ces copies certaines adaptations totales ou partielles du texte qui le reproduisent avec une grande fidélité. Ces adaptations seront signalées ici comme « (serm.) » si elles transmettent plusieurs chapitres de l’Inter Deum sous forme de sermon, et « (int. et resp.) » s’il s’agit de chapitres adaptés, joints à des textes des Etymologiae ou d’autres œuvres, comme des séries d’interrogationes et responsiones. Par ailleurs, les références que je propose ici actualisent, en les complétant et/ou les corrigeant, celles qui sont présentées dans Mª. A. Andrés Sanz, « Vías de investigación abiertas a partir de la nueva edición del libro II de Differentiae de Isidoro de Sevilla », Actas. II Congreso Hispánico de Latín Medieval (León, 11-14 de noviembre de 1997), coord. M. Pérez González, León, Universidad, 1998, vol. I, p. 223-29, spéc. p. 224 n. 7 et 8.

3  La plupart des cotes des manuscrits antérieurs au XIe s. peut se trouver dans la liste de C. Codoñer, J. C. Martín et Mª. A. Andrés Sanz, « Isidorus Hispalensis Ep. », La trasmissione dei Testi Latini del Medioevo. Mediaeval Latin Texts and their Transmission. Te.Tra. 2, a cura di P. Chiesa et L. Castaldi, Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2005, p. 274-417, spéc. p. 314-15. À ces trente-neuf références on doit ajouter les suivantes : IXe s. : Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 2024 (int. et resp.) et 13396 (serm.), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana Vat. Lat. 5764 (frag.) (référence que je dois à V. von Büren) ; Xe-XIe s. : Köln, Domsbibliothek 99. Quant aux mss. du XIe au XVe s., cf. Mª. A. Andrés Sanz, art. cit., n. 8 et Ead.,« Adición o supresión ? : La transmisión manuscrita del libro II de Differentiae de Isidoro de Sevilla », Actas. I Congreso Nacional de Latín Medieval(León, 1-4 de diciembre de 1993), coord. M. Pérez González, León, Universidad, 1995, p. 79-86, spéc. p. 82-83 n. 10 et 11, au contenu desquels il faut apporter les précisions et/ou additions suivantes (outre celles que l’on trouve dans le présent travail) : XIe s. : Avignon, Bibliothèque municipale 276 ; London, British Library Royal 5.E.XVI (int. et resp.) ; Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 2330 ; Køvenhavn, Kongelige Bibliotek Thott 100 ; München, Bayerische Staatsbibliothek Clm 6382 (int. et resp.) ; XIIe s. : Cambridge, St. John’s College 42 ; Köln, Stadtarchiv W 8º 91* ; Oxford, Bodleian Library Bodl. 398 ; Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 11279 ; Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 14499 ; Pistoia, Archivo Capitolare C. 109 ; Wien, Österreichische Nationalbibliothek lat. 804 ; Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique 5447-58 ; Schaffhausen, Stiftsbibliothek Min. 68.

4  Je remercie J. Elfassi de m’avoir communiqué cette référence.

5  Les descriptions des manuscrits anciens et les sigles qui leur correspondent peuvent se lire dans Isidori episcopi Hispalensis Liber differentiarum [II] cura et studio María Adelaida Andrés Sanz, Turnhout, Brepols (CC SL 111A), 2006, p. 118*-157*. À titre d’exemple, il convient de citer ici les groupements suivants (dans chaque cas, les œuvres peuvent se suivre ou pas à l’intérieur des manuscrits, mais leur ordre de présentation est celui qui est indiqué ici) : Inter Deum, De ecclesiasticis officiis, Synonyma dans C ; Prooemia De natura rerum + Etymologiae 10 + Inter polliceri, Inter Deum, Synonyma dans V (un manuscrit factice, probablement élaboré pour regrouper les textes cités) ; Inter aptum et Inter Deum dans P ; Sententiae, Prooemia, De ortu et obitu Patrum, Allegoriae, Inter Deum, Synonyma dans W ; Inter Deum et Etymologiae 10 dans U ; Inter Deum et Etymologiae 6, 9, 10 dans D ; Sententiae, Inter Deum, Etymologiae 3, 7, 6 et De Ecclesiasticis officiis dans G ; Inter Deum et De fide catholica contra Iudaeos dans N ; Inter Deum, Sententiae, Prooemia, Allegoriae et Chronicon dans m.

6  Cf. la description de O, t, Q et X.

7  Cf. H. Hagen, Catalogus codicum Bernensium (Bibliotheca Bongarsiana), Bern, 1875 ; C. Codoñer (éd.), El ‘De uiris illustribus’ de Isidoro de Sevilla. Estudio y edición crítica, Salamanca, Ediciones Universidad, 1964 (repr. 1997), p. 102-103. Ce manuscrit présente l’intérêt supplémentaire d’avoir appartenu à Pierre Daniel.

8  Cf. Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques Publiques des Départements (8º Series) 3, 1885, p. 108-109 ; G. Brugnoli, Studi sulle Differentiae uerborum, Roma, 1955, p. 42.

9  Selon C. Codoñer, op. cit., p. 102, ce traité se termine au fol. 135v.

10  Sur les membres de cette sous-famille, cf. Mª. A. Andrés Sanz, op. cit., p. 235*-238*.

11  Il s’agit de V, Q et X (voir plus haut).

12  Description dans Bibliotheca Universitatis Leidensis. Codices Manuscripti III. Codices Bibliothecae Publicae Latini, Leiden, Brill, 1912, p. 7 (où ils sont datés du XIVe s.).

13  Description dans O. Lilao, C. Castrillo & al., Catálogo de manuscritos de la Biblioteca Universitaria de Salamanca, 2 vol., Salamanca, Universidad, 1997-2002, vol. 1, p. 375.

14 Description dans G. Antolín, Catálogo de los códices latinos de la Real Biblioteca del Escorial, t. 2, Madrid, Imprenta Helénica,1911, p. 206-208.

15  Description dans G. Antolín, op. cit., t. 3, 1913, p. 15-17.

16  Description dans L. Jordan et s. Wool, Inventory of western Manuscripts in the Bibliotheca Ambrosiana 3 : E sup., Indiana, University of Notre Dame Press, 1989, p. 18-21.

17  Sa description la plus récente se trouve dans C. Leonardi (dir.), Catalogo di manoscritti filosofici nelle biblioteche italiane, vol. 4, Cesena, Fabriano, Firenze, Grottaferrata, Parma, Firenze, Olschki, 1982, p. 10-13. D’autres dans G. M. Muccioli, Catalogus codicum manuscriptorum Malatestianae Bibliothecae fratrum minorum conventualium, Caesenae, typis Gregorii Blasinii, 1784, t. I, p. 56-57 et R. Zazzeri, Sui codici e libri a stampa della Biblioteca Malatestiana di Cesena. Ricerche e osservazioni, Cesena, Vignuzzi, 1887, p. 130-132.

18  Cf. G. Antolín, op. cit., t. 2, p. 206-207 : inc. « Ecclesia conuentus uel congregatio fidelium appellatur… ».

19  Ibid., p. 208 : inc. « Duo sunt Adam. Unus est prothoplastus, alius est Adam filius Baroe… ».

20  Sur ce type de textes, cf. J. Elfassi, « Los centones de los Synonyma de Isidoro de Sevilla »,Actas doIV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico (Lisboa, 12-15 de Outubro de 2005), éd. A. A. Nascimento et P. F. Alberto, Lisboa, Centro de Estudos Clássicos – Faculdade de Letras de Lisboa, 2006, p. 393-401, spéc. p. 395-397.

21  Cf. M. C. Díaz y Díaz, Index Scriptorum Latinorum Medii Aevi Hispanorum, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1958-1959, nº 2097.

22  Ibid. nº 2098 (il s’agit, très probablement, d’un ouvrage écrit par Buenhombre lui-même).

23  On trouve un traitement plus détaillé de ce qui a été exposé dans ce paragraphe dans Mª. A. Andrés Sanz, « Relación y transmisión manuscrita de los tres libros de Differentiae editados en P.L. 83 (Isidoro de Sevilla) », Revue d’Historie des Textes,30, 2000, p. 239-262.

24  Description dans H. O. Coxe, Catalogi codicum manuscriptorum Bibliothecae Bodleiana, Pars Tertia codices Graecos et Latinos Canonicianos complectens, Oxford, Bodleian Library, 1854, p. XXX.

25  Sur ce manuscrit, voir plus haut p. 166.

26  Description dans s. Endlicher, Catalogus codicum philologicorum Bibliothecae Palatinae Vindobonensis, Vindobonae, 1836, p. 291-292 (nº 414) ; Tabulae Codicum Manuscriptorum in Bibliotheca Palatina Vindobonensis Asseruatorum 2, Graz, 1965 (= Wien, 1864).

27  Sur ce manuscrit, cf. G. Antolín, op. cit., t. 2, 1911, p. 102-103 ; C. Codoñer (éd.), Isidorus Hispalensis. De differentiis liber I, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 9-60 ; Mª. A. Andrés Sanz, « The Additions in Book I of the Differentiae of Isidore of Seville in the Manuscript El Escorial f.IV.9 », Manuscripts and Tradition of Grammatical Texts from Antiquity to the Renaissance. Proceedings of a Conference held at Erice. 16-23 october 1997, as the XIth Course of International School for the Study of Written Records, éd. M. De Nonno, P. De Paolis et L. Holtz, Cassino, Università degli Studi di Cassino, 2000, p. 687-699.

28  Sur ce sujet, voir les remarques de C. Codoñer, « Isidore de Séville : différences et vocabulaires », Les manuscrits de lexiques et glossaires de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge, éd. J. Hamesse, Louvain-la-Neuve, Fidem, 1996, p. 57-77.

29  Sur ce manuscrit, voir C. J. Herington, « A thirteenth-century manuscript of the Octavia praetexta in Exeter », Rheinisches Museum, 101, 1958, p. 353-377 ; N. R. Ker, Medieval Libraries of Great Britain, London, Royal Historical Society, 1964,p. 350 ; G. Giardina (éd.), L. Annaei Senecae tragoediae, Bologna, Compositori, 1966, p. XVIII-XIX.

30  Sa première entrée est « locium est urina », lien qu’on trouve au chapitre VI, 1 de cette œuvre.

31  Cf. H. Weisweiler, Das Schriftum der Schule Anselms von Laon und Wilhelms von Champeaux in deutschen Bibliotheken, Münster i.W., 1936.

32 Voir Mª. A. Andrés Sanz, « Una reelaboración de textos isidorianos en forma de interrogationesetresponsiones », Helmántica, 57, 2006, p. 29-48.

33  Par exemple, une autre série est transmise dans Paris, Bibliothèque nationale de France lat. 2330.

34  Nous espérons achever bientôt un travail sur les caractéristiques de cette adaptation.

35  Sur ces manuscrits, voir plus haut note 1.

36  Décrit dans Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques publiques de France : Catalogue des Manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, t. 1 (A. Molinier), Paris, E. Plon, Nourrit et Cie., 1885, p. 351-353.

37  Le fol. 60 en 1464.

38  Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques Publiques des Départements (Série 8º), t. 38 (H. Loriquet), Paris, Impr. nationale, 1904, p. 119-120.

39  Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis 1 : Codices Latini Membranacei 2, Bruxelles, Polleunis, Ceuterick et Lefébvre, 1889, p. 504-505 ; J. van den Gheyn, s. J., Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Royale de Belgique 2 : Patrologie, Bruxelles, Lamertin, 1902, p. 282-283 ; H. Schenkl, Bibliotheca Patrum Latinorum Britannica 3.3, Wien, in C. bei Alfred Hölder, 1905, p. 76 [1551].

40  Voir plus haut n. 16.

41  Le Liber scintillarum et l’Inter Deum sont aussi réunis dans le ms. Sankt Gallen, Stiftsbibliothek 230 (2e moitié du VIIIe s.).

42  CPL 1289, inc. « Dilecte fili, dilige lacrymas… ». Attribution isidorienne, par exemple, dans le ms. El Escorial, Biblioteca del Real Monasterio de San Lorenzo L.II.8 (XVe s.) : sur ce ms., voir plus loin, p. 172.

43 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 3.3 (C. Halm, G. Thomas et G. Meyer), Wiesbaden, 1968 (= München, 1873), p. 34.

44 Ibid., p. 36-37.

45 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 1.2, München, 18942, p. 230-231.

46 Ibid., p. 232.

47 Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 4.3 (C. Halm, F. Keinz, G. Meyer et G. Thomas), Wiesbaden, 1969 (= München, 1878), p. 152.

48  Ibid., p. 202.

49  Sur ces traités, cf. C. Cardelle de Hartmann, « Drei Schriften mit dem Titel Pharetra fidei », Ashkenas, 11.2, 2001, p. 327-349.

50  Voir plus haut n. 18.

51  H. Stevenson Jr. et J. B. De Rossi, Codices Palatini Latini Bibliothecae Vaticanae descripti 1, Roma, Typ. Vat., 1886, p. 253.

52  J. Weber, Catalogus Codicum Manuscriptorum Trzebonae Crumlouiique asseruatorum (Catalogus Codicum manu scriptorum Archiui Trzebonensis), Praha, Československá Akademie Věd, 1958, p. 178-190, p. 182.

53  J. Forshall, Catalogue of Manuscripts in the British Museum. New Series 1 : Arundel and Burney collections, London, British Museum, 1834.

54 Voir plus haut n. 20.

55  Décrit dans O. Smital, Handschriftenverzeichnisse österreichischer Bibliotheken. Kärnten 1 (H. Menhardt, « Klagensfurt, Maria Saal, Friesach, Wien »),Wien, Österreichische Staatsdruckerei,1927, p. 279-280.

56  Cf. A. Trefort, Catalogus Codicum Bibliothecae Universitatis R. Scientiarum Budapestinensis, Budapest, Typ. Univ., 1881, p. 61-64 nº 75 ; L. Mezey et A. Bolgár, Codices Latini Medii Aevi Bibliothecae Universitatis Budapestinensis, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1961, p. 132-135 ; J. Sopko, Stredoveké Latiniské Kódexy Slovenskej Proveniencie v Mad’arsku a v Rumunsku, Martin, Matica Slovenská, 1982, p. 114.

57 Ibid., p. 235.

58  Cf. Catalogus Codicum Latinorum Bibliothecae Regiae Monacensis 1.1, München, 18922, p. 114-115 ; A. Sottili, « I codici del Petrarca nella Germania occidentale 3 : München Bayerische Staatsbibliothek », Italia Medioevale e Umanistica, 12, 1969, p. 335-476, p. 427-430, spéc. p. 429 (f. 92r-107v).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Adelaida Andrés Sanz, « Vers une typologie de la réception tardo-médiévale de l’Inter Deum (CPL 1202) », Cahiers de recherches médiévales, 16 | 2008, 159-173.

Référence électronique

María Adelaida Andrés Sanz, « Vers une typologie de la réception tardo-médiévale de l’Inter Deum (CPL 1202) », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/10782 ; DOI : 10.4000/crm.10782

Haut de page

Auteur

María Adelaida Andrés Sanz

Université de Salamanque

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org